• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le survivalisme de gauche

Le survivalisme de gauche

Au milieu survivaliste est très souvent associé plusieurs idées : l'individualisme poussé un peu à l'extrême, la paranoïa voire le fameux "complotisme". Politiquement, ce milieu est perçu par les médias de masse comme étant de droite, très à droite, bon crachons le morceau d'extrême-ultra-droite (pensez donc, des gens qui veulent pouvoir se défendre, se libérer un peu de la mainmise de l'État... ne peuvent être que suspects).

Durant des années, le survivaliste a donc été dépeint comme un obsédé des armes (et chacun sait que les armes, ça tue), un jusque-boutiste, un ermite tendance réac et un irrationnel qui stocke des quantités hallucinantes de boîtes de conserve pour être prêt le jour J où tout s'effondrera, ce qui est bien évidemment impossible et même totalement absurde. Enfin... C'était le discours qui prévalait jusqu'à environ 5 ans avec une accélération soudaine avec la crise économico-sanitaire. 

Et face à ce survivalisme qui n'est bien souvent rien de plus qu'une quête de plus grande autonomie, une acquisition de compétences, une volonté de sortir de l'hyper-consumérisme, de manger plus sainement, en somme, rien de dingue... face à ce survivalisme très largement jugé et encore aujourd'hui, rance, nauséabond, bref un truc de tarés xénophobes, est apparu la collapsologie, notamment avec comme figure de proue, Pablo Servigne, reçu sur tous les plateaux où il se présente parfois pieds nus...

Servigne a été propulsé comme pour remettre un peu de raison dans ce milieu présumé d'excentriques louches. Et puis Servigne défendait l'idée que l'effondrement (inéluctable, selon lui aussi et probablement brutal) s'accompagnera peut-être d'un peu de chaos dans les 1ers temps mais aussi de coopération. Le grand exemple qu'il cite sans modération est le cas de la résilience des Cubains, en oubliant de signaler que ceux-ci forment une société relativement homogène (contrairement aux sociétés occidentales multiculturelles) mais bref, lui a le droit, lui n'est pas un de ces barges...

 

Mais au-delà du cas Servigne, est également apparu un survivalisme "de gauche". Je ne fais pas allusion à un survivalisme de type baba cool avec sarouels, patchouli, didjeridoos achetés aux puces et pulls qui grattent. Non, ceci existe depuis longtemps et si le milieu de la permaculture s'est incroyablement structuré, avec des représentants de haute qualité, des scientifiques, etc (je mets une chaîne plus bas qui contient des centaines de vidéos de haute qualité pour ceux que ça intéresse), on trouve également nombre de ses représentants qui échappent à ces clichés. Ce qui est donc plus récent est l'avènement d'un "survivalisme de gauche" fortement imprimé par le marxisme. Celui-ci voit dans l'autonomie ou survivalisme un outil pour renverser le capitalisme : ainsi, selon les tenants de cette nouvelle tendance dans ce milieu, il deviendrait alors possible d'entamer et surtout tenir dans la durée la grève générale qui mettrait fin à l'oppression de la bourgeoisie.

 

Voilà en tout cas le point de vue résumé un peu grossièrement développé par Cédric Châtelier, auteur du livre "Sortir de la boue" au cours de cet entretien avec "Ma ferme autonome" (excellente chaîne YT à laquelle il est chaudement recommandé de s'abonner). C. Châtelier propose un ouvrage à la fois pratique et à la fois très clairement de gauche dans un milieu en réalité soit au mieux apolitique soit, il est vrai, politisé à droite. Le son est un peu moyen mais l'échange est intéressant.

 

 

 

Quelques liens : 

 

Livre de C.C. en "print on demand" sur Amazon : https://amzn.to/39QvlAm​

----------------------

Livre collectif, "Faire votre forêt comestible" disponible en téléchargement (gratuit) sur le site de Bertrand : http://www.agriculture19.lesfichesabe...​

Ou bien en version papier sur Amazon parce que c'est là que c'était le moins cher (4,96€ frais de port compris) : https://amzn.to/2Jhqi1c​​

Et sur Lulu parce pour ceux qui boycottent Amazon, mais du coup malheureusement il est plus cher (6,90€ sans les frais de port)

 

La chaîne YT de Ver de Terre Productions :

https://m.youtube.com/channel/UCUaPiJJ2wH9CpuPN4zEB3nA

 

Tags : Survivalisme




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • 9 votes
    ZardoZ ZardoZ 8 février 14:01

    Les survivalistes gauchiasses sont les cassos, descendants de soixante-huitards typés baba-cool, mâtinés à la sauce bobo-branlo d’aujourd’hui.

    Le Van WW a été remplacé par le vélo électrique et les robes à franges par le poncho laineux graisseux. 

    Barbe à poux et cheveux gras, tee-shirt en coton bio à l’effigie du Ché, les nouveaux miséreux bouffeurs d’artichauts bouillis. Voilà le cru d’aujourd’hui !


    • 1 vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:03

      @ZardoZ

      Mais là vous parlez plutôt des punks à chien des campagnes.  smiley


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:10

      @ZardoZ

      "Le Van WW a été remplacé par le vélo électrique"

      Non, mauvais exemple, je ne crois pas qu’il y ait une filiation entre les deux. 

    • 1 vote
      wendigo wendigo 8 février 15:38

      Lol, un mec de gauche qui porte un camo felctarn directement issu du erbenmuster que portaient les ss ..... remarquez un mec de gauche qui porte du camo c’est déjà rigolo, mais là le mec a fait très fort il aurait pu au moins choisir un KSZ berezka de l’armée rouge, c’est plus approprié pour aller avec un djembé et des lotcks dread ....


      • vote
        yoananda2 8 février 15:59

        @wendigo

        Lol, un mec de gauche qui porte un camo felctarn directement issu du erbenmuster

        et qui vends son bouquin chez mamazon !


      • 3 votes
        wendigo wendigo 8 février 16:54

        @yoananda2

         C’est le coco 2.0, remarquez cela va de paire avec les coco de silicone valley et leur vivre ensemble par la censure et leur milliards empochés au nom de la tolérance.
        Le gauchisme n’est plus qu’un paravent, une excuse pour se donner bonne conscience à pratiquer le capitalisme le plus crapuleux et honteux !


      • 5 votes
        wendigo wendigo 8 février 15:51

        Trêve de conneries, il fait vraiment être très con pour idéologiser le survivalisme, sauver son cul et savoir juste être démerde ne demande pas de faire de la politique c’est juste une question de bon sens.
        Nos grand parents et arrière grand parents n’appelaient pas cela du survivalisme, et pourtant ils le pratiquaient tous ; les réserves de savonnette, de chicorée etc etc , pour eux c’était ce qu’un homme doit savoir faire de base, c’était le bon sens .
        Qu’elle époque à la con ou des choses basiques et naturelles doivent porter un nom et doivent être justifié idéologiquement !
        Perso depuis l’age de 10 ans je fais ce que mon père et son père avant lui faisaient, je ne sort jamais sans un canif, une ficelle et un briquet (alors que je ne fume pas) juste parce que l’on m’a appris que la bite et le couteau c’est chez l’homme, la bite et la dent chez l’animal !
        C’est la culture et la tradition la plus ancienne de l’humanité, pas besoin de mot nouveau à la con pour expliquer cela et ce ne sont pas les "survivalistes" les mecs étranges, mais ceux qui ne le sont pas.
        Savez vous que si le soleil nous refaisait le même coup qu’en 1859, en nous coupant l’électricité et faisant sauter l’électronique, les morts se compteraient en millions en juste quelques semaines, voir quelques jours ? juste parce que les gens d’aujourd’hui ne savent plus mettre leur froc sans technologie !
        Une simple éruption solaire, le truc con que même le giec ne prend pas en compte.


        • 3 votes
          yoananda2 8 février 16:08

          @wendigo

          Une simple éruption solaire

          éruption que le soleil à faite en 2012, mais pas dans la direction de la terre ! sinon ... comme tu le dis, on serait retourné au moyen age en quelques minutes.

          c’est juste une question de bon sens.

          oui, ça a quelque chose d’étrange de devoir dire des évidences.


        • 1 vote
          wendigo wendigo 8 février 16:48

          @yoananda2

           Ouais surtout que ces conneries ont tendances à se multiplier ces dernières années, avant durant des millénaires elles avaient lieu à intervalle de 160 ans en moyenne, mais depuis le début du millénaire on en a autant que le bon dieu peut en bénir ; 1 en 2000 ; 2 en 2003 ; 1 en 2005 ; 2 en 2012, 1 en 2015 ..... avec une telle rafale, on ne peut qu’avoir de la chance si on ne s’en ramasse pas une et désolé de vous contredire, mais non, ce ne serait pas un retour au moyen age, mais à l’age des cavernes. En l’an mille, tout le monde avait une cheminée, avait des bougies ou lampes à huile et l’agriculture et les transports étaient effectués grâce aux animaux de fermes (chevaux, boeufs, bourricots), tout un tas de choses basiques que nous n’avons plus qu’a l’état de raretés. Et tout cela sans compter ce que nous ne savons plus FAIRE, les trucs banaux durant des siècles deviendront pour beaucoup des tours de magie. Aujourd’hui plus grand monde ne sait ce qu’est un sellier harnacheur, une lavandière, un rémouleur ....
          Retour aux grottes !


        • vote
          Conférençovore Conférençovore 9 février 08:29

          @wendigo "Qu’elle époque à la con ou des choses basiques et naturelles doivent porter un nom et doivent être justifié idéologiquement !"

          L’exode rural et le fait que la grande majorité des gens vivent en ville a eu pour effet de les couper de certains savoirs et réflexes, mêmes très basiques comme avoir une ou deux couvertures dans sa bagnole, une lampe torche, un briquet, un couteau. Je suis certain que l’on verra demain au 20h des reportages sur des gonz bloqués dans leur caisse à cause de la neige et sans ressources, même pas un paquet de gâteaux ou une bouteille d’eau...

          C’est le revers de la médaille du "confort" absolu. Cela étant, le déplorer ou se moquer des gens qui y ont cédé à l’extrême est-il utile à quoi que ce soit ? N’avons-nous pas, au contraire, intérêt à ce que de plus en plus de gens soient en capacité à réagir plutôt ? Lors des catastrophes plus ou moins graves, l’on constate que les gens préparés ont tendance à intervenir parce qu’ils ont la tronçonneuse pour dégager rapidement la route, le kit pour les 1ers soins en cas d’accident, le couteau qui a un brise-glace au cul pour péter la vitre et extraire qq’un de son véhicule dans le fossé...

          Perso, je pense que l’aspect politique est très très secondaire. Je le signale ici parce que cela existe mais rien de plus. Si nous sommes de plus en plus à être équipés, à avoir des compétences minimales (bouffe, santé, etc.), cela évitera peut-être qu’il y ait autant de panique, de magasins pris d’assaut, de gens dangereux pour eux-mêmes et les autres. Perso le bénéfice collectif me paraît évident, que ce soit en mode nominal actuel ou en mode plus ou moins dégradé très prochainement à venir.

          Aussi, je ne comprends pas bien l’intérêt de discuter du bien-fondé de l’usage ou non d’un mot mais disons que si celui-ci amène davantage de gens à s’équiper, reprendre conscience de certaines réalités, acquérir des aptitudes, etc, alors je ne vois franchement pas où est le pb. Et le seul moyen d’y parvenir est d’en parler, de populariser ces idées qui peuvent te sembler basiques mais ne le sont pas du tout pour l’écrasante majorité des gens.


        • 6 votes
          Norman's mum Norman’s mum 8 février 16:11

          Le survivalisme...encore un sujet qui m’énerve...qu’il soit de "gauche" ou de "droite" ou du "centre" c’est une belle tripotée de larves insignifiantes qui se prennent pour Indiana Jones ou Rambo...

          Regardez-moi cet exemplaire là avec sa petite barbe et sa boucle d’oreille qui se croit capable de survivre à une guerre ou l’apocalypse alors qu’il suffit de lui administrer une bonne baffe pour qu’il aille pleurnicher dans les jupes de sa mère...tu le neutralises avec un simple pistolet à eau...tu lui fais une blague avec un masque de Frankenstein il finit en soins intensifs...

          Avant de trouver de la nourriture dans la nature pour survivre il devra se contenter de brouter les pissenlits par la racine quand il sera raide-mort le ventre et les glandes lacrymales vides...

          Le survivalisme, moi je peux en parler...j’ai de la matière par le biais justement de l’absence de matières...le survivalisme se voit sur ma gueule, c’est même de l’extrême-survivalisme, ni de "gauche" ni de "droite" mais bien moisi...c’est du survivalisme sans vie ni mort, du survivalisme qui sent pas bon, alors quand j’entends la fiotte barbue parler de "se fabriquer une zone de confort" c’est simple, j’ai envie de l’inviter à prendre ma place et d’observer son héroïsme lorsque les asticots se mettent à table...

          C’est facile de jacter, de disserter, de postillonner de grandes phrases, c’est une autre histoire d’aller au mastic et de mettre les mains dans le cambouis...

          Le bavardage ne nourrit pas son homme, que cette arrogante chose vienne en stage dans ma cave...ce qu’elle perdra ne sera pas négligeable, mais au moins elle gagnera en crédibilité...


          • 2 votes
            wendigo wendigo 8 février 17:03

            @Norman’s mum

             Le survivalisme c’est un mot pour les geeks et les bobos. Venez voir les gaillards dans les campagnes, ça vous dépiote un sanglier plus vite qu’ils le bouffent, la bite et le couteau c’est toujours trop de matériel pour eux. Les mecs n’ont jamais les mains dans les poches, savent réparer leur maison, bref ils pratiquent sans le savoir le survivalisme au quotidien. mais eux ce sont des "ploucs".
            La différence entre un ploucs et un survivaliste, c’est que le premier vit une chose que l’autre ne connaît que par les bouquin fantaisistes de san georgio et compagnie ! L’un est dans le réel et l’autre fantasme une utopie !


          • 1 vote
            sls0 sls0 8 février 17:29

            @Norman’s mum
            Il dit dans la vidéo que son jardin n’est pas envisagé en cas de guerre ou apocalypse, donc Norman parle de survivalisme d’apocalypse et que le type ne tiendrait pas.

            Il ne joue pas les Tambo, il dit qu’il est auto-suffisant coté nourriture comme l’étaient beaucoup de gens il y a 50-60 ans.
            A l’époque les gens avaient leur zone de confort, un jardin, pas de prêt à la consommantion, pas d’envie de tout avoir comme des gosses gâtés. Une zone de confort qui leur permettait des grèves puissantes où le patron craquaient avant les ouvriers. La période de l’augmentation des acquis sociaux.

            Etre résilent, la plus grande des forces.
            Il n’a jamais de terre sous les ongles ce bon Norman, le jour où la machine grippe le mec de la vidéo sera dans sa zone de confort et Norman ira quémander les épluchures ou la soupe populaire. Ce n’est pas ses belles phases qui le nourriront mais la terre sous ses ongles s’il s’est décidé un an avant le problème.

            En regardant le commentaire de Norman, on se demande s’il sait dans quel sens on plante un poireau.
            Un bobo derrière son micro.

            J’ai un coup regardé une interview de Piero San Giogio.
            Deux années d’affilées le poulailler pillé par les renards, même pas honte l’état de son potager, encore un bobo qui a appris le jardinage sur youtube. Un jardin c’est environ 300h par an pour 100m2, ce brave Piero c’est 40-50h à voir son jardin. 

            Norman qui n’aprécie pas trop les survivalistes et le survivaliste Piero, deux bobos.


          • 2 votes
            Conférençovore Conférençovore 8 février 17:30

            @Norman’s mum Rappelons néanmoins, vielle salope (tu permets, c’est mon module) que tu as échoué à survivre aux psychotiques changements d’humeur de ton taxidermiste de "vaurien" de rejeton. Autant dire que t’entendre jacter survie, c’est un peu comme écouter Sandrine Kiberlain parler d’opéra.


          • vote
            Conférençovore Conférençovore 8 février 17:44

            @sls0 Piero vend un produit. Des mecs comme "Ma ferme autonome", Vol West (installé au Montana) ou encore le tout dernier lien que j’ai mis dans l’article (ultra riche, presque trop... c’est plus destiné à des pros mais c’est génial) proposent des solutions. A un moment, il faudra aussi arrêter de se balancer des critiques stériles. Pour moi, l’intervenant va dans le bon sens, même si son logiciel me paraît vicié et son objectif éclaté. Je ne comprends pas que des gens lui crachent à la goule par défaut, parce qu’il a une utopie. C’est irrationnel.


          • 1 vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 17:53

            @Conférençovore

            "(...) c’est un peu comme écouter Sandrine Kiberlain parler d’opéra."


            Sandrine K... Opéra... ? Put... !! Ne donnez pas de mauvaise idée à un producteur qui pourrait tomber sur votre topic par hasard !  smiley

            Un comportement responsable consisterait plutôt à avertir les enfants de ne pas ramasser des cartes bancaires prétendument perdues, sans se douter que ça peut être un piège tendu par une sorcière. 
            https://www.closermag.fr/people/sandrine-kiberlain-perd-sa-carte-bleue-et-decouvre-toute-l-histoire-dans-ouest-f-967846
             smiley


          • 1 vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:17

            @sls0
            "En regardant le commentaire de Norman, on se demande s’il sait dans quel sens on plante un poireau."

            (Norman’s mum est à prendre à prendre au second degré)


          • 1 vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:21

            (Zut, c’est parti trop vite) Le message de Norman’s mum est à prendre au second degré. https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychose_(film)


          • 2 votes
            Norman Bates Norman Bates 9 février 10:13

            @Conférençovore

            "Rappelons néanmoins, vielle salope"
            Oh ! j’en ai des palpitations, des tremblements...ma vue se trouble...je suis même passé au noir et blanc...
            Mais comment tu oses parler ainsi à ma mère.. ? comment tu oses.. ?
            Parce que...moi je n’ose pas...
            Sur le fond du sujet, elle n’y connaît que dalle...c’est une survivaliste qui a sa gamelle tous les jours, l’accès à la télévision et même à internet lors de furtives connexions quand elle échappe à ma bienveillante vigilance...elle jouit de fréquentes cures thermales à la cave car elle est malade...que peut-elle demander de plus.. ?
            Bon, je dois quand même laver son honneur souillé par un qualificatif excessif..."vieille salope" c’est abusé, pardon...alors pour sa défense je dirais que...elle a...elle est...ah flûte, c’est l’heure de l’aération des chambres, je dois filer...


          • vote
            Conférençovore Conférençovore 9 février 10:16

            @Norman Bates  smiley


          • 2 votes
            Norman Bates Norman Bates 9 février 10:17

            @Qaspard Delanuit

            Que nenni ! s’il y a une personne au monde qu’on ne peut jamais soupçonner d’user du second degré c’est bien ma pauvre mère...moi cela m’arrive, par inadvertance, mais elle, jamais...elle c’est un taureau et la vie est un chiffon rouge...
            D’ailleurs il est moins périlleux de narguer un taureau que de raconter une blague à ma mère...le dernier qui l’a vue rigoler est mort depuis longtemps...et je crois même qu’il est mort de ça...........


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 17:16

            "Mais au-delà du cas Servigne, est également apparu un survivalisme "de gauche". Je ne fais pas allusion à un survivalisme de type baba cool avec sarouels, patchouli, didjeridoos achetés aux puces et pulls qui grattent."

             smiley


            • 2 votes
              wendigo wendigo 8 février 21:39

              @Qaspard Delanuit

               Le survivalisme végan, progressiste et genré, un survivalisme exclusif par son coté inclusif.
              Je serais curieux de savoir comment ça pense survivre en hivers, si on se fie aux gaucho, les chasseurs sont de fachos et pour trouver une petite laitue en hivers, pas évident, ils se battent avec les sangliers pour leur piquer leurs glands ? Et puis au niveau du gibier l’écriture inclusive va falloir se creuser la tête et pas évident de creuser du vide. ( un cerf et une biche ; un sanglier et une laie.)
               Faut que je creuse cette idée de gauchiste survivaliste, j’ai l’impression qu’il y a un truc qui cloche.
               Cernunnos doit en avoir les cornes qui frisent !


            • 1 vote
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 17:38
              "Le survivalisme"

              Faut admettre qu’il y a quelque chose de ridiculement alambiqué dans le mot. Il est d’ailleurs laid à l’oreille, pas évident à prononcer avec deux i, deux v, deux s.

              Bref, il manque de naturel et de simplicité, ce qui est un comble pour un terme censé évoquer une réconciliation avec la nature et la simplicité. 

              Il produit un effet comique chez tous ceux qui ont grandi dans une vraie maison, proche des champs et des forêts, qui ont vu leurs parents et leurs grands-parents réparer une charpente ou construire une grange, refaire la plomberie, changer eux-mêmes le radiateur d’une camionnette, couper un arbre sans le prendre sur la gueule, faire du vin, etc. Et il y a quand même encore beaucoup de gens comme ça en France (certes moins qu’en Roumanie). 

              Faudrait peut-être appeler ça du "naturisme", mais du coup ça va attirer des amateurs d’un autre style.  smiley


              • vote
                Conférençovore Conférençovore 8 février 17:47

                @Qaspard Delanuit "Il produit un effet comique chez tous ceux qui ont grandi dans une vraie maison, proche des champs et des forêts"

                C’est vrai mais... de quelle proportion de Français on parle au juste, en 2021. Je dirais entre 10 et 20%, grand max.


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 17:56

                @Conférençovore

                Oui, sans doute.

                Mais le mot n’est pas attirant pour les autres non plus. 


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:00

                @Conférençovore

                La vidéo et la démarche du gars vont dans le bons sens, je parle juste du mot. 


              • vote
                Conférençovore Conférençovore 8 février 18:30

                @Qaspard Delanuit Sauf que le mot, sexy ou non, recouvre des compétences. Par ex ce gars a des aptitudes vraiment intéressantes qui vont au-delà de connaissances ancestrales : https://m.youtube.com/channel/UCg7HRuQ93hl9v8dTSt_XDHA/videos

                J’ignore s’il se définit comme "survivaliste" (tu as raison, ce n’est qu’un mot) mais ses stratégies dépassent le simple cadre de la maîtrise d’une technique. Elle intègre des notions inédites pour nos anciens.


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:39

                @Conférençovore

                "J’ignore s’il se définit comme "survivaliste" (tu as raison, ce n’est qu’un mot) mais ses stratégies dépassent le simple cadre de la maîtrise d’une technique. Elle intègre des notions inédites pour nos anciens."

                Exact, tout ça est très bien. 
                J’aime bien aussi ce que fait ce gars, c’est très concret, sans idéologie. 
                https://www.youtube.com/watch?v=nvlMVSnu1o0



              • 3 votes
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:44

                @Conférençovore

                Je trouve que le concept "d’autonomie" à tous les points de vue, est plus exact et moins "perché" que celui de "survivance". 

                Je me définis volontiers comme un autonomiste (ce qui est une façon d’être souverainiste à l’échelle individuelle).


              • vote
                Conférençovore Conférençovore 8 février 19:18

                @Qaspard Delanuit Je me définis aussi comme tel. Le mot survivalisme s’inscrit clairement dans une rupture sémantique. Initialement, comme rappelé dans l’entrevue, il s’agissait d’échapper à d’éventuelles bombes nucléaires balancées par les cocos durant la guerre froide et répondre à la question priordiale : "Comment y survivre ?". Les strats perma sont par la suite plutôt venues d’Australie. Quoi que l’on pense du bien-fondé de l’usage du mot, il est employé dans les MM et est porteur d’une dimension notamment (et surtout) politique. C’est indéniable.

                Ce qui m’a plu dans cet échange est que, finalement, gauche, droite, on s’en fout. On vise pour la première fois finalement, la même chose... au moins dans un premier temps.


              • vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 19:22

                @Conférençovore

                "Ce qui m’a plu dans cet échange est que, finalement, gauche, droite, on s’en fout. On vise pour la première fois finalement, la même chose... au moins dans un premier temps."


                Oui, j’avais compris l’esprit du topic (vu que le survivalisme est connoté fachosphère par les antifas les plus cons). 

              • vote
                Tchakpoum Tchakpoum 9 février 02:52

                @Qaspard Delanuit

                Faudrait peut-être appeler ça du "naturisme", mais du coup ça va attirer des amateurs d’un autre style.

                Ou bien résilience. Il n’y a plus de gauche ou droite avec ce mot et il convient aussi bien pour la permaculture (ou l’agro-écologie), la vie en forêt, le campagnard qui n’a pas évolué son mode de vie depuis l’avant guerre, la communauté qui a décidé de vivre à part, etc...

                Il y a aussi un mot qui en cache un autre, comme les trains. C’est le mot anarchisme, qui consiste, aujourd’hui, à casser des abri-bus. Il cache le mot autogestion, qui aurait pour premier avantage de débarrasser les antifas qui en sont incapables. Il aurait surtout pour autre avantage de poser les questions dans le bon sens, et les pratiques qui viennent avec, aussi bien pour soi, que pour une bande de potes, que pour une commune.


              • 6 votes
                medialter medialter 8 février 18:24

                Il y a déjà probablement plus de 20 millions de survivalistes en France : ceux qui doivent bouffer avec moins de 5€/jour, se chauffer avec un coût énergétique qui s’envole, et rouler dans une caisse qui risque de lâcher au premier trajet local, ça s’appelle les jeux olympiques de fin de mois. Et ces survivalistes augmentent de manière exponentielle. Ce qui fait que le survivalisme de gauche, de partage, d’harmonie communautaire et de soirées passées au coin du feu, avec ses guitaristes, ses conteurs et ses poètes (ok je caricature pas mal, mais c’est juste pour me foutre un peu de la gueule de l’idéologie), ce survivalisme n’existe plus.

                *

                Pourquoi il n’existe plus ? Parce que la coercition sociale est devenue irrespirable. Allez déjà voir les clodos qui peuvent s’entretuer pour une gamelle. Il n’existe plus, parce qu’à la première occase, disons dans l’effondrement imminent qui s’annonce, le gauchot n’hésitera pas à dépouiller son voisin pour sa propre gueule. Déjà qu’en temps de paix, les gauchots piquaient les meufs de leurs meilleurs potes, je vous laissent imaginer en temps de guerre. Il n’existe aujourd’hui qu’un survivalisme de droite : celui d’un réseau restreint,composé d’individus sûrs, de confiance, sur qui on peut compter les yeux fermés.

                *

                En chaque gauchot sommeille une taupe, un jaloux, un vautour, un collabo pour 3 sous, un étalon de convoitise. Qu’ils s’allient entre eux entre dans l’ordre des choses, les insectes ne peuvent survivre qu’en légions. Mais tôt ou tard, ils finissent par s’entre-dévorer, c’est aussi dans l’ordre des choses.


                • vote
                  Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 18:30

                  @medialter

                  "Déjà qu’en temps de paix, les gauchots piquaient les meufs de leurs meilleurs "potes""

                  Vive l’amour libre, espèce de fasciste qui parle d’une femme comme d’un objet de consommation qu’on pourrait posséder et voler !  smiley

                • 1 vote
                  Conférençovore Conférençovore 8 février 18:34

                  Merci pour ta précieuse contribution (comme dirait l’autre pignouf) merdialtouze mais qui aurait pu tenir en 6 mots : "les gens sont intrinsèquement des enfoirés".


                • 2 votes
                  medialter medialter 8 février 18:39

                  @Qaspard Delanuit
                  "d’une femme comme d’un objet de consommation qu’on pourrait posséder et voler !"
                  *
                  Il y en a pourtant des millions qui s’affichent comme telles, pour qui c’est un honneur de se faire voler, et qui adorent qu’on les consomme smiley


                • 1 vote
                  Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 19:25

                  @medialter

                  "et qui adorent qu’on les consomme"

                  Quoi, incitation au viol !?
                  "Je vous signale à la censure", comme dirait le Matounet !

                • vote
                  pegase pegase 8 février 18:35

                  Une grève générale ?????? 

                  Mais ils sont complètement c**s, il n’y a plus de boulot, plus d’industrie et ils parlent de grève générale 

                  Il n’y a bientôt plus que des fonctionnaires et des entreprises de services, il va nous ressortir le coup des revendications sociales dans un pays complètement miné et pillé par cette idéologie ....

                  J’ai un pote qui a la CGT au cul pour un minable qui a bossé 3 mois, et s’est mis en arrêt de travail prolongé pour un bobo de rien du tout, hallucinant qu’un toubib lui signe un arrêt de travail pour une banale coupure avec un pansement Urgo ....

                  Il est convoqué aux prudhommes, la CGT lui envoie des lettres recommandées tout les jours, on vit dans un pays de tarés smiley


                  • vote
                    Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 8 février 19:30

                    @pegase

                    "Il n’y a bientôt plus que des fonctionnaires et des entreprises de services"

                    Ce sera une étape sur le chemin menant au Grand Soir ! La fin des exploiteurs comme vous et vos amis, et de tous les autres agents du grand capitalisme, espèce de colonisateur du ciel !  smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès