• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le mouvement Vegan face à la FNSEA ou comment tuer tout débat autour de "la (...)

Le mouvement Vegan face à la FNSEA ou comment tuer tout débat autour de "la souffrance dans le cadre d’une production animale industrielle"

 

  "Peut-on vraiment produire de la viande sans faire souffrir des bêtes ou faut-il amorcer un changement radical de société ?

Jamais la question animale n’a été aussi présente dans la société. Les vidéos-chocs de l’association L214 dénonçant la maltraitance dans des abattoirs ont entraîné un vaste débat sur les traitements que nous réservons aux animaux et ont questionné notre consommation de viande. Depuis, pas une semaine ne passe sans que des essais soient publiés ou des initiatives organisées pour promouvoir le véganisme et esquisser les traits d’un monde qui bannirait toute exploitation animale." -  Le Monde

______________

 

  Le sabotage du débat autour de la souffrance des animaux produits dans un cadre industriel ne peut qu'avoir lieu lorsque l'on oppose à la FNSEA le mouvement Vegan qui demande que l'on cesse l'exploitation animale à des fins alimentaires et que l'on mette un terme au "spécisme", à savoir : plus de cloison étanche entre les humains et les animaux - même considération, droits identiques : point de vue anti-spéciste) ; une FNSEA-force de frappe politique des partis de droite depuis les années 60, responsable de la désertification des campagnes, de la perte d'emplois par millions ( en cumul) dans l'agriculture et l'élevage ainsi que de la pollution de tout ce qui vit : terre, air et eau ; car, le point du vue Vegan - mettre un terme à l'exploitation animale à des fins alimentaires (production industrielle et élevage confondus) - correspond à une revendication partagée par une infime partie des consommateurs ( notez que le végétarisme concerne à peine 1% de la population) alors que la préoccupation suivante recueille près de 75% des suffrages parmi les consommateurs de viande : quel habitat pour l'animal destiné à la consommation, quelle nourriture, quel transport et quelles conditions de mort ?
 
 N'offrir au public pour seul débat qu'un face à face FNSEA/Vegan c'est bel et bien chercher à faire en sorte que seul ce syndicat garde la main sur ce débat et la maîtrise du calendrier quant aux réformes à mettre en place, puisque très vite, les positions "jusqu'auboutiste" des Vegans, les disqualifient (1) ; en effet, ce mouvement ne rencontrera le soutien d'aucun consommateur et par conséquent, aucun rapport de force ne pourra être établie ; ce même consommateur choisissant alors la neutralité, voire le retrait : ni la position de la FNSEA ni celle des Vegans.
 
 Aussi, l'intérêt de tous serait de remettre ce débat et de confier l'établissement d'un réel rapport de force face à la filière agro-alimentaire (du producteur au transformateur, du local au national, de l'exportateur à l'importateur) entre les mains non pas du mouvement Vegan mais bien plutôt entre les mains d'associations soucieuses du bien -être des animaux destinés à la consommation composées de consommateurs de viande ; une force qui se compte alors en millions ; tout en gardant à l'esprit qu'il ne peut y avoir d'amélioration des conditions de vie et de mort pour ces animaux-là sans une réduction significative de notre consommation carnée.
 
 
 
1 - L’association L214 dénonçant la maltraitance dans des abattoirs fait un travail utile avec la diffusion de vidéos-choc ; L214 c'est une chose.. l'idéologie Vegan une autre.... or, cette idéologie n'aura jamais raison contre la FNSEA qui est loin d'être composée d'imbéciles ; ce syndicat doit faire face à une critique acerbe depuis trente ans ; il est très rodé. Il a eu raison de la confédération paysanne et de José Bové parti se cacher au parlement européen.
 
 

Tags : Animaux Alimentation Polémique




Réagissez à l'article

289 réactions à cet article    


  • 3 votes
    ZardoZ ZardoZ 2 juillet 2018 13:44
    Le véganisme est la nouvelle appellation pour le végétalisme qui déjà il y a quelques années étaient un mouvement embryonnaire sectaire.
    J’ai été végétarien pendant 5 ans environ, il ne faut pas confondre le végétarisme avec le véganisme = végétalisme pour rappel.
    Un végétarien ne se carence pas, il mange des sous produits animaux, lait, beurre, œufs, fromages, voir même comme moi à l’époque du poisson et des fruits de mer, tandis que le végan idiot ne bouffe que que du foin et de la salade, les naturopathes à l’époque disaient d’eux qu’ils étaient des crétins finis, 30ans plus tard les voilà sur le devant de la scène avec leurs analyses de niveau de classe primaire, à venir scander des slogans débiles et ces tartuffes ne s’apercevant ou ne voulant pas voir les dizaines d’insectes écrasés par eux avec leur vélibs parisiens...

    • vote
      Belenos Belenos 2 juillet 2018 18:20

      @ZardoZ
      "tandis que le végan idiot ne bouffe que que du foin et de la salade"

      https://menu-vegetarien.com/recette-vegan-tarte-champignons-marrons-cranberries/


    • vote
      ZardoZ ZardoZ 2 juillet 2018 18:38

      Te fatigues pas @Belenos j’ai été végétarien à une époque dans ma vie, alors les plats sans viandes, je connais bien... smiley

      Et puis il faut arrêter de penser, que les non végétariens mangent de la viande sans arrêt. Manger de la viande à tous les repas est néfaste pour la santé.

      Par contre les végétaliens c’est l’excès contraire, bouffeur de foin et de graines... smiley 


    • vote
      Belenos Belenos 2 juillet 2018 18:49

      @ZardoZ
      "il faut arrêter de penser, que les non végétariens mangent de la viande sans arrêt"

      Je ne dis pas le contraire... et d’ailleurs je n’ai même encore rien dit du tout.  smiley 

      Mais faut-il continuer à penser que "le végan ne bouffe que que du foin et de la salade" ?  smiley



    • vote
      Belenos Belenos 2 juillet 2018 19:03

      @Belenos
      "bouffeur de foin et de graines..."

      Ah, mais avec des graines, c’est déjà plus complet !   smiley 

      Petite remarque : les graines sont la base de l’alimentation mondiale. Les graines amylacées (les céréales) qui contiennent environ 70% de glucides sont par exemple l’avoine, le blé, le maïs, l’épeautre, l’orge, le seigle, le riz… Les graines protéagineuses (les légumineuses) qui contiennent 45% de protéines : pois-chiche, alfalfa, fenugrec, fève, lentille, haricot mungo, azuki, soja… Et les graines oléagineuses d’où viennent une bonne parties de nos huiles alimentaires, qui contiennent 50% de lipides : lin, courge, sésame, tournesol, pavot, chanvre, chia… Source : https://www.via-les-herbes.com/les-graines-dans-lalimentation/

      Si on ajoute à toutes ces graines la grande variété des fruits et des légumes, on commence à moins s’ennuyer en cuisine et à table. Et on peut probablement laisser le foin à l’écurie.  


    • 1 vote
      pegase pegase 3 juillet 2018 10:51

      @ZardoZ

      Te fatigues pas @Belenos j’ai été végétarien à une époque dans ma vie, alors les plats sans viandes, je connais bien... 


      A fuir absolument, les filles véganes refusent les relations bucco-génitales smiley

      Le véganisme est une abomination !


    • 1 vote
      pegase pegase 3 juillet 2018 11:12

      @Belenos

      C’est pas les mêmes protéines ... rien à voir ! 

      Allez demander à un bucheron de bouffer des graines et de la salade, le type aura rapidement des problèmes musculaires et articulaires ... 

      http://www.lrbeva.com/focus_scientifique-19.html

      Différences entre protéines animales et protéines végétales

      Ces deux groupes ne sont pas homogènes et incluent des protéines extrêmement différentes.

      De manière générale néanmoins, les protéines animales sont plus riches en acides aminés indispensables que les protéines végétales. Certaines protéines végétales peuvent en effet présenter une teneur limitante en certains acides aminés (lysine pour les céréales ou acides aminés soufrés pour les légumineuses). Pour assurer la couverture des besoins en acides aminés indispensables, il faut donc veiller à associer les sources protéiques végétales (ex : riz et soja) ; cela n’est en revanche pas essentiel lorsqu’on consomme des protéines animales de haute qualité nutritionnelle à hauteur des ANC. Toutefois, il est conseillé d’associer les protéines animales et végétales car, si les premières permettent de couvrir les besoins en acides aminés indispensables, il est préférable de conserver un rapport acides aminés indispensables/acides aminés non indispensables équilibré. 

      Si la différence reste minime, il semblerait que la digestibilité des protéines animales soit supérieure à celle des protéines végétales.

      Dernier point, l’ingestion de protéines animales induit, de par la composition des produits qui les renferment, une consommation non négligeable de graisses saturées. A l’inverse une consommation très fortement végétale favorise les apports en fibres et glucides complexes mais peut entraîner des risques de déficience en certains micronutriments (vitamine B12 par exemple).

      En conclusion, il est nécessaire de combiner plusieurs protéines sans faire nécessairement référence au rapport protéines animales/protéines végétales. L’avis EFSA rendu en 2008 sur l’allégation « protéines animales et croissance osseuse » va dans ce sens : les effets bénéfiques sont reconnus mais ne concernent pas qu’une seule source. Les clés d’une alimentation protéique idéale ? La diversité et l’équilibre ! 


    • 8 votes
      Hieronymus Hieronymus 2 juillet 2018 16:57

      Les végans militants sont des crétins et des lâches, ils ne s’en prennent qu’aux seules boucheries ordinaires qui respectent pourtant les clauses d’étourdissement de l’animal afin de limiter au maximum sa souffrance.
      Les végans refusent par contre de s’en prendre à l’abattage rituel hallal ou casher (bcp plus barbare) afin de ne pas "taper sur une population déjà stigmatisée", il est vrai qu’il faut un peu plus de courage pour s’en prendre à des musulmans violents qu’à des bouchers ordinaires !
      http://www.fdesouche.com/1034889-pourquoi-les-casseurs-epargnent-le-halal
      Ces végans sont aussi stupides et malhonnêtes que les féministes allemandes refusant de condamner leurs agresseurs musulmans lors des viols du nouvel an en Allemagne au prétexte de ne pas stigmatiser des populations immigrées ..


      • 2 votes
        Belenos Belenos 2 juillet 2018 18:41

        Tout militantisme tend à devenir du fanatisme. Le contenu du militantisme n’y change rien, l’idée de départ peut être belle, géniale, raisonnable, peu importe. Même une association contre le fanatisme peut devenir à un moment une secte de fanatiques. On dirait que dès que quelques êtres humains s’assemblent pour défendre une idée, celle-ci se fige, perd de sa lumière et une tumeur prend sa place : les militants deviennent des agents de la tumeur. Ca pose une question à la fois politique et pragmatique : on est certainement plus efficace si on s’assemble mais comment peut-on s’assembler sans produire une psychose collective ?


        • 2 votes
          ZardoZ ZardoZ 2 juillet 2018 18:47

          @Belenos

          Pas toujours, le club de boulistes de ton village, ils développent pas de psychose collective, peut être un peu quand ils font un stop au bistrot "chez Gégé" mais bon, ça doit pas être bien méchant. smiley 


        • 2 votes
          Belenos Belenos 2 juillet 2018 19:12

          @ZardoZ
          Les boulistes ne sont pas trop militants mais s’ils l’étaient ils deviendraient aussi fanatiques et feraient du porte à porte pour convertir les non-boulistes. Ils se réuniraient dans des sous-sols pour adorer en secret le dieu Cochonnet, la Sainte-Mire, le Bouchon sacré, le suprême Petit (selon les différentes écoles) et les plus violents adeptes feraient des sacrifices et des attentats en se servant des boules pour défoncer les têtes des mécréants. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 2 juillet 2018 19:21

          @Belenos
          Excellente question. Mais je pense qu’on est pas prêt de trouver la réponse ... smiley


        • vote
          Ozi Ozi 2 juillet 2018 19:42

          @maQiavel

          Une partie de la réponse a été donné par Gandhi : "Soit le changement que tu veux voir dans le monde", pour changer ce monde il suffit de se changer soi, pas besoin d’aller convertir brutalement les autres. Cela peut paraître fantastique ou magique pour une civilisation engluée dans une puérile conception matérialiste du monde, mais pour ceux qui osent expérimenter en conscience, là...  smiley


        • vote
          Belenos Belenos 2 juillet 2018 21:05

          @maQiavel
          "Mais je pense qu’on est pas prêt de trouver la réponse."

          Il y a une piste intéressante, qui est l’équivalent de ce que produit la nature : la mort programmée. Ce qui signifie que toute association devrait prévoir sa propre disparition pour éviter d’entrer dans un processus tumoral. Sur le plan politique, cela signifierait la disparition des partis idéologiques à prétention éternelle au profit de l’émergence d’associations politiques à buts concrets et à durée limitée. On peut aussi mettre en oeuvre le même fonctionnement sur le plan économique avec des entreprises et des sociétés à durée limitée.  


        • vote
          Belenos Belenos 2 juillet 2018 21:07

          @Ozi
          "Une partie de la réponse a été donné par Gandhi : "Soit le changement que tu veux voir dans le monde""

          C’est vrai aussi. Et d’ailleurs manger moins ou plus du tout de chair animal en est une parfaite illustration : c’est efficace tout de suite. Pas besoin d’aller agresser des bouchers ni même de faire du prosélytisme actif. 


        • vote
          pegase pegase 3 juillet 2018 12:41

          @Belenos

          On peut aussi mettre en oeuvre le même fonctionnement sur le plan économique avec des entreprises et des sociétés à durée limitée.


          La plupart des entreprises pmi, pme, sont déjà à durée très limitée smiley

          Le sport national consiste à ouvrir une boite type SARL, faire semblant d’être motivé pendant un an ou deux, puis planter tout le monde, les banques, les fournisseurs, urssaf, rsi, fisc, en détournant un maximum de pognon !

          Les turques savent bien faire, après ils se barrent dans leur pays en laissant tout leurs créanciers dans la mouise  smiley


        • vote
          pegase pegase 3 juillet 2018 12:43

          Le matériel de l’entreprise (appartenant à l’entreprise jusqu’à ce que tout les créanciers soient payés) on le retrouve sur le bon coin à prix cassés sans factures ...


        • 1 vote
          QaviQeQuarQo QaviQeQuarQo 3 juillet 2018 17:09

          @Ozi
          "pour changer ce monde il suffit de se changer soi"


          c est joli sur le papier, mais cela ne marche pas. Les jacques attali et consort disent a peu pret la meme chose d ailleur, qu il faut se prendre en main soi meme, ne pas attendre de l état, que la politique est morte...

          Non, Il n y a que la politique de réseau qui marche et la coercicion des masses passives.

          Et cela est valable pour tout type d ideologie, quelle soient spécistes, végan, socialiste liberale ou traditionaliste.

          C est d ailleur pour cela que les pensées asiatiques s allient si bien au modernisme, que l on voit des boudha décorer les salons des bobos avec leurs seances de yoga parisiennes. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 4 juillet 2018 12:04

          @Ozi

          "Soit le changement que tu veux voir dans le monde", pour changer ce monde il suffit de se changer soi, pas besoin d’aller convertir brutalement les autres. Cela peut paraître fantastique ou magique pour une civilisation engluée dans une puérile conception matérialiste du monde, mais pour ceux qui osent expérimenter en conscience, là... 

          ------> Oui, c’est très joli mais est-ce efficace ? Est-ce que Gandhi a suivi son propre conseil dans sa lutte indépendantiste ?

          @Belenos

          -Il y a une piste intéressante, qui est l’équivalent de ce que produit la nature : la mort programmée. Ce qui signifie que toute association devrait prévoir sa propre disparition pour éviter d’entrer dans un processus tumoral. Sur le plan politique, cela signifierait la disparition des partis idéologiques à prétention éternelle au profit de l’émergence d’associations politiques à buts concrets et à durée limitée.

          ------> Les idéologies survivent aux associations qui les défendent. Donc la dissolution de ces associations ne changera rien à la survie des idéologies.

          Le gros problème avec les partis idéologiques, c’est qu’ils partagent en commun avec les êtres biologiques l’instinct de survie mais sans partager la mort programmée. De telle sorte qu’une idéologie ne meurt que parce qu’une autre a pu la remplacer ou la vaincre (ce qui est la même chose au fond).

          Et paradoxalement, cette caractéristique fait partie de ce qui permet aux humains de s’inscrire dans la longue durée.

          @QaviQeQuarQo

          -Il n y a que la politique de réseau qui marche et la coercition des masses passives.

          ------> En effet. C’est tout le problème … 


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 4 juillet 2018 12:38

          Les plus drôles, ce sont les militants anti-militantismesmiley 


        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 4 juillet 2018 13:41

          @maQiavel
          Résolvons cette contraction en devenant militants anti-militants anti-militantisme. 


        • vote
          Belenos Belenos 4 juillet 2018 22:01

          @maQiavel
          "Est-ce que Gandhi a suivi son propre conseil dans sa lutte indépendantiste ?"

          Oui et c’est même un modèle dans le genre. Son style de vie était accordé à ses préconisations. Il n’a pas dit non plus qu’il fallait se contenter de se changer soi-même mais que c’était la première fondation d’une action cohérente (sans quoi on veut brutalement changer le monde sans jamais y parvenir puisqu’on contribue à entretenir la brutalité générale avec sa propre brutalité). 


        • vote
          Belenos Belenos 4 juillet 2018 22:19

          @maQiavel
          "Les idéologies survivent aux associations qui les défendent. Donc la dissolution de ces associations ne changera rien à la survie des idéologies."

          Je ne pense pas que vous ayez bien compris la partie de mon commentaire à laquelle vous répondez ici. Je dis que "toute association devrait prévoir sa propre disparition pour éviter d’entrer dans un processus tumoral." Je ne parle pas d’une dissolution extérieure mais de couper court au processus de sclérose de l’intérieur et en le prévoyant au départ. C’est ce que font aussi, par exemple, certains auteurs en annonçant publiquement de leur vivant que tous ceux qui se réclameront de leur enseignement et prétendront le poursuivre seront des imposteurs et des escrocs. Ca ne prévient pas toutes les récupérations, mais ça les rend moins faciles quand même ! Beaucoup moins que de créer soi-même une fondation à son nom !! Mais pour cela, il faut accepter de mourir (ce qui est encore moins évident quand on est célèbre). Ensuite, la vie des idées suit naturellement son propre cours, mais c’est autre chose que la sclérose idéologique (comprendre la différence entre les deux est important). 


        • vote
          Belenos Belenos 4 juillet 2018 22:39

          @maQiavel

          "Le gros problème avec les partis idéologiques, c’est qu’ils partagent en commun avec les êtres biologiques l’instinct de survie mais sans partager la mort programmée. De telle sorte qu’une idéologie ne meurt que parce qu’une autre a pu la remplacer ou la vaincre (ce qui est la même chose au fond)."

          Tout à fait. Et c’est la définition d’un cancer. "Dans chacune de nos cellules, un compte à rebours est lancé. Toutes sont programmées pour mourir après un certain nombre de divisions. Cette horloge interne intéresse de près les oncologues. En effet, ses défaillances sont à l’origine de la très grande majorité des cancers – les cellules deviennent immortelles et se divisent à l’infini."


          "Et paradoxalement, cette caractéristique fait partie de ce qui permet aux humains de s’inscrire dans la longue durée."

          Ce n’est heureusement pas la seule manière. Car la longue durée peut prendre la forme d’un mouvement d’idée qui évolue. Mais généralement, cette possibilité pour un courant d’idée d’évoluer de manière vivante (et non en se transformant en tumeur qui se développe au détriment du corps social) est conditionnée par le fait de n’être pas immobilisé par une institution, mais de s’incarner en plusieurs associations (au sens large) successives et à chaque fois adaptées aux circonstances du moment.

          Je le répète : la distinction entre la pensée vivante et la pensée morte est essentielle. Et seule une pensée vivante voit la différence. Pour celui qui est dans une pensée morte, tout est mort, momifié. Parce que la pensée sort déjà morte de son mental. Et donc il demandera avec son penser mort : "Quelle est donc cette pensée vivante, démontrez-moi qu’elle existe, pardi ! Toutes les pensées sont des pensées..." 


        • vote
          Belenos Belenos 4 juillet 2018 22:50

          @maQiavel
          "Est-ce que Gandhi a suivi son propre conseil..."

          Pour revenir précisément au sujet de cet article...  : http://www.vegetari1.net/article-le-vegetarisme-de-gandhi-123316431.html


        • 1 vote
          Belenos Belenos 4 juillet 2018 22:54

          @maQiavel
          "Les plus drôles, ce sont les militants anti-militantisme." 


          Pas mal en effet !   smiley

          Remarquez, sur les forums, il y a de temps en temps des gens qui viennent principalement pour écrire que ça ne sert à rien d’écrire sur un forum, et que ce forum en particulier est tout pourri, que ceux qui y écrivent sont des imbéciles, etc.  smiley


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 6 juillet 2018 13:24

          @Belenos

          Remarquez, sur les forums, il y a de temps en temps des gens qui viennent principalement pour écrire que ça ne sert à rien d’écrire sur un forum, et que ce forum en particulier est tout pourri, que ceux qui y écrivent sont des imbéciles, etc. 

          ------> smiley

          Il y’a aussi ceux qui passent leur temps à cracher sur le gauchisme et les gauchiasses mais qui vous expliquent que le clivage gauche droite est dépassé. smiley


        • vote
          maQiavel maQiavel 6 juillet 2018 13:27

          @Belenos

          Son style de vie était accordé à ses préconisations. Il n’a pas dit non plus qu’il fallait se contenter de se changer soi-même mais que c’était la première fondation d’une action cohérente (sans quoi on veut brutalement changer le monde sans jamais y parvenir puisqu’on contribue à entretenir la brutalité générale avec sa propre brutalité). 

          ------> Et pourtant, Gandhi a souvent dans sa lutte indépendantiste, prit la tête du mécontentement montant en appelant à la désobéissance civile et à la non violence pour ensuite s’excuser des violences et du caractère explosif du mouvement. Il a peut être suivi individuellement son propre conseil mais ce n’était pas forcément le cas de ceux qui le suivaient. C’était d’ailleurs la question que je devais poser : est ce que son conseil a eu une influence déterminante sur le mouvement qu’il a mené au point que ce dernier ne tombe pas dans les travers que vous avez décrit dans votre premier commentaire ? C’est beaucoup moins évident …

          Je ne parle pas d’une dissolution extérieure mais de couper court au processus de sclérose de l’intérieur et en le prévoyant au départ. 

          ------> Non, j’avais compris. Ce que j’ai voulu répondre , c’est qu’il n’y a pas moyen de couper cours à ce processus de sclérose , pas même la dissolution de l’association qui est à l’origine de l’idéologie.

          C’est ce que font aussi, par exemple, certains auteurs en annonçant publiquement de leur vivant que tous ceux qui se réclameront de leur enseignement et prétendront le poursuivre seront des imposteurs et des escrocs. Ca ne prévient pas toutes les récupérations, mais ça les rend moins faciles quand même !

          ------> Franchement je n’y crois pas. Je pense que ça ne freinera même pas les récupérations, si l’idéologie crée vraiment une dynamique sociale, ces précautions ne seront que des sacs de sables sur une plage censée faire barrage à un tsunami.

          Ensuite, la vie des idées suit naturellement son propre cours, mais c’est autre chose que la sclérose idéologique (comprendre la différence entre les deux est important). 

          ------> Est-ce qu’il y’a vraiment une différence ? Après tout, le cours de la vie des idées contient la sclérose idéologique des groupes qui les défendent, non ?

          Et paradoxalement, cette caractéristique fait partie de ce qui permet aux humains de s’inscrire dans la longue durée."Ce n’est heureusement pas la seule manière. 

           

          ------> En effet.

          Mais généralement, cette possibilité pour un courant d’idée d’évoluer de manière vivante (et non en se transformant en tumeur qui se développe au détriment du corps social) est conditionnée par le fait de n’être pas immobilisé par une institution, mais de s’incarner en plusieurs associations (au sens large) successives et à chaque fois adaptées aux circonstances du moment.

          ------> Je suis d’accord. Cependant, il peut arriver que certaines de ces associations puissent se scléroser idéologiquement. Il peut même arriver que ces groupes deviennent dominants et créent des institutions qui serviront d’outil de persécution des autres associations. Mon propos peut paraître pessimiste et fataliste mais pourtant, je pense qu’en général, c’est comme ça que ça se passe. smiley


        • vote
          Belenos Belenos 7 juillet 2018 01:36

          @maQiavel
          "Cependant, il peut arriver que certaines de ces associations puissent se scléroser idéologiquement. Il peut même arriver que ces groupes deviennent dominants et créent des institutions qui serviront d’outil de persécution des autres associations."

          En effet, il n’y a rien qui puisse garantir qu’on va préserver absolument une organisation humaine de ce processus de sclérose. Le risque zéro n’existe pas. Il n’en demeure pas moins qu’on peut avoir conscience de ce péril et éviter les dispositifs et les comportements qui favorisent le sectarisme et la paranoïa collective. Ce qui n’est déjà pas rien. Mais le vrai problème, dans le fond, c’est le désir d’immortalité. 


        • vote
          Belenos Belenos 7 juillet 2018 01:50

          @maQiavel
          "C’était d’ailleurs la question que je devais poser : est ce que son conseil a eu une influence déterminante sur le mouvement qu’il a mené au point que ce dernier ne tombe pas dans les travers que vous avez décrit dans votre premier commentaire ? C’est beaucoup moins évident …"

          Gandhi a échoué en ce qui concerne son projet collectif, c’est clair. "Après toute une vie consacrée à l’émancipation de l’Inde, Gandhi a eu la douleur de voir son pays se déchirer dans des guerres religieuses sanglantes entre hindous et musulmans. Lui-même hindou, il n’a cessé de plaider pour la réconciliation des deux communautés, ce qui lui a valu d’être accusé de trahison par les fanatiques de sa communauté.". 

           https://www.herodote.net/Gandhi_1869_1948_-synthese-42.php

          On ne peut pas entraîner une foule vers la sagesse : la sagesse n’est pas un mouvement de foule. On peut seulement (dans tous les sens de "seulement") être un exemple de cohérence et de sagesse. Et dans un monde fou, c’est généralement un chemin de croix et un sacrifice. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 7 juillet 2018 14:55

          @Belenos

          On ne peut pas entraîner une foule vers la sagesse : la sagesse n’est pas un mouvement de foule. 

          ------> Voilà. C’est ce qu’expliquait Gustave Le Bon.

          Ceci étant, je ne suis pas entrain de cracher en bloc sur le militantisme, il a aussi ses vertus. Cependant, je pense qu’on ne peut pas échapper à ses vices, dont ceux que vous avez décrit plus haut.


        • 2 votes
          maQiavel maQiavel 7 juillet 2018 15:17

          @Zatara

          puisque ça s’adresse à moi mais comme tu n’as plus les corones

          ------> Tu es complètement parano mon pauvre.

          Tu sais, tu es loin d’être le seul au monde à porter cette contradiction, c’est devenu l’une des caractéristique la mieux partagée par les droitards. Que tu te sentes visé est une chose. Que tu sois convaincu que je m’adresse à toi en faisant cette remarque en est une autre et relève de l’hygiène mentale, je ne suis pas psychiatre moi, donc je ne peux rien faire pour toi.   smiley

          Je devrais arrêter de lire ton commentaire là parce que je sens que du grand n’importe quoi va arriver mais j’ai envie de me marrer un peu, donc poursuivons la lecture. smiley

          -Au passage, tu adresses ce post à Belenos qui lui même t’as expliqué en quoi ce clivage est dépassé

          ------> Oui et nous sommes en désaccords là-dessus. Et alors ? Lui estime que ce clivage est dépassé mais ne fait pas partie de ceux qui crachent constamment sur la gauche, les gauchistes ou les gauchiastes, ce qui est totalement cohérent.

          Ohlàlà, la « cohérence »   smiley  , ça doit être un gros mot pour quelqu’un dont la pensée va dans tous les sens possibles et imaginables  … 

          Le reste de ton premier commentaire est un charabia incompréhensible. Ton deuxième aussi. Finalement, tu essaies toi-même de reformuler au quatrième commentaire. smiley

          C’est l’une des critiques les plus bêtes de la gauche que j’ai pu lire. Et comme je m’y attendais , en reprenant l’ensemble de ton commentaire , tout est mélangé : donc une idéologie mitterrandienne qui est un dogme , un étalon social , une sous culture de laicard post catho ( de quoi jouer les Emmanuel Todd du pauvre ) mais qui finalement n’est pas une critique idéologique smiley  mais celle d’un conformisme , tout cela en ayant postulé au départ qu’il n’en reste plus rien ( il va falloir que les personnages qui discutent dans ta tête s’entendent parce que là c’est un peu compliqué smiley , je ne sais pas s’ils sont policiers ou clowns mais il va falloir organiser des réunions entre eux smiley ). Et on met dans une même boite l’éducation nationale et ses Zep, une idéologie franchouillarde ( ??? ) , la culture de masse , les antifas , le sous prolétaire africain , l’Europe ,  le tout agrémenté de « jolie » formule qui consiste à dévaloriser ce que l’on critique pour se valoriser soi même  ( « médiocrité satisfaite et même revendiquée » , « néant culturel et intellectuel » qui ne concernent pas ton camps et toi évidemment ).

          Conclusion : tu as accomplit ta mission, je me suis bien marré , merci. smiley

          Finalement, même le Raptors dissident (qui me fait plus marrer qu’autre chose, pour moi c’est un humoriste) et ses gigantesques raccourcis de droitards anti –gauchistes primaires sont moins déstructurés et imprécis que le gloubi boulga que tu viens de pondre. Mais bon, tu as réussi à être amusant à lire, c’est déjà pas mal. smiley


        • 3 votes
          maQiavel maQiavel 7 juillet 2018 15:22

          @Zatara

          J’oubliais : et évidemment dans ce grand mélange, pas l’ombre du début d’une explication qui justifie le fait de s’attaquer constamment à la gauche tout en affirmant que le clivage gauche droite n’existe pas (ce qui n’est affirmé que lorsqu’une attaque est portée aux droitatds, bizarre vous avez dit  bizarre ? smiley  ).

          Ce n’est pourtant pas compliqué à expliquer  je vais la faire en 5 lignes : vous attaquez la gauche parce que vous la détestez ( truisme) , par contre vous ne supportez pas qu’on s’attaque à la droite parce que vous en faite partie ( encore un truisme). Dans le but d’en détourner les critiques, il faut dire que le clivage gauche droite n’existe pas et par conséquent que la droite non plus, ainsi faire tomber la critique des droitards à l’eau ).

          Ce n’est pas plus compliqué, tout le reste c’est du blabla. Les gauchistes ont au moins les burnes de reconnaître ce qu’ils sont. Les droitards dans ton genre ne s’assument pas, vous voulez vous faire passer pour le camp du vrai , de l’intellect , de la France , du « réel » ( Aaaah , le fameux « réel » smiley ) alors que vous êtes des droiteux aussi conformistes et stupides que la gauche que vous vilipendez et que vous affrontez dans une lutte binaire et manichéenne. Faut pas chercher midi à quatorze heure , c’est ça l’histoire.

          Assumez ce que vous êtes. Faites votre coming out, soyez en harmonie avec vous-mêmes. smiley


        • vote
          maQiavel maQiavel 7 juillet 2018 23:55

          @Moranozatara la droitouille qui en a gros ( petit lien pour ceux qui ne comprendraient pas la référence )   

          Ah, mais le petit jeu de la caricature , moi ça me va , je le trouve amusant. Si ma grille de lecture est celle de France Télévision, d’où vient la tienne ? De Fdesouche ? Des jeunesses identitaires ? Nan, j’ai trouvé mieux : de Breiz Atao ? smiley

          Je t’imagine bien lisant frénétiquement des articles corrosifs sur les réseaux sociaux en t’écriant la bave aux lèvres « Victimisation » ! « Racisme antiblanc » !« Islamo-gauchisme » « bobo » ! Aaaaargh ...  smiley  smiley

          Mais j’avoue que je suis perdant à ce petit jeu de la caricature. Parce que finalement, mon commentaire n’est même pas caricatural (ou alors à peine), il se rapproche plus de la vérité qu’on pourrait le croire …  smiley

          PS : Tu devrais arrêter de parler de la pauvreté des commentaires des autres comme si les tiens scintillaient de génie, à ta place j’aurais honte de balancer ça (mais heureusement, je ne suis pas toi). Je ne vais pas perdre mon temps à te répondre quoi que ce soit d’intelligent, je préfère rester à ton niveau (et encore, cela demande un certain effort), la seule réponse adéquate que mérite tes gloubi boulga et tes HS (étonnant que tu n’ai pas succombé à cet écueil cette fois ci , tu as du te concentrer très fort ), c’est au mieux l’ironie, au pire des caricatures inversées des tiennes.


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 juillet 2018 13:16

          @Zatara
          Oh mais de rien, tout le plaisir était pour moi. De plus , je ne fais que suivre ton exemple. smiley


        • vote
          Belenos Belenos 8 juillet 2018 13:41

          @maQiavel

          @Zatara

          Et pour poser une question en rapport direct avec le sujet : est-ce que le véganisme est de droite ou de gauche ?  smiley

          Qu’on puisse encore classer sociologiquement des tendances idéologiques "à droite" ou "à gauche" est une chose. Je pense que c’est possible, surtout dans les formes caricaturales et ringardes du gauchisme et de l’ultra-droitisme. Mais cela ne signifie pas que ce classement corresponde aux enjeux politiques fondamentaux de l’esprit du temps. Pour pouvoir classer quelqu’un "à droite" ou "à gauche" aujourd’hui, il faut avoir affaire à une caricature : et ça, c’est le signe net qu’une catégorisation n’est plus opérante. Autre signe évident : le président de la France et le gouvernement actuel sont inclassables en simples termes de gauche ou de droite. Plus encore : la stratégie électorale qui a été efficace est celle qui a consisté à renvoyer la G et la D à leurs caricatures pour en faire des fantômes inquiétant ou comiques. Donc, les caricatures de gauchistes et de droitards pourront bien exister encore longtemps. C’est un petit ronron qui fait vivre quelques journalistes. Ce qui est clair, en revanche, c’est que cela fait déjà longtemps qu’elles ne permettent plus de penser la chose politique ni d’être efficace politiquement. 

        • vote
          maQiavel maQiavel 8 juillet 2018 15:43

          @Belenos

          Il y’a une chose avec laquelle je suis d’accord avec vous : le clivage Gauche droite a été instrumentalisé pendant des années médiatico-politiquement pour horizontaliser les luttes et empêcher une jonction populiste qui les verticaliserait (peuple vs élite). C’est d’ailleurs cette réalité qui m’a induit en erreur : j’en étais arrivé à penser que ce clivage n’était qu’une fabrication théâtrale journalistique et politicienne obsolète qui ne servait que de diversion et que le vrai clivage était ailleurs (mondialisme vs souverainisme).

          Mon erreur était de penser que parce que le clivage gauche droite médiatico-politique était obsolète, il ne pouvait pas exister une recomposition gauche / droite  des systèmes de représentations au sein de la société. Mais c’est avec l’exacerbation de la crise identitaire de ces dernières années et de la montée en puissance médiatique des réseaux sociaux  que je me suis rendu compte que je me gourais, il existe bel et bien un tel clivage au sein de la société et il devient de plus en plus structurants (à un tel point qu’on peut parler de fracture des représentations).

          D’ailleurs , ce qui est entrain de se passer à présent , c’est que les médias sont petit à petit entrain d’abandonner leur clivage gauche droite obsolète pour se réadapter à celui qui existe actuellement au sein de la société , c’est l’une des raisons pour laquelle on voit émerger des émissions café du commerce comme celle de Pascal Praud et la raison pour laquelle de plus en plus de politiciens essaient de suivre ces tendances.


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 juillet 2018 15:43

          @Belenos

          Pour ce qui est de Macron, c’est un piètre président (et selon moi, quand on analyse les faits, il est encore pire qu’Hollande) mais c’est un as de la communication, il connait très bien cette dynamique et depuis le début de la présidence, il donne à boire et à manger à toutes les tendances. Il est capable de tenir des propos sévère contre l’immigration (pour brosser la droite dans le sens du poil, c’est ce qui a fait à un moment monter en flèche les sondages d’opinions  qui lui étaient favorables auprès des électeurs FN ) et en même temps  il est capable d’organiser une techno parade gay à l’Elysée avec des personnes se présentant comme « fils d’immigré , noirs et pédé » (pour brosser la gauche dans le sens du poil).

          Macron a parfaitement compris qu’on vit à une époque ou les paroles et les symboles  sont plus importants que les actes. D’autant plus que la crise identitaire s’exacerbe, ce qui signifie qu’elle devient de plus en plus caricaturale (et là-dessus, vous avez aussi raison pour pouvoir classer quelqu’un "à droite" ou "à gauche" aujourd’hui, il faut avoir affaire à une caricature mais la caricature devient la norme au sein de ces tendances). Et c’est par la médiation des symboles et de la communication que l’équipe de Macron souhaite  se placer au dessus des ces tendances pour se ménager un boulevard électoraliste en se posant comme la seule force crédible alors que toute sa présidence est pour le moment un cuisant échec dans les actes. De plus, la base électorale de Macron est sociologiquement constituée des gens qui sont le plus à l’abri de cette crise des représentations qui n’est vivace que  chez les classes moyennes et populaires. Ce sont tous ces éléments qui font que le gouvernement actuel est inclassable en termes de gauche ou de droite. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 juillet 2018 15:45

          @Belenos

          Plus haut, j’ai écrit que ce n’est pas parce que le clivage gauche droit est instrumentalisé qu’il n’existe pas spontanément. Mais l’inverse est aussi vrai : ce n’est pas parce qu’il existe spontanément qu’il ne peut pas être instrumentalisé. Si je dis ça , c’est pour exprimer que le but de ces instrumentalisations n’est pas de permettre de penser la chose politique ni d’être efficace politiquement , c’est même le contraire.

          Voici la dynamique que nous allons vivre et qui va s’exacerber : le clivage gauche droite est réactualisé mais selon une dichotomie d’un coté droitarde libérale sionarde instrumentalisant une rhétorique identitaire bas du front hystériquement anti-islam et de l’autre gauchiste immigrationniste intersectionellement racisée transgenre féministe et hystériquement anti-souverainiste.

          Nous ne sommes plus à l’époque d’une gauche marxistante et d’une droite conservatrice ayant chacune une colonne vertébrale intellectuelle bien structurée, maintenant c’est le cerveau archaïque et les instincts les plus bas qui sont sollicités par ce clivage.   

          D’un coté , je vois un Melenchon qui a pourtant une grande culture politique résister comme il peut à cett gauche qui gagne en force au sein du mouvement qu’il dirige et finalement plier petit à petit  et de l’autre coté je vois un NDA , un élu de terrain compétent et qui a toujours eu le sens de la nuance , se ménardiser pour suivre une base électorale qui se droitise à vitesse grand V. Cela ne se limite pas à ces deux personnages que je ne prends en exemple que pour illustrer ce que je dis.

          On peut le regretter mais il est de plus en plus évident que l’esprit du temps en est là, et ce n’est guère étonnant quand on analyse la décrépitude intellectuelle de notre époque.


        • vote
          maQiavel maQiavel 8 juillet 2018 15:47

          @Belenos

          Pour répondre à votre question, les militants qui se réclament du véganisme se revendiquent dans leur écrasante majorité de la gauche, le véganisme sera donc à notre époque associé à la gauche. Mais par contre, ce que l’on peut facilement prévoir, c’est qu’un certain militantisme de droite va émerger et instrumentaliser la cause de la souffrance animale (sans forcément se revendiquer végan) pour lutter contre l’abattage rituel islamique , ce qui sera pour ces militants une des manières de combattre « les musulmans » ( les plus courageux le formuleront ainsi , les autres prétendront lutter contre « l’islam » pour rester dans les clous ). 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès