• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > A Lisbonne, les locations touristiques expulsent les habitants du centre (...)

A Lisbonne, les locations touristiques expulsent les habitants du centre ville historique

 

« Les touristes occupent 34% des résidences du centre historique » selon le Jornal de Negocios, journal économique portugais. Cette étude ne tient compte que des locations courtes enregistrés et non celle via des plate-formes comme Airbnb. Le tourisme représente 7% de l'économie nationale et les recettes ont augmenté de 14% par rapport à 2017. Beaucoup de pays européens (Britannique, Français etc) ou au-delà (Japonais, Chinois etc) sont devenus accros à cette culture. La hausse du tourisme fait gonfler le coût de la vie pour les locaux avec un salaire moyen de 1000 euros.

Le secteur immobilier local parle de bulle immobilière prête à éclater à tout moment. Le gouvernement portugais envisage, pour y répondre, de taxer jusqu'à 10% les retraités étrangers résidents au Portugal.

La revue allemande Der Spiegel évoquait « les paradis perdus face à ce tourisme de masse destructeur ». Le cas de la célèbre librairie Lello à Porto est évocateur. Inspiration de J.K. Rowling pour Harry Potter, il faut faire désormais la queue au minimum 1 heure pour y accéder. Les compagnies aériennes low-cost accentuent la perte d'identité des centres historiques au profit de la spéculation et de l'argent.

 

Tags : Logement Voyages Portugal Immobilier Tourisme




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Oreille 21 septembre 11:06

    Dans un premier temps, on te degage du centre ville, apres on va te degager des banlieues, puis de la campagne, et finalement de ton pays.

    Le pouvoir d’achat est la regle, les régions frontalières à la Suisse/Luxembourg (salaires x2 ou x3) connaissent le meme probleme ; les locaux n’ont plus les moyens d’habiter ou ils ont grandi, ni même d’hériter d’un bien.
    Taux de changes, tarifs "gens du pays", taxe de sejour... Tout a été tenté ici et là. Ce phénomène est un vrai sac de noeuds.

    • 3 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 21 septembre 15:41
      Petite correction, à Lisbonne ce sont les propriétaires qui virent les habitants du centre ville et non Airbnb car ce dernier n’a pas ce pouvoir ... Lisbonne, Barcelone, Venise, toutes les grandes villes touristiques subissent le même phénomène de location courte durée (Airbnb/Booking) ... A qui la faute si les touristes préfèrent les locations courte durée que les hôtels ?
       
      Il y a une pression politique contre les hôtes Airbnb qui vient des acteurs de hôtellerie. Les hôteliers font pression sur les mairies pour qu’ils pondent des lois liberticides contre la location courte durée et C leur plus grosse erreur, ils pensent pouvoir "éduquer le marché" à coup de lois liberticide ... Un marché ne s’éduque pas, on s’y adapte ou l’on crève ... Le marché a fait son choix entre Uber et les taxis de la même manière qu’il a choisi entre Airbnb et les hôtels ... Les hôteliers feraient mieux de revoir leur business-model de location de chambre impersonnelles de 10m2 à 60€ la nuit, s’ils ne veulent pas mourir ...

      • 2 votes
        ged252 22 septembre 11:50
        Il n’y a pas de caisses d’allocations, ou de CAF, donc ils ont très peu de "chance pour la France" au Portugal ;
         ;
        Ceci explique cela
        .
        Avec le fait qu’il n’y a pas d’impôts, ou très peu d’impôts pour les retraités Français là-bas ; Puisque économiquement c’est un pays des PIIGS, que l’EU s’efforce de sortir de sa situation.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean De Stael


Voir ses articles







Palmarès