• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Bégaudeau complotiste ? L’école aurait été conçue pour humilier les classes (...)
#15 des Tendances

Bégaudeau complotiste ? L’école aurait été conçue pour humilier les classes populaires

"L'école est extrêmement violente aux classes populaires. C'est quand même une instance d'humiliation des classes populaires et je ne suis pas loin de penser qu'elle a aussi été conçue pour ça", déclare François Bégaudeau lors de l'émission "L'école au cœur du projet raciste et réactionnaire ?" sur la chaîne Parole d'Honneur, qui vise à faire entendre la voix des quartiers et de l’immigration post-coloniale.

Commentaire de Hassan, du Cercle Cobalt :

Ce monsieur (guide en développement personnel des gauchistes) offre un exemple de pensée conspirationniste assez répandue à gauche : les "élites" auraient sciemment organisé l'humiliation des classes populaires à travers l'école, afin de légitimer leurs pouvoirs.

La pensée conspirationniste est la somme,

1. du jugement finaliste (téléologique), c'est-à-dire de l'interprétation d'un fait en vue d'une fin (ici, les difficultés scolaires des classes populaires seraient en réalité un moyen de légitimer la domination des élites).

2. de la pensée animiste, c'est-à-dire le fait de conférer une agentivité à une entité abstraite : "les élites", "la classe dirigeante", "les capitalistes", etc.

En résumé, "à qui profite le crime", "comme par hasard".

***

L'école au cœur du projet raciste et réactionnaire ? avec François Bégaudeau, Dany (streamer), Yazid Arifi (militant décolonial) et Wissam Xelka (streamer)

Dans cette émission, Bégaudeau dit tout le mal qu'il pense de l'école, sorte de prison qui contraint les élèves à rester assis pendant des heures, à faire ce qu'ils ne veulent pas faire, et où l'on n'apprend rien. Lui et ses interlocuteurs sont foncièrement opposés à la discipline en classe, qui bride les désirs des enfants de courir, crier, se toucher... L'essayiste dit aussi son opposition à la laïcité, "cheval de Troie du racisme" depuis 40 ans. Bégaudeau est favorable au port du voile islamique à l'école et s'y opposer, nous dit-il, c'est du racisme, déguisé en islamophobie. D'ailleurs, la plupart des profs, sans se l'avouer, seraient racistes, car insupportés par la bordélisation venant principalement, dit-il, des Arabes... Bégaudeau, lorsqu'il était enseignant, reconnaît avoir lui-même fait ce constat, mais se targue de ne s'être jamais laissé dominer par ces affects racistes.

Un long commentaire critique posté sur YouTube :

Pour l'(ex) enseignant de gauche que je suis, cet échange est doublement douloureux à suivre. Que la droite (PS inclus) et l'extrême droite ne comprennent rien à ce qui passe dans un établissement scolaire, ce n'est pas une surprise. Comme nous ne nous attendons à rien, nous ne sommes pas déçus. Mais s'apercevoir que la pensée de gauche est tout aussi inopérante et hors-sol que celle qu'elle prétend combattre, c'est à désespérer.

L'éducation nationale en est à un stade de déliquescence pas loin de celui de l'hôpital public. (Ce qui ne veut pas dire que qu'elle a jadis été une institution formidable ; mais là on approche un point de rupture) Ça craque de partout, les rectorats en viennent à embaucher des enseignants par job dating, le ministre envisage le recrutement dès la L3 tellement le métier ne fait plus envie. Le nombre d'élèves par classe au collège dépasse allégrement les trente dans bon nombre d'établissements. Parcoursup est une abomination qui angoisse les lycéens comme jamais auparavant et fait peser une immense pression sur les profs. Les entreprises vont maintenant chercher des stagiaires jusqu'en cinquième. Les chefs d'établissement sont de plus en plus caporalisés, les enseignants de plus en plus surveillés, malmenés, humiliés (je pèse mes mots) par leur hiérarchie. Les classes françaises sont parmi les plus bruyantes d'Europe, avec toute la souffrance psychologique que cela engendre à la fois chez les enseignants et les élèves - pour ne pas parler des dégâts occasionnés sur la qualité de l'apprentissage. C'est aussi un des pays où les relations avec les parents sont les plus délétères. Et à ces mêmes parents, déjà peu confiants, déjà hantés par l'idée que leur enfant serait la victime d'une injustice, vous prenez deux heures trente pour les alerter d'être encore plus vigilants parce qu'il y a de fortes chances que leur bout de chou soit victime de racisme. Merci de participer, vraiment.

Prenons seulement le passage qui va de 39:19 à 51:51.

Les questions ou plutôt les affirmations introductives de Wissam sont aussi péremptoires qu'imprécises et finalement aussi fausses qu'injurieuses. Qu'il y ait des ordures dans la profession, c'est une évidence. Que des types profitent de leur position pour déverser leur mépris de classe ou leur racisme ou les deux à la fois sur leur public, j'en suis certain. Mais affirmer que l'institution (que pourtant je déteste par ailleurs) encourage et favorise le dénigrement systématique des classes populaires et des identités extra-européennes, c'est n'avoir aucune mais alors aucune idée de qu'est la formation des enseignants. Au lieu de débiter des généralités aussi peu en prise avec le réel que les brèves de comptoir entendues sur CNews, Wissam devrait plutôt se rendre dans un INSPE (là où on forme les profs). Je l'encourage à être dans le concret et à ouvrir un manuel de français, à assister à des cours d'histoire-géographie, à se rendre à des réunions parents-professeurs. Il verra l'immense marge de manœuvre qu'ont les enseignants pour produire un discours raciste. Par ailleurs, les élèves ne sont pas les victimes que vous imaginez. Ils sont au taquet - et c'est une très bonne chose. Qu'un pauvre type puisse se faire plaisir lorsqu'il n'a qu'un seul maghrébin dans sa classe, je le conçois. Qu'il le fasse encore dans un établissement où les arabes comptent pour la moitié de l'effectif, c'est une forme de suicide.

Wissam accuse les enseignants d'apprendre aux enfant d'immigrés que la manière de parler de leurs parents est catastrophique, que leurs savoirs ne sont pas légitimes, que ce qu'ils racontent c'est n'importe quoi... Encore une fois, il faut n'avoir aucune idée de l'état du rapport de force entre parents et enseignants en 2024 pour imaginer que les enseignants puissent faire passer ce genre de message aux élèves. Du reste, si on débarrasse ces trois propositions de leur tonalité offensante, qu'ont-elles de problématique ? N'en déplaise à Wissam, il y a des manières plus ou moins correctes de parler français et si certains parents le maîtrisent mal, il faut que leurs enfants prennent leur professeur pour exemple. Et dire cela ce n'est désobligeant pour personne. N'en déplaise à Wissam, il y a un savoir légitime et un savoir qui ne l'est pas et à l'école le premier doit prévaloir sur le second. Que dirait-il dans le cas des créationnistes américains ? Accepterait-il qu'un parent remette en cause la théorie de l'évolution devant son enfant et qu'un enseignant considère que cette vérité est aussi valable que celle qu'il enseigne ? Le but de l'école, normalement, c'est d'émanciper l'élève de son milieu. La famille et tout ce qu'elle peut drainer ça en fait partie. De la part de gens qui se revendiquent de Marx, cette défense des valeurs familiales est quand même surprenante.

J'ai plein de choses à dire mais je vais me contenter d'une dernière remarque. Bégaudeau (que j'apprécie énormément par ailleurs) a compté le nombre d'arabes dans sa classe et il s'en repent... Moi aussi j'ai compté le nombre d'arabes et de noirs. Tous mes collègues l'ont fait. Pourquoi ? Parce que - attention prenez votre inspiration - les élèves noirs et arabes sont EN GENERAL plus remuants que les élèves blancs. Et en ce sens, oui, le coup d'oeil au trombinoscope, c'est une façon très approximative de prendre la température. Vous pouvez penser que je suis raciste je n'en ai cure. Je sais ce que j'ai vécu, je sais ce que j'ai ressenti. Une fois que j'ai eu les élèves devant moi, la couleur n'a plus eu d'importance. Les chieurs et les chieuses, noirs, basanés ou blancs comme des culs je les ai tous aimés. Par la force des choses, c'est à eux que j'ai été amené à m'intéresser le plus, c'est à eux que je consacrais le plus de mon temps et le plus de mon énergie.

Nier la réalité scandaleuse que j'ai énoncée plus haut c'est se refuser de l'interroger et in fine c'est la faire prospérer. Une attitude conséquente consisterait à s'en emparer plutôt que de la laisser à l'extrême droite. La question ''pourquoi ces différences comportementales ?'' mérite d'être posée. Elle amène à se pencher sur des faits sociaux concrets : par exemple celui des mères isolées qui travaillent jusqu'à tard le soir pour une misère, celui des violences intra-familiales. Mais tout le temps que vous direz ''Il n'y a aucune différence et prétendre le contraire est raciste !" l'extrême droite continuera de marteler que la réponse est culturelle voire proprement raciale. Et pendant ce temps là, les enfants ''racisés'' continuent d'arriver à l'école avec moins de chance d'y réussir que les enfants blancs. Et vous pouvez continuer d'accuser les enseignants d'être les premiers responsables.

Mais je sais que parmi vous, certains pensent que la maîtrise de soi s'apparente à de l'aliénation et que tout ce qui s'approche de la retenue, de la modération ou de la discipline est un commencement de fascisme, que le goût de l'effort est forcément un affect de droite... Avec des opposants pareils, le capitalisme a de beaux jours devant lui.

Tags : Education Enfance Racisme Immigration Islam Enseignement Laïcité Ecole Conspirationnisme François Bégaudeau




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 1 vote
    JL 10 février 09:26

    On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

    Je dirai que l’enfer sur terre est le fait de la perversion des bonnes intentions.


    • 8 votes
      julien julien 10 février 14:23

      Exactement le discours des islamistes, un vrai collabo ce type.


      • 2 votes
        Clocel Clocel 10 février 14:50

        Le taf de l’école républicaine c’est de maintenir la caste au pouvoir, abêtir les masses, sélectionner les plus serviles pour encadrer le troupeau, elle a été conçu comme ça dès l’origine, seuls les sots s’en étonneront.

        Relisez les discours de Jules Ferry.


        • 2 votes
          sylvain66 10 février 16:26

          @Clocel
          mais c’etait beaucoup plus clair a l’epoque. L’ecole est aujourd’hui peuplee de masses d’enseignants qui n’ont visiblement jamais compris le projet de base et s’etonnent que l’institution les broie, comme si c’etait un accident. Ce sont principalement eux qui apportent cette confusion.

          Pourtant ils sont eduques ! mais ils n’ont rien compris, etrange...


        • vote
          vesjem vesjem 11 février 08:19

          @Clocel
          je ne crois pas à une programmation fomentée, mais plus à une dérive croissante naturelle qui favorise les enfants des familles aisées
          l’ascenseur social en régression depuis l’origine de la république, tout comme la noblesse de l’ancien régime avait peu à peu promu sa descendance au détriment du peuple, au fil des siècles ;
          soit l’établissement progressif d’une nouvelle hiérarchie par l’argent ; retour immuable à la case départ 


        • vote
          Tolzan Tolzan 11 février 10:12

          @vesjem

          Ce que vous écrivez, concernant l’établissement d’une nouvelle hiérarchie par l’argent et l’auto cooptation des élites qui promeuvent leur descendance, est globalement correct. Il est parfaitement juste de remarquer que la bourgeoisie se comporte en 2024 de plus en plus comme la noblesse sous l’ancien régime. L’ascension sociale par le mérite est en panne et il faut être bien né pour avoir une chance de gravir les marches vers le pouvoir.

          Cependant, il me semble qu’un "petit" détail vous a échappé : il n’y a plus en France un peuple unique comme par le passé, mais, suite aux vagues migratoires qui se sont accélérées depuis une cinquantaine d’années, plusieurs peuples qui vivent de plus en plus face à face et ne partagent pas les mêmes valeurs. Par conséquent, la question suivante ne peut être plus être éludée  : est-ce un enrichissement ou bien cela conduira-t-il au chaos ?


        • 2 votes
          vesjem vesjem 11 février 19:12

          @Tolzan
          le maniement du couteau d’un certain nombre de "camarades" musulmans récemment immigrés, semble être de nature à rendre la vie en commun très compliquée
          il faut dire que le "camp du bien" a fait des ravages dans leurs pays ; 
          une certaine caste caste mondialiste apa-pu-tride est à l’œuvre, hélas, pour nous pourrir la vie par importation massive et soutenue de populations africaines 


        • 1 vote
          mmbbb 11 février 09:14

          Je n ai pas regarde cette video Je n apprécie guere Begaudeau , je lui préfere M Brighelli , agrégé de francais plus réaliste et moins dogmatique .

          Il a dresse un requisitoire envers l EDUC NAT et il a mis en exergue les travers de cette gauche .

          Notamment afin d eviter " ce racisme " ou cette mixité sociale , beaucoup de " bourgeois de gauche " evitent de mettre leurs mioches dans lesdites ecoles .

          Il est vrai ce qu affirme Begaudeau , n est pas tout a fait faux , je suis issu du peuple et il faut dire que l EDUC NAT avait du mal a gerer la masse .

          Quant aux blancs becs , je rassure ce pédago, la bêtise n est pas raciste , des bourrins blancs j en ai connu et des profs  médiocres aussi et des profs politises aussi ,

          Mais reconnaissons que nos " muslins " sont beaucoup plus difficile à gerer que des francais de " souche " que je fus . A notre époque nous n avions pas « d assoss »

          J avais regardé « entre les murs « de Begaudeau , il est vrai que cet enseignement ou l on place l eleve au centre et dans lequel le maitre le prof ne dispensent plus un enseignement vertical donne lieu a un charivari . Plus aucune structure mentale ne semble s affirmer , tout part dans tous les sens Et pourtant ce film fut primé , Et Begaudeau est l artisant de ce " pedagogisme " 

          moralité la bourgeoisie s emeut désormais de ce changement de peuplement et du foutoir parce que ces gentils " sauvageons " viennent foutre le bordel dans les centres villes comme a Lyon .

          En rebondissant sur le propos de Clocel, la bourgeoisie aisée n en a cure , leurs mioches peuvent avoir un cursus de qualité , des cours de renfort, ne pas être assigné a residence et mettre aussi leurs mioches dans des ecoles internationnale 

          Et pendant ce temps la gauche pourrit l enseignement avec les trucs à la kon Wokisme et comme a Lyon l ecriture inclusive .

          et je suis devenu indifférent aux remouds que subit , l EDUC NAT , L assassinat des profs , je n ai eu guere de compassion, il faut assumer cette politique mais dans ce pays plus personne ne veut endosser une quelconque responsabilité hormis l etalage d hommages convenus .


          • 1 vote
            basile 13 février 09:41

            Je crois qu’on va vers la révolution, mais laquelle, vers quoi ?.

            La classe aisée, les 30% les mieux dotés, ne regardent plus que vers le haut afin de grapiller encore un peu de pouvoir, un peu plus d’argent et de privilège. Le bas pour eux n’existe plus, juste une main d’œuvre invisible qu’il s’agit de gérer pour qu’elle se tienne tranquille. A cette fin, on pense lui offrir un maigre revenu universel, marque du mépris (mépris certifié « de gauche »).

            La religion, qui maintenait l’illusion d’une humanité commune, a disparu. L’enrichissement de la société profite d’abord à ces 30%, et plus encore aux 1% voire aux 0,1 %. Un processus qui ne peut pas être durable, qui concoure à sa propre fin.

            Comme la nature a horreur du vide, la classe supérieure a remplacé la religion par un culte techno-progressiste tendant vers le transhumanisme. L’homme-dieu traversant l’existence dans des conditions de confort optimisé, avec l’idéal de la mort agréable, en attendant l’immortalité.

            La gauche « bégaudeau » est dans le délire impuissant. Elle n’a aucune alternative politique voire spirituelle et joue la politique du pire, le nihilisme, une forme d’opposition à la fois désespérée et complice. Elle met en scène le volet « destruction » du capitalisme, la classe aisée jouant le volet « créations rentables » du même capitalisme. C’est l’association nihiliste « arnault-bégaudeau ».

            Ce moteur à 2 temps va exploser. Personne ne sait ce qu’il en ressortira.

            On a simplement oublié que l’homme est un animal culturel et spirituel, partageant une humanité commune.


            • vote
              quijote 13 février 18:12

              L’école a été créée pour distribuer la connaissance, c’est-à-dire une certaine forme de pouvoir convertible en pognon. Pourquoi ne pas plutôt distribuer directement du pognon ? Parce qu’en distribuant de la connaissance plutôt que du pognon, c’est la société dans son ensemble qui progresse puisqu’il y a une corrélation plus ou moins directe entre les connaissances que tu es capable d’accumuler et le pognon que tu vas pouvoir en extraire si tu es travailleur, consciencieux et créatif. Plus la population est éduquée, plus une société progresse. Au moins en théorie.

              Evidemment, ce principe et celui de l’héritage sont tout-à-fait indépendants l’un de l’autre dans la philosophie qui les sous-tend. Tu peux devenir riche en partie grâce à l’école quand bien même tes parents étaient pauvres. Alors que pour devenir riche grâce à l’héritage, il faut qu’ils soient riches.

              Les cons qui pensent qu’il n’y a qu’à répartir le pognon indépendamment de ton investissement dans la société sont des... cons. Le communisme, c’est de la connerie idéologique.

              Après, il peut y avoir adultération du système et c’est justement le cas en ce moment. Je ne sais plus ce qu’il en est en France sur ce sujet mais aux USA, beaucoup de jeunes se plaignent de ce qu’on leur a fait faire des études et que malgré ça, ils ne s’en sortent pas.


              • vote
                quijote 13 février 18:31

                @quijote

                C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles faire venir du crétin sans éducation du tiers-monde par paquets de 100 000 fait baisser non seulement le niveau d’éducation mais à terme aussi le niveau de vie de tout le monde.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès