• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pierre Kosciusko-Morizet, histoire d’entrepreneur

Pierre Kosciusko-Morizet, histoire d’entrepreneur


Interview de Pierre Kosciusko-Morizet, frère de Nathalie, conseillère régionale de l’UMP en Île-de-France, il nous explique le rôle des entrepreneurs en France. Il est aussi le P.D.G. de Priceminister ; il déclare "J’ai monté ma première boite quand j’étais étudiant". Il brise certains tabous notamment sur la création d’entreprise : ce n’est pas si dur que cela !

Tags : France Economie




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 0 vote
    Lartiste (---.---.149.60) 3 février 2007 06:59

    @ Pierre Kosciusko-Morizet

    "L’entreprenariat va très bien... Peu d’entrepreneur et peu de conccurence... Plus facile en France qu’à l’étranger"
    — Priceminister inventé en 2000 : Achat et vente d’occasion garanti.—

    Si mes souvenirs sont bons, avant ebay, il y avait ibazar.fr. qui s’est fait racheté par ebay (société US) Les 2 sociétés ont donc "fusionné". Je dirais plutôt qu’ebay a phagocyté ibazar.fr, conduisant à une restructuraion suite à la migration technico-commercial. Cela s’est fait en 2001. Je crois que Priceminister n’a fait qu’anticiper une realité française et européenne : Nous sommes Chauvins (ou protectionniste)

    "Dans les médiats on parle des licenciements, pas des embauches. On parle de la guerre, mais pas de la paix".

    T’as été où aux US ? smiley

    L’e-buisiness est un domaine tellement casse gueule, qu’il y a peu de concurrence "visible". L’e-buisiness, c’est la guerre .| (point barre).


    • 0 vote
      rava-chropol (---.---.122.137) 3 février 2007 13:14

      Quel commentaire étonnant...

      Que ibazar ait finalement été racheté par ebay, rien de bien étonnant. Ce n’en était qu’une copie "à la française"... Pour les chauvins français, ce qui est plus triste c’est la faible quantité de concept français qui ait été reprit à l’étanger (exception faite de dailymotion...)

      Quant à "la guerre dans le e-buisness" je vois mal en quoi cela est une guerre (souvent dans une guerre il y a des morts... Vous savez une guerre c’est l’opposé de la paix. l’e-buisness n’a donc rien a voir avec la guerre. C’est un domaine d’activité comme un autre.

      Au fond je ne vois dans ce commentaire que ce que le film essaye de faire taire. La peur d’entreprendre est un des drames français. Notre culture est rigide, elle ne laisse pas de place aux jeunes, ils ont le choix entre des jobs d’intérimaires ou la trahison que constitut la création de sa propre entreprise (le coté obscure de la force n’est-il-pas ?)... Ce genre d’etau est un drame, parce qu’il ne reste que le désespoir.

      Et si vous aviez tord lartiste ? Espèce de vieux corbeau.


    • 0 vote
      Lartiste (---.---.217.120) 4 février 2007 09:47

      Comprenez bien mon commentaire, je ne suis pas un sot ! L’e-buisness est une chasse gardée. Il y a peu de jeunes indépendants qui se lancent dans l’aventure, parce qu’ils savent que la bonne idée : il faut des reins trop solide pour la faire prospérer, sans contraintes qui vous pousseront tôt ou tard à la démission.

      Les loups rodes et les subventions ne sont que le masque qui dissimule ... Sortir d’une école, de commerce ou autre, même dans ce secteur n’est pas suffisant. La liberté d’entreprendre en France est Factice et le restera encore longtemps dans bien des domaines.

      La chasse gardée : c’est la guerre pour le gibier, ou plutôt la fuite. Les prédateurs vont à la chasse comme on va à la guerre, c’est pour dire que si vous êtes jeune ne vous faites pas trop d’illusions, "sauf si vous avez les moyens de développer une discipline Olympique" : il vous faudra une Grosse tête et des Gros Bras en toutes circonstances, et garder l’oeil en faisant des tours de garde.


    • 0 vote
      filux (---.---.220.222) 5 février 2007 23:45

      rava-chropol

      Vous avez la mémoire un peu courte. Je me souviens qu’à l’époque de la bulle internet, on s’inquiétait surtout du nombre de concepts fumeux qui voyaient le jour chaque mois...

      Seulement à l’époque, quand un entrepreneur avait un mauvais concept, produit, service et que sa société faisait faillite, il le reconnaisait encore généralement de bonne foi. Il ne se défaussait pas de manière systèmatique sur une certaine rigidité de la société française.


    • 4 votes
      (---.---.147.95) 16 mars 2007 09:57

      Cet optimisme est revigorant ! Bravo ! Enfin, un point de vue sur l’économie non pas théorique mais basé sur le réel et qui nous change des idéologues !

      Notre problème, à nous Français, est de nous battre la coulpe et surtout à croire qu’en étant pessimiste on fait preuve d’intelligence. Dans ses mémoires, Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Ret disait :

      "L’on est plus souvent dupe par la défiance que par la confiance."



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès