• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Zemmour & Naulleau - 27 septembre 2019 - Spéciale Jacques (...)

Zemmour & Naulleau - 27 septembre 2019 - Spéciale Jacques Chirac

Zemmour et Naulleau rendent hommage à Jacques Chirac, sur Paris Première, avec de nombreux invités.

Tags : Jacques Chirac Eric Zemmour Eric Naulleau




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    



    • 2 votes
      mat-hac mat-hac 30 septembre 08:25

      J’espère qu’après le 31 octobre les écoles libérales françaises seront moins fringuantes pour le le libéralisme anglo-saxon.
      Je pense que les français qui s’intéressent à l’église au moins se posent des questions sur ce qu’ils ont appris, et surtout se libèrent à l’église quand ils eurent compris qu’il ne valait mieux ne pas apprendre.
      Je ne pense pas que Bernard Friot, qui est le retour pour le marxisme des services (trop drôle), puisse être respecté par les informaticiens qui réfléchissent et trolleraient pour faire cela. Il aura fallu un long changement de sens du mot production pour le promouvoir celui-là. Ça aura été long pour pas grand chose.



      • vote
        Djam Djam 29 septembre 23:57

        Quel théâtre ! quel jeu d’acteurs ! Voilà une brochette d’individus (côté journalistes, conseillers politiques) qui papotent entre eux. Et que j’évoque "les français" à tout bout de champ, et que je t’analyse ce que feu Chirac "aurait" apporté au pays, enfin bref, on comprend au moins une chose... que l’on sait par ailleurs depuis longtemps : c’est qu’aucun président du pays nommé France, d’hier comme d’aujourd’hui, n’a le moindre pouvoir hormis celui de faire... l’acteur, sur une scène de spectacle. Parfois la pièce tient en haleine, souvent elle nous fait bailler et toujours on en sort déçu en ayant, bien entendu, payer très cher le ticket pour voir.

        Mitterrand le machiavel, Chirac le complexé, Sarko l’agité, Hollande le pervers pépère et Macron le même prétentieux, tous auront surtout rêvé d’avoir le 1er rôle dans une pièce qui tourne depuis 70 ans sur une scène où l’on détruit méthodiquement le décors, le texte et surtout le fond, dans une mise en scène prise totalement en main par un truc qui s’appelle les médias.

        Chirac à rejoint ses prédécesseurs... espérons simplement que. si l’on "croit aux forces de l’esprit" (sic. François M. le prince mystique érudit), ces esprits à présent éthérés, sauront s’élever au-dessus de leur pathétique ambition ne serait-ce que pour soulager le peuple enfin, la masse francophono-ricaine de ce réflexe quasi pavlovien qui le pousse à jeter un bout de papier pré imprimé dans une boîte en croyant sauver son avenir, sa famille et ses trois sous mis de côté.

        Je crains malheureusement que les managers mesquins et arrogants qui jouent et joueront à l’avenir ce 1er rôle seront à l’instar de ce qu’est devenu notre pays : des guignoles pathétiques surpayés, apatrides, grossiers et acculturés... de sorte de Joey Star qui jouerait à faire "président" dans un pays transformé en ramassis de régions se concurrençant entre eux et occupées par des communautés incompatibles... 

        Je songe aux livres de Pierre Bordage dont l’écriture et l’imaginaire commence à s’approcher très fort de ce vers quoi nous nous précipitons.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès