• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les origines secrètes de l’Union européenne | Pierre Hillard | Géopolitique (...)

Les origines secrètes de l’Union européenne | Pierre Hillard | Géopolitique Profonde

Le 27 mai à 18h30, Pierre Hillard, Philippe Herlin, Claude Janvier et François Martin seront les invités de la Grande Émission animée par Mike Borowski, en direct sur Géopolitique Profonde.

Pierre Hillard est docteur en sciences politiques, écrivain, spécialisé dans l’étude du mondialisme. Son dernier ouvrage s’intitule « Les permanences de la géopolitique et de la mystique russes des Romanov à Vladimir Poutine ».

Philippe Herlin est un économiste et essayiste, qui publie chez Eyrolles. Il est Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) en 2012, et il a eu le Prix Spécial du Jury du 24e Prix Turgot décerné le 12 avril 2011 pour Finance : le nouveau paradigme. Il s’intéresse notamment à l’or et aux monnaies complémentaires telles que le bitcoin.

Claude Janvier est un écrivain et essayiste français connu pour ses prises de position tranchées sur des sujets de société et de politique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui explorent les dynamiques de pouvoir et les influences cachées au sein des structures étatiques et supranationales. Son dernier livre se nomme « L’État Profond Français« .

François Martin est un géopolitologue, journaliste et essayiste français, diplômé de l’ESSEC et de l’EMBA HEC, et auditeur de l’IHEDN et de l’INHESJ. Avec une carrière de 40 ans dans le commerce international de l’alimentaire, il a acquis une expérience considérable sur plus de 100 pays et maîtrise six langues et est connu pour ses analyses pénétrantes sur des sujets internationaux complexes.

Soirée géopolitique profonde Rejoignez-nous pour la grande soirée privée GP spéciale 200k abonnés le 10 juin !

L’Union Européenne, cette entité supranationale qui a remodelé le paysage politique, économique et social de l’Europe, est souvent perçue comme un projet de paix et d’unité.

Pourtant, son histoire et sa structure révèlent une complexité bien plus grande, où se mêlent des ambitions qui dépassent la simple coopération entre nations. Dès sa conception, l’UE a suscité des interrogations sur son impact sur la souveraineté des États membres. Les textes fondateurs, rédigés dans l’ombre de l’après-guerre, portent en eux les germes d’une vision qui transcende les frontières nationales, envisageant une Europe unie sous des auspices qui ne sont pas sans rappeler le Saint-Empire germanique d’antan.

Les eurorégions et la régionalisation ont été promues comme des étapes vers une intégration plus poussée, mais elles ont également soulevé des questions sur la dilution de l’identité nationale et l’autonomie locale. Le partenariat transatlantique, souvent dominé par des intérêts allemands, a été un vecteur de cette philosophie d’intégration, influençant les politiques et les économies à travers le continent. L’exemple de la Corse, dont l’autonomie a été discutée dès 1987, illustre la manière dont les influences extérieures ont façonné les débats internes des nations.

Bruxelles, siège de l’Union Européenne, est parfois perçu comme le centre d’un pouvoir qui se réapproprie des éléments d’une époque révolue, où les forces impériales et fascistes jouaient un rôle prépondérant sur la scène européenne. Cette image est renforcée par la manière dont le droit des minorités a été intégré dans la législation européenne, souvent au détriment des majorités nationales. L’OTAN, quant à elle, continue d’exister malgré la dissolution de son homologue du Pacte de Varsovie, soulevant des questions sur sa pertinence dans un monde post-guerre froide.

Enfin, l’influence américaine et les réseaux internationaux sont souvent accusés de miner les principes de souveraineté nationale, favorisant un capitalisme sans frontières qui semble indifférent aux réalités et aux besoins des peuples.

Ces dynamiques complexes et parfois contradictoires seront au cœur de cet entretien.

Ne manquez pas ce rendez-vous le 27 mai à 1h30, en direct sur GPTV.

Quittez la dictature financière et numérique, avec la revue mensuelle de Géopolitique Profonde :

Cliquez ici !



https://geopolitique-profonde.com

Tags : France Union européenne




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • vote
    JL 6 juin 13:19

    Le pouvoir fédéral respecte les entités politiques fédérées.

    L’UE ne respecte ni les nations ni les peuples qui les composent : elle les soumet à des intérêts supranationaux et même supra-continentaux.


    • vote
      JL 6 juin 14:57

      @JL
       

      Tant que le secteur financier garde la main sur l’organisation de l’économie, les institutions européennes ne peuvent être qu’une créature à son service, customisées pour organiser et maintenir la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux. Toujours moins d’États nations et de démocratie, et toujours plus de directives nuisibles à l’emploi, édictées par des instances totalement dénuées de légitimité démocratique.
       

      «  Au moment où les US$ instauraient une hausse de 100% sur les droits de douane à l’importation sur les voitures chinoises, Carlos Navarez, directeur international du groupe multinational Stellantis incluant notamment Peugeot-Citroën, annonçait à grandes pompes un accord passé avec la firme chinoise Leapmotor afin d’assurer la commercialisation de leurs voitures sur tout le territoire européen. à des prix que Stellantis elle-même ne peut soutenir. » (cf. là)


    • vote
      JL 7 juin 07:55

      @JL
       
       l’UE est même pire qu’un fédéralisme : c’est une organisation féodale, les États sont les vassaux d’un suzerain qui ne dit pas son nom et qu’ils ne connaissent même pas.


    • vote
      JL 7 juin 08:05

      @JL
       
       l’UE est même pire qu’un fédéralisme : les États nations y sont traités comme les vassaux d’un suzerain qui ne dit pas son nom et qu’ils ne connaissent même pas.
       
      En fait, ce suzerain est un syndic de copropriété de puissances politiques, financières, industrielles et commerciales dont on ignore la nationalité si tant est qu’elles en aient une.


    • 1 vote
      christophe nicolas christophe nicolas 6 juin 14:51

      On devrait s’allier avec la Pologne pour envahir l’Allemagne et pour virer les USA de l’Europe avec l’aide des Russes des scandinaves et des latins...  :)

      Après, ce sera le bonheur sans les British, sans Israël et sans les néoconservateurs des USA qui foutent la merde partout.


      • vote
        nono le simplet nono le simplet 6 juin 15:46

        @christophe nicolas
        ne pas oublier de boucher le tunnel de la Manche ... et aussi d’apprendre le russe pour avoir un passeport de citoyen à part entière ...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès