• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > "Le Dragon et l’Aigle : Lutte d’influence en Afrique subsaharienne" par (...)

"Le Dragon et l’Aigle : Lutte d’influence en Afrique subsaharienne" par Clément Nguyen (Cercle Aristote)

Quiconque désireux de comprendre la compétition économique et la complexité des relations internationales en Afrique ne pourra faire l'économie du visionnage de la conférence de Clément Nguyen intitulée : "Le Dragon et l'Aigle : Lutte d'influence en Afrique subsaharienne" ("et tout court" serait-on tenté d'ajouter...).

L'exposé d'une grande clareté et extrême précision traite de stratégies commerciales et géopolitiques différentes, la Chine misant surtout sur le développement d'infrastructures (ce qui n'est pas sans rappeler sa stratégie d'acquisitions et d'investissements en Europe - port en Grèce, aéroport de Toulouse...) tandis que les E.U.A. sur une architecture sécuritaire en s'appuyant notamment sur ce que l'auteur nomme des "nénuphars", soit une stratégie de maillage de l'immense territoire.

La potentielle complémentarité initiale des deux géants s'est transformée en une rivalité intense dont les répercussions sont internationales.

 

 

Pour se procurer l'ouvrage de C. Nguyen :

https://www.bgedition.com/detailbouti... https://www.amazon.fr/dragon-lAigle-L...

 

Pour rejoindre le Cercle Aristote :

http://www.facebook.com/lecerclearistote http://cerclearistote.com

 

Pour les soutenir :

https://www.tipeee.com/cerclearistote

ou faire un don Paypal via leur site internet (lien en rouge, en bas à droite) : http://cerclearistote.com/

Tags : Afrique Economie Etats-Unis Chine International Géopolitique




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 19 octobre 23:55

    Merci pour le partage.

    C’est un exposé très précis qui fait le panorama d’une succession de faits qui peut ennuyer l’auditeur peu informé sur le continent africain mais il est extrêmement intéressant pour qui suit un peu ce qui s’y déroule.

    Pour sauter directement à la conclusion, je suis totalement d’accord avec Clément Nguyen lorsqu’il dit que la multiplication des acteurs sur le continent est une opportunité pour les pays africains qui peuvent les mettre en concurrence et jouer au mieux de leur rivalité pour choisir les meilleures offres, certains chefs d’Etat excellaient dans ce domaine durant la guerre froide ( la chute du mur a d’ailleurs été une catastrophe pour beaucoup qui se retrouvaient de facto soumis à la férule américaine ). Mais ça c’est en théorie parce qu’en pratique, la concurrence libre et non faussée n’existe que dans les fantasmes des libéraux. Dans la réalité des pressions sont exercées pour obliger les gouvernements des petites puissances à faire allégeance aux grandes puissances, ce qui contraint les premières, qui se retrouvent vassalisées, à n’avoir pas d’autres choix que d’accepter les offres désavantageuses des seconds. Et à ce petit jeu-là, les chinois sont des petits joueurs. En effet, Clément Nguyen a bien décrit le maillage sécuritaire américain sur le continent. Ces dispositifs militaro-policiers qui existent officiellement pour le maintien de la paix et la lutte contre le terrorisme remplissent en réalité la fonction d’outils stratégiques au service d’un objectif  : permettre le déni d’accès aux matières premières aux concurrents. Ce sont des épées de Damoclès sur la tête des gouvernements qui s’engagent trop amicalement avec la Chine et qui peuvent se retrouver du jour au lendemain accusés de tous les maux ( dictateur, génocidaire etc.) et ensuite chassé du pouvoir par des proxys formés, armés et financés par la puissance américaine et ses vassaux occidentaux et locaux.

    L’agressivité et les moyens de pression des puissances occidentales sont sans équivalent, les chinois qui n’ont pas cette infrastructure sécuritaire sur le continent, ont beaucoup moins de levier, d’autant plus qu’ils semblent suivre leur principe de non-ingérence dans les affaires internes des Etats tiers. Les gouvernements africains peuvent refuser ou renégocier des offres chinoises sans prendre de risque de se faire renverser comme le montre l’exemple ghanéen donné dans la vidéo, par contre refuser une offre américaine ou française dans certains cas peut s’avérer très dangereux.

    Sinon, très bonne déconstruction, chiffres à l’appui, de la fameuse propagande sur les prêts toxiques chinois.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès