• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les gens qui pensent la santé gratuite ne lisent pas leur feuille de (...)

Les gens qui pensent la santé gratuite ne lisent pas leur feuille de paie

La Sécurité sociale a perverti les mentalités, les Français n’ont plus aucune idée de la valeur des choses. Tout irait mieux si on rendait leur argent aux Français avec moins de charges sur leur salaire.
Les gens qui pensent que la santé est gratuite sont soit abrutis par l’État soit ils n’ont jamais lu leur feuille de paie sur laquelle figurent leurs cotisations.
Henri Pigeat.

 




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 4 votes
    lancelot 23 décembre 2014 14:49

    comme disait flanby "ca ne coutera rien, c est l Etat qui paie "


    • 8 votes
      anomail 23 décembre 2014 14:55

      C’te blague smiley

      C’est de la novlangue.

      Le tour de passe-passe consiste à appeler "charges" des choses qui sont en réalité des cotisations et de la solidarité.

      Vu de l’autre coté du miroir, ça donne ça :
      http://youtu.be/cqIcOaKAX4k?t=53m8s

      Sinon je suis d’accord avec vous, on ne lit pas nos fiches des paies.
      D’ailleurs elles vont être simplifiées pour qu’on soit sûr de ne plus pouvoir les lire.


      • 5 votes
        oliderid oliderid 23 décembre 2014 17:41

        c’est vous qui pratiquez la novlangue de socialistes. La solidarité implique un consentement. Vous consentez à aider quelqu’un et c’est de ce consentement que la solidarité tire toute sa noblesse.

        L’état n’en a strictement rien à fiche de votre consentement. Il le prendra de toute façon et fera appel à ses gros bras si vous résistez. Ce qu’il organise s’appelle de la redistribution. Pendre à l’un pour le donner à l’autre. Et en France tout cela se calcule en vote électoral.

        Défoncer les protes de contribuables désargentés pour mettre en vente publique leurs biens comme l’état le fait chaque jour, est une absurdité sans nom. Pour ceux qui s’en donnent la peine de la réflexion on voit directement que ca n’a rien à voir avec la solidarité.

        Pour finir l’etre humain est un etre social. On est programmé pour ressentir de l’empathie envers l’autre. Ceux qui n’en éprouve pas sont d’ailleurs catalogués comme malades mentaux. Forcer à etre solidaire c’est comme forcer un poisson rouge à nager. C’est débile.


      • 1 vote
        pataub 23 décembre 2014 18:47

        "charges" ou "cotisations et de la solidarité", cela ne donne pas du tout la bonne réponse.

        Comme vous nous renvoyez vers un exemple très concret sur le salaire, regardons où le débat est biaisé :

        - l’utilisation d’un salarié pour une entreprise, cela a un coût qui se traduit par un salaire et tout ce qui y est afférant. Sauf à penser que les entreprises voit tomber l’argent du ciel, pour produire des produits qui se vendent, il est nécessaire d’être compétitif car celui qui est salarié de son entreprise qui vends des produits et services devient consommateur d’entreprises qui lui fournissent des biens et des services.
        - Quand on est salarié, on veut être payé avec un salaire le plus élevé possible, et quand on devient consommateur, on veut payer le moins cher possible...
        - D’ailleurs si nous vivions dans un monde où les services ou produits sont gratuits, vous serez d’accord avec moi, qu’il ne peut y avoir de salaires de versé.

        Sur cette base, convenez que si les salaires augmentent, vous allez payer en tant que consommateur plus cher. Or si ce n’est pas le marché qui fixe naturellement les prix et qu’un pouvoir quel qu’il soit (dans la vidéo on voit notamment les 2 animateurs simuler les "communistes armés" forcer le patronat au paiement de ce que vous appelez des cotisations - comprenez que le patronat parle lui de charges) fausse les prix en se substituant au marché, et bien vous serez toujours dans une recherche impossible d’équilibre... et vous aurez la disparition des entreprises, et donc des salariés mais aussi des patrons qui sont les moins lobbyistes.

        Le vrai salaire est le salaire complet (net+cotisations ou charges patronales+cotisations ou charges salariales) qui est ce que l’entreprise doit mobiliser pour payer son salarié. Le système de solidarité n’existe pas parce qu’il existe plusieurs systèmes différents qui ne permettent pas de cotiser de manière identique pour un même revenu (différence entre public et privé notamment). Mais bon, je n’ai pas l’intention de vous convaincre en quelques lignes que le système actuel va dans le mur tout simplement parce que les individus sont déresponsabilisés : moins ils sont responsables du paiement de leur cotisation, et plus la mafia syndico-patronale s’organise : n’oublions pas que la gestion paritaire est aussi une catastrophe. L’appel à un système concurrentiel serait déjà une grande avancée, qu’il soit mutualiste ou privé.

        La solidarité, c’est le système de l’impôt qui doit le permettre, pas les systèmes qui relève de la mutualité. Ne mélangeons pas tout, car c’est tellement plus facile de laisser penser que l’on peut tout mettre en commun... cela s’appelle le communisme... donc ne forcer pas les individus à croire au communisme...


      • 1 vote
        anomail 23 décembre 2014 18:47

        "Et en France tout cela se calcule en vote électoral."

        Le fonctionnement des élections est un sujet à lui tout seul.

        "Défoncer les protes de contribuables désargentés pour mettre en vente publique leurs biens comme l’état le fait chaque jour, est une absurdité sans nom."

        Il y a état et état.

        L’état dont on parle est corrompu par la finance et s’emploie chaque jour à détricoter ce qu’un autre état d’une toute autre nature a mis en place au sortir de la guerre.

        "Pour finir l’être humain est un être social
        On est programmé pour ressentir de l’empathie envers l’autre.
        Ceux qui n’en éprouve pas sont d’ailleurs catalogués comme malades mentaux."

        Comme ceux de qui travaillent chez Goldman Sachs ?


      • 1 vote
        oliderid oliderid 23 décembre 2014 23:55

        "L’état dont on parle est corrompu par la finance et s’emploie chaque jour à détricoter ce qu’un autre état d’une toute autre nature a mis en place au sortir de la guerre" 

        Au contraire c’est un état fruit de la guerre qui passe son temps à mener des luttes, luttes pour l’emploi, lutte contre la pauvreté. Un état qui a pris pour habitude de forcer les gens à poursuivre des objectifs qu’ils fixent lui meme. Un état qui a besoin d’un ennemi imaginé ou réelle pour donner un sens à son action. 

        "Comme ceux de qui travaillent chez Goldman Sachs ?"
        A la différence de ceux de l’état ils ne peuvent pas vous forcer à utiliser leurs services.

      • 4 votes
        Heptistika Heptistika 24 décembre 2014 02:02

        "Comme ceux de qui travaillent chez Goldman Sachs ?"
        A la différence de ceux de l’état ils ne peuvent pas vous forcer à utiliser leurs services.


        Quand une oligarchie ploutocratique d’entreprises privées monopoliseront, quand ce n’est pas déjà le cas, le boire, le manger, l’énergie, le logement, les soins et les transports, vous voulez bien nous expliquer en quoi nous ne seront pas obligés d’utiliser leur "services" ?

        Bref, toujours le même délire, des petits nantis souhaitant qu’il devienne socialement acceptable que la bourgeoisie puisse se soustraire à toute solidarité après avoir très grassement profité du système qu’ils débinent post festum.

      • vote
        anomail 24 décembre 2014 12:30

        "l’utilisation d’un salarié pour une entreprise, cela a un coût qui se traduit par un salaire et tout ce qui y est afférant. Sauf à penser que les entreprises voit tomber l’argent du ciel, pour produire des produits qui se vendent, il est nécessaire d’être compétitif car celui qui est salarié de son entreprise qui vends des produits et services devient consommateur d’entreprises qui lui fournissent des biens et des services."

         Bon alors oui, y’en a qui disent que le travail a un coût.
         Y’en a d’autres qui disent qu’il n’y a que le travail qui crée des richesses.

         Ah ben tiens c’est les mêmes, ça dépend juste de leur auditoire en fait.

         C’est juste que dans ce système l’employeur est contraint à céder à ses employés une part des richesses qu’ils ont produites pour qu’ils puissent croûter (et accessoirement "consommer").

         Ca se tient quand la répartition est équitable (à définir).

        Mais appeler cela le "coût du travail", c’est juste pour que les employeurs de masse puissent tirer la couverture au maximum, en mettant des travailleurs qui sont battus pour leurs acquis sociaux en concurrence avec d’autres qui n’en ont pas.


      • 1 vote
        RogerMag.com RogerMag.com 24 décembre 2014 20:16

         vous voulez bien nous expliquer en quoi nous ne seront pas obligés d’utiliser leur "services" ?


        Un marché libre (par oppositon au système actuel de capitalisme de connivence soutenu par l’État) ne laisse pas les monopoles s’installer. Un monopole est toujours le fruit d’une faveur accordée par l’État à un groupe d’intérêt privé. Cf. les affaires de taxis, VTC et Uber de cette année.


      • 1 vote
        Heptistika Heptistika 25 décembre 2014 23:07
        C’est pas pour rien que votre vidéo parle de lait et non, comme par hasard, de produits de première nécessité comme ceux que j’ai cité. Pourquoi ne fait.t’il pas la même démonstration avec l’eau, histoire qu’on rigole hein ?

        C’est bien joli que les libéraux considèrent arbitrairement qu’un monopole ne peut être qu’étatique car cela arrange bien leur agenda, leur propagandes et leur dogmatique vision du monde, la réalité est toute autre, mais merci de m’avoir éclairé une énième lanterne sur la totale soumission du "libéralisme" à l’establishment capitaliste, et ce n’est pas notre ami Greenspan qui vous opposera la contradiction.

      • 6 votes
        Pyrathome Pyrathome 23 décembre 2014 17:21

        Erwanouille veut simplement dire une chose :
        "On te soigne que si t’as du pognon, sinon, dehors !! les autres sont bons pour l’équarrissage...."
        My god, mais que c’est bon le libéral-nazisme.... smiley


        • vote
          Scalpa Scalpa 23 décembre 2014 23:39

          Les gens ne font partie d’aucun programme d’abattage de porcs en territoire breton a part les bonnets benêts


          • vote
            Soi même 24 décembre 2014 07:08

            Ce qui ce monsieur c’est une évidence, changer le synthème, il est évident que des murailles de Jéricho s’effondraient dans le pays !


            • 2 votes
              Eldorai Eldorai 24 décembre 2014 09:19

              "Les gens ne connaissent pas le prix des soins, car ils ne lisent pas leurs fiches de paye, donc il faut les faire payer et supprimer les cotisations !"

              heu... quoi ?! Franchement Erwanouille t’avais pas mieux pour défendre ton idée ?
              Enfin m**** quoi ! Sort nous au moins des arguments qui mènent à débat, là on rigole juste de ta bêtise. 



              • vote
                Heptistika Heptistika 26 décembre 2014 03:14

                "En réalité, ils ne voient que la partie positive et ignorent volontairement, par idéologie, la partie négative"


                Ah bah tiens, parceque ce n’est pas exactement ce que font les libéraux peut-être ? smiley

              • vote
                Heptistika Heptistika 26 décembre 2014 03:25

                Votre page Wikibéral est un concentré de préjugés, d’arguments d’autorité, d’affirmations arbitraires et autres fallacieuses diatribes.


                Le jour où les libéraux prouveront que le capitalisme peut se muer en quoique se soit d’autre qu’une oligarchie ploutocratique, ils commenceront peut-être à se faire entendre.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès