• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > En finir avec le discours économique dominant

En finir avec le discours économique dominant

Xerfi Canal a reçu Thomas Porcher, professeur à la Paris School of Business, dans le cadre de son livre "Traité d'économie hérétique : Pour en finir avec le discours dominant". Une interview menée par Adrien de Tricornot.

Celui qui a nettement le moins de temps de parole est Cheminade depuis 1995.

https://archive.org/download/Liberlog/2018-05EconomieScience.sozi.html

https://archive.org/stream/Liberlog/2012-11_Chercher_la_verite

https://archive.org/download/Liberlog/

Tags : Economie Politique Fiscalité Energie Prospective et futur Dette Polémique Impôts Libéralisme Gilets jaunes




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vote
    Soi même 12 février 14:24

    En finir avec le discours économique dominant, très bien, mais si c’est pour revenir à des recettes éculer non merci.


    • vote
      Duke77 Duke77 12 février 16:32

      @Soi même Toi, tu m’as l’air calé en eco ! On utilise la même recette depuis le debut (1973)... avec une accélération en 1983. La seule recette éculée, c’est celle utilisée actuellement !


    • vote
      Soi même 12 février 18:20

      @Duke77, il y a d’ autre à toi de la découvrir, un indice elle se base sur la solidarité économique.


    • vote
      Julot_Fr 13 février 11:17

      le mec n’a pas l’air decide a dire que les economies du monde occidentale sont pilotes par les oligarques (banques, multinatinationale) pour les oligarques.

      Il suggere aussi que l’emergence de mouvement politiques au service du peuple au lieu des oligarque (les populistes) sont une mauvaise chose.

      => Ces 2 remarques ne m’encouragent pas a lire son bouquin.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès