• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sanctions contre la Russie : l’Europe, GRANDE PERDANTE ? - Jacques (...)

Sanctions contre la Russie : l’Europe, GRANDE PERDANTE ? - Jacques Sapir

Et si l'Europe était la grande perdante des sanctions contre la Russie ? Et la Chine la grande gagnante ? Pour y répondre, et revenir sur l'impact concret de ces sanctions sur notre économie et celle des Russes, Livre Noir reçoit l'économiste et spécialiste de la Russie Jacques Sapir, sur un nouveau format dédié à la géopolitique.

Tags : France Economie Prospective et futur Russie Ukraine Jacques Sapir




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 6 votes
    JL 16 mai 08:47

    Sanctions contre la Russie : l’Europe, GRANDE PERDANTE ?

     

    Comment s’en étonner, puisque ce sont les États Unis qui sont à la manœuvre.

     

    Ce pays n’a pas d’alliés, il n’a que des vassaux ou des ennemis.


    • 3 votes
      Et Hop ! 16 mai 21:21

      @JL

      Les boycotts sont une violation grave des chartes de l’OMC et de l’ONU qui devraient sanctionner ceux qui s’en rendent coupables.

      Le boycott est une invention des Juifs.

      En 1933 les Juifs internationaux lançaient à Londres un boycott total conte l’Allemagne, pendant que en même temps - les Juifs sionnistes signaient avec Hitler l’accord de Haavara pour déporter clandestinement les Juifs allemands riches et leur fortune en Palestine mandataire.


    • 7 votes
      christophe nicolas christophe nicolas 16 mai 10:31

      Les Russes s’en fichent d’être condamnés par les cerbères du système occidental qui ont misé sur les forces obscures de l’Ukraine, ce n’est plus le souci, qu’ils prennent un fusil eux mêmes s’ils veulent que la Russie prenne au sérieux leurs divagations médiatiques sans queue ni tête.

      L’Ukraine est passée en mode tyrannique en 2014 , mode confirmé par Zelensky malgré ses promesses de faire la paix avec le Donbass, sauf que tout le monde comprit vite que c’était une paix du genre Israël avec les palestiniens, sa côte (hors Donbass) passant de 75% à 25% mais c’était trop tard puisqu’il était élu. La majorité ne signifie plus rien en Ukraine, c’est juste une tyrannie qui n’a fait que s’accentuer.

      https://www.mintpressnews.com/volodymyr-zelensky-secret-police-hunted-down-opposition-anatoly-shariy/280200/

      Les Russes libèrent des populations russophones et Russophiles à 1 contre 3 soit disant en martyrisant les populations en ville derrière lesquelles les milices Ukrainiennes se cachent mais, une fois libérées, le rapport de nombre s’inverse et ce sont les russes qui sont à 3 contre 1 car la population les rejoint en masse.

      Le but de la Russie n’est pas de conquérir mais de transformer l’Ukraine en virant les abjects et en mettant ceux qu’ils oppriment au pouvoir et croyez moi qu’ils ont tout de suite la majorité pour eux et que tout change et changera très vite en mieux car ces Ukro-nazis ne sont que des canailles nihilistes.

      Le problème de l’intervention Russe est que l’Ukraine allait attaquer le Donbass en masse et qu’il est difficile de reconquérir des positions perdues surtout qu’ils auraient enrôlé les unités dans leur armée en les diluant puis ils auraient continué leur chemin vers le fanatisme avec Zelensky comme alibi pour installer une dictature surtout qu’il contrôle les médias, aller vers l’Otan et l’installation de missiles nucléaires, tout cela au mépris de l’histoire, de la culture, de l’économie, de la géographie, etc... Les USA ont invité l’Ukraine en boite de nuit et lui ont versé du GHB dans le verre de l’amitié puis l’ont violée en long, en large et en travers pour en faire leur pute, c’est leur façon d’agir.

      Les Russes ont eu raison d’intervenir et ont parfaitement contourné le piège occidental de s’engager dès le début en profondeur pour combattre dans les grandes agglomérations où les Ukro-nazis voulaient les contrer alors même que trois obstacles militaires majeurs les attendaient, le froid de février-mars, la raspoutista (boue du dégel) de mars-avril et les crues des rivières d’avril-mai. Ne nous y trompons pas, les Ukrainiens et l’occident ont sciemment provoqué l’intervention Russe en espérant les piéger au plus mauvais moment comme le montre le bombardement du Donbass dès le 18 février et ces articles de personnes renseignés correctement sur le dossier :

      Ce n’est même pas un secret puisque Zbigniew Brzeziński avait théorisé d’instrumentaliser l’Ukraine contre la Russie dès 1997, c’est écrit. 

      Les intellectuels condamnent l’intervention Russe pour préserver leur image et pour rester crédibles, constatez que c’est une erreur car ils n’en ont de toute façon rien à cirer. L’occident est un chien qui a la rage, tout du moins ses dirigeants, il ne comprend que les coups de bâton ! Analyser les événements en faisant une croix sur les soit-disant intentions de l’occident de faire la paix car c’est une illusion et vous comprendrez mieux la stratégie Russe.


      • vote
        Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 11:15

        @christophe nicolas

        la stratégie russe a déjà échoué à "dénazifier et démilitariser" l’Ukraine.
        la stratégie russe a déjà échoué à ringardiser l’OTAN.
        la stratégie russe a déjà échoué à avoir de bonnes relations économiques avec les imbéciles d’Européens de l’Ouest.

        Le reste c’est vous qui avez choisi la guerre, pas la peine de dire que "la guerre c’est mal".
         


      • 4 votes
        paulau 16 mai 17:06

        Deux anciens ministres des affaires étrangères, Hubert Védrine et Dominique de Villepin ont exprimé des objections vis-à-vis de positions occidentales extrêmes. De même les deux grands maîtres de la politique étrangère américaines de la fin du siècle dernier, Kissinger et Brzezinski, avaient critiqué la politique antirusse des derniers gouvernements US. La démocratie indienne, qui compte plus de citoyens que l’Otan et le G7 réuni, refuse de condamner l’action de la Russie et plaide pour une solution qui tiendrait compte des intérêts de toutes les parties. Par exemple le retrait des troupes russes en échange de l’autonomie du Donbass et de l’arrêt de la pression militaire de l’Otan aux frontières de la Russie pourrait-être une base de négociation. Malheureusement, l’Otan est aux mains des USA et ceux-ci bénéficient de la guerre, qui fait les affaires de leurs fabricants d’armes, de leurs cultivateurs de blé et de leurs producteurs de gaz de schiste.


        • vote
          Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 11:11

          @paulau

          Des positions occidentales "extrêmes"... J’aurais pensé que l’extrême, c’était l’invasion sur 3 fronts d’un pays de 60 millions d’habitants.

          La démocratie indienne plaide pour l’apaisement et elle a bien raison, mais Vladimir Poutine a fait quoi pour apaiser au juste ?

          Les poutiniens pro guerre en sont à dire que la guerre c’est moche


        • vote
          Olivier Perriet Olivier Perriet 17 mai 11:21

          Rien de bien nouveau sous le soleil, c’est le programme de Mélenchon et Le Pen :

          il faut rester neutre, ne pas envoyer d’armes, ne prendre aucune mesure économique, ça pourrait affecter le pouvoir d’achat. Restons dans notre petite maison, à repeindre les volets pendant que l’incendie fait rage à côté. De toutes façons, la crise économique on l’aurait quand même il ne faut pas rêver.

          Comme le disait Erdogan lorsque seul Macron a défendu la Grèce en 2020, "Reste à ta place c’est pas tes oignons". Une position qui peut tout à fait s’entendre si on a la diplomatie du Luxembourg ou de la principauté d’Andorre. Mais pour la France qui a siège au conseil de sécurité de l’ONU, c’est plus surprenant. Et encore plus pour des gaullistes en peau de lapin qui n’ont que le mot "grandeur de la France" en bouche.

          https://www.lefigaro.fr/vox/monde/henri-guaino-nous-marchons-vers-la-guerre-comme-des-somnambules-20220512f


          • 1 vote
            MAZIG 19 mai 11:12

            @Olivier Perriet

            Arrêtez de polluer l’espace avec vos allégations creuses habituellement relayées par les beaufs incultes sévissant dans les bistrots affamés de bas étages. La Russie n’est ni l’Irak ni la Lybie . Il s’agit d’un grand pays , une grande nation , une grande civilisation et une grande puissance , que cela vous plaise ou pas. Les élucubrations de l’occident diligentées par des américains décadents sont le signe irréfutable d’une faiblesse et d’une aliénation incontrôlées , et l’Europe a tout à perdre dans cette confrontation , preuve en est la désintégration économique actuelle bien avancée que l’on peut indéniablement constater et ce n’est que le début.


          • vote
            paulau 18 mai 15:23

            Le texte dont le lien est donné supra est à lire.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès