• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Olivier Delamarche : "A un moment ou à un autre, on sera tous chypriotes (...)

Olivier Delamarche : "A un moment ou à un autre, on sera tous chypriotes !"

Olivier Delamarche, était sur BFM Business, comme tous les mardis, pour mettre les points sur les I à propos de la crise chypriote et de la zone euro en général.

 


 

Le Président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, n’a fait que dire la vérité, selon Olivier Delamarche, en affirmant que le plan de « sauvetage » élaboré pour Chypre pourrait servir de modèle pour résoudre les difficultés bancaires au sein de la zone euro.

"On peut se poser la question : réellement, aujourd’hui vous êtes portugais, espagnol ou italien, est-ce que vous laissez vos sous dans une banque ? C’est idiot, parce que ça va leur tomber dessus."

"Si aujourd’hui les gens n’ont pas compris que ni leur épargne ni leur compte en banque n’étaient absolument pas en sécurité dans les banques des pays qui sont surendettés."

"Cette histoire de 100000€, ça va bien quand c’est Chypre. Mais quand ça va être l’Italie, quand ça va être l’Espagne, ça va se passer comment ?"

"Donc, aujourd’hui, dans les pays qui sont largement surendettés, les gens devraient se poser des questions non seulement sur leurs dépôts mais aussi sur leur épargne. Parce que, à un moment ou à un autre, on sera tous chypriotes."

"L’Euro finira par éclater."

 

Tags : Europe Economie Euro Portugal Italie Grèce Espagne Dette Crise financière Chypre




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • 20 votes
    Anaxandre Anaxandre 26 mars 2013 14:14

     Delamarche est un réaliste... Mais un réaliste du Système ! Bien peu de réflexion de sa part sur la mise en esclavage accélérée des Peuples ; encore moins sur la mise au pas - voire la destruction - des anciennes Nations orthodoxes et/ou catholiques en Europe du sud. Le tour de la Fille Aînée de l’Église arrive : vous savez, ce pays de collabos...
     Ce qui aurait pu me sembler délirant plus jeune me semble chaque jour - au vu du réel, et d’un effort d’étude et de compréhension historique conséquent - plus visible. Comme la destruction des spécificités des Peuples européens, grâce à une certaine idéologie post 1945 devenue dominante...


    • 8 votes
      Machiavel 26 mars 2013 21:58

      La fabrication de faux billets de banque est punie de 30 ans de réclusion criminelle .
       Apparemment en matière de fausse monnaie la loi n’est pas la même pour tout le monde ?
      That is a question ......


    • 3 votes
      News 27 mars 2013 18:49

      Maurice Allais, l’ économiste avant gardiste, était très explicite en la matière puisqu’il y prétendait que la fabrication de monnaie ex nihilo par les banques devait être interdite et donc punie comme pour les faux monnayeurs recourant à des méthodes "artisanales". 


    • 6 votes
      Romios Romios 26 mars 2013 15:08

      Tout à fait d’accord sur l’analyse de la destruction des pays catholiques et orthodoxes.


      Je voudrair rappeler que pour les orthodoxes le Notre Père selont St Matthieu se traduit ainsi du grec au français comme ceci :

      Notre Père qui es aux cieux,

      Que ton Nom soit sanctifié,

      Que ton Règne arrive,

      Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel !

      Donne-nous aujourd’hui notre pain substantiel.

      Remets-nous nos dettes comme nous les remettons à nos débiteurs.

      Et ne nous soumets pas à l’épreuve, mais délivre-nous du Malin. Amen ! 


      https://docs.google.com/file/d/0By2E6EOhQD8WeDdpNkFFaFNzR0k/preview



      • 4 votes
        BA 26 mars 2013 16:20
        Mardi 26 mars 2013 :

        1- D’abord, il y a eu la Grèce.
        2- Ensuite, l’Irlande.
        3- Ensuite, le Portugal.
        4- Ensuite, l’Espagne.
        5- Ensuite, Chypre.
        6- Demain, ce sera le tour de la Slovénie.

        Slovénie : Moody’s abaisse la note de la deuxième banque du pays NKMB.

        L’agence d’évaluation financière américaine Moody’s a abaissé mardi la note de la deuxième banque slovène NKMB, en raison des craintes concernant l’économie du pays membre de la zone euro, qui pourrait être contraint de demander une aide européenne.

        La note à long-terme de la NKMB, détenue par l’Etat, a été abaissée de deux crans de B3 à Caa2 par Moody’s, la faisant passer au rang de valeur ultra-spéculative. 

        L’agence de notation a associé sa décision d’une perspective négative en raison des craintes d’un nouvel affaiblissement du porte-feuille de crédit de la banque.

        Moody’s avait déjà dégradé le 13 mars la note de la plus grande banque slovène Nova Ljubljanska Banka (NLB), de B2 à Caa2, également au rang de valeur ultra-spéculative.

        La NKMB, détenue par l’Etat, pourrait avoir besoin d’une nouvelle injection de capital pour remplir les exigences de l’Autorité européenne des banques (EBA).

        En raison des problèmes de son secteur bancaire acculé par une montagne de mauvaises créances (7 milliards d’euros selon un rapport du Fonds monétaire international), la Slovénie pourrait devenir le prochain pays de l’UE à demander une aide de l’Union européenne, après Chypre.

        En 2012, la NKMB a réalisé 205,5 millions d’euros de perte nette, contre 81,1 millions de perte en 2011.

        Les craintes d’une demande d’aide financière de la part de la Slovénie ont fait bondir les taux d’intérêt des emprunts slovènes à 10 ans sur le marché secondaire. Ils sont passés de 5,04% la semaine dernière à 6,10% mardi. 

        En octobre 2012, ils avaient franchi la barre symbolique des 7%, alors que les syndicats menaçaient de bloquer par référendum les réformes du gouvernement de centre-droit du Premier ministre conservateur Janez Jansa.

        Le FMI et l’UE ont demandé au nouveau gouvernement de centre-gauche du Premier ministre Alenka Bratusek de s’attaquer à la crise du secteur bancaire du pays.


        • 10 votes
          Rick Rick 26 mars 2013 18:44

          Attention, information explosive !!!!
          .
          Jeroen Dijsselbloem, president de l’Eurogroupe à jugé que l’accord sur Chypre devait servir de modèle aux futurs plans de sauvetage en Europe.

          Autrement dit, l’Europe pourrait imposer à d’autres pays en difficulté la fermeture d’une banque, et exiger de ses clients d’éponger les dettes.

          Source RFi


          • 2 votes
            Supafaya 26 mars 2013 21:51

            Entre chieurs et compatriotes, on sera p’tet’ Chypriotes...On n’ dira plus qu’on est chocolat dorénav(R)ant



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès