• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sophie Hatt : « Les images que j’ai pu voir ne me semblent pas signifier que (...)

Sophie Hatt : « Les images que j’ai pu voir ne me semblent pas signifier que Benalla avait une mission de sécurité rapprochée »

La commission d’enquête sur l'affaire Benalla a entendu ce mercredi matin Sophie Hatt, directrice des services actifs de la police nationale et ancien chef du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR).

Interrogée par le président de la commission d’enquête, Philippe Bas, pour savoir si la présence d’Alexandre Benalla à l’épaule du chef de l’Etat était caractéristique d’une activité de sécurité rapprochée, Sophie Hatt a répondu par la négative :

« Les quelques images que j’ai pu voir d’un collaborateur du Président au plus près de lui ne me semblent pas signifier qu’il avait une mission de sécurité rapprochée.  »

No comment.

Tags : Emmanuel Macron Alexandre Benalla




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 6 votes
    Zatara Zatara 10 octobre 21:18
    Zat Zatara : « Les images que j’ai pu voir ne me semblent pas signifier que l’eau mouille, ni que le feu brule, ni que les oiseaux volent dans le ciel »

    • 9 votes
      Norman Bates Norman Bates 10 octobre 22:08

      Il est temps de rétablir la vérité sur cette affaire Benalla...le bienheureux Alexandre n’était pas en mission de "sécurité" rapprochée, il était le garde du corps d’Emmanuel dans la sphère privée...il le protégeait des assauts libidineux de momie Brigitte, une erreur de jeunesse...

      Cette intimité restât chaste jusqu’au soir où Alexandre, féru des techniques de défense, s’ingéniât à transmettre son savoir à Emmanuel par le biais d’un exercice...
      Alexandre : "Regarde, Manu, je te plaque contre le matelas et exerce une pression du doigt sur le dos comme si j’étais un agresseur muni d’un calibre.."
      Emmanuel : "Mais...c’est pas mon dos..."
      Alexandre : "C’est pas grave, c’est pas mon doigt non plus..."
      Les voies d’Éros sont impénétrables...
      "Alexandre...Hi.. ! Alexandre...Ha.. !" s’écria Emmanuel, il avait plus d’appétit qu’un barracuda et les ruades du dard d’Alexandre firent naufrager les papillons de sa jeunesse, il ne l’a pas retenu et l’a mangé tout cru, ce porc d’Alexandre...
      Ils chantèrent la même mélodie wowo jusqu’au pataquès bien connu...ce n’était qu’un amour éruptif dont les draps se souviennent encore, pas de quoi monter sur ses grands chameaux...

      • 1 vote
        Belenos Belenos 11 octobre 07:41

        Tout le monde a désormais compris que Monsieur Benalla éprouve une attirance manifeste pour les activités liées à la sécurité même quand cela ne correspond pas à sa fonction officielle. Des faits indéniables le confirment. Peut-être se jouait-il par moment un film dans sa tête, où il se donnait le rôle d’un super flic sauvant le président d’une attaque terroriste ou d’un tireur fou. De sorte qu’on pourra sans doute trouver des images où il prend la pose. Et alors quoi ? Si l’on ne trouve que ça à lui reprocher, le pétard est mouillé. Il vaut mieux se rêver en sauveur qu’en assassin. Reste à savoir si cette passion singulière a causé du tort à quelqu’un ou si elle a porté préjudice à l’Etat, par un abus de pouvoir dont Benalla ne disposait même pas réellement ou dont il se prévalait par le seul fait du prince. Possible (notamment pour les manifestants malmenés) mais non démontré jusqu’à présent. J’ai quand même le sentiment qu’on en fait un peu trop au sujet de cette affaire relativement anecdotique alors qu’on pourrait reprocher bien d’autres choses plus importantes à la présidence Macron sur un plan véritablement politique. Paradoxalement, si Benalla s’en sort bien, il pourrait même tirer profit de ce petit théâtre qui l’a mis en lumière et au devant de la scène. Il est désormais connu de tous les Français un peu informés comme quelqu’un qui n’a pas perdu la face devant une assemblée d’élus et qui a même montré une certaine connaissance des rouages institutionnels. C’est une valeur négociable politiquement aussi bien que commercialement ; et il saura s’en servir, car le gars n’est pas idiot. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Zorba

Zorba
Voir ses articles







Palmarès