• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le scandale démocratique des 500 parrainages nécessaires

Le scandale démocratique des 500 parrainages nécessaires

Le scandale démocratique des 500 parrainages nécessaires

 

Les candidats Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour ont toutes les peines du monde à obtenir leurs signatures.

La raison ? Les pressions excercées sur les élus. Que ce soit par la justice, le chantage aux subventions, financements ou aides, la pression de la population parfois, nombre d'élus refusent de se voir associer publiquement à telle ou telle personnalité politique bien que le parrainage n'implique pas forcément une adhésion aux idées d'un candidat. C'est évidemment une manière scandaleuse de fausser les élections.

Zemmour propose la constitution d'un pool d'élus dont les parranaiges pourraient être attribués ensuite à des candidats suffisamment représentatifs, ce qui permettrait de contourner ce risque pour les élus locaux et permettre aux candidats en difficulté de se présenter.

 

 

 

L'entretien complet :

 

 

Abonnez-vous à Europe 1

 

Tags : Eric Zemmour Présidentielle 2022




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • 3 votes
    sls0 sls0 7 janvier 09:39

    Sont habilités à présenter un candidat :

    • les députés, les sénateurs et les représentants français au Parlement européen ;
    • les maires (maires, maires délégués des communes déléguées et des communes associées, maires des arrondissements de Paris, de Lyon et de Marseille) ;
    • les présidents des organes délibérants des métropoles, des communautés urbaines, des communautés d’agglomération, les présidents des communautés de communes ;
    • les conseillers de Paris et de la métropole de Lyon ;
    • les conseillers départementaux et régionaux ;
    • les conseillers territoriaux de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin et de Saint-Pierre-et-Miquelon ;
    • les membres élus des assemblées de Corse, de Guyane, de Martinique, de la Polynésie française, des Assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie et de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna ;
    • le président du conseil exécutif de Corse, le président du conseil exécutif de Martinique, le président de la Polynésie française et le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ;
    • les conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger ou les présidents des conseils consulaires.
    • Ça représente 42000 élus.
    • En 2012 36% ou 15000 ont parrainé.

    Le système des 500 parrainages fait l’objet de débats récurrents depuis 1962. Il lui est notamment reproché :

    • son échec à empêcher la multiplication des candidatures, malgré la réforme de 1976 (le nombre de candidats s’est élevé à 16 en 2002) ;
    • son incapacité à faire une place à des candidats populaires mais hors système ;
    • son caractère anachronique voire archaïque depuis l’instauration de l’élection du président de la République au suffrage universel direct ;
    • le risque de voir certains élus marchander leur soutien (mise aux enchères par exemple) ;
    • les pressions parfois fortes exercées sur les maires des plus petites communes.

    • 5 votes
      Norman Bates Norman Bates 8 janvier 10:43

      L’obstacle institutionnel des 500 parrainages n’est pas le seul scandale...dans une démocratie digne de ce nom il n’y a pas de concentration des médias aux mains de quelques milliardaires rassemblés sous la bannière d’une même idéologie mondialiste...

      C’est eux qui font l’opinion...c’est eux la deuxième lame qui va couper le poil disgracieux qui représente une menace pour le "système" et qui aurait réussi à franchir l’obstacle des parrainages...

      C’est eux qui vont réserver un traitement de faveur à ce candidat non désiré et potentiellement dangereux avec des invitations minimalistes et houleuses et casser du sucre sur son dos en son absence...

      Si cela ne suffit pas il y a les officines et leurs boules puantes pour éclabousser l’intrépide impétrant, ou carrément certains services spécialisés qui peuvent aller plus loin...

      Le "système" ne sera jamais complice de celui qui cherche réellement à le détruire, c’est se bercer d’illusions de croire le contraire...


      • 1 vote
        Djam Djam 9 janvier 12:14

        Posons-nous d’abord la question du système d’élection présidentielle. 

        Des décennies que ce système empêche à dessein l’entrée dans le jeu de candidats hors système. Tout est là : faire croire aux veauteurs qu’ils ont le choix.

        Les croyances ont la vie dure et la vie politique de la modernitude est la nouvelle religion amalgamée avec celle de la technologie omnipotente. Le tout numérique censé nous simplifier la vie va, on l’a tous pigé, nous aliéner intégralement et durablement. 

        Zemmour n’échappe pas aux pièges de ce système totalement pourri. On le met en avant pour produire l’effet recherché consistant à mettre en débâcle la montée d’une certaine droite qui attendait son heure. Le fameux pompage de voix d’un certain courant. Neutraliser l’hypothétique candidature 2 d’une MLP et ouvrir un boulevard à un Macron 2 in fine par défaut d’option vraiment nouvelle.

        La Pécresse, lancée comme un gel douche, particulièrement repoussant tant son parfum est artificiel, fait partie des mêmes réseaux nauséabonds qu’un Macron. Ne pas perdre de vue non plus que les soutiens financiers importants de Zemmour ne sont pas très étrangers à ceux du Macron 1...

        Nous assistons au même spectacle désolant d’une vie politique dont les "acteurs" ne sont plus que les relais des décisions prises en amont, bien avant toute élection, par les multinationales.

        Le "choc des titans" est tout proche : les multinationales se feront une guerre à mort lorsqu’elles auront récupéré le pouvoir absolu. On y vient... grâce au délirium covidis en cours. Ces "titans" s’autodétruiront inévitablement. Il nous faut être patient...


        • vote
          Vraidrapo 11 janvier 10:28

          Le Tigre et l’Âne


          METTEZ UN TIGRE DANS VOTRE MOTEUR !

          (pub Esso des années 70... les ainés se souviennent peut-être )

          Ce à quoi un spirituel anonyme (comme il y en a tant aujourd’hui sur les résoçossio).. répondit :

          " à quoi bon un Tigre dans le moteur s’il y a un âne au volant "... prière de ricaner...

          En politique c’est kif-kif.. que pourrait faire le meilleur des hommes politiques avec les Français d’aujourd’hui... toujours à pleurer la bouche pleine.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès