• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le monde schwabien

Le monde schwabien

Les anti conspi de tout poil s’en viendront user de cynisme et de discrédit, à l’évidence. Il faut faire avec cette guerre de division des troupes, nouvelles manipulations habiles lancées par les relais des cercles d’élites, et avancer malgré tout. Le diviser pour mieux régner bat son plein, on a jamais eu autant de « pros » et « d’antis » dans cette Europe amalgamée à coup de colle idéologique synthétique qui pue de plus en plus par décomposition avancée.

Une année et trois mois qu’une gigantesque opération « psy-op » (opération de manipulation psychologique) œuvre au noir un peu partout. La consumation exige du temps mais les marchés n’en ont pas. Il y a urgence à défaire, détruire, mettre le compteur à zéro. On parle partout de « great reset », l’expression Schwabienne à fait son « coming out » sur la scène pathétique du grand guignol mondial. Les généraux organisateurs de ce grand bordel restent en arrière plan… le pouvoir véritable n’aime pas la lumière, comme tous les monstres, il ne sort que pour évaluer, trier et réorganiser le champ de ruine qu’il a déclenché de sa tanière.

Oui, ils vont s’en donner à cœur joie ceux qui s’entêtent à penser qu’un camp du Bien demeure au sein de la tanière et qu’il s’active pour nous sauver les fesses. Alternance de sidération, de peur perversement orchestrée par les zélateurs du système qui espèrent un retour généreux dans leurs fouilles en regard de leurs « bons services ». Ils ont un nom, ils sont missionnés pour apparaître sur toutes les scènes plein feu du grand spectacle de la démolition organisée. D’aucuns, et ils sont encore fort nombreux, s’échinent à croire que cet énorme foutoire désolant et mortifère est nécessaire. Une partie de la nouvelle génération active s'empare, parce qu'on les a conditionnés pour ça, de la grande cause du "réchauffement climatique"... c'est l'étape 2 d'après covid19. Rappeler aux gueux que le "ciel va leur tomber sur la cafetière", les trouilles ancestrales ont la vie dure et ça aide les obsédés de la domination intégrale d'une ultra minorité qui n'a que faire du bonheur des 99%.

A l’évidence, avec le corona courronné, on a bel et bien affaire à une bestiole remaniée et devenue de facto virulente à souhait. Mais à y bien regarder, l’humain, lorsqu’il est encore à peu près jeune et sain, sait résister, et les chiffres, malgré leurs manipulations régulières, ne font plus tout à fait le même effet sur les esprits peureux. Pour autant, nombreux encore sont ceux qui ne savent déjà plus sortir sans masque. Les visages barrés, l’absence d’expression intégrale des visages devient le nouvel horizon des enfants de demain. On a pris l'habitude, ça devient normal... les normes sont les armes de ceux qui veulent arraser, abraser, mettre à niveau. 

Ceux qui ne s’en tiennent qu’aux informations officielles (le « meanstream » disent les adeptes de la tendance mondialisante) sont encore nombreux mais lorsqu’on plonge dans l’océan, souvent glauque, de la Toile numérique, l’on trouve déjà beaucoup de blocs, de blogs, de groupes, d’associations et de clubs de réflexion opérant une résistance. Nombreux aussi sont ceux qui ont oublié que lorsqu’une force destructrice monte, la loi des polarités et de l’équilibre produit à terme une force opposée. Le médian est la génie du vivant, ce point d'équilibre que connaissent bien les chinois, est mis à mal dans notre monde qui pensent en mode uniforme et unilatéral... à gauche toute ! puis à droite toute ! Le milieu, en occident, c'est aussi sexy qu'un Bayrou et aussi pervers qu'un Macron. La guerre qui se déploie sous nos yeux effarés au rythme de la compression inquiète de notre myocarde est à l’évidence une guerre mortelle à terme. Nous ne savons pas très bien ce qu’elle vise in fine mais l’on a quelques intuitions qui nous indiquent que ça ne sent pas bon du tout. 

Ceux qui gardent de la distance et qui observent attentivement peuvent déjà distinguer un mouvement qui avance par étape. D’abord l’effroi, puis l’angoisse distillée habilement via des médias devenus lieux de caquetage, de baratin, d’enfumage et d’empaillage au cœur desquels l’hypnotisé par l’écran ne sait plus regarder l'horizon. Alors on s’empaille, on s’insulte, on se conchie en ligne… c’est plus confortable finalement que de le faire au comptoir du café d’en bas en face à face. En moins d’un an, les plus opportunistes mais aussi ceux qui n’ont guère le choix pour bouffer (majoritairement les jeunes) se « zooment » en ligne. Skype était le canal des échanges familiaux distanciés, on a à présent instauré les « gestes barrières » et la distanciation sociale. Le contraire absolue de tout ce qui faisait hier encore le programme des progressistes et autres modernes qui n’en finissaient plus de vendre aux derniers salariés, devenus tous « collaborateurs » du grand profit privé, des « valeurs managériales » : focus client et commerce éthique étaient l’évangile quotidien des nouveaux prêtres de la religion attalienne… le nouvel ordre commercial et idéologique du Global. 

Les plus avertis, ceux qui observent l’animal humain plongé depuis plusieurs décennies dans l’une des plus énormes opérations de formatage, n’en finissent plus de tirer les conclusion de ce grand foutoir de la dévastation mondiale. Les dits « complotistes » sont les ennemis à abattre, il faut faire gaffe à ce qu’on dit et écrit. Les régimes totalitaires d’antan étaient bruyants, grossiers, épais et menaçant, on les voyait de loin et encore mieux de près. Celui qui se répand actuellement comme une peste invisible atteint des sommets de furtivité. Il est indirect, quasi transparent, planqué sous des mots choisis, et pire, intégré à tous les produits kulturels vendus à jet continu via des plateformes où se déploient le « nouveau monde Schwabien » et la vie artificielle des humains isolés de demain. L’IA nous est prophétisée comme le nouveau messie. Une société déspiritualisée meurt vite, il fallait lui trouver sa nouvelle religion, c’est fait. Ce sera une combinaison nouvelle : argent virtuel, technologie miraculeuse et divertissement permanent. Un cocktail sans effet explosif, juste un tampon d’éther sur le pif des quelques milliards d’humains de la post modernité lessivée des pieds à la tête.

Car dans ce monde rêvé par une poignée de dingues, il faudra passer plusieurs fois par jour au karchër sarkozien. Aseptisation et Stérilisation sont au programme… pour notre bien, ça va de soi. On a formé pendant des années des tas de commerciaux et autres relationnels aux relations humaines plus authentiques et on est passé en quelques mois à l’encagement sous Plexiglass. Les caissières et vendeurs des derniers commerces en réseaux porteront en permanence des gants de plonge, des fonds de slip sur le tarbouif et se tiendront bien sages dans leur boîte de Petri… car dans son nouveau bocal, l’homo covidien marine dans son jus, il fait du champignon et des bactéries sur lui-même, il les réabsorbe pour ne pas les laisser filer dans l’air du temps. Un air du temps devenu suspicion ordinaire avec juste la barre des regards hagards ou menaçant envers tout masque porté de traviole et on ne rigole pas ! On cauchemarde debout et ça fait plus d’un an que ça dure. Parait qu’on s’habitue à tout… on dirait bien que c’est vrai. Les hors-sols ultra riches s’en foutent, le système mafieux qui gère ce monde traumatisé n’a que faire de l’avenir ni du confort de cet animal humain devenu encombrant pour le grand business mondial. Devenu trop nombreux, les post humains Nietszchiens en voie de réification intégrale seront à terme les objets utiles d'un IA fantasmée par les mêmes dingos sus-mentionnés. Ils ont leur prophète ici, le délirant Laurent Alexandre, urologue qui n'a plus vu de vessie depuis belles lurettes mais qui nous vend la sienne est invité régulièrement pour nous conter son joli nouveau monde où les robots seront les travailleurs. A-t-il pensé aux uberisés de chez Deliveroo et UberEat qui s'agglutinent sur toutes les grandes places des grandes villes en attente des ordres de livraison de la malbouffe globale à 3€ le km ? Pourtant, ils sont bien là les nouveaux esclaves déracinés du monde rêvé par le cacochyme Shwab...

Nous fûmes nombreux à refuser de croire à la soumission totale mais notre espérance à fait long feu. Même si les résistances sont de plus en plus nombreuses, leur faiblesse est simple : elles ont du mal à créer un filet, un maillage solide où pourraient s'entremêler leur énergie vitale. Le système à su anticiper depuis belles lurettes, il a créé les GAFAM, les fondations bidons, les réseaux idéologiques et l’infiltration systématique. Toute dissidence fini pulvérisée ou dissoute avec l’aide d’un système judiciaire parfaitement soumis à la doxa de la grande déconstruction. Le « chaos constructif » cher aux économistes qui ont cessé de penser va bon train, les hors-sol y tiennent et ânonnent en boucle leurs épitres hebdomadaires promulgués via leurs serviles zélés auto proclamés « journalistes ». Le journalisme est majoritairement devenu un métier d’animateur(trice), ces agitateurs de doxa superficielle sont payés très grassement ce qui leur permet, en parlant du peuple, de dire « les français pensent ceci… les français veulent cela… », formule qui semble dire qu’eux ne font pas partie du peuple. C’est sans doute un peu vrai tant leur salaire et divers émoluments supplémentaires écrasent leur testostérone ici et œstrogène là. Le courage n’a plus cours dans un monde qui s’est avachi dans un confort consumériste et individualiste achevé. On se contente de peu et tant que les forts parviennent à descendre le "peu" en "très très peu essentiel" (!), on se soumet. Le réfrigérateur est toujours plein - de merdasse, certes, mais pleins - donc point de révolte globale sérieuse à craindre.

Quant au dernier avatar de cette civilisation mise à sac, le bien nommé virus à couronne... couronne en effet la marche triomphale du nouvel ordre mondial imprimé sur le billet de 1$ depuis 1957, date du grand sceau (grand Saut ?) américain. Un objectif, comme disent les manageurs de la grande cause mondiale privée, pensé par des esprits qui surent très vite comment réagissait l’animal humain dont les comportements relèvent majoritairement de la puissance de ses émotions. Le covid19 est leur arme de destruction massive de toute solidarité et de tout regroupement. Il y ont pensé...ils le firent. S’en suit cette autre arme de gestion massive : la piquouze pour tous. Dans les vaccindromes, les vieux sont majoritaires, ils ont peur, ils ne veulent pas mourir, on leur a promis l’éternité ou presque. Les quelques plus jeunes qui y vont sont les pratiquants assidus de la nouvelle religion BFMiste ou Franceculturiste où l’on pense Bien et Mal et où l’on désigne l’ennemi univoque. Le paumé de la post modernitude, recroquevillé pour certain sur ses petites épargnes, ne parvient plus à penser par lui-même. Il assure que tout est devenu trop complexe, une chatte n’y retrouverait pas ses petits et ce n’est pas faux. C’est l’enjeu d’aujourd’hui mes chéris, va falloir quand même s’emparer de la complexité si l’on ne veut pas finir en troupeau de bovins alimentés au steak végétal, aux boissons chlorées, aux graines hors-sol et piqués trois fois par an aux cocktails géniques fabriqués en express dans des labos qui ont collaboré depuis bien longtemps pendant qu’on roupillait en tétant confortablement arrosé quotidiennement par le jet de la médiocrité et du divertissement global jusqu’à la zombification intégrale.

Ici, pour tester sa capacité à penser hors des sentiers médiatiques, deux gars qui ont osé fouiller dans les poubelles des maîtres du monde Shwabien. C'est long mais c'est intéressant à écouter...




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • vote
    JL 24 mai 10:55

    ’’Le milieu, en occident, c’est aussi sexy qu’un Bayrou et aussi pervers qu’un Macron.’’

     

     Sans vouloir faire mon intéressant, permettez moi de vous suggérer que pour rester sur le même ton le premier degré vu que le second ça le ferait pas ici  il faudrait dire : Le milieu, en occident, c’est moins sexy qu’un Bayrou et aussi pervers qu’un Macron.

     


    • vote
      JL 24 mai 10:56

      Ah oui, pardon : bon article, mais vidéo un peu longue. Je visionnerai plus tard. Merci.


    • 1 vote
      Djam Djam 24 mai 17:01

      @JL Oui, merci ! Votre formulation est effectivement plus juste et meilleure que la mienne ?


    • 3 votes
      alanhorus alanhorus 24 mai 17:33

      Merci pour la vidéo très intéressante.

      https://reseauinternational.net/totalement-cingles-a-bordeaux-ils-vaccinent-les-contamines/

      Ils sont en trains de faire des lois pour obliger les cas contact covid à se faire vacciner.

      https://reseauinternational.net/eclairages-sur-la-notion-de-patrie-juive-en-palestine/

      1 commentaire de l’article :

      Primo Levi
      Un livre « Un testament » adressé à son fils
      « De tout ce que tu viens de lire tu pourras déduire que le mensonge est un péché pour les autres, et pour nous une vertu. Le mensonge ne fait qu’un avec notre métier : il convient que nous mentions par la parole, par les yeux, par le sourire, par l’habit. Non pas seulement pour tromper les patients ; tu le sais, notre propos est plus élevé, et le mensonge, et non le tour de poignet, fait notre véritable force. Avec le mensonge, patiemment appris et pieusement exercé, si Dieu nous assiste nous arriverons à dominer ce pays et peut-être le monde : mais cela ne pourra se faire qu’à la condition d’avoir su mentir mieux et plus longtemps que nos adversaires. Je ne le verrai pas, mais toi tu le verras : ce sera un nouvel âge d’or, où seules les dernières extrémités pourront nous mettre dans la triste nécessité d’arracher encore des dents, tandis qu’il nous suffira, pour gouverner l’État et administrer la chose publique, de prodiguer les pieux mensonges que nous aurons su, entre-temps, porter à la perfection. Si nous nous révélons capables de cela, l’empire des arracheurs de dents s’étendra de l’Orient à l’Occident jusqu’aux îles les plus lointaines, et n’aura pas de fin. »
      L’éditeur français ne s’est pas trompé sur l’importance de ce texte dans l’œuvre de Levi, en l’imprimant en couverture.
      Le mensonge et la vérité sont des thèmes chers à Levi, comme en témoigne encore cet extrait des premières pages de son dernier essai Les Naufragés et les rescapés :
      « Les SS trouvaient plaisir à en avertir cyniquement les prisonniers : “De quelque façon que cette guerre finisse, nous l’avons déjà gagnée contre vous ; aucun d’entre vous ne restera pour porter témoignage, mais même si quelques-uns en réchappaient, le monde ne les croira pas. Peut-être y aura-t-il des soupçons, des discussions, des recherches faites par les historiens, mais il n’y aura pas de certitudes parce que nous détruirons les preuves en vous détruisant. Et même s’il devait subsister quelques preuves, et si quelques-uns d’entre vous devaient survivre, les gens diront que les faits que vous racontez sont trop monstrueux pour être crus : ils diront que ce sont des exagérations de la propagande alliée, et ils nous croiront, nous qui nierons tout, et pas vous. L’histoire des Lager, c’est nous qui la dicterons.” »

      Le Satan sioniste est sur terre pour déchristianiser d’isislamisé dejuifisé defertilisé piquouzé déshumaniser, etc. pour qu’il lui soit facile de nous esclavagisé.

      Et ceux qui ont lu les protocoles savent que toutes les guerres qui ont lieu sont leurs intrigues pour détruire le monde affamé et esclavager l’humanit

      Shlomo Sand » Comment le peuple juif fut inventé

      https://youtu.be/Y-G6au-T1xE

      Les mensonges du covid serait-ils d’inspiration de primo levi dont l’esprit existe hélas et il dit clairement ce qu’il dit ce type qui a finit suicidé.


      • 1 vote
        Djam Djam 25 mai 12:30

        @alanhorus
        Merci pour votre précieux apport smiley 

        Un autre petite ouvrage à lire à l’occasion : "L’histoire occulte des faux hébreux" Les Khazars" par Benjamin H. Freedman (15 €). Une leçon d’histoire-géo captivante qui fait un peu la lumière sur ceux qui s’auto proclament "juifs" à tour de médias... L’étude rejoint le travail de Schlomo Sand et les falsifications massives de l’histoire rédactionnelle du Talmud, ouvrage qui, lui, contient dans sa version originale, une quantité impressionante de propos d’une rare violence envers tout ce qui est chrétien. 


      • vote
        Norman Bates Norman Bates 25 mai 01:12

        Rien que le texte mérite d’être amplement partagé, sans aucune modération...

        Merci pour ce pertinent trait de plume et cet excellent article...


        • vote
          Djam Djam 25 mai 12:30

          @Norman Bates
          Merci à vous Norman... smiley


        • 1 vote
          Tchakpoum 25 mai 10:06

           Le schwabisme, schwaber le système, le schwabistan, une opération schwabisane, la schwabinisation des esprits, se faire schwaber bien profond, en tout cas le monde schwabien est moche comme son nom : du gros mou qui étouffe.

          .

          Je sais d’avance que je n’égalerai pas votre prose. Il y a un endroit que je voudrais reprendre pour compléter.

          Les régimes totalitaires d’antan étaient bruyants, grossiers, épais et menaçant, on les voyait de loin et encore mieux de près. Celui qui se répand actuellement comme une peste invisible atteint des sommets de furtivité.

          C’est le regard vers le passé qui donne sa forme finale, avec  ses résultats produits. Alors on comprend tout, du moins, on pense tout comprendre et cela suffira pour expliquer le présent. On sait ce qu’est un monstre, on n’est plus grossiers comme jadis, on connait le ventre fécond de la bête immonde, on sait maintenant les pièges. Mais la vraie diablerie de la naissance d’un monstre est là : on ne comprend pas quand il prend forme et il grandit toujours derrière son dos. Ou ceux qui le comprennent, ne savent pas comment faire pour le montrer, ce que Koestler avait expliqué dans « La corde raide ».

          .

          Peter Handke l’a parfaitement saisi en quelques pages dans son petit livre, superbe, « Le malheur indifférent », mais je ne l’ai plus sous la main. La crise Allemande de 1933, c’était une famille sur deux au chômage et l’inflation qui changeait les prix tous les jours. Le fond du gouffre, sans savoir comment s’en sortir. En 1939, c’était le plein emploi. Handke raconte le monde de sa mère et l’été Allemand dans les campagnes en 1938. Déjà pro-nazis, ou incertains, de toute façon, les Allemands avaient retrouvé une énergie neuve et puissante, une discipline qui mettait tout en harmonie. Les récoltes ont été exceptionnelles, tous les paysans s’entraidaient, comme des abeilles d’une vaste ruche et cette symphonie devenue quasi-naturelle produisait des résultats époustouflants. Et c’est toute cette griserie, cette joie entre Allemands, de même culture et même race qui se comprenaient intuitivement, qui a été éveillé par le génie d’Hitler, qui a embarqué le pays dans la suite meurtrière que l’on sait.

          .

          Le monstre qui grandit aujourd’hui ne ressemble à rien de ce qui a pu exister et chercher à comparer est la première erreur. Ce monde Schwabien que vous nommez déjà. Comme le nazisme et le fascisme n’ont pas eu de précédant. Et s’il va se produire des horreurs, on ne sait pas ce qu’elles seront. Il y a juste un lot de gens qui sentent, peuvent comprendre ça entre eux. Mais ils n’ont pas les mots ou les concepts pour le dire, car ils n’existent pas encore, ou c’est trop énorme à dire, ou trop intime à nos façons de penser. Les relais pour avertir sont rompus par l’incompréhension. Le mot « complotiste », d’ailleurs, qui empêche de débattre et confronter, il est tout neuf, n’est-ce pas… C’est la paroi de verre.

          .

          On peut se tromper, avoir une opinion. Quand est secrété constamment, de partout, un langage qui ne consiste plus à dire ce qui est, mais qui consiste uniquement à gérer les informations, réappareiller la réalité, on trouve un point commun avec la propagande nazie ou bolchévique. Mais ce n’est qu’un élément de compréhension, pas l’explication de l’obscurcissement général des esprits.


          • vote
            Djam Djam 25 mai 12:46

            @Tchakpoum
            Remarquable ajout à ma modeste analyse, somme toute je le sais, forcément subjective... 
            Ce qui nous empêche de saisir dans sa totalité le phénomène qui nous recouvre lentement comme une couverture progressivement étouffante est sans doute lié, en partie du moins, à cette nouveauté inédite d’un maillage totale de la planète "grâce" (?) à l’internet.
             
            Ce filet gère en effet les flux incessants d’informations et le torrent est d’une telle densité qu’il devient quasiment impossible d’en extraire les pépites susceptibles de s’approcher un tant soit peu de quelques vérités et pour le coup, j’emploierai le terme faussement anglais "d’évidences" à la place de vérités.

            La relecture récente pour moi des écrits de Machiavel et, je l’avoue, un peu plus en diagonale, de Hobbes, m’éclaire un chouia malgré tout. Ces deux là avaient déjà pigé à leur époque qu’il était bien plus efficace de considérer l’homme comme irrécupérable et que tout pouvoir devait exploiter la nature émotionnelle basique de l’homme pour le gérer.

            Les deux penseurs évoquent bien sûr la lâcheté, la peur et la crainte instinctive de la nature humaine comme étant indécrottables. Partant de là, ils affirment que tout état doit utiliser ces travers pour viser le maintien d’une certaine paix sociale.

            Ayant abandonné toute sotériologie (l’idée du salut via des pratiques religieuses), les états modernes n’ont aucun scrupule à accepter de facto le glissement vers la gestion façon "troupeau" à contenir par la peur. Et comme les troupeaux, on les marque, pique, compte et menaçe. c’est la caractéristique de ce Nouvel Ordre Mondial qu’appellent de leurs vœux tous les prêtres de la mondialisation intégrale qui, eux, vous l’aurez compris, se considèrent comme le délirant Laurent Alexandre : des dieux ! 


          • vote
            Tchakpoum 25 mai 10:32

            Je n’ai écouté que 30 minutes de la vidéo. Je n’ai pas d’opinion sur l’origine du virus. Il y a fort Detrick, en effet, le laboratoire de Wuhan et les brevets de Pasteur présentés par Fourtillan. Pour ce que j’en ai appris. Première remarque : l’OMS n’enquête que sur Wuhan. Levez le doigt, ceux qui sont étonnés. Le commun, en tout cas, c’est que sont des laboratoires P4. Il y en a 46 dans le monde. De fait ce sont autant de foyers de contaminations, et d’augmentation mathématique du risque avec le temps qui passe. Qu’on se souvienne du Novitchok trouvé pas loin laboratoire de Salisbury. En plus des morts (deux, je crois), il y a "l’évaporation" des des Skripal, oncle et nièce, qui ne valent rien par rapport à un dossier trop sensible où rode un lab P4.

            Donc s’il faut éradiquer les sources d’infections, il faut éradiquer les 46 labs P4. Mais ce sont aussi des pertes de connaissances. Avec la perturbante question : on arrête de chercher, donc on arrête le savoir ? Pourtant il y a bien un traité international contre la recherche chimique en armement. Et puis quand ça consiste à chercher ces putains de « gains de fonctions » des virus, qui sont de savoir comment ça peut rendre mieux malade et mieux partout, moi, je dis qu’il n’y pas besoin.


            • vote
              Djam Djam 25 mai 12:59

              @Tchakpoum
              C’est indiscutablement bien difficile de se faire une opinion entendante et à minima logique. 

              j’aurai tendance à m’interroger un peu plus en amont, c’est-à-dire non pas sur la pertinence hypothétique mais pas inintéressante de mise au point de "vaccins", mais sur les vraies raisons des recherches des 46 labos P4 répartis dans le monde (?)

              Pourquoi s’acharner à manipuler des virus si ce n’est, avant toute question de santé mondiale, pour s’en servir comme éventuelles armes bactériologiques ? 

              Deux éléments échappent, me semble-t-il, aux manipulateurs de la virulence nanométrique....
              1/ le Vivant en sort toujours gagnant. En clair, aucun chercheur, aussi pointu soit-il, ne parvient à comprendre comment fonctionne le Vivant. Et ce, pour la bonne raison, qu’il existe une (large) part d’invisible dans ce phénomène. 

              2/ l’organisme humain lui-même, énorme et mystérieuse organisation physico-psychique, bien qu’étudié et observé au nanométrique près, garde sa part de mystère : conscience et âme sont deux notions que la science rejette... parce qu’elle ne peut les maîtriser ni les comprendre. 

              ...et pourtant, ce sont ces deux notions mystérieuses qui nous échappent comme une savonnette mouillée de nos mains malhabiles, qui sont à l’origine du Vivant... mais j’en conviens, ceci est un autre captivant débat smiley


            • 1 vote
              Tchakpoum 25 mai 13:24

              @Djam

              conscience et âme sont deux notions que la science rejette

              C’est même très exactement ce qu’a expliqué Rabelais, la différence entre la science (la vraie, elle existe) et ce qu’on appelle aujourd’hui le scientisme : science sans conscience...

              Les médecins ont leur serment, celui d’Hippocrate, même si beaucoup se torchent avec, il leur reste quand même collé au Ku. Les scientifiques devraient, eux, jurer avant d’exercer sur le serment de Rabelais.

              Et c’est une vieille histoire, racontée depuis longtemps. Laurent Alexandre a son portrait : celui du docteur Moreau, dans son île, livré à ses délires décrits par H.G. Wells.


            • vote
              Djam Djam 25 mai 15:51

              @Tchakpoum
              Tout à fait d’accord avec vous...

              Rabelais, auteur quasi philosophe pour son temps, encore très mal compris par nos contemporains qui, par ailleurs, ne lisent plus mais font des fiches de lecture ! Rabelais et sa "dive bouteille", son "manger bien" était un peu le Dr Bien-vivre de son temps. Un toubib qui conseillait bonne humeur, alimentation saine et qui ne se privait pas de critiquer vertement les élites de son temps déjà fort corrompues...

              H.G. Wells aura au moins eu une sorte de seconde vie en tant qu’auteur-à-succès ! C’est vrai que le gars avait eu du pif smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès