• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Confinement à Rennes : la police contrôle un homme recouvert de 150 (...)

Confinement à Rennes : la police contrôle un homme recouvert de 150 attestations... (Brazil ?)

 Une longue silhouette étrange se déplace dans les rues de Rennes, en plein confinement... La police macronienne n'écoutant que son courage se précipite pour contrôler cet individu plus que suspect. Avait-il son attestation ? Son "ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE" en langage bureaucratico-policier !

Et il l'avait son attestation ! Il en avait même 150 sur lui, scotchées des pieds à la tête !

 

Un hommage à Harry Tuttle, le plombier chauffagiste dissident* du film Brazil ?

Certainement !

Brazil est un film de science-fiction dystopique britannico-américain réalisé par Terry Gilliam, écrit par ce dernier avec Charles McKeown et Tom Stoppard et sorti en 1985.

Le personnage central du film est incarné par Jonathan Pryce ; Robert De Niro, Kim Greist, Michael Palin, Katherine Helmond, Bob Hoskins et Ian Holm en sont les autres acteurs principaux. L'histoire relate les pérégrinations de Sam Lowry, un homme qui recherche la femme qui apparait dans ses rêves, qui a un travail abrutissant et vit dans un petit appartement dans un monde dystopique, bureaucratique et totalitaire qui rappelle celui décrit par George Orwell dans son roman 1984. Le titre de cette œuvre se réfère à la chanson Aquarela do Brasil dont le thème musical inonde le film. L'intrigue prend forme sur un effet papillon : un insecte tombe dans l'imprimante de l'ordinateur central du Service des recoupements au moment où doit être imprimé le nom d'Archibald Tuttle (le plombier dissident joué par De Niro), le T devenant un B. C'est un Archibald Buttle parfaitement innocent qui fait l'objet d'une brutale arrestation à son domicile. Sam Lowry doit alors traiter cette erreur administrative.

Salué par la critique et bien qu'ayant rencontré le succès en Europe, le long métrage connaît l'échec à sa sortie aux États-Unis, mais devient par la suite un film culte. — Wikipédia

 

 Voir Les influences : 

 Même si le style de Gilliam est hautement personnel et maîtrisé, l'influence de ses pairs, parmi lesquels les incontournables Eisenstein, Kurosawa, Alfred Hitchcock et Kubrick, n'est pas absente au sein de son œuvre. Également influencé par d'autres formes artistiques, Brazil emprunte en littérature aux Franz Kafka, Frank Capra, Walter Mitty, Jonathan Swift et Jules Verne, empiétant également du côté de la peinture avec les Salvador Dalí, Pieter Brueghel l'Ancien, Bosch, Magritte, Escher, Rembrandt et même Tenniel, l'illustrateur de Alice au Pays des Merveilles (Alice in Wonderland)...

 

"Désolé, le reveil n'a pas sonné" extrait de Brazil de Terry Gilliam 1985

Vidéo ajoutée le 9 févr. 2017 sur la chaîne 432hz - durée 5:14

 

Brazil • Theme Song/Aquarela do Brasil • Kate Bush & Michael Kamen

Vidéo ajoutée le 2 mai 2014 sur la chaîne HD Film Tributes - durée 4:50

 

*

Dans le monde totalitaire de Brazil, Archibald Tuttle est un plombier chauffagiste dissident (« plombier vengeur ») qui intervient illégalement chez les gens pour réparer leurs climatisations. Ses amis l'appellent simplement Harry. Il fait irruption chez Sam Lowry, le personnage central du film, armé d'un Walther P38, dans le but de lui réparer son climatiseur défectueux.

Il donne plus l'image d'un agent du RAID que celle habituelle d'un plombier, du fait de ses vêtements et de sa cagoule noire. Selon le Service des recoupements, Archibald Tuttle est un subversif indépendant. Les Services centraux, chargés officiellement de la réparation des systèmes de climatisation, cherchent à le piéger, en vain. Le film de Terry Gilliam commence d'ailleurs par une erreur : un insecte tombe dans l'imprimante de l'ordinateur central du Service des recoupements au moment où il doit imprimer le nom de Archibald Tuttle, et c'est du coup celui de Archibald Buttle qui sort. Ce dernier, totalement innocent, est donc brutalement arrêté à son domicile, ce qui marque le début de l'intrigue de Brazil. — Wikipédia

 

Un monde bureaucratique, policier, brutal et totalitaire...

Toute ressemblance ... blablabla ... ne serait que pure coïncidence !

 

Tags : Politique Société Cinéma Santé Musique Santé menacée Police Emmanuel Macron Dissidence Coronavirus Covid-19




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • 7 votes
    sls0 sls0 13 avril 16:01

    Merci.

    Aiguilloné par la peur, les gens ne s’aperçoivent même plus l’absurde employé par nos dirigeants pour camouffler leur incompétence criminelle.


    • 3 votes
      Stupeur Stupeur 13 avril 18:53

      @sls0 smiley

      Criminelle ? Oui !

      Incompétence ? Peut-être...
       


    • 1 vote
      wendigo wendigo 14 avril 07:55

      @Stupeur

       Criminelle, criminelle, faut le dire vite quand on voit les données comparées de l’INSEE pour les mois de mars 2018/2019/2020, on peut se poser des questions .....
      https://www.insee.fr/fr/information/4470857#tableau-figure1_radio1


    • vote
      Stupeur Stupeur 14 avril 09:35

      @wendigo

      Le crime n’atteint pas le niveau de 12 Monkeys, il est vrai : environ 1% de survivants ("only about one percent of us survived")... smiley
       
      de Terry Gilliam, encore lui !
       smiley


    • vote
      Yakaa Yakaa 14 avril 16:39

      @Stupeur "Incompétence ? Peut-être..."
      .
      Arf le baby-Guru New-Age de Youteub...
      Les Nouillageux, je peux décidément plus les écouter, (les Zététiciens non plus et les politichiens non plus)...


    • vote
      Yakaa Yakaa 14 avril 16:44

      @Yakaa
      Tous ces nouveaux curés, avec leur morale à deux balles et leurs injonctions sont assez insupportables. Changement de look, mais curés quand même.


    • vote
      Stupeur Stupeur 14 avril 17:09

      @Yakaa

      Oui, peut-être smiley

      Un grand classique de voir chez les autres de la morale à deux balles et des injonctions insupportables... smiley


    • vote
      Duke77 Duke77 15 avril 12:54

      @sls0
      Pour une fois, une parole sensée de SLS0... je plussoie !


    • vote
      Conférençovore Conférençovore 14 avril 07:01

      L’idée de se scotcher des dizaines d’attestations sur le corps est brillante d’abdurdité. Hélas, il existe depuis quelques jours cette putain d’attestation avec QR code et toute la chiasse numérique qui, telle une membrane cytoplasmique de virus, encapsule mécaniquement la magie de ces moments poétiques sur l’autel de l’infamie impérialiste du pratique. Quelle misère...


      • vote
        Yakaa Yakaa 14 avril 11:39

        ça fait plaisir de voir ça...

        .

        "mais les policiers lui ont demandé de détruire son costume pour éviter de provoquer un attroupement"

        .

        Mais de quoi se mêlent-ils ? quelle loi interdit de porter un costume ?
        L’arbitraire et les abus de pouvoir sont en roue libre...


        • vote
          Carmela Carmela 14 avril 12:42

          Bonjour Stupeur, tous

          Sur la discussion tweeter, certains s’interrogent sur le pourquoi du 11 mai pour lancer un premier jet de "déconfinement".

          La marche funèbre du "pensez printemps" ferait-elle un clin d’oeil cinefil au 11 septembre 2001 ?

          Simple question existentielle... smiley

          Bonne journée

          Ps : excellents films et indémodables de Terry Gilliam !


          • vote
            Carmela Carmela 14 avril 13:12

            @Carmela

            Un film récent, que je trouve également exceptionnel de

            Galder Gaztelu-Urrutia

             : La Plateforme

            https://www.senscritique.com/film/La_Plateforme/40446750


          • 1 vote
            Stupeur Stupeur 14 avril 15:39

            @Carmela

            Bonjour,

            Ce 11 mai va être un beau bordel... smiley

            La Plateforme m’a l’air d’être un lieu de détention idéal pour confiner les zozos de la macronie en attendant leur procès. smiley


          • vote
            Zip_N 14 avril 12:49

            Peut-être que l’homme désorienté est allé vers les policiers pour demander l’ attestation écrite à suivre chaque personne, conformément à l’application. Si malencontreusement ils l’avaient oublié, l’homme aurait surement infligé une amende aux policiers. Une fois que c’était fait les policiers ont pu repartir vers de nouvelles aventures .

            De toute façon il aurait été en combinaison totalement confiné, avec un masque de protection ffp21 ultime, les policiers l’auraient déshabillé pour s’assurer de son état de santé. La police à vérifié si ses mains étaient autant propre que les leur, et faire un prélèvement de sécurité dans le nez, c’est normal. mdr


            • 1 vote
              tobor tobor 14 avril 14:57

              Marrant comme la police ne respecte pas la distanciation sociale de façon quasi-permanente...


              • vote
                Nicosan 14 avril 16:39

                @tobor
                En effet, sans masque ni gants de surcroit. D’un point de vue médical, ce sont des super contaminants. Les criminels en puissance, ce sont les FO.


              • vote
                Zip_N 14 avril 16:43

                @tobor

                Oui c’est marrant, de toute façon si l’homme papier avait été malade ou cherchait à s’envoler , il avaient leur arme pour le protéger et l’accompagner à l’hôpital. Ils ont pas besoin d’être confiné ils sont immunisé, même pas de masque, ils sont dans la facilité pour sortir comme les surhommes. On a de la chance que la police subit les tests pour ne pas contaminer et rendre malade.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès