• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Du BREXIT au FREXIT – Les Reportages de Vincent Lapierre ...

Du BREXIT au FREXIT – Les Reportages de Vincent Lapierre ...

Reportage "le média pour tous" avec Vincent Lapierre au micro, interrogeant les partisans du Frexit invités lors de la soirée célébrant le Brexit, une fête organisée par l'UPR à Paris.

Tags : Politique Nicolas Dupont-Aignan François Asselineau UPR Brexit Florian Philippot FREXIT




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Maetha 15 février 11:43

    Belle vidéo.



      • 2 votes
        Sozenz 15 février 14:24

        pascot ton parallèle avec le couple est pourri. je vais te le refaire pour que ça aille mieux la prochaine fois

        avant d etre en couple ou marié ; tu avais une vie , des projets que tu as mis en route . quand tu te maries tu en mets parfois d autres . enroute ; mais quand ton mari ou tafemme devient etouffant et t empedche de te deveolpper comme tu le devrais ( ne plus voir tels ou tels amis ; te demander de changer qui tu es , de changer tes projets de changer tout ce qui te tient à coeur et bien tu te sépares de la personne ; et tu retrouves tes aspirations ; et tu continues ce qui est important dans ta vie ;

        et bien l UE c est la " harpie " qui finit par te bouffer si tu restes ;


        • 1 vote
          berry 15 février 16:08

          Asselineau au milieu de ses électeurs, à la cité des 4 000.

          Pour une France africaine, votez upr.

          https://mobile.twitter.com/AssaultLino/status/1228050711314870273


          • 1 vote
            berry 15 février 16:16

            Il a l’air tout content, le bougre.


          • vote
            pegase pegase 15 février 16:59

            @berry
            Pour une France africaine, votez upr.

            Pourquoi elle serait "africaine" ? 

            Asselineau milite pour renouer avec nos anciennes colonies francophones pour faire du commerce, favoriser les échanges économiques avec elles, pas pour faire de la France un pays africain smiley

            C’est une vue de l’esprit des détracteurs du FN !


          • 1 vote
            Conférençovore Conférençovore 15 février 20:43

            @pegase Il nous explique surtout depuis 10 ans que le Français est plus proche du Malien que du Polonais et veut faire une "grande union méditerranéenne". Cela étant, la priorité reste de s’unir sur les fondamentaux.


          • 1 vote
            pegase pegase 15 février 22:08

            @Conférençovore
            -
            Nos ex colonies comme le Cameroun où ils parlent un français impeccable sont plus proches que la Pologne qui achète principalement allemand ou américain et ne parle pas un seul mot de français, c’est la vérité smiley

            Saviez vous seulement que le solde de balance des échanges avec le Cameroun est en notre faveur depuis des années ? Ce qui n’est pas le cas avec la Pologne puisque nous sommes déficitaires ...

            Le solde des échanges de biens en 2018 laisse apparaître un déficit de 922 M EUR

            ... en baisse toutefois ces dernières anneées...
            https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/PL/relations-economiques-entre-la-france-et-la-pologne

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_la_France_et_la_Pologne#/media/Fichier:Evolution_des_%C3%A9changes_de_biens_entre_la_France_et_la_Pologne.jpg


          • vote
            pegase pegase 15 février 22:13

            @Conférençovore
            -
            Vous préférez peut être que le Cameroun devienne chinois ?

            C’est ce qui est en train d’arriver ...
            https://www.youtube.com/watch?v=-ko5BxPz2OE


          • vote
             Saladin Saladin 16 février 02:13

            @berry Oui ben vote Marine on se retrouvera encore avec Macron, car c’es ce que t’as l’aire de suggérer.


          • vote
            Conférençovore Conférençovore 16 février 09:40

            @pegase T’es Camerounais maintenant ? Ah non, au temps pour moi, ça doit être la belle-soeur du buraliste où tu achètes tes Dassault Magazine dont le cousin a un collègue qui a la discographie complète de Yannick Noah qui provoque cette soudaine camerounite aiguë.

            Que la France reste française, c’est surtout cela l’enjeu. Que le "grand Serge" n’arrive pas à refourguer ses coucous à un pays d’Europe (à personne d’ailleurs à part aux marchés publics fr sur lesquels il a bâti sa fortune) il n’y a qu’à toi que cela provoque des spasmes.


          • vote
            pegase pegase 16 février 17:39

            @Conférençovore

            Il n’y a pas de souveraineté possible sans contrôle total de l’espace aérien, et sans l’industrie qui fabrique les outils nécessaire à ce contrôle ...

            Dassault aviation c’est 5119 millions d’euros de chiffre d’affaire (+ de 5 milliards)
            Dassault Système c’est 3477 millions d’euros (+de 3 milliards)

            Le bouquin de Chamagne "L’art de la guerre aérienne", est nettement plus instructif que les conneries de votre mentor Reynouard et votre gourou Soraël !


          • 3 votes
            Conférençovore Conférençovore 17 février 05:24

            @P4 "votre mentor Reynouard et votre gourou Soraël !"

            Est-il possible d’être aussi abruti ?


          • 2 votes
            Conférençovore Conférençovore 16 février 10:25

            Dommage que la réponse à la toute dernière question de Lapierre à FA sur l’union soit coupée (si qq un sait...). Comme déjà dit, cette union est indispensable. La fenêtre politique de tir est probablement unique (EM ridiculisé, PS et LR par terre, LFI en déclin, un RN pour lequel les gens votent par défaut...). Nous (UPR, DLF, Patriotes et pas mal d’autres) sommes d’accords sur l’impératif de recouvrer notre souveraineté. Il nous faut une candidature unique au premier tour des Présidentielles. Pour les Législatives, idem. Si c’est un candidat UPR qui se présente et qu’il n’y a pas de DLF, on doit s’engager à le soutenir. Ça fait tambouille, je sais, mais les autres gagnent comme ça avec leur "front ripoublicain" depuis des décennies avec en plus l’appui des médias.

            NDA et Filippot veulent cette union. FA sait qu’elle est indispensable. L’heure tourne...


            • vote
              Mahler 16 février 11:08

              @Conférençovore
              Il répond à propos de la primaire de NDA, où on ne peut pas faire l’alliance de la carte et du lapin, pour lui on ne peut pas faire d’alliance avec des gens qui ne veulent absolument pas sortir de l’UE et des gens pour la sortie. Après il a embraye sur les invitations de la soirée qui vont venir et c’est tout.


            • vote
              Laconicus Laconicus 16 février 11:25

              @Mahler
              "l’alliance de la carte et du lapin"

              Il n’y a pas plus de carte du lapin que de tarte au lapin.  smiley
              http://www.expressions-francaises.fr/expressions-l/864-le-mariage-de-la-carpe-et-du-lapin.html


            • vote
              Mahler 16 février 11:49

              @Laconicus
              C’est le défaut quand on écrit par téléphone^^, vous avez très bien compris que c’était carpe que je voulais écrire, d’autant que j’avais remis le passage de la vidéo pour me rappeler de ce qu’Asselineau avait pu dire sur la question où il emploie l’expression en question smiley


            • 1 vote
              Laconicus Laconicus 16 février 11:57

              @Mahler
              "vous avez très bien compris que c’était carpe que je voulais écrire"

              Evidemment.  smiley
              Cependant, un jeune lecteur pourrait adopter l’expression fautive, ce qui alourdirait votre karma.


            • vote
              pegase pegase 16 février 13:40

              @Mahler
              -
              Quand NDA et Phillipot signeront la charte de l’UPR ce sera fait, mais pas avant ...

              La charte stipule que le Frexit est indispensable et non négociable ...or NDA a encore sur son site l’article pourri où il stipule que le Frexit n’est pas indispensable smiley




            • vote
              Conférençovore Conférençovore 16 février 17:32

              @Mahler Merci pour le retour.

              "pour lui on ne peut pas faire d’alliance avec des gens qui ne veulent absolument pas sortir de l’UE et des gens pour la sortie."

              Bizarre. NDA dit explicitement que l’on peut sortir de l’UE, que si rien ne change on le doit, art. 50 ou pas. Il est absurde de résumer sa position au fait qu’il ne voudrait "absolument pas en sortir".


            • 1 vote
              Conférençovore Conférençovore 16 février 17:41

              @Mahler Mon post précédent n’est pas passé... Je disais : Merci pour le retour. Dans son discours NDA envisage parfaitement une sortie de l’UE. Il dit même qu’il s’en fout de l’art 50... Prétendre qu’il ne voudrait "absolument pas" (si c’est bien la formulation sue FA à employé) en sortir relève du procès d’intention.


            • vote
              Mahler 16 février 18:17

              @Conférençovore
              En l’espèce ça ne dit pas si une alliance est impossible, mais comme NDA a proposé une primaire Asselineau a critiqué la chose car si il y’a des personnes farouchement opposés à la sortie de l’UE cela donnerait lieu à une alliance impossible. De fait il faudrait déjà qu’ils se parlent, qu’il y’aient de grandes discutions entre Phillipot, NDA et Asselineau. Sinon oui NDA a été formelle dans le reportage complet du média pour tous. Il compte d’abord proposer une europe confédérale autres pays membres afin de retrouver la souveraineté en dégageant Bruxelles. On peut interpréter ça comme une sortie sans être une sortie car on n’en sort pas officiellement mais c’est dans le fond c’est une nouvelle UE qui est refaite (à titre personnel ce genre de projet est surtout réalisable une fois sortie de l’UE préalablement, que tous les pays en sortent et qu’avec certains d’entre eux on se mette d’accord sur ce type de projet. Donc exit des pays comme la Bulgarie par exemple).

              Dans l’hypothèse où les partenaires refuseraient(ce qui semble être la voie la plus logique) alors NDA proposerait un référendum au peuple français pour ou contre la sortie de l’UE(en espérant qu’il vote pour la sortie ) et dans ce cas il ferait sortir la France de l’UE. Il se fiche de l’article 50 car pour lui(et je suis assez d’accord avec lui pour le coup) l’importance c’est la volonté politique et non juridique, si un peuple veut en sortir alors il en sort point. Après reste à savoir si il est ou non sincère sur la question, mais bon ça c’est un autre débat. En tout état de cause, si il est sincère, sa position se tient, elle est plus en adéquation avec la frilosité du peuple français sur la question actuellement.


            • vote
              Mahler 16 février 18:19

              @pegase
              Par contre pour Phillipot le Frexit est indispensable. Puis bon la charte la charte, à force ça devient un livre religieux. C’est limite le Coran pour les musulmans.


            • 4 votes
              Joe Chip Joe Chip 16 février 20:49

              @Mahler

              Ouais, et franchement tout le monde s’en fout de la charte de l’UPR (0,9%). Mais bon plus un parti ou un groupe politique est petit et plus il tend à compenser par du purisme idéologique qui donne lieu à des querelles d’égo incessantes autour de lignes politiques sibyllines auxquelles seuls les membres du groupuscule accordent de l’importance, comme par exemple le fait de savoir ce qui différencie NDA et Asselineau sur l’article 50 et le Frexit. Pour les mecs de l’UPR, c’est un truc fondamental, mais tout le monde s’en fout.
              D’ailleurs j’ai jamais entendu Farrage ou Johnson (qui n’étaient pas dans le même parti) parler de tous ces articles et bidules qui n’intéressent personne.


            • 3 votes
              Djam Djam 16 février 14:44

              Si tous ces gens sortent en effet de leur chapelle et s’unissent, alors oui, nous pourrons à nouveau espérer...


              • vote
                Joe Chip Joe Chip 16 février 20:28

                C’est un peu tard pour la jouer l’union fait la force, pour deux raisons :

                1) Tous ces courants souverainistes sont ultra-minoritaires dans l’opinion (UPR) ou moribonds (NDA, Philippot) et je ne compte pas les farfelus. Même en se réunissant, le potentiel électoral est faible. 

                2) Le Brexit paradoxalement ne fait pas du tout le jeu du Frexit et des mouvements voulant rompre avec l’Europe. Les partis eurosceptiques ont même été contraints de mettre en veilleuse leur critique de l’UE depuis le Brexit. 


                • vote
                  Laconicus Laconicus 16 février 21:04

                  @Joe Chip
                  "C’est un peu tard"

                  Alors que faire ?


                • vote
                  Laconicus Laconicus 16 février 21:22

                  @Joe Chip
                  "Tous ces courants souverainistes sont ultra-minoritaires dans l’opinion."

                  Les Français ne veulent pas pour le moment d’une sortie de l’UE, mais ils ne sont pas non plus des adhérents enthousiastes de cette grosse baleine. Actuellement, le Frexit ne peut pas rallier une majorité, mais un autre concept souverain porté par un héraut de bonne allure le pourrait peut-être. 

                  "Les Français se situent majoritairement dans une « adhésion molle » à l’UE : seuls 6% d’inconditionnels souhaitent qu’elle poursuive son action tel qu’actuellement et, à l’inverse, ils ne sont que 11% de réfractaires à souhaiter que la France sorte de l’UE." 


                • 1 vote
                  Joe Chip Joe Chip 16 février 22:18

                  @Laconicus

                  J’ai répondu ci-dessous au premier post.

                  Le fait que le souverainisme soit minoritaire dans l’opinion ne veut pas dire que, par simple projection, les gens soient majoritairement enthousiasmés par l’Europe, ce qui d’ailleurs serait préférable, puisque cela ouvrirait des perspectives de retournement de l’opinion.
                  Or, c’est justement cette "adhésion molle" à l’UE et ce soutien par défaut à l’Europe qui complique la donne pour les souverainistes. Car il s’agit d’un soutien infrapolitique ancré dans un matérialisme de petit épargnant et des angoisses d’épicier. La peur du manque, la peur du changement, l’idée que la France est "trop petite dans la mondialisation", etc... les Anglais n’étaient pas du tout dans ce cas de figure avec leur nationalisme positif et leur complexe de supériorité.

                  La seule raison pour laquelle je parle de ces sondages, c’est parce que certains souverainistes estiment ou estimaient il y a encore peu représenter potentiellement 40% de l’opinion, ce qui est évidemment une surestimation.

                  Ces sondages ne veulent donc pas dire grand-chose, la preuve la Pologne a un des taux d’adhésion les plus forts à l’UE alors que c’est un pays profondément eurosceptique, voire nationaliste.


                • vote
                  Laconicus Laconicus 16 février 22:46

                  @Joe Chip
                  "La peur du manque, la peur du changement, l’idée que la France est "trop petite dans la mondialisation", etc."

                  Ce qui interdit toute politique proactive et ouvre un grand boulevard aux gestionnaires de la décomposition française et autres agents d’ambiance de la liquidation du pays. 


                • 1 vote
                  Jean Robin contre Fantômette Jean Robin contre Fantômette 17 février 08:45

                  Ces satanés Français qui adorent faire des plans tout à fait détaillés et bien conçus par avance mais qui en se réalisent jamais...


                • vote
                  Mahler 17 février 13:52

                  @Joe Chip
                  "2) Le Brexit paradoxalement ne fait pas du tout le jeu du Frexit et des mouvements voulant rompre avec l’Europe. Les partis eurosceptiques ont même été contraints de mettre en veilleuse leur critique de l’UE depuis le Brexit. "

                  Je ne sais pas trop quels partis l’ont mis en veilleuse ? En tout cas ni l’UPR, ni même NDA. Peut être le Fn mais ça fait déjà un moment. Le brexit vient de commencer, difficile de dire les effets qu’il portera dans deux ans et même après. Le truc c’est qu’un courant peut être ultra minoritaire et tout d’un coup prendre de l’importance au sein de la population, la conjoncture économique par exemple peut y aider. C’est difficile de savoir si le "souverainisme" prendra de l’ampleur dans les années à venir ou se contentera d’être aussi marginal(en votes du moins). Ce qui est sur c’est qu’il faudra changer ses communicants, en tout ceux qui visent la présidentielle. Ce qui dans le cadre de l’UPR signifie remplacer Asselineau par quelqu’un de compétent et charismatique, qui sait si prendre dans des formats courts, et mettre la charte à la poubelle en ne faisant pas du Frexit l’Alpha et l’Omega de toute chose mais en ayant un programme économique et sociale détaillé et vendeur en se projetant sur l’avenir. Ah oui et parler des questions identitaires/immigration. Immigration/Pouvoir d’achat/Emploi/fiscalité/écologie/sécurité/éducation : Voilà ce qu’il faut mettre dans un programme en plus de la souveraineté.


                • vote
                  Joe Chip Joe Chip 16 février 22:02

                  Je ne sais pas s’il est important de répondre à une question qui est dépassée. Pour moi la période n’est plus du tout favorable au souverainisme classique, en tout cas sur le plan de la conquête électorale. Les souverainistes français ont eu 25 ans pour s’organiser depuis le traité de maastricht puis le référendum de 2005. Les Anglais y sont arrivés en 4 ans à peine. Je sais que les situations sont différentes, mais quand même, il y a un apragmatisme évident (éternelle et futile désunion entre les "souverainistes de gauche" et "souverainistes de droite") et une usure idéologique manifeste dans ce courant. 

                  Je crois avoir suffisamment essayé de distiller critiques et conseils (à ma modeste échelle) mais l’UPR n’est qu’une chambre d’écho. De plus, je ne me sens plus assez proche idéologiquement ou intellectuellement des milieux souverainistes, comme je pouvais l’être il y a quelques années, pour dire quoi faire, si tant est que cela soit bien la question à poser.

                  Je pense que la question à poser c’est plutôt "quoi penser ?" La première chose serait d’admettre que cette famille politique est désormais minoritaire, voire marginale dans l’opinion, d’adapter la communication en fonction de ce constat (arrêter la technique du paon électoral, consistant à vouloir faire croire que l’UPR est un "grand parti" à l’ancienne) et surtout consacrer quelques mois à s’accorder au moins sur la définition de ce qu’on entend par "défendre la souveraineté française". Même si je ne partage pas l’opinion de Zemmour, il a sans doute raison quand il explique que les questions culturelles et identitaires vont prendre le pas à l’avenir sur les questions économiques et politiques. Sans parler de la passion écologique qui est assez éloignée des préoccupations des souverainistes.  

                  De toute façon, le prochain pion qui risque de tomber n’est pas la France, mais l’Allemagne, car en Allemagne, tout comme en Angleterre, il y a une partie de l’élite financière et politique qui considère que l’Euro et l’Europe sont devenus des boulets pour l’Allemagne qui après tout a atteint son objectif avec la réunification. Et le gouvernement allemand a de plus en plus de mal à cacher son peu d’entrain à poursuivre l’intégration de l’Europe, répondant aux propositions fédéralistes françaises par des propositions absurdes, comme par exemple quand ils nous demandent de céder notre siège de l’ONU à l’Europe ou de transférer la dissuasion nucléaire à l’OTAN (gros foutage de gueule censé répondre à ce qui constitue à leurs yeux un gros foutage de gueule : l’intégration et les transferts budgétaires).


                  • vote
                    Laconicus Laconicus 16 février 22:15

                    @Joe Chip
                    "De toute façon, le prochain pion qui risque de tomber n’est pas la France, mais l’Allemagne."

                    Mais L’Allemagne n’est pas un pion de l’UE, c’est la reine. 


                  • vote
                    Laconicus Laconicus 16 février 22:18

                    @Joe Chip
                    "Je pense que la question à poser c’est plutôt "quoi penser ?""

                    Certes. 


                  • vote
                    pegase pegase 17 février 00:16

                    @Joe Chip
                    Je pense que la question à poser c’est plutôt "quoi penser ?"

                    Le problème numéro 1 à mon avis ce sont les épargnants, très nombreux en France, qui ne veulent pas voir leurs économies fondre de 10 à 15% avec le retour au franc .. 

                    On entend souvent les anciens dire "avant c’était pire avec les dévaluations", l’épargne fondait comme neige au soleil :/) 

                    Si tout les épargnants ont le même raisonnement il n’y aura jamais de frexit ... 

                    Il faudrait que les partis souverainistes imaginent une forme de dédommagement envers les épargnants et qu’ils communiquent là dessus (pas évident) ...




                  • vote
                    Laconicus Laconicus 17 février 01:57

                    @pegase

                    Il n’y aura pas de "retour au franc", précisément parce que ce serait un "retour" et que l’idéologie progressiste ne permet aucune marche arrière. L’Europe en tant qu’entité civilisationnelle y perdrait la face. Cet aveux d’échec n’est pas concevable. L’abandon des monnaies nationales et le passage à l’euro était une voie à sens unique. Les populations auraient du y penser avant. Ce choix fut à mon sens une erreur, mais c’est trop tard. 

                    39 % des échanges mondiaux se font à présent en euros (quasiment autant qu’en dollars) et il y a 1 322 730 397 041 (moi non plus je n’arrive pas à le prononcer) euros en billets et pièces dans le monde (et pas seulement en Europe)... ce qui poserait un sérieux problème pratique s’il fallait les convertir partout sur la planète (et en quoi ?)

                    La prochaine étape dans 50 ans sera plutôt la fusion de l’euro et du dollar. Les technocrates diront que c’est pour lutter contre la monnaie commune russo-asiatique qui aura été inventée. 


                  • vote
                    Laconicus Laconicus 17 février 03:29

                    ("aveu" sans x au singulier)


                  • vote
                    Conférençovore Conférençovore 17 février 07:34

                    @Joe Chip "La seule raison pour laquelle je parle de ces sondages, c’est parce que certains souverainistes estiment ou estimaient il y a encore peu représenter potentiellement 40% de l’opinion, ce qui est évidemment une surestimation."

                    Comme ceci est une allusion directe à mes estimations, j’y réponds : d’abord considérons bien que le terme "souverainiste" est synonyme "patriotisme" pour l’écrasante majorité mais comme "patriotisme" est associé à "nationalisme" et que le "nationalisme, c’est la guerre"... il faut faire preuve d’un peu de psycho des foules.

                    D’où vient ce "40" (une grosse moitié suffit pour accéder au second tour) ?

                    * En gros une bonne partie des électeurs RN qui votent pour ce parti par défaut et seraient susceptibles de soutenir une candidature plus crédible que MLP. A part les abrutis, tout le monde sait qu’elle est nulle, qu’elle serait même dangereuse pour le pays... On peut asphyxier ce parti et en siphonner en partie l’électorat à condition de présenter une union crédible en face. Ce ne sera vraisemblablement pas pour 2022 mais c’est indispensable. Sur les 25% actuels, on a probablement un potentiel de 10. Il y a probablement 10-15% d’irréductibles au RN, des anciens accrochés à la marque Le Pen et qui n’en démorderont jamais mais l’électorat de MLP n’a pas quasi doublé entre le second tour de Jean-Marie et celui de Marine par hasard non plus. Bcp ont craché sur Philipot mais il est l’artisan de ce résultat... quoiqu’on en pense. Bcp des électeurs du RN actuel le plébiscitent dès la 1er tour avec le logiciel du "vote utile", l’idée qu’elle est la mieux placée, que même si c’est pourri, mieux vaut lui donner un bon score dès le premier.

                    * Ensuite DLF représente 5-6%, l’UPR, 1%, Filippot, 1%. On peut ajouter les milieux chrétiens (Poisson, Boutin, De Villiers...). Bref 10%.

                    * Enfin, il y a toute une partie de l’électorat LR. Tout le monde fait comle si ces gens (CSP moyen-plus, + de 50 ans) s’était évaporé par miracle. Une partie a basculé chez EM mais l’aile droite serait tout à fait prête à plébisciter une candidature d’union souverainiste.

                    Voilà pour le 30-40% sachant que l’important c’est un 25% au premier tour. On en serait encore loin avec une union souverainiste/patriotique mais cela formerait la première brique d’un bloc un peu sexy qui pourrait séduire certains des électeurs précités lassés des tocards qu’ils soutiennent bien souvent par défaut.

                    Ensuite, MLP a fait 34% au second en 2017, malgré sa médiocrité. Avec un candidat crédible, cela deviendrait presque jouable. Or quel candidat pourrait être crédible en Fr aux yeux de la pop, en termes de popularité, de compétence (supposée au moins), etc ? Qui serait le mieux placé pour affronter le "champion" qu’ils vont nous coller en face (vraisemblablement Baroin pour tenter un retour du clivage droite-gauche... c’est une hypothèse. L’autre peut être quelqu’un issu de la diversité qu’ils feraient monter progressivement... Trop tôt pour le dire) ?

                    Le véritable clivage ne peut pas être pro ou anti-UE pour toutes les raisons déjà évoquées. Il peut être en revanche souverainisto-identitaro-immangrantosceptico-protectioniste / mondialisto-cosmopolito-communautaristo-ultramercatique. Il faudrait inclure la problématique environnementale (trop absente) dans le premier clan, ce qui est jouable (en arguant sur la nécessité de production de proximité, etc).

                    Qualif pour le second tour mais capacité à imposer le clivage plutôt que de le subir sont deux conditions indispensables pour avoir une chance. Avec une telle union, le système pourrait beaucoup plus difficilement la jouer au second tour "c’est nous ou alors c’est l’apocalypse, le retour des zeurs sombres...".

                    Il n’y a aucune autre alternative crédible à l’heure actuelle, avec l’appareil politique, la composition de l’électorat, les paramètres actuels... Du reste, personne n’en propose une autre et ce statu quo "parti unique mondialiste vs. parti faussement contestataire" sied parfaitement au système qui peut se maintenir à coup sûr.

                    Le seul moyen d’en sortir est de faire dérailler ce clivage pré-programmé pour au moins essayer d’imposer le nôtre, ce qu’a essayé un peu la convention de la droite. NDA (ça j’en suis absolument certain) le sait, Philipot aussi (même s’il a ses ambitions persos... mais tous en ont). Zemmour est une inconnue mais il attend probablement que cela bouge au niveau des appareils. Asselineau semble n’avoir aucune conscience de cet imperatif et ne rien comprendre à cette cuisine électorale pourtant basique ni même au peuple de France d’ailleurs : ce mec est totalement déconnecté. Il n’a jamais été élu de toute sa vie, ne serait-ce que d’un conseil municipal... Il est et restera un technocrate qui dénonce (à raison) une autre technocratie ; son obsession de l’art 50 en est une triste illustration.

                    Sans doute faudra-t-il faire cette union sans l’UPR, considérant l’obstination hors-sol de son Président. Peu importe après tout (0,92%...).

                    A titre perso, je suis peu optimiste quant à l’avènement d’une telle union mais je ne vois aucune alternative crédible en dehors de celle-ci et donc milite pour à mon niveau.


                  • vote
                    pegase pegase 17 février 11:34

                    @Laconicus
                    -
                    Il n’y a pas de retour à avoir, les euros que vous avez dans votre porte monnaie sont des francs, ils l’ont toujours été, ils ont juste été tamponnés "euro" et c’est tout, ce n’est pas une monnaie fédérale comme le dollars US.....

                    Nos euros sont des créances émises par la banque de France, c’est très facile de les re-tamponner "francs" ...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès