• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Thinkerview : Bruno Parmentier, nourrir l’humanité ?

Thinkerview : Bruno Parmentier, nourrir l’humanité ?

Interview de Bruno Parmentier en direct le 29/09/2017.

Né en 1948, Bruno Parmentier est ingénieur civil, diplômé de l’Ecole des Mines de Paris. Il a une maitrise d’économie obtenue à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Il a débuté sa carrière professionnelle par une mission d’un an au ministère de l’environnement suivie d’une expérience de deux ans comme Directeur adjoint de Prodecor, un programme public de développement agraire au Mexique. De 1976 à 1977, il a créé et dirigé Procon, une ONG privée de développement urbain à Mexico. De 1978 à 1981, il a été Directeur département mécanique et Directeur commercial chez Lip à Besançon puis de 1981 à 1985, Directeur commercial et financier aux Editions La Découverte. L’essentiel de sa carrière s’est ensuite déroulée dans la presse et l’édition, notamment comme Directeur général des Editions La Découverte et Syros de 1996 à 1999 et des Editions du Cerf de 1999 à 2001. En 2002, il devient Directeur général du Groupe ESA, l’école supérieure d’agriculture d’Angers. Un poste qu’il conservera jusqu’en 2011. Il est l’auteur de Nourrir l’humanité, les grands problèmes de l’agriculture mondiale au XXIème siècle (Editions La Découverte, 2007) et Manger tous et bien (Editions du Seuil, 2011).

- SOUTENEZ-NOUS : https://tipeee.com/thinkerview 

- ECOUTER EN PODCAST AUDIO : https://thinkerview.com/feed/podcast/https://itunes.apple.com/fr/podcast/t..

- SITE : http://thinkerview.com 

- FACEBOOK : http://facebook.com/Thinkerview 

- TWITTER : http://twitter.com/Thinker_View

Tags : Société International agriculture Alimentation



Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • vote
    Zatara Zatara 30 septembre 11:10

    L’interview démarre à 10:30....


    • vote
      Zatara Zatara 30 septembre 11:11

      ah bah nan finalement....


    • 1 vote
      La mouche du coche La mouche du coche 30 septembre 18:34

      Encore un expert payé pour nous enfumer.


    • 2 votes
      yoananda yoananda 30 septembre 19:55

      @Zatara
      j’ai trouvé ça passionnant ! pas toi ?


    • 1 vote
      medialter medialter 30 septembre 20:42

      @yoananda
      Oui, vraiment bien, je vais écouter ça une 2° fois pour m’en imprégner, la vidéo est longue mais on va pas le temps passer


    • vote
      medialter medialter 30 septembre 20:45

      voit


    • 5 votes
      Zatara Zatara 30 septembre 20:48

      @yoananda
      le type est passionnant comme tous les vieux cortiqué de sa génération qui ont de l’intelligence et ce fameux bon sens basé sur, avant tout, sur une éthique (disparu de vu pour les nouvelles générations) .

      Maintenant, 2 choses :

      1/ avant même qu’il fasse la remarque sur le fait qu’il soit catholique, il est trés aisé de reconnaitre son prisme d’origine religieuse, dans la façon qu’il a de présenter la logique et les problématiques (du style, bon, il a fallu nourrir le monde donc on a réfléchi). Cette approche française typique (chrétienne ou de culture chrétienne) ne pense qu’en verre à moitié rempli, et, est incapable de reconnaitre que la bouffe industriel est avant tout dû à une compétition féroce d’une part, et qu’elle s’est muté en outil géostratégique au fil du temps (échange pétrole, minerais, armement, contrat divers, etc....) pour enfin devenir une pompe à fric au niveau de la finance (on se rappellera, parmi bien d’autres banques, d’un service de spéculation dédié à la bouffe chez GS, qui ont été à l’origine d’une élévation record des prix du blé et du riz qui ont amené à des famines et des émeutes dans beaucoup de pays africain)

      2/ Même s’il connait le niveau dedégât réel (dont il se garde bien, finalement, de déplorer clairement) je n’ai vu que des fuites en avant dans ses solutions. Le propre de l’illusion.


    • 3 votes
      Zatara Zatara 30 septembre 20:52

      @yoananda
      et une troisième chose que tu n’as pas dû manquer : il ne parle jamais de l’impact d’une démographie galopante, et du rapport qui existe entre celle ci et la pauvreté (en l’occurrence, il dit qu’aujourd’hui, avec le niveau technologique en agriculture, la pauvreté n’est pas une fatalité mais une "fabrication" artificiel lié au marché).


    • vote
      medialter medialter 1er octobre 11:59

      @yoananda
      "Entre le réchauffement (même si on arrêtait tout demain, il y a un gros effet d’inertie), les difficultés d’extraction des ressources, la démographie (dénatalité dramatique en Europe, surnatalité en afrique et tout ce que ça implique de conflit hormonal), la robotisation, le choc des religions (islam rétrograde qui se prends un gros spot de lumière dans la gueule avec internet), le communautarisme, les inégalités croissantes (du fait du marché, des états, de la démographie), y a de quoi se demander comment tout ça tient encore debout."

      *

      Et ça tiendra encore debout longtemps pour une raison simplissime, c’est que l’être humain est une larve. Tant qu’il aura un crouton à grailler, même empoisonné, et une salope à tirer (à mon avis même pas indispensable dans l’équation), il ne bougera pas son fion. Tu conjugues Milgram à la domestication extrême, au lavage de cerveaux et tu peux encore rajouter des tonnes de couches sans que personne ne lève le petit doigt. Et ceux qui ont conscience de ça sont déjà devenus des ultras-individualistes, et augmentent la coercition contre leur congénères, d’autant plus qu’ils sont convaincus de leur complicité passive. L’intelligence supérieure qui nous dirige sait tout ça, et va poursuivre l’expérience à l’extrême en augmentant la température du bocal à feu doux


    • 2 votes
      Joe Chip Joe Chip 1er octobre 12:03

      Le mouvement de fond global, c’est la disparition de la classe moyenne liée au compromis capital-social d’après-guerre, qui est devenue (pour dire les choses de manière un peu simple) trop coûteuse. La classe moyenne du XXème jouissait à peu près des mêmes privilèges que la bourgeoisie du XIXème à une petite échelle (loisirs, vacances, etc.) et, très clairement, les élites conscientes de l’impact environnemental désastreux de la croissance depuis une cinquantaine d’années, veulent rompre avec ce modèle de développement qui ne peut pas "absorber" 10 milliards d’êtres humains : il y a une impossibilité matérielle liée à la pénurie ou au coût d’exploitation des ressources.

      En outre, l’explosion de la démographie africaine a déjoué tous les pronostics des démographes basés sur la notion de transition démographique, telle qu’elle avait été observée successivement en Europe, en Asie et en Amérique du Sud, c’est à dire une lente décrue de la démographie lié à l’amélioration des systèmes de santé, à la croissance économique et à l’accès à l’éducation des filles.

      Or, en Afrique, l’amélioration significative des conditions de vie et le développement économique n’ont pas suffi à enrayer la croissance démographique, ils l’ont au contraire stimulé. C’est un problème en partie politique, dans la mesure où l’instabilité chronique des Etats africains et la corruption des élites dirigeantes n’a pas permis de mettre en place des politiques natalistes et donnant la priorité à l’éducation des femmes, en dépit des nombreux engagements en ce sens pris à l’ONU par les pays africains, qui en restent essentiellement au stade des bonnes intentions, préférant concentrer leurs critiques sur les pays occidentaux (rente néocoloniale qui perdure depuis 50 ans : tout dysfonctionnement en Afrique est par définition une conséquence de la colonisation ou - variante contemporaine - de la décolonisation).

      A chaque fois qu’un pays, qu’un dirigeant ou une instance internationale demande des comptes à un pays ou à un chef d’Etat africain sur cette question, la réponse est toute trouvée : procès en colonialisme, dénonciation de l’ingérence occidentale, du pillage des ressources, du racisme, des opérations militaires,etc. Il y a un tabou absolu et continu sur la démographie africaine. 

      Macron en a d’ailleurs fait les frais récemment en essayant de mettre sur la table ce problème démographique. Quelques semaines plus tard, à l’ONU, il se contentait de faire un plaidoyer classique sur le "besoin de développement".

      Dans ces conditions, il est évidemment inconcevable de continuer à promouvoir l’accès généralisé à la classe moyenne. La solution consiste à répartir les ressources disponibles, c’est à dire à accorder une petite part à chacun dans un environnement "mondialisé" sur la base d’une philosophie vaguement égalitaire.

      C’est le but, avoué ou inavoué, de tous les discours sur le réchauffement ou l’écologie : mettre en place à l’échelle mondiale des politiques malthusiennes sous couvert de discours humanitaire et généreux qui vise à cacher la destruction programmée de la classe moyenne occidentale. A l’autre extrémité du spectre, la résurgence des sentiments identitaires et nationalistes vise également à faire avaler aux classes populaires leur basculement progressif dans la précarité ou la (vraie) pauvreté.   


    • vote
      yoananda yoananda 1er octobre 12:24

      @medialter
      pourquoi certaines civilisations (exemple : Rome, mais c’est pas la seule) se sont elles effondrées dans ce cas ? Si ce que tu dis est vrai (il l’est, mais jusqu’à quel point) pourquoi le "système" est-il passé par la "régression" du moyen-age au lieu de faire perdurer son système de l’époque ?

      Ce que tu dis est vrai sur le très long terme (siècles) mais à échéance humaine, d’ici 1 ou 2 générations, rien n’empêche un effondrement, partiel et/ou temporaire.

      D’ailleurs un effondrement pourrait tout à fait profiter au système actuel d’ailleurs (il pourrait aussi le détruire).


    • vote
      yoananda yoananda 1er octobre 12:36

      @Joe Chip
      très bon post, mais j’ai une objection : la classe moyenne ne "disparaît" pas vraiment. Elle stagne ou est (tout juste) érodée en occident, mais elle est rejointe par une énorme classe moyenne asiatique.

      La classe moyenne occidentale est juste la seule à ne pas profiter de la mondialisation (les riches et les pauvres s’enrichissent, sauf elle), mais elle ne disparaît pas vraiment et ses rangs, à l’échelle mondiale grossissent.

      L’Afrique devient le problème n°1 de l’Europe mais les gens ne le savent pas :

      •  La zone la plus urbaine de la planète fait à présent face à la zone la plus rurale ;
      •  La zone la plus riche de la planète fait à présent face à la zone la plus pauvre ;
      •  La zone la plus stérile de la planète fait à présent face à la zone la plus féconde ;
      •  La zone où la vie est la plus longue fait à présent face à celle où elle est la plus courte ;
      •  La zone la plus âgée de la planète fait à présent face à celle où elle est la plus jeune ;
      •  La zone où le nombre des décès excède celui des naissances fait face à celle où la croissance naturelle de la population est la plus rapide.

      Et comme tu le remarques, plutôt que de se sortir les doigts, l’afrique préfère s’enfoncer dans le "décolonialisme", la haine du blanc (qu’elle nomme anti-racisme), la culture de l’excuse.

      Le pire c’est que "tout ça" se construit, non pas tant en Afrique que chez nous. Et l’Islam empire tout ce processus.


    • 2 votes
      Zatara Zatara 1er octobre 12:51

      @yoananda
      oui mais il parle en tant qu’agronome, pas en tant que démographe, économistes, géo-politilogue, sociologue ou climatologue. Donc quelque part, son discours ne m’a pas choqué par ses "manques".

      Si on est incapable de tout mettre en balance, il ne vaut mieux rien dire.... car cela débouche forcément sur une lecture biaisé des symptômes, et à des solutions foireuses, ou des remèdes qui ne traiteront que certains des symptômes les plus "choquant" à l’égard de la poupoulasse .

      De son point de vue, on pourrait résumer (certes, trivialement) la chose à celle ci : 

      - peu importe l’état de l’agriculture et de la terre dû aux dégâts chimiques, du moment qu’on nourrit tous les hommes de ce monde (ce qui est, tu l’admettras, un raisonnement de l’instant, un raisonnement immédiat....)

      Et là, je t’avoue que j’ai un peu du mal en encaisser ce raisonnement de nourrisseur en dehors de toutes autres considérations, qui sont très loin d’être secondaire .....

      A sa décharge, et comme il le répéte, il n’y a pas de solution toute faite et sans contre partie... mais, se satisfaire, quelque part, de la situation actuelle me parait tout sauf raisonnable justement. Il n’y a pas de quoi pavoiser dans le fait de nourrir 7 milliards d’êtres humains (peu ou proue) au regard du coût environnementale à long terme, surtout que celui ci pourrait bien se solder par une hécatombe planétaire.


    • vote
      Zatara Zatara 1er octobre 12:53

      @yoananda

      j’ai écrit "pourrait bien" mais vu l’extinction de masse des espèces, on y est déjà quelque part...


    • vote
      Joe Chip Joe Chip 1er octobre 12:57

      @yoananda

      Je parlais surtout de la classe moyenne occidentale, la "classe moyenne" asiatique est une fiction, en Chine, il y a une bourgeoisie d’Etat, mais évidemment sur une population de plus d’un milliard elle constitue une strate sociologique conséquente.

      Mais il n’y a pas à proprement parler une classe moyenne homogène constituée de salariés moyens et de petits propriétaires vivant du marché intérieur, relativement peu développé par rapport au poids du pays dans l’économie internationale. La sociale-démocratie est par ailleurs quasiment inexistante dans le monde asiatique.

      Donc non on ne peut pas parler de "classe moyenne" globale, ça n’a pas grand sens, à moins de tomber dans des schémas marxistes... 

      En outre, je parle de disparition progressive (et pas totale bien entendu) avec une partie de la classe moyenne aisée qui rejoint l’élite sur ses positions culturelles et économiques. Mais l’évolution, qui s’étalera sur des décennies, est déjà sensible, et il suffit de voir l’exemple américain (toujours 20 ans d’avance) pour comprendre que nous ne sommes en France qu’au tout début du processus de précarisation de la plus grosse strate de la classe moyenne. Avec Macron qui considère qu’un couple de petits retraités propriétaire de leur maison sont des rentiers par rapport à des investisseurs, je vois mal comment la dynamique pourrait s’inverser.  

      Pour le reste on est d’accord, il y a clairement un phénomène de vases communicants qui est en train de se mettre en place entre l’Afrique et l’Europe.


    • vote
      yoananda yoananda 1er octobre 13:11

      @Joe Chip
      merci pour ces précisions smiley


    • vote
      medialter medialter 1er octobre 15:36

      @yoananda
      "pourquoi certaines civilisations (exemple : Rome, mais c’est pas la seule) se sont elles effondrées dans ce cas ?"

      *

      Rien à voir, Rome, encore qu’elle ait mis 3 siècles à s’effondrer, était une autocratie. Le système actuel est mondialiste, cad dirigé par une élite en réseau, où les pions sont interchangeables (ex Strauss-Kahn), qui pourrait se comparer à un égrégore ou une nuée d’oiseaux

      *

      "pourquoi le "système" est-il passé par la "régression" du moyen-age"

      *

      Mais le moyen-age ne fut pas une régression, c’était un système bien plus prestigieux que la déliquescence actuelle. C’est à cette époque que l’on retrouve les écrits initiatiques les plus fondamentaux. Aujourd’hui, on n’a que des abrutis qui se branlent avec du nouillage ou autres fadaises spirituelles

      *

      "Ce que tu dis est vrai sur le très long terme (siècles) mais à échéance humaine, d’ici 1 ou 2 générations, rien n’empêche un effondrement, partiel et/ou temporaire"

      *

      Il n’y aura pas d’effondrement (ou s’il y a un effondrement, il sera programmé et encadré) dans la mesure où le plan mondialiste, que l’on peut retracer depuis la révolution, est parfaitement suivi, et que les élites n’ont jamais été aussi puissantes. Je suis d’accord avec Chip quand il parle de la destruction de la classe moyenne, on en arrive à une caste unique et généralisée de prolos affaiblis et corvéables, sommée de répondre à la religion officielle du rendement et dont la chute de l’espérance de vie ira dans le sens d’un turn-over très élevé. Que ça nous plaise ou non, Orwell était très en dessous de la réalité dans ce qui se profile.


    • vote
      yoananda yoananda 1er octobre 16:05

      @medialter
      "Mais le moyen-age ne fut pas une régression"

      Je parle du point de vue du "système". (sinon je suis d’accord avec toi, je pense que c’était une époque bien meilleure ... si on excepte les famines, guerre et épidémies)

      "Rien à voir, Rome, encore qu’elle ait mis 3 siècles à s’effondrer, était une autocratie. Le système actuel est mondialiste"

      Le monde à l’époque de Rome ... c’était Rome. Rome était "mondialiste" dans un sens.

      La vitesse de l’effondrement c’est un autre sujet. Je veux bien en parler, mais ça ne change pas grand chose à mes propos qu’ils soit rapide ou lent.

      Pour l’autocratie, c’est juste cognitivement impossible de nos jours. La encore, ça ne change pas grand chose.

      Que l’effondrement (éventuel) de notre époque soit le premier à être planétaire, j’en convient. Mais ça ne change pas le fait que des civilisations se sont effondrées ... et que rien (à ma connaissance) ne s’oppose au fait que ça se reproduise.

      Je vais rajouter que : nous avons tous les symptomes de la décadence (promotion de la perversion des moeurs notamment), mais surtout surtout, nous sommes entré dans la "trappe démographique".

      La fin de la classe moyenne occidentale, franchement, moi ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. En revanche le collapsus démographique engagé ces 50 dernières années, ça, ça me défrise, et ce n’est pas une volonté de l’oligarchie (elle se contente de gérer le truc), ce n’est pas réversible (à ma connaissance, ce n’est (probablement) pas nouveau, et ça rends la civilisation actuelle insoutenable. L’immigration n’est qu’un palliatif temporaire (oui même si on pourrait croire qu’il est voulu pour dissoudre les peuples, on peut aussi le considérer comme un palliatif à un phénomène totalement hors de contrôle). Le réchauffement c’est pareil : +3°C c’est la fin de la civilisation. +5°C c’est la fin de l’humanité. Et pour l’instant, on est en chemin vers du +°4C il me semble. Même avec le géoingéniering, je ne crois pas une seule seconde que c’est voulu et contrôlé tout ça.

      La dessus, je pense qu’on a un point de déssaccord : pour moi, "ils" sont loin de tout maîtriser. Très loin.


    • vote
      medialter medialter 1er octobre 16:23

      @yoananda
      "En revanche le collapsus démographique engagé ces 50 dernières années, ça, ça me défrise, et ce n’est pas une volonté de l’oligarchie"

      *

      Je pense au contraire que c’est une volonté de l’oligarchie. Nous en avons déjà parlé, sauf que toi et moi n’entendons pas oligarchie de la même manière. Pour moi, elle vient de très haut. Le brassage ethnique, c’est du pain béni pour puiser dans une immense base de données ADN

      *

      "ça rends la civilisation actuelle insoutenable"

      *

      Pas tant que ça, quelques milliards de t^tes en moins en 2 ou 3 générations, et en 1/2 millénaires, toute la déchetterie planétaire se sera dégradée naturellement

      *

      "Le réchauffement c’est pareil"

      *

      J’y crois pas, quelle confiance peux-t-on accorder au GIEC ? Je pense plutôt que nous allons vers un refroidissement, la dégringolade des taches solaires plaide plutôt vers le retour à une petite période glaciaire du genre de celle du XIV°. Quant au géo-engineering, j’ai plutôt tendance à m’orienter vers la diffusion de métaux lourds, voire d’expérimentation de nano-technologie
      Faut que je me sauve, nous reprendrons plus tard


    • vote
      medialter medialter 1er octobre 16:25

      XVII°


    • vote
      yoananda yoananda 1er octobre 16:38

      @medialter
      "Je pense au contraire que c’est une volonté de l’oligarchie."

      En tant que sociobiologue (amateur, certes), je peux te garantir que non. Ou alors, ça suppose que l’oligarchie maîtrise parfaitement cette science (avant même qu’elle ai été inventée).

      "Pour moi, elle vient de très haut."

      La dernière fois qu’on en a parlé, tu m’as simplement répondu que c’était les mondialistes. Je pense que tu as voulu couper court à ce débat. Je pense qu’on devrait l’avoir.

      De quoi tu parles exactement ? Je soupçonne qu’en réalité tu parles de quelque chose d’au dessus de l’humain. (Je dis ça parce que parles souvent de Castaneda, que je n’ai pas lu)

      "c’est du pain béni pour puiser dans une immense base de données ADN"

      Ils cherchent quoi la dedans au juste ? S’ils sont (cf question précédente) au dessus des humains, à quoi cela peut-il bien leur servir ?

      "Pas tant que ça, quelques milliards de t^tes en moins en 2 ou 3 générations, et en 1/2 millénaires, toute la déchetterie planétaire se sera dégradée naturellement"

      le système économique actuel n’est soutenable qu’a 2 conditions (qui sont la même) : la croissance économique, et démographique.

      Je ne te balance pas ça comme ça, mais le démontrer serait un peu long, faudrait parler ressources, innovation, division du travail, urbanisme et autres pour en expliquer les ressorts.

      Sans une population importante, le savoir se perdra (le savoir est vivant, il ne suffit pas de le mettre dans un bouquin, par exemple en France, on est en train de perdre le savoir faire nucléaire parce qu’on n’a pas formé de nouvelles générations d’ingénieurs et que les vieux partent à la retraite).

      Il FAUT une population à minima constante pour maintenir notre niveau de technologie. A minima (il faut aussi conserver ses capacités cognitives).

      "J’y crois pas, quelle confiance peux-t-on accorder au GIEC "

      Perso m’en fou du GIEC, moi j’ai confiance dans les arguments scientifiques. J’ai mis longtemps avant de me faire une idée sur cette question de réchauffement, et maintenant, oui, devant les arguments (et non pas devant le GIEC), je penses que c’est le cas. Je pense (la, ça peut se discuter) que l’oligarchie flippe sa race devant le réchauffement.

      Pour la période glaciaire, oui, le soleil nous "aide" en ce moment, mais c’est un autre sujet smiley


    • vote
      pegase pegase 1er octobre 19:22

      @medialter

      L’intelligence supérieure qui nous dirige sait tout ça, et va poursuivre l’expérience à l’extrême en augmentant la température du bocal à feu doux


      L’Intelligence ? .... ils ont surtout le pouvoir ébouriffant d’émettre leur monnaie papier comme bon leur semble en ayant su l’imposer au reste du monde ...

      Pour le reste j’ai quelques doutes => voir le bourbier syrien dont l’issue était pourtant assez prévisible ...


    • vote
      medialter medialter 1er octobre 19:56

      @yoananda
      "Ou alors, ça suppose que l’oligarchie maîtrise parfaitement cette science (avant même qu’elle ai été inventée)"

      *

      Oui

      *

      "De quoi tu parles exactement ?"

      *

      Pour l’instant, je suis assez convaincu par les théories de David Jacobs. Ceci devrait répondre au reste de tes question


    • vote
      yoananda yoananda 1er octobre 21:39

      @medialter
      oui ça réponds en partie oui ...

      un peu comme les portugais qui ont fabriqué les mulatres pour diriger en afrique.

      En admettant que ... je ne vois pas en quoi on peut en déduire quoi que ce soit sur un effondrement ou son absence : peut-être que ça les arranges, ou pas ... on ne sait pas ce qu’ils ont comme projet. Même si on admet qu’ils interviennent, on n’a strictement aucune idée du pourquoi et des objectifs, tu en conviens ?

      D’autre part, on ne sait pas non plus s’ils sont les seuls à intervenir et s’ils contrôlent eux même "tout" (même s’ils maîtrisent la sociobio).

      Donc on ne peut pas déduire objectivement grand chose de cette information.

      D’accord ?


    • vote
      Heimskringla Heimskringla 2 octobre 11:20

      @Joe Chip

      " sous couvert de discours humanitaire et généreux "

      La part la plus horrible de tout le projet 


    • vote
      Et Hop ! 3 octobre 16:36

      @La mouche du coche : " Encore un expert payé pour nous enfumer. "

      Oui, il n’y connaît rien, il n’est pas agronome, il est ingénieur des mines.

      En plus il prétend nourrir l’Humanité, comme si c’était le même problème dans les pays arides, dans les pays tropicaux, et dans les pays froids.


    • 2 votes
      Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 septembre 15:01


      Parmentier : "Ce sont des paysans qui souffrent de famine"
      Pourtant "nous" sommes forts en agriculture et en transport...

      Pourquoi Parmentier ne mentionne-t-il pas le problème de la commercialisation (Parmentier ne prononce même pas le mot "commercialisation au début de son interview alors qu’il parle de production agricole et de transport. Je n’ai pas écouté la suite) dont sont victimes les agriculteurs de produits vivriers des pays "dits" en développement qui, depuis un siècle et plus, ne parviennent pas à obtenir un accroissement de leur revenu pour améliorer, en un cercle vertueux : leur niveau de vie, leur capacité à financer des intrants (semences, intrants, etc.), leur productivité et leur bénéfice ?
      1)

      Sécurité Alimentaire, Commercialisation des Produits Vivriers dans les PVD : La question qui ne se posa jamais !
      http://www.sincerites.org/2014/03/securite-alimentaire-commercialisation-des-produits-vivriers-dans-les-pvd-la-question-qui-ne-se-posa-jamais.html
      2)
      Commercialisation des produits vivriers : LE Grand Secret (de Polichinelle ?) !
      http://www.sincerites.org/article-commercialisation-des-produits-vivriers-le-grand-secret-de-polichinelle-67741582.html


      • vote
        Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 septembre 15:14

        capacité à financer des intrants (semences, engrais, etc.)


      • 2 votes
        medialter medialter 30 septembre 20:38

        @Jean-Pierre Llabrés
        Mais mon ami, tu n’as pas encore compris qu’il y a une opération de destruction massive des paysans par les multinationales qui n’en ont RAB du terroir, et à qui ils font de l’ombre. Et c’est tant mieux. Des centaines de suicides par an, mais qu’ils crèvent tous ces enfoirés de péquenauds, qui n’hésitent pas fourrer dans notre bouffe, délibérément et en pleine conscience, les pires poisons lents que la nature humaine ait pu inventer. Parce qu’avec les multinationales, la règle du jeu est affichée et connue, tandis que le paysan, lui, est un fourbe. Voilà le genre d’affiches que l’on trouve à l’entrée des marchés paysans le long des routes de ma région, alors que 6 mois avant, ils pulvérisent avec des tracteurs trainant d’énormes bidons des vapeurs tellement toxiques qu’ils se protègent avec des combinaisons de cosmonautes


      • 2 votes
        Carmela Carmela 30 septembre 21:33

        @zatara

        @medialter

        "Parce qu’avec les multinationales, la règle du jeu est affichée et connue, tandis que le paysan, lui, est un fourbe. Voilà le genre d’affiches que l’on trouve à l’entrée des marchés paysans le long des routes de ma région, alors que 6 mois avant, ils pulvérisent avec des tracteurs trainant d’énormes bidons des vapeurs tellement toxiques qu’ils se protègent avec des combinaisons de cosmonautes"

        Du medialter pleinement tonique qui lâche de subtils hameçons "au marketing made in bio" smiley

        Mais bon...ne pas mettre tout le monde dans le même panier...

        L’enjeu majeur est de privilégier l’agriculture paysanne et familiale dans le monde. Un sacré pari et une lutte sans merci contre les multinationales et du coup, nous ne pouvons pas faire l’économie du "politique"...Oui, je sais c’est compliqué smiley

        Dans les propos qu’a tenu l’intervenant, j’ai relevé du bon sens mais en effet... il m’a semblé que la musique de fond restait quand même bien imprégnée du discours type FNSEA "il faut nourrir la planète..." si chère aux promoteurs de la production intensive portée par les lobbies qui oeuvrent via l’autoroute...de vous savez où etc ceta et ttip.. smiley

        Après, j’ai écouté un peu de manière distraite et peut-être que cette personne est sincère mais quand même...nous sommes en guerre... smiley



      • 1 vote
        Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er octobre 10:33

        @medialter

        Désolé de vous décevoir mais les multinationales n’ont absolument aucune responsabilité dans le drame paysan que je décris...


      • vote
        medialter medialter 1er octobre 11:25

        @Carmela
        L’agriculture paysanne saine (j’aime pas le mot bio car il ne veut plus rien dire) ne peut pas, par définition, être intensive. Si elle nourrit l’agriculteur lui-même J365, c’est déjà pas mal, s’il en ressort un excédent négociable sur le marché, c’est encore mieux, mais ça n’ira jamais beaucoup plus loin. C’est un épiphénomène qui n’entre pas en compte dans les enjeux alimentaires mondiaux


      • vote
        medialter medialter 1er octobre 11:28

        @Jean-Pierre Llabrés
        "Désolé de vous décevoir mais les multinationales n’ont absolument aucune responsabilité dans le drame paysan que je décris"

        *

        Ha non ? N’est-ce pas un pb politique inhérent à Bruxelles. Bruxelles, sous le contrôle de qui ?


      • 1 vote
        Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er octobre 15:47

        @medialter

        Non.


      • vote
        pegase pegase 1er octobre 19:14

        @Jean-Pierre Llabrés

        Vous pensez plutôt aux charges exubérantes des entreprises en France ?

        il n’y a pas que ça, il y a les règles sanitaires, les normes pléthoriques, le matériel à renouveler (un tracteur d’aujourd’hui coûte plus cher qu’une Porsche) ...etc .. et puis ces gens se sont lourdement endettés pour suivre la PAC ....


      • 1 vote
        Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 octobre 07:54

        @pegase

        Je parle des agriculteurs de produits vivriers dans les pays "dits" en développement (PVD).


      • 3 votes
        pegase pegase 3 octobre 08:35

        @Jean-Pierre Llabrés

        Ah ... ok, mais il faudrait plutôt penser à régler les problèmes chez nous, parce que là c’est la catastrophe, les hollandais qui vendent des tomates en Espagne et les espagnoles qui vendent leurs tomates en Hollande avec les camions qui se croisent sur nos autoroutes, il y a manifestement un sérieux problème ....... et ce n’est qu’un petit détail parmi une multitude d’aberrations de toutes sortes ...


      • 3 votes
        DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 1er octobre 09:01

        Bruno Parmentier ? ... Cà ressemble donc à "çà" les monstres leaders de l’agriculture ... "çà" ne parait pas méchant mais il faut se rendre compte que Bruno Parmentier a été un acteur majeur de la destruction de l’agriculture Française traditionnelle.
         
        Bruno Parmentier est partisan de l’agriculture chimique et des OGM ... Sa ligne politique était "Produire plus et pas toujours mieux, avec plus" ce qui veut dire que Bruno Parmentier privilègie la quantité à la qualité ... Bruno Parmentier est responsable du suicide de centaines de paysans chaque année et je ne parle même pas du cancer dû aux pesticides et à la modification génétique des plantes.
         
        Avant la guerre de 39-45, la paysannerie Française nourrissaient très bien la population. Par exemple, Paris était nourrit par 1500 maraichers installées en proche banlieue, qui faisaient jusqu’à 9 récoltes par an grâce au fumier de chaval qu’ils ramassaient à Paris et surtout grâce à leur savoir-faire !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Zatara

Zatara
Voir ses articles







Palmarès