• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > François Lenglet constate l’échec du ruissellement

François Lenglet constate l’échec du ruissellement

Quand l’éditorialiste économique libéral François Lenglet constate l'échec total de la politique économique des banques centrales. Les milliers de milliards injectés sur les marchés financiers n'ont profité qu'au Capital et aux riches !
Pour info, depuis 2011 la BCE a injecté plus de 4.000 milliards d'euros sur les marchés financiers en rachat d'actifs, sans aucun « ruissellement » ou presque sur l'économie réelle.

Tags : Economie Finance




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 4 votes
    mmbbb 11 mars 09:14

    et apres ces memes liberaux notamment Lenglet agitent le spectre de la dette Ils nous prennent pour des buzes


    • 1 vote
      CoolDude 11 mars 11:53

      D’ailleurs la BCE pense pareille car elle va arrêter son plan de "Quantative Easing", enfin de rachat d’obligation d’état qui ne fait que gonfler le marché secondaire et pas l’économie réelle.

      Mais bon, ça a éviter que les banques et les états explosent en Vol !

      Pourquoi le CAC40 est si haut, alors que l’Économie "stagne", etc...

      En fait ce truc là n’a profité qu’aux détenteurs dans un premier temps d’obligation et dans un second temps aux actionnaires bref aux riches capitalistes.

      Maintenant attendant de voir ce que va faire B. Arnaud de ses 20 Milliards. Ça m’entonnerait qu’il ne les place pas. En gros, c’est 20 Milliards que l’on ne reverra pas.


      • 4 votes
        Pyrathome Pyrathome 11 mars 13:16

        Encore un crétin qui vient de découvrir l’eau chaude et le fil à couper le beurre.... 
        Lenglet va t-il demander le Brexit ? euh, non le Frexit... ?
        Quand il en aura marre de faire l’idiot utile et la propagande idéologique néo-libérale à la télé, il viendra peut-être adhérer à l’UPR ?..... smiley

        • 6 votes
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 11 mars 13:25

          Macron et ses amis sont des adeptes du ruissellement inversé, Macron donne les services publiques du peuple à ses amis milliardaires ... Macron veut privatiser la SNCF, La Poste, la Française Des Jeux, les Hôpitaux, La Sécurité Sociale et les Écoles car il est anormal que nos étudiants ne soient pas endettés après leurs études scolaires en France ...


          • 5 votes
            Joe Chip Joe Chip 11 mars 13:43
            Ben oui, les riches captent la richesse grâce à la complicité des élites politiques (élus et réélus par les classes moyennes) et la réinvestissent ensuite dans des produits spéculatifs ou d’épargne dont les marges bénéficiaire reviennent dans leurs poches. 

            Ces gros cons viennent de découvrir la théorie de la concentration du capital, bravo, mais ils expliquaient l’inverse il y a quelques années sur le même plateau. C’est pas grave, ce sont des "experts". On a eu le droit à Ellie Cohen qui faisait quotidiennement l’apologie de l’endettement de la classe moyenne avant la crise, et qui après la crise dénonçait l’endettement des classes moyennes. Sans oublier toute un aréopage de néocons qui venaient expliquer doctement que l’Amérique était en train de "gagner son pari" en Irak.  

            Cette émission est la pire du PAF car les pires idéologues peuvent s’y exprimer librement sous couvert d’expertise et d’objectivité doctorale. 

            • 1 vote
              Le Sudiste Le Sudiste 11 mars 17:13

              Ah ben oui qu’il est surpris, dans ses poches à lui ça ruisselle pas ça rivière.


              • vote
                Claudec 11 mars 18:01

                François Lenglet "constate", « en appliquant toujours la même méthodologie depuis 30 ans », et son auditoire de boire ses paroles ! Et s’il essayait de raisonner autrement ?


                Si « depuis 2011 la BCE a injecté plus de 4.000 milliards d’euros sur les marchés financiers en rachat d’actifs, sans aucun « ruissellement » ou presque sur l’économie réelle. », comment les riches ont-ils pu en profiter ? Car c’est bien l’économie réelle, par les investissements et le travail qui la fait tourner, qui les enrichit, non ?

                Et si ce qu’il dénonce comme un défaut de ruissellement n’était dû qu’à l’atrophie de notre pyramide sociale, suite à l’augmentation incessante, depuis qu’elle existe, du nombre de ceux qui l’habitent et qui ont pour fonctions premières de consommer et de produire ?

                Comme c’est indéniablement le cas, il en a résulté un enrichissement collectif incessant – dépassant de nos jours la démesure – ayant fait que la pyramide sociale se soit développéjusqu’à l’atrophie et continue de le faire ; son sommet s’éloignant toujours plus de sa base, et les inégalités sociales que cet écart exprime s’accroissant inéluctablement d’autant.

                L’augmentation incessante de la population, est actuellement de l’ordre de 280 000 individus chaque jour (cf. estimations de l’ONU et de l’INED), soit près de 100 millions par an. Ne pas en tenir compte, c’est s’enfermer dans la pensée unique et être sommairement obsédé par une archaïque lutte des classes, au point de se livrer aux pires amalgames, mêlant outil de travail commun, rémunérations, capital, patrimoine, revenu, etc.

                C’est aussi omettre :

                - d’une part que pauvres et riches se partagent structurellement et mathématiquement leur richesse commune à raison de 86% pour le premiers et 14% pour les seconds

                - d’autres part, que toujours structurellement, les pauvres se multiplient beaucoup plus que les riches. Quand 100 êtres humains naissent, moins de 4 rejoignent les riches, plus de 24 vont vers les classes moyennes et 70 vont grossir les rangs des pauvres.

                Pour plus de précisions, visiter le blog“Abominable Pyramide sociale” et/ou lire “Précis de pyramidologie sociale”.


                • 4 votes
                  Jean Keim Jean Keim 11 mars 18:41

                  François Lenglet et Philippe Dessertine sont passés par les mêmes formations en sciences économiques, quand ils parlent du niveau de vie qui stagne, en fait ils ne pensent qu’aux gens qui sont dans leur catégorie sociale, ceux qui gagnent au minimum plus de 5 fois le smic, quand au smicar quand il se voit gratifier d’une augmentation de 1% de son salaire (on peut rêver), il se retrouve avec une augmentation mensuelle d’environ 15 € brut qui se retrouve bien vite grignotée par les augmentations des énergies, du carburant, des assurances, de certains impôt, etc..


                  Aucun de ses messieurs ne se risque sur le terrain de la dette souveraine, j’ai eu l’occasion un jour en public de questionner Dessertine sur les mécanismes de la dette et il a éludé ma question en affirmant qu’il est préférable que nos dettes soient entre les mains de banquiers qui sont plus compétents que l’état pour maîtriser les dépenses et juguler l’inflation.

                  • 3 votes
                    Jean Keim Jean Keim 11 mars 18:56

                    Une fois de plus on constate que la majeure partie des problèmes qu’engendre notre société sont liés à l’argent, le mal est identifié mais personne ne songe à l’attaquer de front et/ou à le remette en cause, des divertissements de toute sorte détournent l’attention du peuple comme le paracétamol masque la douleur et détourne de ses causes.


                  • vote
                    Claudec 12 mars 08:17

                    @Jean Keim

                    Bonjour,

                    "L’argent" n’est rien d’autre qu’un facilitateur – inventé par l’homme – des échanges économiques résultant eux-mêmes des fonctions premières de ce même homme, qui sont de consommer et de produire, pour satisfaire ses besoins vitaux comme superflus..

                    Le premier des maux et l’origine de tous ceux dont souffre notre société sont en conséquence d’ordre démographique et la conséquence de notre prolifération démesurée. Voir mon post ci-dessus.


                  • 1 vote
                    Jean Keim Jean Keim 12 mars 18:00

                    @Claudec

                    Votre commentaire comme les miens d’ailleurs ne font que refléter notre façon de penser.
                    Au delà des maux causés par l’argent et la surpopulation, il y a encore un étage au-dessus qui est que la pensée dirige nos comportements, sommes-nous conscient qu’un pensée n’est jamais neuve mais qu’elle est toujours l’expression d’un savoir. 

                    Et comme la dit si bien Rabelais : science sans conscience n’est que ruine de l’ame, ainsi la pensée justifie tout le meilleure comme le pire.


                  • vote
                    Claudec 13 mars 11:57

                    @Jean Keim

                    N’en demeure-t-il pas moins que l’homme étant, avant toute autre considération un consommateur, le facilitateur de ses échanges qu’est "l’argent" soit la conséquence de cet état de fait ?

                    Quelle que soit notre façon de penser, les faits sont là. 


                  • 1 vote
                    Jean Keim Jean Keim 14 mars 08:02

                    @Claudec
                    Pourquoi voulez-vous que l’homme soit avant tout un consommateur ? 

                    Certains individus se retranchent de leur société humaine pour adopter un mode de vie diffèrent, ils essaient par exemple de vivre en autarcie, il nous appartient de percevoir chez les uns comme chez les autres le rôle que joue la pensée dans leur mode de vie.

                    Dans une société ou la solidarité et le partage seraient la règle, quels genres de consommateurs seraient les êtres humains, ne seraient-ils pas plus des acteurs que des consommateurs ?


                  • vote
                    Claudec 16 mars 17:19

                    @Jean Keim

                    Je ne le veux pas, c’est un fait ; que tout un chacun peut observer moyennant un minimum d’attention et en laissant ses bons sentiments un instant de côté.

                    Certains préfèrent appeler l’homme "premier prédateur" de la planète, mais tout être vivant est, avant toute autre considération, un consommateur ; autarcie ou pas autarcie, partage ou pas partage. La consommation c’est la vie, mais les hommes y ont ajouté une fonction de leur invention qui s’appelle l’échange ; d’abord troc puis commerce, d’où l’économie, le marché, le profit, etc.

                    Et l’autarcie n’empêche pas la consommation. Quant à la pensée, elle ne nourrit pas le corps, ne serait-ce que du strict nécessaire, quel que soit le mode de vie.


                  • 1 vote
                    le celte le celte 12 mars 10:14

                    Voilà qu’on va maintenant soutenir le "ruissellement", pu... !, c’est exactement ce que veulent les oligarques ! ...Du pain et des jeux qu’ils distribuent au compte goutte pour maîtriser les appétits et les estomacs. Le ruissellement provoquera l’érosion du peuple comme une pluie d’orage provoque le lessivage. Bon, c’est ma vision globaliste des choses mais si quelqu’un a une autre idée à proposer comme par exemple une danse de la pluie de grêle, qui briserait l’opacité des institutions les plus solides, celles qui dirigent le monde en toute transparence....Allez les verres !


                    • 1 vote
                      Hieronymus Hieronymus 12 mars 12:54

                      ce mec Lenglet est nul à chier, à preuve qu’il ait été désigné "expert" par les merdias officiels

                      nul au point de se faire moucher par MLP, c’est dire :

                      https://youtu.be/Gl70dsyrViA

                      à 2:15 "les Etats Unis ne font pas marcher la planche à billets"

                      on a envie de lui foutre des baffes, à ce crétin taré au crâne d’oeuf pour avoir l’air "savant"


                      • vote
                        zrivo 12 mars 19:17

                        Le ruissellement vers le plus grand nombre dans une économie de marché capitaliste reposant sur la propriété des moyens de production, ça n’a jamais existé et cela n’existera jamais.

                        c’est le principe même du capitalisme de permettre accroissement de la richesse par ceux qui accumulent la propriété des moyens de production... .

                        Le capitalisme n’est pas généreux et quand il se mondialise il devient dangereux car il étend la domination des puissants possédants au delà de leurs propres frontières et accroit la misère et la pauvreté financière mais aussi intellectuelle puisque chacun n’a pour utilité que d’être un consommateur, un rouage sans importance, ni envergure.J’entendais l’autre jour une dame assez âgée : "de nos jours c’est : bosse achète et crève en silence le reste c’est juste pour amuser la galerie mais ça fait longtemps que ça ne fait plus rire".


                        • vote
                          Claudec 13 mars 19:07

                          Quelle que soient la mesure dans laquelle le ruissellement atteint la base de la pyramide sociale et l’insatisfaction qu’en éprouvent ceux qui y logent, il s’agit d’un phénomène inhérent précisément au caractère pyramidal de la structure sociale qui est la notre.

                          et/ou lire : "Précis de pyramidologie sociale"

                          • vote
                            Eric_F 13 mars 19:33

                            @Claudec Lorsqu’une proportion croissante des revenus est thésaurisé au sommet, il y en a de moins en moins qui ruisselle vers la base. Les revenus des plus riches sont en grande part réinvestis en actions, enrichissant d’autres riches sans retour vers l’économie vraie.


                          • vote
                            Claudec 14 mars 17:12

                            @Eric_F

                            Qui a dit qu’une proportion croissante des revenus était thésaurisée au sommet, à part ceux qui prennent les riches pour des idiots ? Le sens commun suffit à démontrer que vous êtes dans l’erreur.

                            Si les riches n’ont comme visées que de le devenir toujours davantage, ils ne thésaurisent pas mais réinvestissent pour que leur argent leur en rapporte d’autre.

                            Dès lors, le ruissellement a bien lieu, quels que soient ses "accidents de parcours" et ses insuffisances à l’égard de ceux qu’il est censé irriguer. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès