• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit : « Les Britanniques peuvent reprendre une politique conforme à leurs (...)

Brexit : « Les Britanniques peuvent reprendre une politique conforme à leurs intérêts nationaux »

Ce 29 janvier François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine (UPR) était l’invité de L’Info avec Stéphanie De Muru.

Tags : Information et Médias Médias Russie Monnaie François Asselineau Royaume-Uni Union européenne Brexit Boris Johnson




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • 1 vote
    mat-hac mat-hac 31 janvier 09:05

    Ses militants peuvent-ils informer sur la précarité réelle ?


    • 2 votes
      kirios 31 janvier 11:24

      j’ai beaucoup apprécié les propos de F.Asselineau, je vous remercie de les avoir publié .


      • 3 votes
        ETTORE 31 janvier 18:08

        Je constate avec effarement, qu’à la date fatidique, les Anglois de la perfide Albion, ne sont pas morts, foudroyés par le feu du ciel, ou le remake des plaies d’Egypte,

        A croire que le château Européen de Bruxelles, ne peut plus se payer des jeteurs de sorts qu’il prétend mettre à l’oeuvre pour exorciser les possédés du

        "Choix Libre des Nations" .

        Victime sans doute des effets collatéraux de sa politique migratoire....L’"Europe", n’as plus qu’à se contenter de ses succédanés de gris-gris africains .


        • vote
          Serge ULESKI Serge ULESKI 3 février 22:20

          L’Ecosse est le dindon de la farce ; cette Ecosse dont la majorité souhaitait rester dans l’U.E, pour ne rien dire de cette grosse minorité qui souhaite son indépendance tout en restant dans l’U.E

          Deuxième élément qui modère notre enthousiasme, nous qui partageons et soutenons ce retrait de l’U.E que nous souhaitons pour la France : cela reste un Brexit de droite, poussé par des forces politique de droite. 

          Que les Travaillistes se soient opposés à un Brexit plébiscité par les classes populaires, est absurde. Il en paie le prix. Faut pas jouer la partie à droite sous prétexte que l’opposition de droite la joue à gauche ; reste à anticipé sur les conséquences d’un parti conservateur aux affaires durant dix ans sur ces classes populaires. Bien que hors de l’Euro, comme quoi l’Euro n’explique pas tout, la pauvreté en GB est supérieure à celle de France ; des salaires à 1,17 euros de l’heure. 


          Cheminade aura cette lucidité courageuse à propos du rôle de la City, hier, aujourd’hui et demain et la menace d’une GB paradis fiscal... pompe aspirante de la finance du continent. 


          Après avoir neutralisé l’Europe avec un élargissement de l’U.E à 28 pays sous Tony Blair, agent américain confirmé...

          Après y avoir inoculé le virus du libéralisme mondialiste et financier, la GB quitte l’U.E

          Aussi, saluons ici l’efficacité de l’action du Royaume-Uni depuis son adhésion en 1973 !


          L’Angleterre plus que la GB quitte donc l’U.E après l’avoir comme empoisonnée.


          Et puis encore : cette préoccupation à propos d’un parti conservateur qui peut être socialement dévastateur pour les classes populaires : souvenons-nous de Thatcher ; Et Blair qui aura laissé derrière lui, en partant, plus de pauvres qu’en arrivant.


          Un point qui n’appelle aucune contestation ou presque : saluons sans réserve le respect du résultat des urnes de la classe politique britannique même si, contrairement au référendum de 2005 en France, c’est le parti au pouvoir pro-Brexit qui l’a initié et qui a dû par conséquent, en assumer la responsabilité sans doute à contre coeur car dans les faits, de cette adhésion, la GB en avait très peu les inconvénients et de nombreux avantages.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès