• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lutte contre le séparatisme... en réalité nos libertés

Lutte contre le séparatisme... en réalité nos libertés

A la base, il s'agissait de lutter contre le « séparatisme islamiste » et puis, dans le discours à tout le moins, il s'agissait de lutter contre tous « les séparatismes » (parce qu'il ne faut surtout pas stigmatiser et puis parce qu'apparemment, il existerait un séparatisme d'extrême-droite) et puis finalement, si le texte de près de 500 pages (disponible ici) parle bien de « séparatisme », le titre affiche le but de cette proposition de loi et ses 51 articles : « confort[er] le respect des principes de la République ». Cette histoire de séparatisme posant trop de problèmes, Darmanin avait expliqué en octobre dernier que ce projet de loi devait changer de nom pour s'appeler « projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains », renforcement qui, apparemment passe par le financement et l'organisation de l'islam, religion de paix et d'amour comme nous le démontre l'actualité depuis quelques décennies déjà.

 

Tout d'abord, tranchons cette histoire de séparatisme qui serait une menace : le fait est que certaines communautés vivent bel et bien de manière séparées des autres depuis des lustres et pourtant nos gouvernements n'ont jamais parlé de menace pour autant. C'est le cas des « gens du voyage » qui vivent physiquement de manière séparées (dans des camps, entre eux) ou encore des roms mais nous pourrions citer quantité d'autres exemples de communautés très soudées et vivant entre elles dans certains quartiers : le cas des juifs de Sarcelle (ou d'ailleurs), celui des asiatiques dans certains quartiers/villes de la région parisienne, des populations africaines ou maghrébines et même, puisqu'on en est là, de Français de souche qui vivent encore en très large majorité dans certaines zones rurales. Autant dire que l'emploi de ce mot est un effet de manche pour ne pas s'attaquer réellement au problème. Oui, les gens se séparent : les Français de souche ou issus des vagues migratoires intra-européennes du 20ième siècle ont quitté massivement certaines zones mais il serait plus juducieux, honnête, courageux et efficace de se demander ce qui a bien pu expliquer cet exode interne, affaiblir à ce point le capital social et finalement torpiller cette utopie de vivre-ensemble à laquelle plus personne ne croit, nos « élites » en tête (eux parlent bien de « partition », de « face à face », de « séparation de fait » comme l'a dit Macron lui-même). Le problème est que cela reviendrait à admettre que 50 ans d'immigration de masse et de peuplement (qui se poursuit) sont la raison de cet échec cuisant donc... donc, face à un problème qui est quasi unique, ils ont préféré légiférer histoire de dire « il y a un danger et nous allons traiter le problème ». Si seulement...

 

Focalisons-nous sur le texte : « La pénétration dans une partie de la société de l’idéologie islamiste sous ses diverses formes constitue une dérive à fondement religieux qui touche toute l’Europe et qui est à l’œuvre dans des pans entiers de la société française. Elle est fondée sur le postulat de l’hétéronomie de la norme collective, considérant que la société est un tout qui doit être soumis à la loi de la communauté. Elle est contraire à l’idéal démocratique et républicain, qui garantit la liberté de croyance et assure le principe d’égalité des citoyens. Nulle communauté ne doit s’y soustraire, sous peine d’endommager durablement la cohésion sociale et la liberté des individus, dont les affiliations communautaires sont multiples, changeantes, libres, non univoques et ne sauraient aliéner le libre arbitre. ».

 

Arrêtons donc l'hypocrisie des discours : ce projet de loi vise bien à tenter de contenir les dérives liées exclusivement à l'islam (même s'il y a aussi des problèmes de séparatisme avec d'autres communautés : certains musulmans ne sont par exemple pas les seuls à exiger des horaires de piscine, repas spéciaux ou autres accomodements...). Deuxièmement, ces dérives ne concernent pas toute l'Europe (la Slovaquie ne rencontre pas ce genre de problème par exemple et pour cause...). Troisièmement, ces dérives sont liées pour a minima 97%* des cas, liées aux politiques migratoires (avec entre 80 000 et 120 000 convertis sur 6 millions minimum de musulmans en France, il est évident que l'écrasante majorité d'entre eux sont de cette confession religieuse parce qu'ils viennent ou descendent de parents qui viennent deux-mêmes de pays dont c'est la confession ultra majoritaire – pour ne pas dire quasi exclusive) et il en va de même pour quasiment tous les pays d'Europe. Voici les principales propositions de ce projet de loi et quelques objections/remarques :

 

1/ « L'instruction à l'école sera obligatoire pour tous dès 3 ans » à partir de sept 2021 a martelé Macron. Donc ceux qui éduquent et instruisent leurs enfants eux-mêmes, même s'ils n'ont aucune démarche séparatiste (en admettant que l'on puisse définir de quoi il s'agit) seront désormais obligés de confier leurs enfants à l'Education Nationale, cette dernière ayant les pires résultats de toute l'UE avec des petits Français qui sont devenus les plus « chahuteurs » (selon une étude de 2019) et surtout les plus nuls notamment en maths, de toute l'UE. Tant pis pour tous ceux qui voulaient donner une chance à leurs gosses : ils n'auront qu'à déménager dans un autre pays (d'ailleurs c'est un conseil que l'on peut leur donner) ou avoir les moyens de les mettre dans le privé (écoles hors contrats qui vont être toutes encore plus fliquées selon le même principe : on s'attaque à toutes et pas celles islamiques qui posent problème). Au prétexte qu'il existe des dérives, principalement islamiques (et sans doute aussi quelques dérives sectaires), la liberté de tous est une fois de plus réduite et l'IEF (Instruction En Famille) sera tout bonnement supprimée :

 

 

2/ Le super-pouvoir des préfets : face au constat des pressions excercées par certains groupes (là encore... qui fait cela au juste ?) sur certains élus – Macron, dans son discours des Mureaux d'octobre 2020, cite le cas des repas confessionnels ou les exigences d'horaires spéciales dans les piscines... - le préfet pourra se substituer au Maire sur décision d'un juge. Une fois de plus le rôle de Maire déjà fortement amoindri par la mise en place des communautés de communes, se voit encore un peu plus affaibli.

 

3/ Extension des motifs de dissolution des associations limitées aux faits de « terrorisme, racisme et antisémtisme ». « Ils seront étendus à d'autres motifs comme l'atteinte à la dignité de la personne ou de pression psychologique ou physique » nous a expliqué Macron. Evidemment, à l'instar du fameux délit d' « appel à la haine », la terminologie est floue. De là à imaginer que tel est le but afin d'englober un maximum de cas possibles... Cette partie a été manifestement rajoutée en urgence suite à la décapitation de Samuel Paty mais on a envie d'objecter « mais qu'ont-ils fait pour punir les harcelements par dizaines de milliers qu'ont pu subir et subi encore la jeune Mila et tant d'autres ? ». 

 

4/ La neutralité dans les transports publics : Macron nous explique que « nous avons vu ces dernières années se multiplier les dérives ». Mais là encore, de qui parle-t-il quand il évoque ces agents qui refusent l'accès au bus à une personne en raison d'une tenue qu'ils jugent indécente ? La mesure qui vise à étendre à toutes les entreprises qui assurent une délégation du service public est intéressante mais, comme tout le reste, tout cela est d'une prodigieuse hypocrisie et les points suivent le démontrent de manière éclatante.

 

5/ « Nous allons nous-même former nos imams et nos psalmodieurs »... « Nos » ? Ah ok... La France est devenue une République qui, sous le poids d'une immigration de masse et de peuplement islamique (pas seulement mais nous ne sommes pas passés d'environ 10 000 musulmans à environ 7 millions depuis la loi de 1905 par les conversions...), doit s'adapter à cette présence islamique pour ne plus laisser ces pauvres musulmans être chapeautés par la « Turquie, l'Algérie et le Maroc » (notre Président a étrangement oublié de citer les pétromonarchies du Golfe...). Voilà des années que l'Etat français (depuis Sarközy) intervient dans les affaires musulmanes avec l'idée fixe d'imposer "un islam de France" sans même demander aux Français non musulmans s'ils sont d'accord. 

 

6/ Le contrôle accru des lieux de culte : là encore, lil n'existe pas de temple bouddhiste, synagogue ou églises dites radicales. Pour ne pas nommer le mal et le traiter, ils sont prêts à pénaliser tout le monde.

 

Voilà les principales mais il y en a d'autres comme le fait que l'Etat, bien que laïque, va continuer de soutenir le Conseil français du culte musulman, à qui il confiera notamment la charge de « finaliser le travail consistant à labelliser des formations d'imams dans notre pays » dixit Macron, d'avoir une « responsabilité cultuelle » sur la « certification des imams », et s'engager à leur faire respecter une charte de valeurs (chose qui ne va de soi apparemment). Macron nous le certifie : « Interdire l'islam est une stupidité. C'est le plus grand cadeau qu'on pourrait faire à ceux qui veulent faire basculer la République ». Nos amis slovaques qui ont interdit tout bonnement la construction de mosquées sur leur territoire en 2019 apprécieront... mais en fait, oui, c'est stupide : on ne peut interdire une idée. Par contre on peut ne pas céder à tout. Nous ne sommes pas obligés de transformer progressivement notre pays, sa culture, son esprit en République islamo-compatible. Qu'il y ait un électorat à capter, on peut le comprendre (encore qu'il est déjà tout acquis au centre/gauche) mais on peut aussi estimer que notre richesse est notre culture (à moins qu'elle n'existe pas comme l'avait déclaré Macron alors qu'il était en déplacement en Algérie) et que le moins que l'on puisse dire est que les apports d l'islam en France sont discutables. Il paraît logique, moral et normal de demander aux autres de s'adapter comme cela se fait partout dans le monde (et tout particulièrement dans les pays islamisés).

Il y a d'autres dispositifs prévus : Un article entend « interdire à l'ensemble des professionnels de santé l'établissement de certificats attestant de la virginité d'une personne » (on se demande bien qui fait ce type de demandes... mais je vous ai mis une petite vidéo plus bas pour illustrer cette prodigieuse hypocrisie à travers le cas Schiappa). Le texte renforce aussi son arsenal sur la polygamie - « interdite en France » selon un article du Parisien - en généralisant l'interdiction de délivrer un quelconque titre de séjour aux étrangers vivant en France en état de polygamie. Une nouvelle fois, c'est ridicule : à Mayotte, territoire qui a été rattaché à la France sans que les Français n'aient été consultés, la polygamie a été acceptée de fait s'agissant des mariages pour les personnes accédant à l'âge requis pour se marier au 1er janvier 2005. En pratique, non seulement les unions polygames déjà existantes sont reconnues par cette République de soumis mais en plus, de nombreux mariages polygames continuent d'être contractés devant un juge musulman. Rappellons également qu'Assa Traoré a elle-même déclaré : « C'est souvent mal vu, la polygamie, mais nous, on est une famille très liée » attestant que cette pratique africaine a bien court dans notre pays. Nous pourrions répondre à Assa que « non, ce n'est pas simplement mal vu, ce n'est pas français en plus d'être illégal » . Bref, peut-être faudrait-il commencer par faire appliquer la loi... Pour information, à Mayotte, les 2 églises n'ont même pas le droit de faire sonner leurs cloches avant la messe...

 

Selon le gouvernement français la lutte contre le séparatisme passe donc aussi par le financement d'une... Fondation de l'islam de France. C'est officiel, l'Etat, donc nous, financera un institut islamique de plus. Certes, ce n'est que 10 millions d'€ mais... apparemment, l'urgence pour Macron est « l'islam de France ».

 

Bref, voilà les caractéristiques communes de ce pannel de pseudo-solutions :

  • Généraliser à tous et pénaliser tout le monde alors que le problème qui fait qu'il y a cette loi qui sera imposée vient très largement d'un seul côté ;

  • Aggraver la situation en normalisant ce qui n'a juste rien à faire chez nous ;

  • Transformer la laïcité en ingérance d'Etat pour tous les cultes et même en promotion d'un en particulier (l'islam) au seul motif que les acteurs de cette religion sont incapables de se structurer eux-mêmes et que les dérives explosent à mesure que cette religion progresse.

 

Comble de l'hypocrisie, une député LREM, Aurore Bergé (une ex-LR, pro mariage gay, pro Printemps Républicain qui prétend défendre une conception des valeurs de la République contre les « défaiseurs identitaires » (nationalistesislamistesindigénistes ou communautaristes), en insistant sur la défense de la laïcité) a déposé un amendement dans ce projet de loi pour interdire le port du voile pour les fillettes. Voilà qui paraissait être un minimum (nous ne sommes pas encore en Afghanistan) mais l’exécutif redoutant « que cela pollue les débats » s'est déclarée clairement... opposée. Ben voyons.

 

Malgré toutes ces concessions (j'ai oublié le cas de l'enseignemment de l'arabe à l'école) qui ne sont que des conquêtes (sans effort...) islamiques et bien que le fait que la France s'islamise donc en douceur (et en violence), nous trouvons encore des intervenants comme Kenneth Roth (Human Right Watch) pour donner des leçons : « Nous avons été profondément préoccupés par la manière dont le gouvernement français a répondu à la menace terroriste. [NDA : Moi aussi ceci dit : dans d'autres pays, au premier attentat, l'intégralité des mosquées auraient été fermées, les criminels islamistes expulsés, etc]. Oui, il y a des actes de violence, mais le gouvernement semble assimiler l’islam en général à la menace terroriste [NDA : c'est l'exact inverse mais passons], et c’est une énorme erreur », a jugé le responsable de l’ONG internationale de défense des droits humains, interrogé à Genève et réagissant à deux projets de législation en France dont la très contestée proposition de loi sur la « sécurité globale » et le texte sur le séparatisme.

« La France, en dépit de sa tradition de laïcité, doit trouver un moyen de respecter le droit des gens à croire et à manifester leur croyance, tant qu’il n’y a pas de violence. ».

 

Sauf que, outre le fait que cet individu n'est pas Français, le problème est qu'il y a violence et si nous en sommes réduits à gérer tous les autres problèmes quitte à faire passer des lois idiotes, c'est bien qu'ils existent. La France devrait surtout assurer la sécurité de ses citoyens contre notamment l'extrême violence de certains musulmans radicalisés mais elle, ou plutôt les gens qui la gouvernent, semblent estimer que telle n'est pas la priorité. 

« Si le gouvernement diabolise un croyant quelconque et assimile la croyance à la violence, cela va éloigner les gens de l’Etat et pousser la religion vers la clandestinité, ce qui est finalement très dangereux. » poursuit Roth... sauf que le gouvernement ne diabolise rien : il ouvre encore plus la porte à l'islamisation de notre pays.

 

Voici quelques interventions qui soulèvent d'autres aspects problématiques et mêmes essentiels comme le caractère démocratique (ou non) du procédé. Emmanuelle Ménard évoque un « déni de démocratie » et il est vrai que l'aspect qu'elle soulève est scandaleux :

 

 

 

La chaîne YT « Sans Filtre » (un pasteur évangélique) revient également sur cette histoire de certificats de virginité suite à cette sortie totalement hypocrite de Marlène Schiappa sur le sujet :

 

 

 

Une fois de plus les libertés de tous risquent d'être réduites alors que le problème est quasi unique :

 

 

 

Jusqu'où ira ce mélange de bêtise et de trahison ?

 

Tags : Société




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 18 janvier 15:34

    La France est le pays des lois inutiles.

    Derrière un juge français il y a plus d’un mètre de codes.

    Dans d’autres pays à la justice plus efficace qu’en France il y a beaucoup moins de bouquins derrière le juge.

    En marche c’est un peu le champion des lois inutiles et déjà couvertes par d’autres lois.


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 18 janvier 16:08

      @sls0
      Les pbs posés par l’islam ne sont pas tous couverts par d’autres lois : par ex, on ne bâche pas les fillettes chez nous... c’est une problématique inédite liée à une religion en particulier mais une des rares propositions qui avait éventuellement un sens a été balayée immédiatement. Idem, avant, tout le monde mangeait le même menu. 

      Il est vrai que nous sommes très bons pour pondre des textes à foison qui ne servent à rien mais si cet ensemble de lois était seulement inutile, ce ne serait pas si problématique. Le problème principal (mais il y en a bcp d’autres) est ailleurs comme j’ai tenté de l’expliquer.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 18 janvier 16:55

      @sls0

      Si on veut parler des islamistes, donc par définition des gens qui sont animés par un projet politique ( et non pas des gens qui font juste des choix individuels qu’ils soient vestimentaires ou autre ou qui ont des opinions réactionnaires parce que rigoristes religieux, bref des choses qui relèvent des droits individuels), nous avons déjà l’arsenal juridique quasiment adéquat pour contenir le problème. Et je dis quasiment parce qu’il y’aurait quelques ajouts à faire, concernant les financements étrangers par exemple.

      Le vrai problème est que cet arsenal est peu ou mal appliqué. Et ça, c’est un problème qui relève de l’incompétence de notre classe politicienne qui, par ailleurs, nous pond des lois qui ne règlent rien mais qui facilitent l’emprise de l’Etat sur la population ( comme c’est bizarre). Cette inflation législative est inquiétante à plusieurs titres.


    • vote
      sls0 sls0 18 janvier 17:27

      @maQiavel
      Tout a fait d’accord avec vous, l’islamisme pourrait se traiter via le social chose oublié depuis les années 70.
      L’islamisme c’est le chiffon rouge qui permet de sortir plein de lois liberticides dont aucune n’a prouvé son efficacité face au terrorisme islamiste.


    • vote
      maQiavel maQiavel 18 janvier 17:39

      @sls0

      Le social a une grande incidence puisqu’on constate qu’il existe une corrélation entre le niveau socio-économique et l’adhésion à l’islam politique, particulièrement chez les plus jeunes. Mais il n’y a pas que ça, il y’a également des facteurs culturels très importants. 


    • 1 vote
      yoananda2 18 janvier 18:08

      @maQiavel

      Le social a une grande incidence puisqu’on constate qu’il existe une corrélation entre le niveau socio-économique et l’adhésion à l’islam politique

      Je ne sus pas certain de comprendre le mot "incidence", mais il implique un lien de causalité non ? hors, corrélation n’est pas causation, et en l’occurrence, on peut très bien dire que l’islam politique à une incidence que le social tout aussi bien.

      Je veux dire par la, tu peux très bien être pauvre et te tourner vers l’islam pour te consoler, mais tu peux très bien être musulman et que ça te rendre plus pauvre parce que ça te coupe du milieu économique.


    • vote
      sls0 sls0 18 janvier 18:40

      @maQiavel
      La vie des banlieux :
      la pauvreté et/ou un faible niveau d’éducation (voire même l’absence d’éducation) provoquent un sentiment de privation absolue alors que les inégalités de revenu (et les inégalités sociales d’une manière générale) engendrent une privation relative chez les individus les plus défavorisés.

      certaines formes du vice et du crime constituent une réaction « normale » à une situation dans laquelle les individus se trouvent dans la quasi-impossibilité d’employer des moyens légitimes et traditionnels qui leur permettraient de réaliser la réussite financière que la civilisation leur présente comme un but désirable.
      Les théories économiques et sociologiques se rejoignent donc sur le fait que l’absence d’un revenu légal espéré suffisant peut conduire un individu à commettre un crime contre la propriété. De plus, le crime peut être vu comme un moyen d’accroître son revenu et d’améliorer sa position sociale, en d’autres termes de réduire son sentiment de privation relative. Néanmoins, la pensée sociologique va plus loin, suggérant que l’anomie (absence de normes) peut également conduire à la violence. En effet, les individus ayant échoué à atteindre leur objectif de réussite personnelle vont se retrouver frustrés, d’autant plus au contact d’individus ayant réussi, et vont se voir exclus de la société. Les crimes violents ne sont rien de moins qu’une réponse à cette exclusion et une manifestation de cette frustration.
      Dans ce monde décalé l’islamisme peut sembler un porte de sortie, une normalité exotique, non française mais culturellement aceptable.


    • vote
      maQiavel maQiavel 18 janvier 18:52

      @yoananda2

      « Incidence » dans ma phrase est synonyme de « conséquence ». Et la radicalisation islamiste est un processus qui a une temporalité ( donc un commencement). Et cette radicalisation touche en France beaucoup plus fréquemment des jeunes qui sont déjà peu qualifiés et peu insérés dans l’emploi et qui vivent dans les quartiers populaires périphériques des grandes agglomérations. Donc ces jeunes sont coupés socio économiquement avant leur radicalisation, ce ne peut donc pas être elle qui les coupe du "milieu économique" comme tu dis. 


    • vote
      maQiavel maQiavel 18 janvier 19:11

      @sls0

      Après, il faut faire une distinction entre ce qui relève de la criminalité et ce qui relève de l’islam politique, ce sont deux sujets différents ( même s’il existe des porosités entre les deux milieux). Pour ce qui est de la criminalité, je suis d’accord avec vous mais il faudrait aussi rajouter des facteurs culturels, comme le décrit très bien Hugues Lagrange.

      Pour ce qui est de la radicalisation islamiste, oui, vous avez raison, c’est une porte de sortie pour certains dans un contexte socioéconomique dévalué mais aussi de déculturation, et ce second élément est très importants comme le relève Olivier Roy, on retrouve très fréquemment chez ces catégories d’individus une destruction du modèle familial qui est très nette et qui est le produit d’une rupture ( l’intégration ne peut fonctionner que sur une rupture, mais cette rupture peut avoir des effets pervers), c’est pour ça qu’on constate une surreprésentation des secondes générations dans les phénomènes de radicalisation islamiste. Le contexte socio-économique n’explique pas tout.


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 18 janvier 19:18

      @sls0

      "La pauvreté et/ou un faible niveau d’éducation (voire même l’absence d’éducation) provoquent un sentiment de privation absolue alors que les inégalités de revenu (et les inégalités sociales d’une manière générale) engendrent une privation relative chez les individus les plus défavorisés. "

      "A statut social égal, « les adolescents éduqués dans des familles (originaires de pays) du Sahel sont trois à quatre fois plus souvent impliqués comme auteurs de délits que les adolescents élevés dans des familles autochtones ; et ceux qui sont éduqués dans des familles maghrébines, deux fois plus ».

      Sources :

      • Lagrange Hugues. Déviance et réussite scolaire à l’adolescence. In : Recherches et Prévisions, n°88, 2007. pp. 53-70.
      • Hugues Lagrange, 2010, Le déni des cultures, Paris, Seuil

      Je pourrais citer d’autres sources et experts (comme Maurice Berger) qui expliquent que le pb n’est pas économique (même si cela jour forcément un peu) mais on sort un peu du sujet...


    • vote
      Guepe maçonne Guepe maçonne 18 janvier 19:25

      @Conférençovore

      Et qui peut s’expliquer, en partie, par la plus forte violence intra familiale dans ces 2 communautés....


    • 1 vote
      sls0 sls0 18 janvier 20:17

      @maQiavel
      Dans les années 60 j’ai vu débouler des villages algériens complets. Une semaine après l’arrivée les adultes mâles bossaient, les enfants nous rejoignaient à l’école et mon pote Gérard pied-noir servait de traducteur culturel.
      Il y avait le plein emploi, pas de privation relative, à capacité égale salaire égal.
      Début des années 80 c’est la désindustrialisation, les pertes d’emplois le prolétaire ou l’exploité disparait dans les mots. Ça ne touche pas que les immigrés mais une classe ou caste.
      Avec le plein emploi l’origine n’était pas un frein, tous étaient nécessaires.
      Pour les exclus immigrés il n’y avait pas le recours à un retour sur une région française où il y avait un autre type de boulot. Pour le français il y avait le retour aux origines, des amis ou la famille pour aider au changement de région.
      Petit à petit une zone de plein emploi devenait une zone de chomage avec une émigration plus facile pour les français de souche.
      Les plus anciens avaient assez travaillé pour avoir des revenus, pour la génération suivante c’était le chômage presque assuré avec comme adresse sur le CV un lieu de non bosseurs.
      J’ai aidé deux miss de ce milieu, deux petites bougeoises maintenant qui râlent parce que c’est nada pour le ski cet hiver. Pour elles pas de privation relative de vraies petites françaises.
      L’origine est une cause indirecte mais pas la cause principale, du subit mais pas du voulu.

      Bon au niveau connaissance de la délinquance j’ai plus de connaissances coté Amérique latine, le gros moteur c’est la privation relative. Il y a de la corrélation entre la délinquance et plein de choses dans la plupart des pays, à part l’écart riche/pauvre qui est assez bien corrélé le reste c’est moins flagrant.
      Ce sont des choses mesurées, chiffrées. Mais quand on observe sur place le meilleur indicateur est la privation relative plus difficilement chiffrable mais observable.

      Parler de rupture oui mais dans de l’atomisé sans trop de repères y a il encore rupture.
      J’ai connu la période ou le père avait un boulot, c’était le chef qui fabriquait de bons français.
      Maintenant le père n’a pas de boulot, le non légal est la part importante des revenus, plus de modèle du père dans un milieu patriarcal ça fait du dégât c’est pour cela que je parle d’atomisation.
      Où j’étais avant c’était le type familial africain, l’absence de père. Au niveau reconnaissance ce père ou non père était plus écouté que le père des cités.


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 18 janvier 20:36

      @Guepe maçonne
      "Et qui peut s’expliquer, en partie, par la plus forte violence intra familiale dans ces 2 communautés...."

      C’est bien ce qu’explique le pédopsychiatre Maurice Berger : il dit même que l’"on pourrait donner 3000 € par mois à ces familles [les familles où il y a des jeunes qui commettent des actes de violence dite gratuite] que je vous garantis que cela ne changerait strictement rien" (j’ai un peu paraphrasé mais c’est presque exactement cela). Le pb n’est donc pas économique comme le prétend sslo même si, pour une fois, ce qu’il dit n’est pas complètement faux non plus et qu’il est évident que la pauvreté est évidemment une des causes pour expliquer la criminalité chez les plus démunis mais bon, c’est un peu HS ici.


    • vote
      yoananda2 18 janvier 20:42

      @maQiavel

      « Incidence » dans ma phrase est synonyme de « conséquence ».

      Ok.

      Donc ces jeunes sont coupés socio économiquement avant leur radicalisation

      Ou alors, ce sont des abrutis, ils ne parviennent pas à s’insérer dans le milieu socioéco pour cette raison et finissent dans l’islam(isme ... pour te faire plaisir) qui est très adapté pour ce genre de profils, épicétou, et aucune "conséquence" comme quoi la pauvreté pousserait les gens vers l’islamisme.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 18 janvier 21:05

      @Guepe maçonne

      Tu vois, ce qui est marrant, c’est que le Conführer nazional cite plus haut Hugues Lagrange et dit que les adolescents éduqués dans des familles (originaires de pays du Sahel sont trois à quatre fois plus souvent impliqués comme auteurs de délits que les adolescents élevés dans des familles autochtones ; et ceux qui sont éduqués dans des familles maghrébines, deux fois plus. Mais lorsqu’il s’agit évoquer le différentiel entre les familles originaires du Sahel et maghrébines, il délaisse Hugues Lagrange qui a pourtant donné ces chiffres et ressort Maurice Berger pour conclure que le problème n’est pas économique. On passe d’un extrême à l’autre. Si le problème n’était absolument pas économique, comment se fait il qu’on constate chez les familles originaires de pays du Sahel et maghrébine, on a le taux de délinquance descend en flèche lorsque les revenus sont hauts ?

      Il y’a deux écoles simplistes : ceux qui mettent l’accent sur l’économique et ceux qui mettent l’accent sur le culturel ( souvent sans comprendre d’ailleurs). Alors qu’il suffit d’étudier un peu le sujet pour voir qu’il y’a une combinaison complexe des deux.

      Et pour le coup, j’ai lu très attentivement Hugues Lagrange qui ne nie pas du tout le facteur économique ( contrairement aux faux procès que des gens de gauche lui ont fait), il dit simplement qu’il y’a un facteur culturel qui est très important à prendre en compte. Mais bon, comme le Conführer nazional le dit, on est HS.


    • vote
      maQiavel maQiavel 18 janvier 21:06

      @yoananda2

      Si les conditions socioéconomiques n’avaient aucune incidence sur la radicalisation islamiste, on trouverait une égale fréquence de ce phénomène dans toutes les classes sociales et depuis très longtemps. Or, c’est un phénomène relativement récent et les classes moyennes et supérieures musulmanes y sont réfractaires.

      Et ça c’est en France ici et maintenant. Parce que dans d’autres pays et à d’autres époques, on trouve au contraire une radicalisation islamiste au sein des classes moyennes supérieures très bien insérés économiquement et instruites ( d’ailleurs Al-Qaïda est historiquement constitué de ce type de profil), donc la thèse de l’abrutissement qui porterait à la radicalisation par nature ne tient pas la route.


    • 2 votes
      Conférençovore Conférençovore 18 janvier 22:32

      Meq’allah qui cherche à mettre en avant des contradictions là où il n’y en a pas : à la base, je réponds à un post de sslow qui, en bon PNJ gauchiste, part dans des explications exclusivement matérialistes sur les "banlieues". Je réponds que ce n’est pas le cas, le tout à partir d’auteurs qui, contrairement à ce pitre, moi et j’imagine l’écrasante majorité des lecteurs ne sont pas des experts. Bref, je reprends une citation précise qui explique que, contrairement à ce que certains ont ressassé en boucle durant des décennies, l’explication matérialiste n’est pas la seule (voire n’est même pas du tout centrale pour expliquer certains actes) : la preuve, il y a bien "à niveau social égal...". J
      Sans dire que Lagrange écarterait complètement le facteur (je le précise aussi qu’il serait absurde d’écarter le facteur...), de là le mec invente toute une histoire pour laisser accroire que si. Je rappelle à deux reprises que le billet est consacré à un tout autre sujet donc je fais une réponse courte. Le billet porte sur un projet de loi contre le séparatisme très fortement lié (pour ne pas dire exclusivement) à l’ensemble des problématiques de l’islam. Je précise juste à 2 reprises que c’est HS mais l’autre pignouf focalise dessus à base d’appel au nombre (rien de plus détestable soi dit en passant) et il s’excite bêtement à base de "bah tu vois machin... t’as vu comme il est simpliste le gars, lol...alors que moi qui ai lu très attentativement..." parce qu’il est incapable de répondre sur le fond, à part pour jouer les islamettes en goguette sous couverture bien de grand défenseur des droits fondamentaux qu’il prétend être et que cela justifie son combat fondamental : combattre les affreux méchants anti-islam et vilains zitentitaires qui menacent la liberté de conscience dans ce pays.
      Ce n’est pas très intéressant et c’est un bel aveu d’impuissance mais rigolo quand même. 


    • 2 votes
      maQiavel maQiavel 19 janvier 17:37

      On parle souvent de contradiction sur ce site, souvent sans comprendre ce que ce mot veut vraiment dire ( chose que je trouve très étonnante d’ailleurs).

      Plus haut, le le Conführer nazional écrit « Le pb n’est donc pas économique comme le prétend sslo ». Et là il écrit « je le précise aussi qu’il serait absurde d’écarter le facteur... ».

      Voilà l’illustration d’une contradiction. Dans le premier énoncé il écarte ce facteur et dans le second il dit qu’il serait absurde de l’écarter.

      Définition de contradiction : "Relation entre deux termes, deux propositions affirmant et niant une même proposition".


    • 2 votes
      Conférençovore Conférençovore 19 janvier 18:02

      Non troll. Je te recopie/recolle ce qui suit en réponse à guêpe qui a écrit : "Et qui peut s’expliquer, en partie, par la plus forte violence intra familiale dans ces 2 communautés...." :


      "C’est bien ce qu’explique le pédopsychiatre Maurice Berger : il dit même que l’"on pourrait donner 3000 € par mois à ces familles [les familles où il y a des jeunes qui commettent des actes de violence dite gratuite] que je vous garantis que cela ne changerait strictement rien" (j’ai un peu paraphrasé mais c’est presque exactement cela). Le pb n’est donc pas économique comme le prétend sslo même si, pour une fois, ce qu’il dit n’est pas complètement faux non plus et qu’il est évident que la pauvreté est évidemment une des causes pour expliquer la criminalité chez les plus démunis mais bon, c’est un peu HS ici."


      Effectivement, pour la 3ième fois consécutive, c’est ici HS (fais un billet en collaboration avec l’éphébophile lubrique sslow pour nous narrer le malaise des "banlieux" si cela te chante mais c’est HS ici, à moins de mépriser les musulmans au point de penser qu’ils vivraient tous en banlieue...). Je t’ai mis les mots en gras surligné parce que toi pas comprendre le français apparemment. Il n’y a aucune contradiction, sauf pour les débiles qui polémiquent sur du vide et pour la quatrième fois, on s’en branle. 


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 19 janvier 18:21

      Rhoo il met de lui-même la partie d’où il s’est contredit dans la même phrase.  smiley

      Le pb n’est donc pas économique comme le prétend sslo même si, pour une fois, ce qu’il dit n’est pas complètement faux non plus et qu’il est évident que la pauvreté est évidemment une des causes pour expliquer la criminalité chez les plus démunis mais bon, c’est un peu HS ici.

      Si la pauvreté est une des causes c’est bien que le problème est AUSSI économique. 

      En fait j’ai compris. Le Conführer nazional souffre d’un clivage de personnalité, ils sont deux dans sa tête.  smiley Mais bon, c’est un autre sujet, on aura le temps de l’approfondir à une autre occaz. 


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 19 janvier 19:36

      Pour la 6ième fois consécutive ce sujet ne concerne pas la pauvreté en banlieue, ton dada. Maintenant, je comprends et compatis mais le monde ne tourne pas autour de tes desiderats et il se trouve que la pauvreté existe aussi ailleurs en Fr et sans ces niveaux de délinquance donc, pose-toi qq questions et arrêtes de polluer ce fil troll. Tu es HS et tes gesticulations d’islamette hystérique n’ont aucun intérêt.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 19 janvier 20:37

      Le Conführer nazional n’a pas hésité à répondre à sls0 sur la pauvreté en citant Hugues Lagrange et Maurice Berger. Apparemment là c’était suffisamment important pour que ça nécessite une réponse, ça ne polluait pas le fil. Mais lorsqu’on lui met ses contradictions sous le nez, la pauvreté en banlieue devient le dada de ceux qui répondent à ses assertions. C’est bizarre hein ?  smiley

      Et le pire, c’est qu’il essaie d’embrayer sur le fait que la pauvreté existe aussi ailleurs en France sans ces niveaux de délinquance tout en disant que c’est HS. smiley

      Mais bon, en même temps sa famille politique n’est pas réputée pour sa rectitude intellectuelle, ils sont comme ça ces gens-là, c’est le bordel dans leur tête.  smiley



    • vote
      micnet micnet 19 janvier 22:39

      @maQiavel

      Bonsoir MaQ, n’ayant pas lu tous vos échanges, il se peut que vous ayez déjà répondu à la question que je vais vous poser : qu’est-ce qu’un identitaire pour vous ? En une phrase, comment définissez-vous ce terme ?


    • vote
      maQiavel maQiavel 19 janvier 23:02

      @yoananda2

      Oui, j’étais déjà tombé sur cet article mais merci quand même pour le partage.

      @micnet

      Bonsoir.

      Pour ne pas prêter le flanc à concon qui va sauter sur l’occasion pour me réaccuser d’être HS ( ce qu’il est lui-même sur ce fil mais passons), je vous ai répondu là Malaise identitaire français ? - Agoravox TV


    • vote
      micnet micnet 19 janvier 23:25

      @maQiavel

      OK c’est bien noté smiley


    • 1 vote
      Guepe maçonne Guepe maçonne 20 janvier 01:59

      @maQiavel

      Je ne savais pas que ma remarque allait provoquer un conflit smiley

      Oui c’est vrai, mais les individus originaires de ces familles à haut revenu ont aussi tendance à abandonner certaines pratiques de leur cultures d’origine et notamment, la violence comme méthode d’éducation et punition possible sur les enfants, notamment quand ils sont en contact d’une civilisation comme la notre où c’est vu comme de la barbarie. Bon c’est un peu un truisme mais juste pour dire que ces facteurs sont tous emmelés entre eux. Je ne nie pas les facteurs économiques mais il y en a d’autres.

      On peut aussi parler de l’illettrisme dans beaucoup de ces familles, et le fait que beaucoup de leurs parents n’ont jamais connu l’école, ce qui fait que leurs enfants se retrouvent très vite seul quand ils ont des difficultés.

      La dévalorisation aussi des filières professionnelles, qui enferment beaucoup d’entre eux dans un statut de cancre et de dévalorisation, que la rue ( et les islamistes en embuscade) vient redorer, en leur fournissant un environnement et un role où ils ne sont pas les éternels derniers, et qui les pousse ensuite dans la délinquance et la déscolarisation.
      L’islam joue aussi un certain role de ciment entre eux, par opposition à une société non musulmane qui les aurait rejetée.

      La culture de l’excuse, qui les dédouane complètement de leurs échecs et les refilent sur le compte de la société française, qui les aurait volontairement parqués dans des " ghettos" , que les profs les auraient sous notés par racisme, que si il ne trouvent pas d’emploi, c’est à cause leurs prénoms ( alors que l’expérience des CVs anonymes à montrer le contraire,....) , ne fait qu’aggraver les choses. Sans oublier les réseaux islamistes ( et aidés de leurs amis gauchistes ) qui arrivent de plus en plus, à faire passer l’idée que la France ,et plus globalement la société française, est "islamophobe" , et avec un certain succès, à avancer leurs visions de l’islam parmi les musulmans en France.

      Et il y a aussi que cette culture de l’excuse a fini par contaminer les parents , qui en viennent à contester les dires des prof et à prendre le parti des gamins , meme quand ils vont des conneries.

      Le cas le plus emblématique de ça, c’est cette collégienne, qui, pour excuser une exclusion , a complètement inventé une histoire bidon d’ "islamophobie" pour son père, qui l’a cru et qui finira au bout par la décapitation de samuel paty.

      Bon , je sais pas comment tout cela va finir, mais contrairement à Qiro et yoan, je pense plus à terme que cela se terminera par un "Processus de régénération " à la bulgare, avec un mouvement identitaire qui finira par etre très puissant à travers toute l’europe.


    • 3 votes
      maQiavel maQiavel 18 janvier 16:43

      Ça fait des années qu’on explique que cette lutte anti-islam va se manifester par un affaissement des droits de tous. En ce qui me concerne, ce sont ces tentations autoritaires et liberticides qui m’ont fait réaliser qu’il fallait s’opposer radicalement aux anti-islams. L’Etat dans son déploiement est une rationalité juridico-administrative et les normes qui en sont le produit sont générales et impersonnelles, raison pour laquelle il faut faire très attention lorsqu’on propose une mesure contre ceux qu’on considère comme des ennemis sans réfléchir : simplement parce qu’elle peut se retourner contre soi. 

      Je remarque autour de moi que cette histoire de lutte contre le séparatisme est entrain de réveiller les chrétiens ( qu’ils soient catholiques ou protestants), ils sont entrain de se rendre compte qu’ils peuvent devenir des dommages collatéraux. Sans parler des gens qui n’ont rien à voir avec une quelconque religion, qu’ils soient agnostiques ou athées, mais qui s’inquiètent de plus en plus de l’emprise de l’Etat sur l’éducation, alors qu’entre autre, l’instruction en famille a été pensé comme une mesure permettant d’éviter un amalgame dangereux entre une école d’Etat et un service public.

      Et ce n’est que le début. Plus les anti-islams seront influents, plus les mesures liberticides et la totalirarisation de l’Etat augmenteront. La seule manière d’éviter ce scénario serait de mettre en place un régime ségrégationniste  : viser les musulmans et seulement eux par des lois particulières. Et ce type de législation d’exception, ça renvoie en France à une autre période de l’histoire qui nous hante jusqu’aujourd’hui, donc aucune chance que ça passe. Il ne reste donc que l’Etat totalitaire pour tous ... ou la confrontation directe avec ces anti islams qui font des modes de vie une question politique. Pour moi, le choix est vite fait, d’autant plus qu’avec la pandémie et les nouvelles technologies de surveillance, le contexte est très propice à toutes les dérives possibles et imaginables de l’Etat. 


      • vote
        yoananda2 18 janvier 16:57

        @maQiavel
        et oui, les gens n’ont pas réalisé qu’ils étaient en république et non plus en France, depuis plus de 200 ans ... lol
        Pour ma part, je suis anti-républicain, donc je n’ai pas ce soucis de devoir être contre les anti-islam comme toi par calcul politique, et je dis juste ce que je penses sans arrière pensées politicardes.
        Ceci dit :

        il fallait s’opposer radicalement aux anti-islams.

        t’es culotté quand même. C’est pas un peu ce qu’"on" (moi et d’autres, de différentes manières) te "reprochons" (moi je te reproche rien, tu fais ce que tu veux, mais j’ai critiqué certains de tes propos oui) ? et la, plouf, tu le balances comme si de rien n’était.

        Tu t’amuserais pas à faire des noeuds aux cerveaux des autres des fois non ?

        Tu m’aurais dit (peut être tu l’as dit, mais noyé dans de longues explications et j’ai peut être loupé ce détail) dès le début tes motivations, j’aurais sûrement pas répondu pareil sachant le fond de l’affaire.

        Chui trop naïf.


      • 1 vote
        maQiavel maQiavel 18 janvier 17:23

        @yoananda2

        « t’es culotté quand même ». 

        Gné ?  smiley

        Il y’a encore des gens ici qui ne savent pas que je m’oppose aux anti-islams ? Est-ce que je l’ai caché à un quelconque moment ? N’ai-je pas déjà expliqué sur ce site pourquoi en longs et en large DEPUIS DES ANNEES (ce qui m’a valu une vive animosité des anti-islams de ce site dont certains se sont tirés ) ? N’ai-je pas toujours parlé de la défense des droits individuels dans mon opposition à eux ( et qui s’axait beaucoup sur la question du port du voile ) ? Tu vas me dire que tu le découvre maintenant ?  smiley

        De deux choses l’une. Soit on a gigantesque problème de communication mais dans le genre gargantuesque, à un tel point qu’on parle des langues différentes, soit tu essaies de me faire passer pour un dissimulateur d’une chose que je n’ai jamais dissimulée. 


        « et oui, les gens n’ont pas réalisé qu’ils étaient en république et non plus en France, depuis plus de 200 ans ... lol »

        Les gens réalisent peut-être qu’ils sont dans la république française depuis 200 ans mais ce que beaucoup d’entre eux ne réalisent pas, c’est que dans une république, les lois sont générales et impersonnelles. Et c’est pour ça que beaucoup émettent des jugements concernant un cas particulier, sans se poser la question du caractère général de l’argument qu’ils utilisent. Et c’est pour ça que lorsqu’on leur donne un exemple pour en montrer les implications, ils répondent « ça n’a rien à voir ». 

         Pour le reste, tu as parfaitement le droit d’être anti républicain, c’est ton droit le plus strict que je ne contesterai jamais, respectueux que je suis de la liberté d’expression et de conscience. 



      • 1 vote
        Norman Bates Norman Bates 18 janvier 17:36

        @yoananda2

        "et oui, les gens n’ont pas réalisé qu’ils étaient en république et non plus en France, depuis plus de 200 ans ..."
        C’est bien résumé...ce séparatisme là est acté, la question a été tranchée il y a plus de deux siècles, et celui qui ambitionne de remettre le sujet sur le tapis est aussitôt affublé des adjectifs habituels pour le disqualifier et l’abattre...alors qu’il est ô combien légitime d’aimer la Nation et de conchier la "république" et ceux qui portent ses "valeurs" tronquées...
        Marianne n’est qu’une catin fardée de toutes les souillures de la soumission, de la braderie aux puissances étrangères...Marianne n’est pas française, elle est internationale, globaliste, mondialiste, elle ne représente que ceux qui animent cette figure factice sous les traits d’une "république" anti-France dont tous les traitres aux manettes sont responsables de la situation actuelle et dont les solutions ne sont pas un remède aux maux causés mais une étape supplémentaire de leur projet...
        "Nos libertés" sont en cage depuis des lustres, il est même interdit de clamer son amour de la Nation...c’est le séparatisme originel, illégitime, qu’il serait bien plus urgent de traiter en chassant les oppresseurs, les manipulateurs, les imposteurs comme la France d’antan savait le faire lorsqu’elle était debout plutôt que d’obéir, ou simplement entendre, les injonctions de ses fossoyeurs...


      • vote
        yoananda2 18 janvier 17:57

        @maQiavel

        Gné ? 

        Il y’a encore des gens ici qui ne savent pas que je m’oppose aux anti-islams ?

        Ha mais pour moi ce n’était pas clair non. D’abord parce que j’ai du le "deviner" (tu vas me dire qu’il fallu du temps, soit, j’accepte cette critique), et que pour moi, ta position est anti-scientifique, elle est politique, et de la manière dont tu as attaqué mes positions sur la question, tu t’en toujours (ou presque) pris (du moins c’est comme ça que je l’ai perçu) a ma démarche, et non pas sur un plan politique.

        Et pas que ça, quand tu t’es défendu des attaques à ton encontre de je ne sais plus trop comment on t’as qualifié, islamo-gauchiste peut-être ?, tu avoueras qu’être contre les anti-islam, avec en plus quelques biais gauchistes ici ou la, tu n’as JAMAIS (j’ai sûrement mal compris ta démarche) répondu que c’était un positionnement politique républicain. Putain, si c’était ça que tu voulais dire, ben fallait le dire en 2 lignes et basta. Non ?

        Toute cette prose, en tout cas pour moi, ça a noyé le poisson. Vraiment. (ce n’est même pas une critique ou un reproche que je t’adresse, c’est juste une explication)

        Soit on a gigantesque problème de communication

        La pour le coup c’est à mon tour :

        Gné ?

        T’es pas au courant qu’on a du mal à se comprendre ? lol

        Tu crois que ça c’est résolue juste parce que tu as fait l’effort une fois (ou plus) d’essayer la pensée "réifiée" et que moi j’ai fait l’effort d’aller dans ta vision "de l’intérieur" (je sais que ça ne veut rien dire pour toi mais pour moi oui).

        mais ce que beaucoup d’entre eux ne réalisent pas, c’est que dans une république, les lois sont générales et impersonnelles. Et c’est pour ça que beaucoup émettent des jugements concernant un cas particulier, sans se poser la question du caractère général de l’argument qu’ils utilisent.

        ===> Oui, c’est exactement ce que je disais sous forme un peu ironique : les gens savent évidement qu’ils sont dans une république, et on leur a même vendu ça tout gosse "c’est la fin de l’arbitraire royal, les contres pouvoirs", toussa toussa, mais, les gens ne réalisent pas ce que ça implique vraiment dans toutes les situations. Et oui, l’ironie c’est que pour lutter contre l’islam, les anti-islam doivent se tirer une balle dans le pieds, et l’ironie de l’ironie, c’est que ça tuera, à terme, la république, parce que ça ne permet pas de lutter contre l’islamisme efficacement (je penses que les 40 dernières années l’ont amplement démontré mais tu peux ne pas être d’accord). Au final le "réel", le "biologique" reprendra ses droits. Et c’est pour ça que je suis anti-républicain, comme toi tu es contre les anti-islam.

        Amusant non ? (je suis sérieux et pas du tout en train de te critiquer ou te juger) <====

        (c’est la partie la plus intéressante je trouve)

         Pour le reste, tu as parfaitement le droit d’être anti républicain, c’est ton droit le plus strict que je ne contesterai jamais, respectueux que je suis de la liberté d’expression et de conscience. 

        Sauf que c’est pas toi qui écrit les lois et que non, dans la pratique, je n’ai pas autant ce droit que tu ne le penses ou du moins que je le voudrais. Je dois faire hyper-gaffe à ce que je dis, puisque je défends une vision biologique et non pas idéaliste (quoi que dans l’absolu il faut sûrement un équilibre entre les deux, mais la, on n’y est pas selon moi).


      • 1 vote
        yoananda2 18 janvier 18:03

        @Norman Bates

        c’est le séparatisme originel

        Tout à fait. Par la fiction de l’égalité (et des valeurs en général) républicaine, en fait, la république à fait sécession avec le peuple. Evidement ça n’a pas été présenté comme ça, donc, le peuple n’a jamais trop eu cette impression. Jusqu’à ce que l’immigration arrive comme "révélateur" et que les gens se rendent compte que "ha mais alors c’est pas nous le peuple, les français de souche, le peuple c’est n’importe qui qui obtient des papiers, de n’importe quelle manière ?" ben oui !

        Je ne dirais pas que c’est "illégitime" puisque bon, les gens acceptent majoritairement (quoi que ... faudrait savoir qui sont ceux qui l’acceptent en l’ayant parfaitement compris !) cette fiction fondatrice républcaine, mais c’est anti-biolgoique. Et ça selon moi, c’est mal ! (dans le sens, non soutenable dans le temps je ne crois pas dans le mal au sens chrétien)


      • vote
        yoananda2 18 janvier 18:05

        @yoananda2
        putain j’aurais du me relire 2X avant de poster. J’ai oublié des mots carrément, sans parler que je m’exprime très mal. Tant pis.


      • vote
        maQiavel maQiavel 18 janvier 18:37

        @yoananda2

        « T’es pas au courant qu’on a du mal à se comprendre ? »

        A ce point-là, non, que tu découvres aujourd’hui que je n’ai jamais caché m’opposer aux anti-islam, j’en tombe des nues  smiley parce que là, l’incompréhension est trop gigantesque, on dirait un mur infranchissable. Est-ce que tu sais au moins que je m’oppose aussi à la mouvance identitaire ou alors il n’est pas non plus clair pour toi que je m’oppose à une vision politique qui ferait une ségrégation juridique entre les individus selon leurs origines et leurs religions ?

        « quand tu t’es défendu des attaques à ton encontre de je ne sais plus trop comment on t’as qualifié, islamo-gauchiste peut-être ?, tu avoueras qu’être contre les anti-islam, avec en plus quelques biais gauchistes ici ou la, tu n’as JAMAIS (j’ai sûrement mal compris ta démarche) répondu que c’était un positionnement politique républicain  »

        Ça fait des plombes que je ne me justifie plus lorsqu’on me jette des anathèmes ( islamo gauchiste, islamiste ou autre), je réponds aux anathèmes par l’anathème, par la dérision ou par l’ironie. Parce que ça n’a aucun intérêt de répondre à des anathèmes, c’est un truc que j’ai appris sur ce site. Mais lorsqu’il s’agit d’échanger calmement et rationnellement avec des gens qui font des propositions que je juge liberticides, j’ai toujours dit qu’il fallait faire très attention parce que les lois sont générales et impersonnelles, soit exactement le même discours que je tiens plus haut et que tu qualifies de « positionnement politique républicain » ( moi ce n’est pas le terme que j’utilise, c’est le tient et ça m’étonnerait qu’on donne le même contenu au mot "république"). Mon opposition aux anti-islams a toujours eu pour dimension principale la défense des droits individuels mais bon si tu ne l’avais pas compris, alors je veux bien te croire, je suis simplement très surpris. Mais sache que les personnes qui se sont opposés à mon positionnement l’ont très très bien compris, ce sont d’ailleurs elles qui me ressortaient comme un mantra la fameuse phrase de Quaradawi "Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques nous vous dominerons". 


      • 2 votes
        Conférençovore Conférençovore 18 janvier 19:30

        @yoananda2
        "Il y’a encore des gens ici qui ne savent pas que je m’oppose aux anti-islams ?"

        Ha mais pour moi ce n’était pas clair non.


        => Pour le coup Meq’allah a raison : tu te fous un peu de la binette du monde là... smiley Il est évident qu’il est radicalement opposé aux "anti-islam" comme ils les désignent ou les islamo-critiques comme perso je me définis (je n’ai rien contre l’islam dans les pays islamisés mais estime qu’un "islam de France" n’est ni possible ni souhaitable : je prône ouvertement une politique à la slovaque ou a minima un strict encadrement de cette religion hostile chez nous pour tout un tas de raisons évidentes*). Pour le coup, cela a le mérite d’être clair


        "mais, les gens ne réalisent pas ce que ça implique vraiment dans toutes les situations. Et oui, l’ironie c’est que pour lutter contre l’islam, les anti-islam doivent se tirer une balle dans le pieds"


        En quoi au juste ? Perso, je ne vois pas en quoi je me tirerais une balle dans les pieds en affirmant que nous devons imposer dans l’enceinte de tous les bâtiments publics (écoles, préf, mairies, etc) une interdiction des signes religieux par exemple. 



        "et l’ironie de l’ironie, c’est que ça tuera, à terme, la république, parce que ça ne permet pas de lutter contre l’islamisme efficacement (je penses que les 40 dernières années l’ont amplement démontré  mais tu peux ne pas être d’accord). Au final le "réel", le "biologique" reprendra ses droits. "


        La République n’est qu’un régime. Le pb est ce que devient la France. Nation est synonyme de pays (l’Organisation des Nations Unies) mais aussi de peuple et ce qui fait la France, c’est son peuple. On y met un autre peuple (en proportion déraisonnable) et ce n’est plus la France. Le Général De Gaulle l’avait dit de manière explicite. 


        * Cela implique l’arrêt de l’immigration de masse et de peuplement en provenance de pays où la pop est souvent quasi exclusivement islamique.


      • 2 votes
        Norman Bates Norman Bates 18 janvier 19:37

        @yoananda2

        Je comprends ce que tu veux dire par le "révélateur"...après, et ce n’est pas un scoop, nous divergeons sur le "biologique", mon clivage je le situe ailleurs...
        La priorité reste, selon moi, de récupérer les clefs de la maison France et d’expliquer gentiment ou pas aux usurpateurs qui font la loi qu’il est temps de dégager...il serait stupide de faire le ménage sous leur commandement, ils n’attendent que ça...
        Une question me brûle le clavier : le général de Gaulle, tu penses qu’il était d’abord français ou d’abord "républicain".. ?


      • 1 vote
        Conférençovore Conférençovore 18 janvier 19:43

        "Est-ce que tu sais au moins que je m’oppose aussi à la mouvance identitaire "

        Noooon ! Ça alors ! On tombe des nues... smiley

        Avec nos lois faussement démocratiques, effectivement, ils nous colonisent e : cela ne signifie pas qu’il faille faire n’importe quoi pour y répondre et entraver les libertés de tous bien évidemment mais cela impose de traite LE problème et pas de pénaliser surtout ceux qui ne posent aucun pb. 
        On peut aussi imaginer que demain, au nom du droit à l’auto-détermination des peuples, ils exigeront peut-être pas une partition comme l’avait dit Hollande mais quoi qu’il en soit cela deviendra invivable (ça l’est déjà dans certaines zones pour les infidèles, raison pour laquelle ceux qui peuvent se barrer de ces zones le font tous) comme ça l’est devenu partout ailleurs : les cas du Kosovo et du Liban sont souvent cités mais ne sont pas les seuls et l’issue est presque toujours la même.

        La phrase de Qaradawi est aussi à peu près aussi menaçante dans la bouche de Boumédiene, Ergogan, Hassan II et d’autres dirigeants. L’arnaque est de faire croire que cet avertissement serait simplement l’expression d’un prédicateur extrémiste (par ailleurs ultra suivi, comme les radicaux le sont de manière "quasi monopolistique" pour reprendre l’expression employée dans l’étude de 2018 de l’Institut Montaigne).


      • vote
        maQiavel maQiavel 18 janvier 20:10

        «  "Est-ce que tu sais au moins que je m’oppose aussi à la mouvance identitaire " Noooon ! Ça alors ! On tombe des nues...  »

        Ah ben là, si la réponse est « Ha mais pour moi ce n’était pas clair non », ce ne serait plus des nues que je tomberai, là ce serait d’un lieu qui n’aurait que le soleil au-dessus …  smiley 


      • 2 votes
        Conférençovore Conférençovore 18 janvier 20:23

        "Plus les anti-islams seront influents, plus les mesures liberticides et la totalirarisation de l’Etat augmenteront."

        Ben voyons. Une fois de plus on assiste à l’inversion classique et la mise en avant de tous les arguments utilisés par les musulmans radicaux (une coïncidence sans doute) : en gros, le pb, ce n’est pas le mec qui allume l’incendie mais pour Meq’allah c’est celui qui dit "Attention là. Il y a un gars juste à côté d’une maison habitée, avec un jerrycan d’essence dont il est en train de dévisser le bouchon et avec, dans l’autre main, un briquet... peut-être que l’on peut envisager d’intervenir, non ?". Là-dessus le gars te réponds "Bah non. Si ça se trouve le mec qui a une allumette à la main revient de la station service parce que sa caisse est en rade. Si ça se trouve il veut juste s’allumer une clope. Il n’y a aucune loi qui l’en empêche". Et une fois que l’incendie a été déclenché, que les gens à l’intérieur de la maison sont en train de suffoquer ou brûler, et même après des centaines, des milliers d’incendies criminels, il rajoutera "attentez, si on commence à faire des lois, on va aboutit à un société ségrégationniste... voilà pourquoi je combats comme un lion les gens qui dénoncent les mecs avec des jerrycans ouverts et briquets à la main juste à coté d’une maison. C’est bien eux le problème". 

        Ce qui est effectivement ridicule c’est la solution façon "gouvernement fr" : supprimons les jerrycans pour tout le monde, si si, même pour l’écrasante majorité des gens qui s’en servent pour mettre de l’essence dans la tondeuse. Et puis supprimons le port du briquet dans la rue pour tous...". Ca effectivement c’est de la merde et c’est exactement ce qui est dit dans ce billet.

        Mais le procédé évidemment malhonnête consiste à poser comme postulat le faux dilemme suivant : soit tu acceptes l’islamisation progressive de ton pays, soit cela finira comme dans les heures les plus sombres. 

        C’est là l’injonction qu’il nous impose : "La seule manière d’éviter ce scénario serait de mettre en place un régime ségrégationniste  : viser les musulmans et seulement eux par des lois particulières.".  Quand il dit "Plus les anti-islams seront influents, plus les mesures liberticides et la totalirarisation de l’Etat augmenteront." le message est clair : ceux qu’il désigne comme "anti-islam" (des gens qui ne font que critiquer l’expansion de cette religion et les pbs que cela pose... entendons-nous : à part un papy de 83 ans complètement cintré qui a commis un attentat misislamique, aucun "anti-islam" ne fait autre chose que d’analyser la problématique, la dénoncer... et pourvu que cela reste ainsi parce que ce genre de personnage malsain fera tout pour dire : "ah bah vous voyez le résultat de votre discours "anti-islam" !’), ceux qu’il désigne ainsi disais-je deviennent le problème principal. Mais déconstruisons ce mensonge avec des cas pratiques (le gars n’aime pas trop cela... il préfère les grandes abstractions, les grands principes...) :  

        La Slovaquie a une loi qui interdit la construction de mosquées sur son territoire. Les musulmans sont-ils chassés, dénoncés, mis dans des camps ou ce genre de choses ? Bien sûr que non. Il n’y a pas de régime "ségrégationniste". Ce dilemme mensonger permet de faire passer l’idée qu’il ne faut rien faire qui puisse entraver la liberté de conscience alors qu’il n’en est absolument pas question. En quoi ne plus construire de nouvelles mosquées entraverait la liberté de conscience des musulmans de France ? En quoi interdire le port de signes religieux ostentatoire (pour tous) dans certains lieux serait nuire à la liberté de conscience ? En quoi mettre fin à la dérogation sur l’abattage des animaux entraverait la liberté de conscience des musulmans ?

        Et je pourrais dérouler les arguments les uns après les autres : la réponse est "en rien".
        L’idée de l’islamo-servile est bel et bien celle consistant à refuser toute solution et nous imposer l’idée qu’à part qq aménagements (par exemple sur le financement des lieux de culte), il n’y a rien à faire. C’est amusant d’ailleurs qu’il utilse le cas des chrétiens : moi aussi, j’en ai entendu s’inquiéter de cette loi. L’évêque de la région de Strasbourg a d’ailleurs expliqué que le pb était que ce sur-contrôle ne concernait pas l’église qui se finance elle-même bcp plus que via le Vatican, que tous les pbs que cette loi propose de résoudre ne concernait pas les chrétiens. C’est aussi ce qu’explique l’évangélique d’une des vidés que j’ai proposé : les certificats de virginité, cela n’existe pas chez les chrétiens (peut-être de manière rarissime chez certains dingos aux EUA se réclamant de ce courant, et encore...). 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès