• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Grèce : Le chef de la gauche allemande dénonce le pillage de l’État Grec par (...)

Grèce : Le chef de la gauche allemande dénonce le pillage de l’État Grec par l’Allemagne

Extraits de l’intervention de Gregor Gysi, chef de Die Linke (La gauche) devant le Bundestag le 18 août 2015, où il fustige le pillage de la Grèce par le gouvernement allemand, à commencer par la vente des 14 aéroports régionaux bradés à une société publique allemande pour un prix démesurément bas.

 

 

YouTube – ilFattoQuotidiano.fr

* * *

TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO

 

À ce propos M. Shauble, j’apprends que 14 aéroports grecs rentables vont être vendus à la société allemande Fraport, une société détenue pajoritairement par l’État allemand. Nous parlons ici de la privatisation d’un propriété publique grecque au bénéfice d’une propriété publique allemande. 
Mais ce n’est pas tout. En fait, le prix de vente est incroyablement bas. En procédant ainsi, le gouvernement grec ne pourra jamais réaliser les 50 milliards que vous lui avez demandé de faire avec ces privatisations. Le 5e point est difficile à croire, mais pourtant vrai. Le gouvernement grec n’est pas autorisé à licencier ou à embaucher, ni directeurs ni managers de banque. 
Les institutions européennes sont responsables de cela. Comment voulez-vous dans ces conditions combattre la corruption ? C’est une limitation insensée de la souveraineté grecque. 
Et le pire est que le gouvernement grec ne peut pas discuter publiquement des propositions de loi, et encore moins la présenter devant le parlement. C’est la destruction de la démocratie parlementaire. Nous ne pouvons pas être complices de ces pratiques. 
À ce jour, l’Allemagne n’a pas donné un centime à la Grèce depuis le début de la crise. Il faut le dire et le répéter, 100 fois si nécessaire.

 

Tags : Politique Allemagne International Grèce Dette Polémique Union européenne




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 12 votes
    michel-charles 21 août 2015 09:05

    La "Mafieuse"...Merkel à la manoeuvre... !


    • 22 votes
      Doctorix Doctorix 21 août 2015 15:44

      Le quatrième Reich en action.

      Ce que les armes n’ont pu obtenir, l’Euro le réalise sans difficulté, mais non sans souffrances, voire atrocités.
      L’annulation de la dette allemande, généreusement octroyée dans les années 50, ne sera suivie d’aucune contrepartie, d’aucune générosité, d’aucune reconnaissance.
      Je me suis promené cette semaine le long du mur de l’Atlantique ; J’y ai vu les traces des atrocités passées, comme le massacre de Creac’h Maout en Bretagne, près de Pleubian le 7 Aout 44, le pendant de celui d’Oradour sur Glane près de Limoges, où tant de civils, femmes et enfants, ont été torturés avant d’être massacrés.
      J’ai vu ces centaines de Blockhaus qui défigurent toute la côte depuis Dunkerque jusqu’à Biarritz en passant par Jersey.
      Je proposerais bien qu’on demande à l’Allemagne de venir démolir une à une chacune de ces saloperies de constructions, jusqu’à ce que le dernier amas de béton soit retourné en sable. C’est une chose qu’on devrait exiger, qui demanderait des travaux pendant des dizaines d’années, pour ramener la beauté sur nos côtes et l’Allemagne à un peu d’humilité.
      L’Allemagne montre aujourd’hui, par son absence totale de mansuétude, par son refus d’offrir aux grecs ce qu’on lui a offert trop généreusement, qu’elle ne méritait pas le pardon.


      • 9 votes
        jeanpiètre jeanpiètre 21 août 2015 18:13

        @Doctorix
        l’allemagne c’est quoi ?

        merkel ou ses 15 millions de sacrifiés sur l’autel de la prospérité facile ?


      • 8 votes
        Avlula 21 août 2015 18:28

        @Doctorix
        Dur le lavage de cerveau. Ça explique comment font les dirigeants pour amener les peuples à se massacrer entre eux. Il suffit de faire croire que les torts ne sont pas partagés, qu’il y a un méchant très méchant, et de masquer toute la mécanique du pouvoir apatride des marchands d’arme et de la finance.


      • 8 votes
        Doctorix Doctorix 21 août 2015 19:26

        @Avlula

        Il n’est pas question de vengeance, ni d’ignorer le rôle des marchands d’armes et des banquiers (et de bien d’autres : Esso et Rockefeller, Ford, Rothschild, CII, JP Morgan).

        Mais i se trouve que les blockhaus sont chez nous et pas chez eux.

        Et on n’a pas entendu parler de massacres ou tortures sur le territoire allemand.

        Je voudrais juste que les allemands la jouent modeste, voire repentante.

        En tous cas conciliante.

        En souvenir du passé.


      • 1 vote
        Avlula 22 août 2015 03:09

        @Doctorix
        "on n’a pas entendu parler de massacres ou tortures sur le territoire allemand."

        C’est bien ton problème. Parle pour toi. Comme d’habitude on charge le vaincu de tous les maux. Qui a déclenché les guerres, qui voulait la paix, qui a commencé à massacrer comme un fou... Si tu creuses un peu tu reviens un peu plus humble parce que ce n’est pas si caricatural. C’est tellement compliqué qu’il vaut mieux se concentrer sur le présent et le futur plutôt que d’invoquer une histoire bien trop arrangée. L’Allemagne fait ce qu’elle a à faire, c’est toujours un pays occupé, payant encore très cher sa défaite 70 ans de façon insensée.


      • 1 vote
        Doctorix Doctorix 23 août 2015 20:12

        @Avlula

        Pour me convaincre, c’est bien simple : il suffit de me présenter un équivalent à Creac’h Maout ou Oradour sur Glane en Allemagne, fait par des Français (En Algérie, en Indochine, je ne dis pas...).

        Qui a déclenché les guerres, qui voulait la paix, qui a commencé à massacrer comme un fou..

        Ben oui, qui ??? C’est Hitler qui voulait la paix ?


      • 6 votes
        FifiBrind_acier 22 août 2015 07:33

        Die Lincke fait de la compassion à bon compte...
        C’est l’un des 6 Partis de la Gauche européenne, avec Podemos, le PCF, le PG et Syriza, qui nous vendent " Une Autre Europe à la St Glinglin..." depuis des années.


        Ils font semblant de découvrir que l’ UE est une dictature et pleurnichent sans fin :
        " C’est pas gentil, c’est pas démocratique, snif snif.. quel grosse malheur !"
        Ils font dans l’émotionnel, ça marche toujours.

        Die Linke est un Parti leurre qui sert à neutraliser la colère des européens pour qu’ils restent dans le Titanic.
        Mais pas question de proposer la sortie de l’ UE par l’article 50... , ils pleurnichent, c’est tout.

        • 2 votes
          zygzornifle zygzornifle 22 août 2015 09:57

          Hollande est serein , nous sommes en troisième ou quatrième position, nos politiques ont encore le temps de piller pour leur propre compte .....


          • 4 votes
            egos 22 août 2015 14:48

            La Grèce fut d’abord pillée par les siens, par ses milliardaires expats, 

            ses politiciens vermoulus, entrainant ds son sillage 
             csp+, commerçants aisés, banquiers, trafiquants, corporatistes en ts genres
            petits, moyens et grands, privé, public, 
             ds 1 bel œcuménisme consumériste, libéral car il n’était en ces temps question d’autre solidarité que celle du socialisme dévoyé, moralisant, clientéliste de Pasok, de transfert d’actifs et de liquidités en des places sures contribuant âr là-même à la saignée du pays.

            Ainsi donc, Copelouzos lui comme les siens, s’allie à un groupe Allemand dont il est l’associé afin d’obtenir pour l’équivalent d’une poignée d’olives 14 aéroports grecs
            (rappelons à ce sujet les restrictions commerciales dont furent l’objet les vols à destination de la Grèce & iles ces dernières années) 
             conséquence d’une situation dont lui et les siens sont directement responsables.

            Collabo, cinquième colonne, traitre, pillard ? 

            Non, juste un clone de Soros, Poro, Bhl, Kolomiïski ainsi que qqs milliers d’autres appartenant à cette engeance prétendument libérale.

            Ne tombons pas de ce piège qu’une caricature grossière ns tend, ce n’est pas l’Allemagne ni une quelconque autre nation ou leurs citoyens qui se payent la Grèce,

            juste le partage du butin entre milliardaires et fonds d’investissants, 
            une tradition vieille comme l’histoire, 
            celle des époques ou la prise d’une ville s’accompagnait de massacres, pillages, destructions de la part des forces victorieuses,
            en général une alliance entre nobles, clergé,militaires & mercenaires, marchands & fournisseurs, espions, complices et gueux.





            • vote
              calem 22 août 2015 19:25

              @egos

              Rectification :

              "juste le partage du butin entre milliardaires et fonds investissements, 
              une tradition vieille comme l’histoire"

              La Grèce n’est rentrée dans l’UE uniquement dans ce but , elle n’a pas commencé à être pillé par ses propres oligarques même s’ils en sont complices. 

            • 1 vote
              egos 23 août 2015 19:47

              @calem

              merci du post, et l’occasion de clarifier un tant soit peu 

              "elle n’a pas commencé à être pillée ..." cette question mériterait un débat approfondi, l’exil fiscal et la fuite des capitaux, l’expatriation de bénéfices des Cies Maritimes, les différentes formes de clientélisme et de corruption, une fraude tolérée peuvent elle s’assimiler à des cas de pillage (pratiques en usage ds notre pays à 1 échelle moindre), la question reste ouverte

              extraits article wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_de_la_dette_publique_grecque

              "la fiscalité et les recettes avaient fortement augmenté dans les années 1990, avec un taux d’imposition passant de 28 à 42 % du PIB, pour immédiatement baisser dès l’entrée dans l’euro"

              Etait ce un preuve de bonne volonté (qui a tourné court) afin d’obtenir le feu vert du pays à son dossier d’adhésion CE, la suite est connue tt autant que la sincérité des cotes produits de la part des Inscrits Européennes.

              "la population grecque n’est culturellement pas favorable à l’impôt qu’elle considère souvent comme une simple spoliation dont elle ne perçoit pas le bien-fondé"

              cela étant le reflexe n’st pas plus spontané auprès d’aucune population ...

              Par certains aspects le contexte grec peu s’apparenter au schéma qui donna naissance à la crise des supprimes, 

              . implication du politique (gvt US) et des banques centrales (FRB)

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_des_subprimes"Cette politique de bas taux a été justifiée par la volonté de la Federal Reserve Bank d’éviter la récession aux États-Unis à la suite de l’éclatement de la bulle internet à partir de mars 2000"

              "le Department of Housing and Urban Development (HUD) a imposé des cibles aux institutions financières de façon que la clientèle moins fortunée ait accès au crédit hypothécaire"

              . rôle prépondérant des Banques, institutions financières tendres et fonds spéculatifs

              . aveuglement complice des agences de notation et d’audit

              La situation peut se résumer en qqs lignes, soutenir 1 projet de politique économique en injectant des liquidités auprès de populations insolvable, confier la réalisation opérationnelle aux représentants d’une industrie financières aux pratiques opaques et vorace en profit (les souscripteurs des prêts autant que les petits épargnants furent les principales victimes de ce krach) et au final, de la part des politiques plaider la bonne foi (de fait leur incompétence) tt en laissant l’ardoise ux citoyens et contribuables.

              Deux points cependant émergent de ce bref panoramique,

              d’une par la répétition des cycles spéculatif conforte la thèse selon laquelle les pratiques monétaristes (QE, inflation ...) détruisent l’emploi productif et le tissu industriel dont la condition première demeure l’investissement, 

              hors celui-ci est drainé par les cibles à haut rendement , nécessairement spéculatives ;

              Le deuxième point touche à une croyance fortement enracinée, l’accumultaion du capital et la baisse tendancielle du taux de profit, ns observons à l’occasion de ces crises à des vagues massives de destruction de capital, en 1er lieu celui alloué aux classes salariés et apparentées (par le biais de la destruction de l’épargne, la fiscalité dédiée au soutien aux instits financières, la réduction des fonds de réserve des caisses de retraite etc.), parade qui évacue momentanément le recours à 1 conflit armé généralisé tt en ouvrant la voie à 1 niveau cycle produit ( au sens large secteur d’activité incluant la finance)) zones géographiques


              Selon les dernières estimations le passif Grec s’élèverait de nos jours au niveau remarquable de 500 mlds €*, doit on reprocher aux pollutions grecques de s’être laissées berner par le mirage d’une Europe providentielle et d’avoir plongé sans retenu ds les délices de la sté de consommation, aux contribuables européens de s’être laissés abuser par une classe politique inconséquente, irresponsable, parfois vermoulue pendant moderne de l’infaillibilité pontificale ?

              ds 1 certaine mesure oui, tant le phénomène perdure et ses conséquences s’aggravent.


              * il conviendrait d’analyser cette somme, ce n’est pas l’objet de ce post



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès