• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Philosophie, la rhétorique et la dialectique

La Philosophie, la rhétorique et la dialectique

Vincent Cespedes contre les profs : le BAC philosophie

Sur AgoraVox, un professeur de philosophie se plaint de Vincent Cespedes ; le phiilosophe aurait écrit un article "incroyablement méprisant" pour sa profession. L'article de Cespedes sur le BAC philo se trouve sur le site du hufftingtonpost ; Citations :

Un exercice de pure rhétorique. Quatre ridicules petites heures à faire semblant de répondre à des questions qui n'ont trouvé aucune réponse définitive en plus de deux mille ans de philosophie, tout cela pour encourager la jeunesse à singer la norme : le bla-bla superbement stérile des fils de bourgeois cultivés.

Le bac philo est certainement le plus grand bluff que la ségrégation scolaire se paie (au prix fort) pour s'invisibiliser. Un bac philo pour faire diversion ; une messe nationale pour maintenir l'illusion d'une unité.

 En 2018, c'est donc un régiment entier d'ectoplasmes qui sèment joyeusement la confusion entre philosophie et sophistique, sagesse et citations de sages, critique sociale et masturbation intellectuelle décomplexée.

Vincent Cespedes a donc inventé une "méthode voyoute" pour hacker les professeurs de philo : pour obtenir malgré ceux-ci de bonnes notes au BAC. Un peu de pubilcité pour le philosophe Cespedes de la part de LCI  :

Et une version plus longue (ennuyeuse) ici :

Le philosophe-là : Vincent Cespedes se trompe, et à plus d'un titre, et c'est moi qui vais indiquer la bonne méthode pour réussi son BAC philosophie 2018 (trop tard) et pour les BAC à venir, pour des siècles et des siècles.

Il faut d''abord dire que Vincent Cespedes a raison, les questions de Baccalauréat philo sont très difficiles ; Des enfants de 16 ans ne peuvent en connaitre les réponses, pas plus que les gens ayant fait de longues études ou les gens de plus de 60 ans. il est juste de dire que : "ces questions n'ont trouvé aucune réponse définitive en plus de deux mille ans de philosophie." ... et pour cause :

Qu'est-ce qu'un problème Dialectique ? Que dit le ... philosophe-là ; le vrai : Aristote

Qu'est-ce qu'un problème dialectique ?
 
Le problème dialectique est un objet de recherche qui tend, soit à choisir, soit à éviter, soit à acquérir la vérité et la connaissance, et cela soit en lui-même, soit comme adjuvant à la solution de quelque autre problème de ce genre ; ce doit être une chose sur laquelle la vulgaire n'a aucune opinion ni dans un sens ni dans l'autre, ou a une opinion contraire à celle des sages, ou bien encore sur laquelle les sages ont une opinion contraire au vulgaire, ou bien enfin sur laquelle il y a désaccord parmi les sages ou au sein du vulgaire.
Il existe en effet certains problèmes qu'il est utile de connaitre en vue de choisir ou d'éviter une chose : savoir si, par exemple, le plaisir est ou non ce qu'il nous faut choisir. Pour d'autres problèmes, au contraire , c'est en vue de la connaissance pure : savoir si, par exemple, le Monde est éternel ou non.[..]

Sont encore des problèmes les questions au sujet desquelles il existe des raisonnements contraires ( la difficulté étant alors de savoir si les choses sont ainsi ou non ainsi, du fait qu'on peut produire des arguments convaincants dans les deux sens), et aussi les questions au sujet desquelles nous n'avons aucun argument, parce qu'elles sont trop vastes et que nous croyons qu'il est difficle d'en fournir la raison ; si par exemple , le Monde est éternel ou non, car même les questions de ce genre peuvent faire l'objet d'une investigation.

Aristote Topique

Les probèmes dialectiques sont donc des questions qui peuvent recevoir des réponses dans un sens ou dans l'autre ( oui/non, vrai/faux).
En raison de l'incertitude du problème, les arguments dans un sens ou dans l'autre se valent ; le problème peut recevoir deux solutions opposés, et peut s'argumenter selon deux contradictoires. 
 
Voici maintenant des sujets de BAC philo 2015, 2016, 2017 :

Sujet 1 : La raison peut-elle rendre raison de tout ?
Sujet 2 : Une oeuvre d’art est-elle nécessairement belle ?
Sujet 1 : Défendre ses droits, est-ce défendre ses intérêts ?
Sujet 2 : Peut-on se libérer de sa culture ?
Sujet 1 : Y a-t-il un mauvais usage de la raison ?
Sujet 2 : Pour trouver le bonheur, faut-il le rechercher ?

Sujet 1 - La culture fait-elle l’homme ?
Sujet 2 - Peut-on être heureux sans être libre ?
Sujet 1 - La politique échappe-t-elle à l’exigence de vérité ?
Sujet 2 - Une œuvre d’art a-t-elle toujours un sens ?
Sujet 1 - La conscience de l’individu n’est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient ?
Sujet 2 - L’artiste donne-t-il quelque chose à comprendre ?
Sujet 1 - Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?
Sujet 2 - Le désir est-il par nature illimité ?
Sujet 1 - Savons-nous toujours ce que nous désirons ?
Sujet 2 - Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?
Sujet 1 - Travailler moins, est-ce vivre mieux ?
Sujet 2 - Faut-il démontrer pour savoir ?
Sujet 1 - Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?
Sujet 2 - Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

La politique échappe-t-elle à l'exigence de vérité ?
Respecter tout être vivant est-ce un devoir moral ?
La conscience de l'individu n'est-elle que le reflet de la société à laquelle elle appartient ?
Si je suis ce que mon passé a fait de moi, quelle liberté me reste-t-il ?
Comme choisir entre liberté et bonheur ?
Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?
L'argent fait-il le bonheur ?

             *   *     *   *   * *

On voit bien que chacun de ces sujets peut recevoir une réponse dans un sens et dans l'autre ; ce sont des problèmes délicats, tricky, difficiles à manier ; dont personne ne possède la solution définitive. Ce sont parfois des apories :

"Une aporie est une difficulté à résoudre un problème. Pour Aristote, c'est une question qui plonge l'auditeur dans le doute et l'embarras, tout en le poussant à trancher entre deux affirmatives. Tout problème insoluble et inévitable." WikiPedia

Solution des dissertations philo :

Ainsi du fait de ces données, la solution pour réussir sa dissertation est d'argumenter dans un sens : la thèse, puis dans l'autre sens : l'antithèse ; et enfin de "bacler" (sic) une conclusion : synthèse ; oui dans un sens, non dans un autre sens ; peut-être bien que oui, mais peut-être bien que non ! Ou : combien de temps met le fût du canon pour se refroidir ? un certain temps !

Ce qu'il faut dire aussi c'est que la dialectique, ce n'est pas de la réthorique, comme le dit Cespedes (un pur exercice de rhétorique) mais ce n'est pas non plus de la philosophie. La dialectique est une méthode, une techné, utile à ceux qui ont l'amour de la sagesse, pour acquérir celle-ci, mais ce n'est pas la philosophie en elle-même.

Aussi bien le BAC philo pourrait être rebaptiser : BAC dialectique.

Tags : Philosophie




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • vote
    La mouche du coche La mouche du coche 22 juin 14:14

    Au moyen-Age on apprenait les Arts Libéraux afin que les sujets du roi puissent être le plus intelligents possible. Aujourd’hui on n’apprend plus rien et nous appelons cela le progrès


    • 2 votes
      Belenos Belenos 22 juin 15:06

      "On voit bien que chacun de ces sujets peut recevoir une réponse dans un sens et dans l’autre ; ce sont des problèmes délicats, tricky, difficiles à manier ; dont personne ne possède la solution définitive.


      C’est inexact. Un bon nombre de ces questions trouvent une solution, sinon définitive (car qu’est-ce qui est "définitif" ?) du moins très satisfaisante et fort probable. Beaucoup ne peuvent pas recevoir une réponse aussi bien dans un sens que dans l’autre, non, vous vous trompez ! 

      Une question sans réponse, correspondant un peu à votre description, serait par exemple : "Pourquoi existe quelque chose plutôt que rien ?". 

      • 1 vote
        Zatara Zatara 22 juin 16:02

        tricky.... un adjectif tout à fait nécessaire philosophiquement parlant, of course


      • vote
        ged252 23 juin 18:23

        @Belenos

        Quand les réponses sont certaines, on fait de la science.

        .

        Toutes les questions d’éthique, de morale si on veut, les questions philosophiques ou politiques sont toutes dialectiques, incertaines, et il n’y a pas de réponse définitive, comme on le voit bien en politique ou en morale ; ou personne ne sait très bien ce qu’il faut faire ou comment se comporter,

        Si c’était du domaine du certain, ce serait de la science ; et depuis le temps on connaitrait les réponses..


      • vote
        Belenos Belenos 23 juin 19:45

        @ged252
        Ok, mais ce n’est pas contradictoire avec ce que je dis. Même une réponse non définitive peut quand même être une réponse qui appuie fortement d’un côté de la balance. Bref, je trouve que les questions du bac sont la plupart du temps de bonnes questions correctement posées. 


      • vote
        ged252 23 juin 21:39

        @Belenos
        Beaucoup ne peuvent pas recevoir une réponse aussi bien dans un sens que dans l’autre, non, vous vous trompez !

        . Avec de la mauvaise foi on peut tout faire.

        .

        Y compris, et surtout, de la sophistique, mais la sophistique ce n’est pas de la dialectique.

        .

        Bon vous n’avez pas le niveau, next time


      • 1 vote
        tobor tobor 24 juin 00:38

        @Belenos
        Il me semble aussi que chaque question sauf ("Une oeuvre d’art est-elle nécessairement belle ? à laquelle M. Duchamp, repris par l’histoire de l’art, a répondu de façon tranchée il y a un siècle) peut recevoir des arguments contradictoires.
        Chaque subjectivité avec ses intérêts propres penche dans un sens plutôt que dans l’autre en connaissance du fait qu’il existe des détracteurs éventuellement indéboulonnables mais qui n’altèrent en rien l’opinion personnelle.

        "Une question sans réponse, correspondant un peu à votre description, serait par exemple : "Pourquoi existe quelque chose plutôt que rien ?"."
        Les questions du bac doivent avoir deux voies d’autoroute pour la thèse et l’antithèse et votre question ouvre sur autre chose de plus ramifié, sans doute le pourquoi ? (Il y a bien une question en pq ? au bac : Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ? qui sort du lot à mon sens) Et donc on peut y aller pour l’antithèse avec des arguments pour démontrer qu’il n’existe rien plutôt que quelque-chose...


      • vote
        Belenos Belenos 26 juin 10:25

        @ged252
        "mais la sophistique ce n’est pas de la dialectique."

        Et mon cul, c’est du poulet ?



      • vote
        Belenos Belenos 26 juin 10:31

        @tobor
        "Les questions du bac doivent avoir deux voies d’autoroute pour la thèse et l’antithèse."

        Je n’en disconviens pas mais ce n’est pas cela dont il est question dans mon commentaire. Pour le comprendre, il faut considérer à quoi il répond. 


      • vote
        ged252 23 juin 18:19
        Un exemple d’une prémisse probable :
        .
        Si je demande à une personne : fera-t-il chaud le 15 Aout ?
        .
        Cette personne sera embarrassé, elle dira d’abord, je ne sais pas, puis peut-être c’est possible, d’habitude il fait chaud le 15 Aout ; et donc => c’est probable.
        .
        Voilà le niveau de probabilité d’une question dialectique !
        .
        Si ensuite à partir de l’affirmation : il fera beau le 15 Aout, je bâtis un raisonnement ou un scénario ; comme il fera chaud, nous pourrons faire un barbecue, manger dehors et dormir à la belle étoile ....
        .
        Quelle est la crédibilité de ce scénario ? La même que celle de la prémisse : c’est à dire incertaine. Car peut-être qu’il fera beau, ou bien peut-être ne fera-t-il pas beau !




        • 1 vote
          tobor tobor 23 juin 23:59

          @ged252
          Attention, le 15 aout, il peut faire chaud et pleuvoir en même temps, ce qui foutrait aussi le barbeuq par-terre.


        • vote
          Belenos Belenos 26 juin 10:33

          @tobor
          Pour foutre le barbeuq par terre, il faudra plus que de la pluie. Au moins une bonne bonne rafale de vent. 


        • vote
          ged252 23 juin 18:34
          La dialectique c’est ce qui se trouve sous forme de dialogue, par exemple les dialogues de Platon.
           Parce les prémisses sont incertaines, elles doivent être demandées (sous forme de question). Et elles doivent être accordées, concédées (sous forme de réponses)
          .
          Ca fonctionne de cette façon dans toutes les discutions ordinaires.

          • 1 vote
            tobor tobor 23 juin 23:50

            La dissertation est-elle une méthode pour n’avoir au bout du compte pas de propre avis ?
            La philosophie ne fait-elle pas l’apothéose du doute comme une fin en soi ?
            .
            Mr Cespedes à l’air cool et sympa mais se révèle plutôt rigide et protocolaire, les études en philosophie c’est une sorte de dressage aussi...


            • vote
              ged252 24 juin 11:37
              Claire colombini se plaint aussi des épreuves d’histoire pour obtenir des diplômes de professeurs d’histoire.
              .
              Elle ne pas compris que ce sont des sujets/des épreuves de dialectiques.
              .

              .La philosophie ne fait-elle pas l’apothéose du doute comme une fin en soi ?
              .
              C’est quelque chose comme ça, oui

              • 1 vote
                Giordano-Bruno 24 juin 13:38

                Ce n’est pas le doute qui est mis en avant par la dissertation de l’épreuve de philosophie. Hélas. C’est le relativisme. Un relativisme dogmatique. Un relativisme qu’il est déconseillé de relativiser si on souhaite obtenir une bonne note.

                Bien des philosophes ont des opinions tranchées. S’ils les exposaient au bac, auraient-ils la moyenne ?


              • vote
                ged252 24 juin 13:45

                @Giordano-Bruno

                .

                Pas le relativisme, le doute, on veut que les élèves n’aient aucune certitude, qu’ils doutent de tout, y compris d’eux-mêmes.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ged252


Voir ses articles







Palmarès