• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > BLM : Black Lives Matter à Paris (France) - independenza webtv (...)

BLM : Black Lives Matter à Paris (France) - independenza webtv ©

 

Tous droits réservés : independenza webtv © - Paris (France), samedi 23 juillet 2016. Rassemblement BLM : Black Lives Matter à Paris (France).
Un reportage d'independenza webtv. 
Durée : 20 minutes.

 

Soutenez independenza webtv en faisant un don : http://independenzawebtv.blogspot.fr/2016/07/soutenez-independenza-webtv-en-faisant.html

 

contact : independenzatv@gmail.com
www.facebook.com/independenza.webtv
www.youtube.com/user/independenzawebtv
https://twitter.com/independenzatv

 

independenza webtv ©

 

Tags : France Etats-Unis Paris Racisme Police




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • 2 votes
    michel-charles 25 juillet 2016 12:26

    La France est Blanche et catholique...avec eux c’est la "colique"...


    • 2 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 25 juillet 2016 12:34

      @michel-charles : Dieu merci la France ne t’appartient pas espèce de sale petit homme raciste ... La France est notre terre mère et on lui appartient !


    • 5 votes
      Heimskringla Heimskringla 25 juillet 2016 12:57

      @DJL 93VIDEO

      Oui mais n’empêche, elle est blanche en majorité sinon c’est plus la France mais un Carrefour market. A moins que ce ne soit plus qu’un carrefour market, possible aussi. 


    • vote
      michel-charles 25 juillet 2016 13:04

      @DJL 93VIDEO....Bon, vous avez mauvaise vue c’est certain..je n’en suis pas responsable..perso, je n’appartiens à personne..pas mon genre d’être un esclave.. !


    • vote
      Shango (---.---.229.33) 25 juillet 2016 21:58

      @michel-charles ce n’est pas un problème que la France soit blanche et catholique pour "ces Noirs".


    • 1 vote
      Piloun Piloun 26 juillet 2016 11:09

      @DJL 93VIDEO
      La France elle appartient aux blancs


    • vote
      Piloun Piloun 26 juillet 2016 11:50

      @Shango
      Si un peu quand même


    • 4 votes
      Heimskringla Heimskringla 25 juillet 2016 12:59

      La majorité des blackos sont butés par des blackos, normal tu me diras avec cette sous culture du grand capital qui fait l’apologie du style gangsta à longueur de journée. 


      Et après, ça vient faire sa victime... pathétique.

      • 2 votes
        Heimskringla Heimskringla 25 juillet 2016 13:07

        Néo-colons Néo-conservateurs même combat.






        • 4 votes
          maQiavel maQiavel 25 juillet 2016 13:56

          Voilà qui ne fera pas de bien aux "noirs" de France, bien au contraire,le pays est déjà traversé par des crispations identitaires et on rajoute de l’huile sur le feu ... smiley

          Dénoncer la francafrique est tout à fait légitime même si c’est un réseau moribond et maintenant globalement au service des intérêts anglo-saxons, on est plus du temps de Focart mais soit, ça reste légitime. Mais pourquoi lier cette dénonciation à la couleur de peau sachant que parmi les pontes de ce réseau, on trouve des africains qui exploitent d’autres africains ? 
          Bref, ce n’est pas bon pour les français noirs ce mimétisme sur les problématiques étasuniennes... 


          • 1 vote
            maQiavel maQiavel 25 juillet 2016 14:29

            @Zatara

            En réalité ce sont déjà les américains et les chinois qui se partagent le gâteau africain (à quelques exceptions près) avec bien sur l’aide de potentats locaux et d’une bourgeoisie africaine compradore. Les français sont hors jeu et lorsqu’ils agissent, c’est dans l’ intérêts des anglo-saxons (à quelques exceptions près également).

            Après, d’une perspective anti- impérialiste et souverainiste, les peuples africains n’ont pas à choisir le moins mauvais des impérialismes, ils doivent se battre contre tous sans aucune distinction …


          • vote
            maQiavel maQiavel 25 juillet 2016 15:08

            @Zatara

            En fait le « maQiavéliste » que je suis comme tu dis considère que la politique n’a aucun sens sans conquête de souveraineté. Ne pas être souverain, c’est déjà le pire qu’il puisse arriver. Pire même que la mort et la disparition du corps politique. A partir de là, préférer une domination à une autre c’est déjà être dans la pire des configurations. Et peut être même qu’il vaudrait mieux une domination brutale et sanglante car elle aurait la vertu de faire naître la volonté de devenir souverain , à faire désirer la mort plutôt que la soumission. 

            Et rien n’est indéboulonnable, surtout pas une domination, c’est l’un des paramètres qui varie le plus dans la réalité politique. 


          • 1 vote
            Joe Chip Joe Chip 25 juillet 2016 15:45

            @Zatara

            Les Africains ont développé une véritable schizophrénie à l’égard de l’héritage colonial français (ou francophone). D’un côté, il règne un discours convenu chez les élites africaines selon lequel l’avenir c’est les USA et surtout la Chine. De l’autre les Africains sont confrontés à une spoliation néocoloniale encore plus rude et qui n’est pas atténuée par ce qui tempérait traditionnellement le colonialisme civilisationnel français : la prétention à l’universalisme, la médecine pour tous, une compréhension bien meilleure de l’altérité. De ce point de vue, les Chinois sont de vrais barbares : il y a leur culture, et les autres. Leur culture est tellement supérieure qu’il serait même vain de vouloir la transmettre ou l’imposer à des peuples qui ont prouvé leur inefficacité chronique. Voilà ce que les Chinois pensent.

            Et quand il y a du grabuge, on continue de se tourner vers Paris. D’ailleurs certains spécialistes estiment aujourd’hui qu’il faudrait mettre fin définitivement à la francafrique non pas tant dans l’intérêt des Africains que dans celui des Français, car selon eux les réseaux se seraient complètement inversés, faisant de la France l’obligée permanente d’une élite africaine corrompue. Les Chinois, eux, ont bien compris qu’il ne fallait surtout pas intervenir militairement ou politiquement - tout au moins en apparence - pour ne pas appraître comme une puissance coloniale. On voit d’ailleurs toujours à l’ONU des diplomates chinois développer des discours antincolonialistes et tiersmondistes comme à l’époque de Mao. Ils n’interviennent pas mais raflent cyniquement la mise. Il paraît que durant l’opération Serval les fonctionnaires et les commerciaux chinois étaient pratiquement dans les bagages de l’armée française, étant les premiers étrangers à rentrer dans les localités maliennes libérées des islamistes après les soldats français. 

            Il n’empêche que certains Africains sont tombés dans une sorte de fascination craintive à l’égard des Chinois. D’autres commencent à alerter un peu tardivement contre la constitution d’une "chinafrique". 


          • 1 vote
            maQiavel maQiavel 25 juillet 2016 16:16

            L’impérialisme français (en Afrique subsaharienne en tous ca)s n’est pas comparable à ce que l’on appelle la chinafrique , il ne faut pas exagérer non plus.

            La chinafrique est presque essentiellement une entreprise de prédation économique (à une exception près) alors que l’impérialisme français était aussi politique, donc brutal et violent ! Et d’ailleurs, même s’il faut parler de néocolonialisme (donc la période après les indépendances), les chinois ne remplacent pas (ou pas encore) des potentats africains au gré de leurs intérêts par des processus de subversion économico-politiques (fausse monnaie, assassinats, coups d’Etats etc) comme du temps de Foccart. Ça va peut être venir, je n’en sais rien mais on en est encore loin (à la même exception près ) …

            Il y’a un livre très intéressant sur la « chinafrique » de Michel Beuret et de Serge Michel qui date de quelques années mais qui permet de comprendre la problématique d’une perspective assez large …


          • 2 votes
            Joe Chip Joe Chip 25 juillet 2016 17:24

            @maQiavel

            Je n’exprimais pas forcément mes propres opinions, je rapporte des propros, des articles, des lectures sur le sujet. Evidemment, tout cela est peut-être teinté de subjectivisme et biaisé, mais à ce moment-là on ne peut plus parler de rien... Le néocolonialisme chinois n’est par ailleurs par exempt de violence et de brutalité dans tous les sens du terme. 

            http://maliactu.net/largent-de-la-chine-financerait-la-violence-en-afrique/

            Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Sans parler de tout ce qui ne sort pas ou difficilement (meurtres et exploitations de travailleurs dans les mines, etc.). 

            Le contexte, en outre, n’est pas du tout le même. Il est évidemment absurde de vouloir comparer l’ancien modèle colonial français avec le système néocolonial chinois.

            Il faut quand même avoir une bonne dose de cynisme (ou d’humour) pour oser évoquer à l’heure actuelle un "impérialisme français" en Afrique subsaharienne, fut-il résiduel. Dans la réalité concrète, l’armée française ne fait qu’entretenir une paix précaire sur une zone vaste et essentiellement désertique en proie à une insurrection islamiste devenue permanente car autorisée, en partie, par la corruption et la volaltilé des élites locales qui traitent avec la France le lundi avant de négocier avec des islamistes le lendemain. La seule chose qui fait que nous soyons encore sur le terrain, c’est que les Américains se sont rapidement rendus compte qu’ils n’avaient ni les moyens ni la méthode pour contrôler la situation, ne comprenant pas grand-chose à l’Afrique (l’apologie du libéralisme et de l’individualisme gay-bi-transgenre n’est pas encore à l’ordre du jour en Afrique). 


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 25 juillet 2016 17:25

            "volatilité" oups


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 09:33

            @Joe Chip

            Le néocolonialisme chinois n’est par ailleurs par exempt de violence et de brutalité dans tous les sens du terme. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Sans parler de tout ce qui ne sort pas ou difficilement (meurtres et exploitations de travailleurs dans les mines, etc.). 

            ------> Alors je ne dis pas que la chinafrique c’est gentil, la politique n’est pas pour moi une question de gentil ou de méchants mais de rapports de force et d’intérêts.

            Ceci étant, je n’ai jamais compris le reproche que l’on fait à certains pays d’avoir des relations avec des dictatures. Par exemple, dans votre lien, le reproche fait à la chine de commercer avec l’Ouganda qui est gouverné par l’autocrate Museveni. Cette approche droidelhommiste n’a aucun sens, la chine comme n’importe quel autre pays n’a pas à se mêler de la politique intérieure d’un Etat pour entretenir avec lui des relations économique , les crimes de Museveni ne sont pas les crimes des chinois , c’est absurde …

            C’est là que l’on voit aussi les médias occidentaux reprochent tout et n’importe quoi à la chine sous prétexte que les Chinois abordent les pays africains un par un, sans a priori idéologique et ne chapitrent personne sur les droits de l’homme. En réalité, dans la relation entre la Chine et l’Afrique , on ne peut rien reprocher aux chinois qui n’usent pas de pressions politiques ou militaires mais on peut tout reprocher aux africains qui ne tirent pas leur épingle du jeu de ces échanges.

            -Le contexte, en outre, n’est pas du tout le même. Il est évidemment absurde de vouloir comparer l’ancien modèle colonial français avec le système néocolonial chinois.

            ------> Exactement !


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 10:04

            @Zatara

            -dans Games of Thrones, vous connaissez une famille, une petite, qui peut se targuer de sortir du jeu de dupe, sans se soumettre, ou périr entièrement ?

            ------> Je crois comprendre le sens de la question.

            Ma réponse : personne ne sort du jeu de dupe car la duperie fait partie intégrante du jeu politique. Il n’est donc pas question d’en sortir.

            Autre chose : une grande puissance peut en duper une petite et une petite puissance peut en duper une grande, ces configurations existent depuis toujours.

            Une petite puissance peut être souveraine en jouant une grande puissance contre une autre et se ménager ainsi un espace de liberté, par exemple, certains Etats africains , latino-américains ou asiatiques ont pendant la guerre froide joué tantôt la carte soviétique contre les américains  et tantôt la carte américaine contre les soviétiques.

            Une illustration : une petite puissance fait partie d’une coalition menée par une grande puissance. La grande puissance aura tendance à violer la souveraineté de ses vassaux : si la petite puissance est gouvernée avec intelligence, elle dira en gros " si vous, suzerain, violez ma souveraineté, alors je change de coalition et deviendrait le vassal de votre ennemi" (une grande puissance d’une autre coalition). Par crainte de perdre un vassal et de renforcer la coalition adverse, la grande puissance va cesser de tenter de violer la souveraineté de la petite puissance et lui foutra la paix.

            Concrètement, c’est par exemple ce que faisait Mobutu pendant la guerre froide : dès que les français ou les américains l’emmerdaient sur les affaires intérieures de son pays (le Zaïre) , il les menaçaient de se ranger dans le camp soviétique , ce qui fonctionnait car les grandes puissances occidentales lui foutait la paix par crainte qu’il change de coalition. Ce n’est qu’à l’effondrement du bloc soviétique que les américains ont pu lui régler son compte , avant c’était impossible.

            Moralité : les contextes géopolitiques multipolaires sont propices à la souveraineté des petittes et moyennes puissances car elles peuvent jouer les grandes puissances les unes contre les autres et se ménager un espace de liberté. Et d’ailleurs, il existe aujourd’hui des Etats africains bien plus souverain que ne l’est la France comme l’Angola ou l’Ethiopie par exemple.

            -Autre chose de plus global, combien de temps vois t’on une population avoir un simple porte parole ou agir d’elle même dans cette série ? Comprenez qu’on peut tout à fait être "maquiavéliste" ou ce qu’il vous plaira comme nom autour de Maquiavel...mais que dans une logique Games of Thronienne (la vache !), c’est assez peu, voir pas du tout compatible du point de vue de la population...

            ------> Là, je n’ai pas compris …


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 10:52

            @Zatara

             

            Point 1 : c’est très bien dit. Je rajouterai que tout vassal , même si sa position géostratégique n’est pas essentielle , doit se rendre indispensable à son souverain d’une manière ou d’une autre (ou au moins faire croire au suzerain qu’il est indispensable ). Petite parenthèse mais dans le sujet quand même : il y’a des tas de raisons qui font que les Saoudiens foutent le bordel au moyen orient mais je pense que l’une de ces raisons est justement de se rendre indispensable au suzerain américain , car aujourd’hui , on ne peut pas faire grand chose dans la région sans discuter avec les Saouds. C’est habile ...

            Point 2 : la populace comme vous dites est un maillage essentiel, si ce n’était pas le cas, la propagande ou la subversion ne serait pas aussi importante d’une perspective tactique et stratégique (car on subverti et propage les idées dans la populace, si elle comptait pour rien, les tacticiens ne s’emmerderaient pas avec ce boulot fastidieux).

            C’est l’une des grandes faiblesses de GOT justement, les masses comptent pour rien. 


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 11:01

            @Zatara

            -le degré de souveraineté d’un pays n’est pas lié à la politisation de sa population (sa capacité à s’organiser et à éventuellement prendre le pouvoir par un représentant, pour reprendre votre conception plus haut), ni à la politique de représentants à l’égard de leurs populations.

             

            ------> Bien sur que si. Ce n’est pas le seul facteur mais c’est un facteur très important. Et encore plus aujourd’hui que par le passé.

             

            -Il y a aussi la souveraineté de façade, et bien que vous sembliez suffisamment rencardé sur des pays comme l’Angola et l’Ethiopie, j’ai de sérieux doute sur la véracité de la chose.

             

            ------> Ah ben je peux vous dire que l’Angola pour reprendre cet exemple est une nation bien plus souveraine que ne l’est la France. Les américains ont tenté de renverser le président Dos Santos depuis la guerre froide et n’y sont jamais parvenu. Une fois qu’ils ont abandonné cette idée, ils ont décidé d’en finir avec son opposant (qui s’est fait assassiner avec leur bénédiction) et ont décidé de coopérer avec le pouvoir en place par pragmatisme.

            On est en Angola dans la configuration d’un pouvoir qui ne doit rien à aucune puissance étrangère qui puisse menacer sa souveraineté et qui peut avoir la diplomatie de son choix sans aucune contrainte. 


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 11:10

            @Zatara

            Par ailleurs, Nicolas Machiavel a expliqué à plusieurs reprises le rôle fondamental que joue le peuple dans le jeu politique, il ne l’ignorait pas.  La souveraineté résulte d’un ensemble d’éléments qui s’imbriquent les unes les autres, et parmi ces éléments, il y’a la conscience et la volonté politique du peuple, c’est imparable. 


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 11:32

            @Zatara

            -Le troupeau doit continuer de paitre....Ce n’est pas d’un point de vue actif que cette propagande se joue, c’est d’un point de vue passif... Il n’a jamais été essentiel en tant que groupe de personne distinctes, il est essentiel en tant que force de travail, en tant que force de consommation et acteur économique, et en tant qu’arme de guerre. D’ailleurs, si on veut comprendre le jeu, il vaut mieux en parler au singulier...

             

            ------> Oui mais AUSSI en tant que force politique aussi, en tant que force vive capable de se battre et de mettre sa vie en jeu, et donc par conséquent, capable de contraindre.

            Il ne faut pas considérer qu’un aspect de la chose et non les autres. Vous n’avez pas tort sur un aspect de la chose mais le réalisme consiste précisément à tenter de relever tous les aspects d’une chose si possible sans faire preuve d’optimisme ou de pessimisme (on confond d’ailleurs trop pessimisme avec réalisme alors que ça n’a rien à voir).

             

            Pour donner un exemple, si le peuple Vénézuélien ne s’était pas levé lors du coup d’Etat de Chavez, la révolution Bolivarienne se serait écroulée en 2002. 

             

            -ok pour l’Angola...les 7 sœurs se font fait un nouveau copain ...

             

            ------>Oui certainement mais ça ne change rien à ce que je dis : c’est un pays souverain !

            La souveraineté d’une nation ne consiste pas à être indépendant des autres entités nationales ou multinationales (personne ne l’est, l’indépendance absolue est une utopie), c’est être en capacité de choisir ses dépendances. C’est une nuance importante.

             

            Pour l’illustrer avec votre exemple : si un pays peut être ami avec les 7 sœurs et ensuite les envoyer chier pour mettre à leur place des groupes pétroliers Russes ou chinois sans avoir à craindre de représailles de qui que ce soit, c’est un pays souverain.


          • 1 vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 11:36

            @Zatara

            -peut importe la conscience et la volonté politique du peuple du moment qu’il ne se soulève pas, du moment que la majorité lui donne une inertie passive propre à tuer toute forme de rébellion dans l’œuf

             

            ------> Justement : un peuple avec une grande conscience et volonté politique se soulève s’il le juge nécessaire, il n’est pas inerte par définition …

            On l’a vu plusieurs fois dans l’histoire. Je ne dis pas qu’il le fait tout seul de façon tout à fait autonome mais qu’il le fait. C’est ce qui est important !


          • vote
            maQiavel maQiavel 26 juillet 2016 12:38

            @Zatara

            En fait, nous avons simplement deux visions différentes du peuple :

             

            -Pour vous le peuple est un être assimilable à un handicapé mental sur lequel les élites ont une tutelle. Ainsi donc, lorsque les élites en question la mettent bien profond à ce peuple, elles dégorgent à leur responsabilité morale et sont donc en faute. C’est une vision pessimiste, la pire perception possible du peuple.

             

            -Moi j’ai une vision du peuple qui découle du réalisme machiavélien et considère par conséquent que le peuple peut être une masse informe sujette aux manipulations des élites (à plusieurs degrés) mais qu’il peut être aussi un peuple organisé politiquement autour d’institutions fortes (à plusieurs degrés également). Et je considère également que ce qu’est le peuple dépend de plusieurs éléments qui se combinent et que l’un des éléments le plus important, c’est sa volonté.

             

            C’est ce qui explique que je considère que les peuples sont les premiers responsables de leur sort car il est tout à fait normal que les élites entubent le peuple et que le peuple résiste à l’enfilage des élites , dans ce jeu , si l’une des deux composantes ne remplit pas sa fonction , c’est de sa faute.

             

            Pour moi, le peuple n’est pas sous la tutelle des élites mais au contraire, les élites doivent dépendre de lui et être sous son contrôle , ce qui n’est pas du tout une configuration utopiste puisqu’elle s’est réalisée à maintes reprises dans l’histoire des hommes.

             

            Ce sont deux visions inconciliables qui amènent à tirer des conclusions très différentes. C’est en général le problème que j’ai avec les pessimistes qui pêchent selon moi par leur défaitisme et leur résignation. Ce qui est drôle, c’est que j’ai le problème inverse avec les optimistes qui pêchent eux par leur enthousiasme débordant et leur idéalisme niais. smiley


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 14:54

            Le problème de toutes les discussions portant sur le "peuple" est qu’il s’agit d’une abstraction que l’on considère comme une réalité. Je ne dis pas qu’aucune réalité ne correspond à ce concept, mais que c’est une réalité mouvante... Quand on se pose la question de "la responsabilité du peuple", par exemple, on tombe rapidement dans le piège de la pensée qui se pense elle-même en croyant décrire le réel. Le "peuple" opposé à une élite (bourgeoise ou aristocratique) est une invention de la pensée, assez récente en fait, qui s’est figé avec les théories socialistes et les combats sociaux du XIXe siècle. Chez les Romains, le peuple (populus) désignait les citoyens participants à la vie politique et s’oppose à la plèbe. Alors de quoi parle-on exactement quand on emploie aujourd’hui le mot "peuple" ? Voilà ce qu’il faudrait savoir. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 19:35

            @Zatara
            "le peuple ce sont les personnes sur lesquels s’exerce le pouvoir."


            Le pouvoir ne s’exerce que sur ceux qui y consentent. Le pouvoir n’existe que pour ceux qui le reconnaissent comme tel. Le tigre qui vous mange ou le voleur qui vous dépouille n’ont pas besoin de pouvoir politique. On peut me taper dessus, briser mes os, me mettre dans un cachot mais on ne peut pas exercer un pouvoir sur moi. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 21:45

            @Zatara
            Je parle bien du pouvoir politique.

            Je réponds à votre question : le pouvoir politique est ce qui ne s’exerce sur une population qu’avec son consentement collectif. Donc je ne dirais pas qu’une armée d’occupation, par exemple, exercice un pouvoir politique. Pas plus qu’un gang dans un quartier. Pour le dire autrement, le pouvoir politique, c’est la loi ; et la loi n’est loi que parce qu’on la reconnaît comme telle. 

            Je préfère ne pas utiliser le mot peuple dans son sens socialiste, car je n’y crois guère. Les peuples, les populations, je veux bien. Mais LE peuple opposé aux prétendues élites ou au prétendus dirigeants, ou encore à la "bourgeoisie", c’est pour moi un simple conte de fées. La division de la société entre dominants et dominés est une croyance à laquelle je n’adhère pas. Il y a des gens plus ou moins riches, c’est tout. Ca peut former des classes sociales mais celles-ci sont des phénomènes (des conséquences de circonstances) et non des essences (des modèles éternels). 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 22:11

            @Zatara
            "je ne suis pas d’accord"


            Pas compris avec quoi vous n’êtes pas d’accord


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 22:13

            @Zatara
            "pour moi, c’est économe en mot : le peuple ce sont les personnes sur lesquels s’exerce le pouvoir... "


            Mais est-ce qu’il y a des gens sur qui ne s’exerce pas le pouvoir ?


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 22:17

            Parce que sinon ce sera encore plus économe de dire que le peuple, ce sont les gens. Et alors c’est là qu’on voit que le mot peuple ne sert à rien. Les mots servent à désigner ce qu’est une chose par opposition à ce qu’elle n’est pas. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 26 juillet 2016 22:26

            @Zatara
            "comme si le consentement était nécessaire dans certains pays, la kalach sur la tempe...."


            Justement, la kalach sur la tempe, ce n’est pas du pouvoir politique. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 03:25

            @Zatara


            Mais est-ce qu’il y a des gens sur qui ne s’exerce pas le pouvoir ?

            "oui, ceux qui en ont justement...."


            Je n’en vois pas. Des gens sur qui le pouvoir ne s’exercerait pas pourraient violer et tuer en public pour leur plaisir sans avoir à se soucier de la loi ni à donner la moindre justification. En connaissez-vous beaucoup ? Je ne vous parle pas de ceux qui rusent avec la loi, achètent leur impunité et pratiquent la corruption, car ceux-là prouvent par la nécessité de leurs manoeuvres que le pouvoir s’exerce bien sur eux comme la pesanteur s’exerce sur un gymnaste. Certes il vaut mieux être habile, riche et influent quand on affaire à la justice, mais ce n’est pas la question posée. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 03:30

            @Zatara
            "la kalach, c’est le pouvoir de la force brutale, et toute force brutal doué d’intelligence a besoin, pour se solidifier, pour se renforcer, de se transformer en pouvoir politique."

             

            Vous êtes donc d’accord avec le fait que la force brutale n’est pas en soi la puissance politique. Sinon il faudrait dire que tous les violeurs ou les braqueurs de banque sont des détenteurs du pouvoir politique.



          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 03:40

            Or, puisque la Loi s’exerce, bien qu’à des degrés variables, sur toute la population terrestre, il n’existe donc personne sur Terre qui ne soit pas inclus dans votre définition du "peuple". 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 08:21

            @Zatara
            Mon propos consiste à dire qu’il n’existe aucune limite essentielle entre une partie de la population exerçant un pouvoir politique et une autre partie de la population sur laquelle ce pouvoir serait exercé. Le pouvoir politique s’exerce sur tous. C’est seulement une affaire de circonstances. Un homme peut être un tyran régnant sans partage pendant une partie de sa vie et ensuite se retrouver en prison ou exécuté. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 08:27

            @Zatara
            "vous rigolez ou quoi, le nombre de puissant qui ont évité la prison ne vous suffit pas ?"

             

            C’est comme si vous me demandiez si le nombre de personnes qui sont sorties vivantes d’un accident ou d’une grave maladie ne suffisait pas à me prouver que l’immortalité existe. Ma réponse est non. 

            Je n’ai jamais dit que l’égalité devant la loi humaine était accomplie sur terre, ce n’est pas la question. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 08:28

            @Zatara
            "que veulent les violeurs ? que veulent les braqueurs ? que veulent les djihadistes ?"

            Violer, voler, tuer.


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 08:30

            @Zatara

            "et comment se fait il qu’il se soit fait capturer ?"


            Il n’y a pas de réponse générale à cette question. Parfois parce qu’il ne courait pas assez vite ? 



          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 08:35

            @Zatara
            "l’humanité et le peuple, ce n’est pas la même chose...."

             

            Croyez-vous ? Jusqu’à présent vos tentatives échouent à démontrer cette affirmation. Si, l’humanité et le peuple, c’est la même chose. Emprunter mon point de vue (ce n’est pas dangereux), vous verrez que vous en aurez une vision plus claire des choses. 


          • vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 juillet 2016 08:37

            @Zatara
            "On y arrive"


            On arrive nulle part. Je ne vois même pas où vous voulez en venir avec votre "chef des violeurs". Vous avez déjà vu des chefs de violeurs, vous ?   smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès