• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Interdit d’interdire : 10 ans après la crise financière, le système est-il (...)

Interdit d’interdire : 10 ans après la crise financière, le système est-il plus sûr ?

Frédéric Taddeï reçoit Henri Sterdyniak, membre des économistes atterrés, Agnès Bénassy-Quéré, économiste à l'université Paris 1, Jean-Michel Naulot, ex-membre de l'Autorité des Marchés Financiers, et Jean-Sébastien Beslay, chef de Trusteam Finance.

Frédéric Taddeï est ici égal à lui-même -celui de ce soir ou jamais- posant les questions à bon escient, en montrant qu'il a étudié consciencieusement le dossier, condition sine qua non, pour s'en sortir honorablement sur ce sujet !

Rien n'est parfait dans ce bas monde : un membre de "l'équipe" Delamarche manquait à l'appel.

Interdit d'interdire : 10 ans après la crise financière, le système est-il plus sûr ?

Tags : Economie Société Finances Culture Banques Crise financière Finance Frédéric Taddeï




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 4 votes
    zzz999 3 octobre 13:24

    Quand il invitera Asselineau puis réinvitera Soral (entre autres brebis galeuse) je croiera à l’indépendance de Taddéi, .....en attendant !


    • 4 votes
      Yakaa Yakaa 4 octobre 10:51

      @zzz999
      Je ne vois pas quel intérêt il aurait à réinviter des mabouls comme Soral ou Houria Bouteldja... Je pourrais dire la même chose de Zemmour, car ces gens atteins d’obsessions maladives sont incapable de débattre, ils répètent juste en boucle leurs obsessions.

      Pourquoi pas Asselineau, mais Toutes les brebis galeuses n’ont pas forcément d’intérêt dans un débat...


    • 1 vote
      Clocel Clocel 4 octobre 14:23

      " Le système est-il plus sûr ? "

      Poser la question de cette façon, c’est déjà se foutre du monde...



      • 2 votes
        Pierre Régnier 4 octobre 15:12

        INFORMER CULTIVER DISTRAIRE était, en principe, la devise de la télévision de service public.

        Compte tenu de la situation de la France et du monde, si la télévision publique existait encore avec ce triple objectif, plutôt que de la rejeter elle aurait programmé sur une grande chaîne, à une heure de grande écoute, par exemple tout de suite après les informations de 20 h, l’émission Ce soir ou jamais de Taddéi.

        Mais non, c’est distraire qui vient en premier pour les indignes dirigeants de la télé publique. Distraire au sens second du verbe : faire diversion, absorber dans des occupations qui conduisent à ne pas penser, ne pas réfléchir, ne pas chercher collectivement les meilleures solutions à la situation.

         

        Pierre Régnier,

        avec jean-Jacques Ledos et Jean-Pierre Jézéquel,

        auteur du livre LE GÂCHIS AUDIOVISUEL

        (éditions de l’Atelier, 1986 !)   


        • 1 vote
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 6 octobre 00:58
          J’ai trouvé ce débat assez médiocre. Les intervenants, à peu de choses près, pensaient tous la même chose.
           
          Aucun mot sur le retour des subprimes qu’on nomme aujourd’hui "non-QM" ou "prêts hypothécaires non qualifiés". L’année dernière, ils ont été le produit qui a connu la plus forte croissance dans l’offre bancaire.
           
          En France, les banques jouissent d’une très mauvaise réputation qui leur coutera très cher avec les barbares de l’internet qui créent des banques en ligne.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès