• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Pourquoi les trains sont toujours en retard ? Après les cheminots, à qui le (...)

Pourquoi les trains sont toujours en retard ? Après les cheminots, à qui le tour ?

Le gouvernement Macron accélére la libéralisation du rail et le démantèlement de la SNCF. Les recettes proposées sont les mêmes que celles qui ont été appliquées aux autres entreprises publiques, de France Télécom à EDF sans oublier nos autouroutes, et qui n’ont bénéficié ni aux salariés ni aux usagers.

 

Pourquoi les trains sont toujours en retard ?

 

Après nos cheminots, à qui le tour ?

 

Ici, le blog d'un cheminot : http://blog.sylvainbouard.fr/

Ici, un lien à propos des soi-disant " privilèges" des cheminots : https://www.youtube.com/watch?v=PtTJt...

Ici, un article très intéressant du monde diplomatique : https://www.monde-diplomatique.fr/201...

 

Tags : Politique Entreprises Transports




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • 3 votes
    jimontheair jimontheair 28 février 17:47

    C’est bien Tatiana, continue tes coups de gueule contre les pourris de la raiepublique qui décident en conclave -raiepublique oblige car raiepublique=conclaves !- de choses dont la majorité des citoyens ne voudraient pas même soumis à la pression manipulatoire des zélites et zesperts à rapports pseudo savants intégrés dont la merde intégrale spinetta et ses semblables ("haut" fonctionnaire, énarque, ...). 

    Méfie toi des idéologismes comme tu sembles le faire. Colle aux faits et au bon sens. Continue à chier sur les issus de la merdoméritocratie raiepublicaine qui se prennent pour des éclairés et ne sont que de minables privilégiés d’une raiepublique pourrie à la moelle. 
    Dans ton style relativement propre, qui n’est pas le mien ici en tout cas, continue. 
     smiley 

    • 1 vote
      matthius matthius 1er mars 10:22

      Encore une fois, les politiciens ne font que suivre les ordres de la finance.


    • 2 votes
      jimontheair jimontheair 1er mars 11:12

      @matthius

      Mouih mouih mouih, c’est si facile ! Et puis ça rentre dans le cadre étriqué des gauchards, c’est si pratique ! 

      Les politiciens trahissent leur fonction théorique, leur peuple, et leur pays. 
      Les financiers de trahissent rien, ils sont ce qu’ils sont et remplissent leur fonction aussi nuisible qu’elle puisse être devenue. 

      Par ailleurs je ne vois aucune légitimité à part si on est un gauchard à la con à vouloir éradiquer les financiers et la finance. 
      Par contre je vois une forte légitimité à réguler les actions de la financer et des financiers au travers de lois qui seraient votées par des citoyens qui seraient autre chose que les politiciens filtrés sélectionnés et traitres à leur fonction et au peuple. 

      En tant que membre du peuple, et n’étant pas un idéologisé à la con genre gauchard scotché ou autre genre d’idéologisé, mais simplement un démocrate, je considère que le point d’entrée et d’attaque à privilégier pour rendre la société meilleure et moins soumise à la finance est la caste politicienne pour les deux raisons que sont sa traitrise à sa fonction et la légitimité démocratique à ce que le peuple majoritaire puisse les écarter des postes qu’ils usurpent. 


    • 4 votes
      av88 av88 28 février 18:16

      Peut-être les professions réglementées !

      La technique vielle comme le monde, diviser pour régner.

      Je voie bien un bon petit scandale touchant tour à tour ces professions afin que le citoyen crie « salaud de …... , c’est bien fait pour eux »

      Paragraphe 8 des Grandes Orientation de Politique Économique de la Commission Européenne.

      8- « Une majorité reste confrontée à d’importantes barrières à l’entrée ou à l’exercice (par exemple les taxis, le secteur des soins de santé, les notaires et, plus généralement, les professions juridiques) »

      Traduction :

      Il faut déréguler tous ces secteurs (notaires, pharmacie, expert comptable, huissier, taxis etc...), déjà mis à mal par les traités européens. Il faut noter que cette idée est un serpent de mer, qui a déjà été souligné par maints rapports antérieurs, notamment le fameux « rapport Attali » de la « Commission pour la libération de la croissance française ». Chargée par le président de la République de l’époque, Nicolas Sarkozy, de fournir des recommandations afin de « relancer la croissance économique » de la France, la Commission Attali avait rendu son rapport final le 23 janvier 2008 dans lequel on trouvait déjà ces prétendues solutions pratiquement mot pour mot.


      Adhérent UPR



      • 2 votes
        jimontheair jimontheair 28 février 18:31

        @av88

        Certes... Reste que la caricature raiepublicaine dévote formatée asselineau a à maintes reprises défendu Son Ena et passe son temps à lécher le trou du cul des hauts fonctionnaires des politiciens des conclaves d’experts et de la raiepublique et ses institutions pourries à la moelle, tout en prétendant être un libérateur et un démocrate.

        Un faussaire, un faux cul, un manipulateur, un de plus ! 

         smiley !!! 


      • 3 votes
        acetrip 1er mars 09:30

        @jimontheair
        attaque ad nominem , écumante de rage, pleine de contre vérités


      • 2 votes
        Vlad Dimir 28 février 19:54

        Parce qu’on est en train de déconstruire la France.


        • 2 votes
          V_Parlier V_Parlier 28 février 22:51

          @Vlad Dimir
          Certes. Mais il y a des choses bien plus préoccupantes que la SNCF (qui assure déjà un service pitoyable, que les cheminots soient privilégiés ou pas, selon ce qu’on en pense).


        • 2 votes
          JL 1er mars 10:12

          Pourquoi les trains sont toujours en retard ?
           
          Sur le réseau SNCF francilien, un « accident de personne » se produit tous les deux à trois jours.
          http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/accidents-de-personnes-ces-conducteurs-sncf-ont-tape-ils-racontent-07-11-2017-7378458.php

          « Suite à un accident de personne, le trafic est totalement interrompu ». Ce message, est entendu par les usagers des transports en commun tous les deux à trois jours sur les lignes RER et Transilien. Ils sont, chaque année, deux à trois millions à être affectés par ces accidents qui sont dans l’essentiel des cas, des suicides.
           


          • 1 vote
            JL 1er mars 10:14

            Précisions deux à trois millions d’usagers affectés par ces retards. .


          • 1 vote
            V_Parlier V_Parlier 1er mars 10:37

            @JL
            Donc la France serait le pays du suicide sur voie ferrée ! (C’est dire si notre pays est devenu un modèle de joie de vivre, cf. Charlie)

            Etant donnée la fréquence, j’ai comme l’impression qu’il y a bien d’autres "accidents de personnes" dans le tas, voire des actes de malveillance pudiquement désignés par "accidents" ou "personnes sur la voie"... Bref, le rail serait à l’image de certains quartiers : une zone incontrôlée où des petits "rebelles" font la loi. Image de France... (Et si ce n’est pas ça non plus, alors ce serait du bidon ?)


          • 1 vote
            Joe Chip Joe Chip 1er mars 11:41

            @JL

            Mais bien sûr les 300 suicidés annuels sur les voix ferrées en France (phénomène qui n’existe évidemment pas ailleurs) sont la cause majeure et principale de tous les dysfonctionnements de la SNCF. Ca n’existe pas au Japon smiley pays où les trains sont réglés comme des montres suisses...

            Ces salauds de suicidaires portent sur leurs lâches épaules la perturbation du service publique à la française et la responsabilité des désagréments causés aux salariés.

            Ou quand l’indécence s’ajoute à l’irresponsabilité... 


          • 1 vote
            JL 1er mars 16:32

            @Joe Chip
             

             si, cela existe ailleurs, notamment en GB ; mais les trains continuent de rouler : profits privés obligent, les actionnaires ne veulent rien savoir. C’est ça que vous voulez ?

             


          • 1 vote
            V_Parlier V_Parlier 1er mars 18:47

            @JL
            Les actionnaires... pour cette fois ils ont bon dos. (J’ai bien dit : pour cette fois)

            Le gars se suicidera ailleurs, qu’est-ce que ça change ? Et si ce sont des types qui font exprès de bloquer les trains, quand ils les verront arriver sans ralentir ils dégageront vite fait.

            Un jour ce sera sur les aéroports et les autoroutes aussi ? On bloquera l’entrée des autoroutes et tout le trafic aérien parce-que des guignols se balladent à pied là où il ne faut pas ?


          • 1 vote
            JL 1er mars 19:38

            @V_Parlier
             

            ’’Le gars se suicidera ailleurs, qu’est-ce que ça change ?’

             

            On parlait du retard des trains, non ?

             

             ’’ Et si ce sont des types qui font exprès de bloquer les trains, quand ils les verront arriver sans ralentir ils dégageront vite fait.’’

             

            Vous mettriez votre vie en danger pour le plaisir d’emmerder des centaines de personnes, vous ? Pfff !


          • 2 votes
            Joe Chip Joe Chip 1er mars 11:25

            Oui, ils vont massacrer le service public mais l’époque où les employés de la SNCF pouvaient utiliser cet argument pour justifier l’exclusivité de leur statut et le statut quo est révolue, car le service est justement trop dégradé aux yeux des usagers qui ne peuvent plus tolérer les "désagréments" autrefois plus ou moins compensés par les avantages (qualité des infrastructures, couverture du territoire, etc.)

            Trains supprimés, retards quasi quotidiens, grèves spontanées (jusqu’au foutage de gueule : "troupeau de bovins signalés sur la voie"), dérégulation sauvage des tarifs, saleté, incivilités, insécurité, impossibilité de se garer malgré les agrandissements successifs des parkings (ben oui, on est en France, donc les places théoriquement réservées aux USAGERS sont dans les faits squatées nuit et jour par les habitants du "quartier" qui revendiquent l’utilisation du parking de la gare en toute impunité). 

            A titre perso, j’ai vu en 20 ans ma petite gare pimpante se transformer en taudis périurbain. Ils ont même fini par laisser s’installer des bandes qui squattent désormais à quelques dizaines de mètres de l’entrée principale de la gare, résultat on a des incidents et des affrontements réguliers entre "jeunes" du coin et bandes rivales descendues de banlieue parisienne pour en découdre, parfois sous les yeux de la police municipale qui observe ça de loin à la sortie de la gare sans intervenir.

            A l’époque, ça coûtait à peine 100 balles pour faire un A/R à Paris en à peine une heure avec 7 ou 8 trains dans la journée. Aujourd’hui on est quasiment arrivé à 50 euros l’A/R en heure de pointe en 1h10 en moyenne avec trois départs dans la journée. 
            Les voies devant la gare sont jonchées de déchets, l’entretien n’est plus réalisé quotidiennement dans les franciliens... un jour je suis monté dans une rame dans laquelle il y avait une pellicule de crasse épaisse comme un ongle sur le sol. Signalant le problème à une agent qui déambulait nonchalamment sur le quai, celle-ci me répondit de remplir le "formulaire" laissé à cet usage dans la rame. Evidemment, il n’y avait aucun formulaire dans la rame (juste une boîte vide) et sa seule réaction fut de hausser les épaules avant de reprendre sa déambulation. 
              
            Evidemment, c’est typiquement le genre de trucs qu’une société privée ne laisserait pas s’installer. Le sentiment d’insécurité et le manque de propreté sont rédhibitoires en matière de transport publique, en tout cas dans un pays qui se dit encore "développé" et civilisé. Un système serait mis en place pour empêcher le voisinage de squatter les places de parking, les bandes de "jeunes" se livrant à des petits trafics seraient chassées de l’entrée de la gare, l’entretien serait effectué quotidiennement.

            Or, la seule solution de la SNCF est de matraquer l’usager réglo par l’augmentation continue des tarifs et de faire du chantage aux subventions (régionales) pour maintenir globalement le niveau des prestations. 

            On peut certes spéculer sur le fait que tout cela a été "voulu et organisé" par les méchants libéraux désireux de récupérer le service pour quelques kopecks (un peu sur le modèle de ce qui a été fait pour les autoroutes intégralement financées par le contribuable avant d’être confiées à des opérateurs privés) mais il y a aussi à mon avis une raison plus profonde, de l’ordre du non-dit, qui explique le déclin inexorable du service publique en France et qui est liée à la transformation des mentalités.

            Je vais régulièrement en Suisse, ils ont encore de vieilles rames des années 70 en parfait état, ponctuelles (à la minute) et la propreté je n’en parle même pas, tu pourrais manger à même le sol. Pas de désertification rurale, des petites gares bien connectées, des petits commerces partout, etc... et pourtant ils sont beaucoup plus libéraux que nous, donc la faillite du service publique à la française est bien liée à des raisons endogènes dont nous sommes collectivement responsables et non au "système".

            Il faut un peuple de citoyens responsables et garants du bien commun pour avoir des services publiques de qualité. Quand tout le monde essaye de tirer la couverture à soi, ne respecte plus rien, fraude et considère que le service publique et assimilé (on pourrait penser aux cantines scolaires par exemple) comme un "dû" de la collectivité (fautive) envers l’individu-consommateur qui pourrait en jouir gratuitement et sans limite, ça ne peut plus marcher et il est alors très facile - trop facile - de pointer du doigt les conséquences (passage à une gestion néolibérale).

            Quand on se retrouve presque quotidiennement pris en otage par la SNCF, avec les répercussions que cela peut avoir au travail et sur l’équilibre familial, tout l’aspect politique et idéologique du problème disparaît, ne reste que l’aspect gestionnaire qui est le point d’entrée des réformes néolibérales.

            • 3 votes
              Zatara Zatara 1er mars 22:24

              "" L’ouverture à la concurrence des lignes TGV en 2020 et des lignes TER d’ici à 2023, qui a notamment coûté aux cheminots leur statut, serait-elle un pas vers une privatisation progressive du rail français ?

              Au Royaume-Uni en tout cas, le processus a été lancé en 1993 et le résultat pose question.

              (...)

              25 sociétés ont mis la main sur le rail anglais, dont certaines détenues partiellement ou en totalité par des entreprises étrangères, comme la Deutsche Bahn (Allemagne) ou Keolis, filiale de la SNCF.

              Le chiffre d’affaires de ces franchises a atteint 12,4 milliards de livres en 2016 (environ 14 milliards d’euros), pour des dépenses de 12,1 milliards de livres (plus de 13,5 milliards d’euros). Les opérateurs se sont partagé 327 millions d’euros de bénéfices en 2015-2016. A noter que l’Etat octroie aussi des subventions aux lignes déficitaires pour un montant de 4,6 milliards d’euros en 2015-2016. Ce qui constitue pour les Britanniques une double peine : des billets à des prix exorbitant d’un côté et une partie de leurs impôts réservée aux compagnies privées de l’autre.

              Seul l’entretien des voies est revenu dans le giron du service public après deux accidents mortels survenus l’un en octobre 1999 à Ladbroke Grove qui avait fait 35 morts et 558 blessés, et l’autre à Hatfield, en octobre 2000 qui avait fait 4 morts et 70 blessés. En cause : la vétusté des rails. ""

              https://francais.rt.com/economie/48427-privatisation-rail-grande-bretagne-un-echec


              • 1 vote
                thierry3468 2 mars 11:54

                Ce processus est en marche depuis longtemps .La séparation entre le réseau ferré et le traffic ferroviaire visait à laisser la construction des lignes et leur entretien à la charge des pouvoirs publics(le contribuable) et de privatiser le transport des personnes à des sociétés privées.Le statut du cheminot est montré du doigt(gros doigt) pour expliquer la faillite de la SNCF mais le salaire de Parly est mis sous le tapis (52 000 euros mensuels) pour ne pas mettre en évidence que certains tapent allégrement dans la caisse .Macron,encore une fois,s’acharne sur le travailleur et encourage ses "amis" à participer un dépeçage d’un fleuron français.Après Alstom ,Macron s’apprete à brader la SNCF.Si ce n’est pas de la haute trahison vis à vis de notre pays,cela y ressemble beaucoup.....



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès