• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France en récession masquée depuis trente ans

La France en récession masquée depuis trente ans

La France en récession masquée depuis trente ans.

Depuis des décennies, le montant des déficits publics, c'est à dire des sommes injectées dans l'économie par l'Etat, excède largement la croissance. Sans ce déficit, cet argent injecté par l'Etat, la France ne serait pas en croissance, mais en récession et cela depuis des décennies. Car la France, privée d'industries, ne vit plus que sur le moteur de la consommation. Un moteur qui demande en permanence d'être soutenu par de l'argent public, donc de l'argent qui va être prélevé sur la richesse produite et le travail. Le système s'enlise d'année en année, sans qu'on ne parvienne jamais à redresser la barre.

 

Tags : Economie Croissance




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 4 votes
    Étirév 10 octobre 10:26

    La France n’existe plus en tant qu’Etat souverain.
    Le véritable pouvoir auxquelles sont soumises les populations, maintenues dans la naïveté et l’inconscience, est économique : il appartient aux principaux détenteurs de capitaux de la planète ; lesquels ont tant et si bien œuvré depuis des centaines d’années qu’ils sont devenus propriétaires directs et/ou indirects de la majeure partie des actifs tangibles de ce monde. En effet, les USA et ses alliès (et donc la France) ne sont plus depuis le début du XXème siècle, au bas mot, gouvernés par ce qu’on appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City de Londres. En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
    Aussi, le véritable pouvoir aujourd’hui n’est pas à rechercher dans l’apparence des arcanes politiques, il se cache derrière l’anonymat des capitaux et dans les paradis fiscaux.
    Tant que le destin des monnaies restera l’apanage des banquiers mondialisés, et continuera en conséquence à échapper aux peuples qu’elles contraignent, nous assisterons à la continuation de la mise sous tutelle financière, économique, juridique et politique de ces derniers.
    Pour ceux qui l’auraient oublié, cette vérité a été directement précisée par l’un des fondateurs de l’oligarchie financière : « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font les lois ».
    Si l’on retourne aux fondamentaux, il apparaît en effet que la monnaie, et son pendant qu’est la dette, conjuguée au principe de l’entreprise anonyme qu’elle a juridiquement autorisé à se mettre en place, sont les armes du servage d’aujourd’hui au même titre que l’épée et la lance étaient celles du servage d’hier.

    Aussi, ça n’est pas en remontant « la semaine dernière » dans l’Histoire qu’on pourra apporter des éclaircissements sur les vraies raisons de la dissolution des Etats, c’est-à-dire le désordre, et sur l’origine de l’erreur sociale, c’est-à-dire de l’injustice, et encore moins y apporter des solutions.

    FAITS ET TEMPS OUBLIÉS


    • 3 votes
      pegase pegase 10 octobre 22:44

      Ben oui mais nous sommes les plus gros contributeurs nets de l’UE juste derrière l’Allemagne,

      et ce ne sont pas des petites sommes, tout les ans il y a 8 à 10 milliards d’euros qui disparaissent dans le puits sans fond de la zone euro, finançant les infrastructures des pays de l’Est alors que nos propres infrastructures sont en état de déliquescence avancée ...

      A cela s’ajoute une politique alignée sur les traités européens suicidant littéralement notre industrie (article 63) => OUI c’est une catastrophe smiley

      IMPOSSIBLE de s’aligner vis à vis de la concurrence étrangère qui en comparaison est en roue libre ...

      Article 63 des traités européens expliqué dans les détails

      https://www.youtube.com/watch?v=rxRsyJ4xuRU&feature=youtu.be&t=3309


      • 1 vote
        Zip_N 11 octobre 23:25

        @pegase

        Si l’Allemagne était un oiseau ça serait un paon, celui qui fait la roue aux yeux du monde.

        Avec toutes les grosses berlines qui coutent 1 bras aux employés et qu’ils vendent comme des petits pains au prix d une maison aux chinois, ils se permettent de gagner plus pour payer plus. C’est encore l’ Allemagne qui fait la loi en Europe, c’est normal qu’ils s’octroient un supplément.


      • 5 votes
        beo111 beo111 10 octobre 23:08

        Mais il est évident que les électeurs à la présidentielle continueront à voter pour des candidats qui leur proposeront de vivre à crédit. La seule solution serait de changer la manière de voter aux législatives, pour que l’Assemblée Nationale, composée de gens responsables, n’accepte pas n’importe quel budget.


        • 1 vote
          Vraidrapo 11 octobre 08:28

          @beo111

          T’as entendu parler de la fuite en avant ?
           smiley


        • vote
          pegase pegase 11 octobre 21:41

          @beo111
          -
          à crédit ? crédit de l’état ou des particuliers ?

          c’est vite dit, essayez donc d’emprunter pour relancer votre entreprise, ou pour en créer une, sans biens à hypothéquer c’est mission impossible, c’est extrêmement difficile de constituer un capital de société ...


        • vote
          beo111 beo111 11 octobre 22:47

          @pegase

          Dans un état-nation c’est à peu près la même chose, puisque les contribuables de demain rembourseront la dette d’aujourd’hui. Ou alors il y a la pensée hollandienne selon laquelle eh bien non ya pas de soucis, vu qu’il suffira d’emprunter encore demain et le tour est joué.

          Après si vous avez du mal à emprunter pour votre entreprise, c’est que la banque estime que le risque que vous ne remboursiez pas est trop élevé, d’où les garanties, notamment hypothécaires, qu’elle pourra exiger.

          Par contre pour les entreprises déjà bien développées il y a le CICE qui coûte pas mal de fric au contribuable et qui pousse le pays à s’endetter, sans grand bénéfice à mon avis, car du coup les entreprises françaises sont championnes en CICE, elles sont contentes, mais ce n’est pas un but en soi.


        • vote
          pegase pegase 12 octobre 19:50

          @beo111
          Après si vous avez du mal à emprunter pour votre entreprise, c’est que la banque estime que le risque que vous ne remboursiez pas est trop élevé, d’où les garanties, notamment hypothécaires, qu’elle pourra exiger.

          Oui et puis 3 ressortissants turques se pointent à l’agence pour créer une entreprise, et la banque prête sans moufeter, et 2 ans après ils se barrent en Turquie sans laisser d’adresse ...

          et ils continuent de prêter du fricà d’autres, alors que c’est un grand classique bien connu des agences bancaires .....


        • vote
          beo111 beo111 12 octobre 22:49

          @pegase

          Bien connu, mais leurs directions estiment que globalement, les gestes commerciaux qu’elles consentent pour attirer de nouveaux clients leur sont profitables.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès