• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > DOCU - Les bonnes conditions : immersion dans la jeunesse dorée (...)

DOCU - Les bonnes conditions : immersion dans la jeunesse dorée française

Pendant près de quinze ans, la réalisatrice Julie Gavras a suivi huit adolescents des quartiers chics. Un portrait par l'intime des futures élites, à rebrousse-poil des stéréotypes.

Ils sont enfants de bijoutiers, de publicitaires ou de directeurs financiers. Nés avec une cuillère en argent dans la bouche, ils en ont aussi les problèmes spécifiques : pression de la réussite, exemple intimidant de leurs parents, activités extrascolaires chronophages… Quelle est la part de déterminisme social dans leurs pensées, leurs aspirations, leur quotidien ? Que leur a-t-on transmis, que veulent-ils perpétuer ? Pendant près de quinze ans, Julie Gavras a suivi d'anciens élèves du lycée Victor-Duruy dans le très chic 7e arrondissement de Paris, accompagnée d'Emmanuelle Tricoire, leur professeure d’histoire-géographie. De leurs 16 ans jusqu'à la veille de leurs 30 ans, la réalisatrice les a retrouvés chaque année, de 2003 à 2016, pour consigner leurs confidences, donnant à voir – de l'intérieur – une facette de la reproduction des élites.

Premières fois

D'une durée exceptionnelle, le tournage a favorisé le rapport de confiance et le libre cours de la parole, permettant de filmer au plus près ces "primo-arrivants" dans la vie active. D'où la variété des portraits, bienveillants sans être complaisants, intimes sans voyeurisme. À travers eux, le documentaire donne à voir cette décennie déterminante de la vie, période universelle des "premières fois" : amours, voyages, appartements, travail... Chaque fragment de vie s'insère dans un puzzle, dessinant peu à peu les contours d'une classe sociale aisée, rarement représentée à l'écran de façon juste. Tout autant miroir d'une époque, avec ses tendances et son contexte particulier, ce travail de longue haleine s'attaque aux stéréotypes et se regarde comme une saga miniature, ménageant un certain suspense : seront-ils fidèles à leur "bonne condition" ?

Documentaire de Julie Gavras (France, 2017, 1h26mn)

Tags : Société Education Paris Enseignement Travail Ecole Sociologie




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • vote
    Quasimodo 21 septembre 14:32

    " La vie est un long fleuve tranquille " ...


    • vote
      Mervis Nocteau Mervis Nocteau 21 septembre 18:43

      Ce commentaire dit avant tout qu’on a affaire à des êtres humains qui, comme tout être humain, doit faire avec des milieux familiers pour le meilleur et pour le pire, tout en ne prenant pas la mesure des autres milieux. C’est très beau, cette aspiration à vouloir malgré tout cerner les choses au juste. Elle est de toute jeunesse. Le reste est sociologique ...


      • 2 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 21 septembre 19:28

        Les gens riches sont généralement plus agréables à fréquenter que les pauvres. Leur maison est mieux tenue et leurs domestiques sont plus stylés. Une, fois, j’ai été invité à un repas chez des pauvres : figurez-vous que le majordome portait une chemise dont le col était froissé. 


        • vote
          pegase pegase 22 septembre 16:08

          @Qaspard Delanuit
          -
          Oui peut être, mais à terme les riches vont devenir complètements idiots, ce matin j’ai vu une vidéo sur fb, un type dans un pays pauvre démontait une batterie occidentale, il sortait toutes les plaques de plomb, il a décapé les contacts, il a brossé les plaques, puis il les a remonté soigneusement empilées avec les intercalaires en fibre de verre pour le transfert des ions, il a fermé le couvercle en soudant un jonc en plastique tout autour, il a refait des bornes + / qui a coulé dans un moule ...

          Il a remis de l’eau de pluie, puis de l’acide ... et hop en charge smiley

          Chez nous on jette la batterie, plus personne n’est capable d’en faire autant, et je pourrais répéter les exemples de ce genre à tout un tas de matériels ...

          Donc la pauvreté attise t’elle l’intelligence ? 

          et la richesse, la paresse, la naïveté, la bêtise, l’incapacité à se démerder ?

          Voici la vidéo en question qui a elle seule mériterait un article ...
          https://www.youtube.com/watch?v=l665eovBlEk


        • vote
          pegase pegase 22 septembre 16:09

          Qu’il a coulé dans un moule (fait maison)


        • vote
          Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 22 septembre 21:20

          @pegase

          "Donc la pauvreté attise t’elle l’intelligence ?"

          Sans doute, la pauvreté attise en quelque sorte l’intelligence pratique. C’est pourquoi il ne faut pas trop payer ses serviteurs afin qu’il la conserve et la transmette à leurs enfants. Comme les pauvres ne possèdent presque rien, ce serait immoral de les priver de ce sens de la débrouille, qui leur permet par exemple de nourrir une famille de 6 personnes avec un poireau fané et trois patates pourries trouvés dans une poubelle, agrémentés de quelques herbes aromatiques ramassées sur un terrain vague.


        • vote
          ETTORE 21 septembre 21:35

          Pour ces " enfants "..... Quand on as toute la galerie de portraits de ses ancêtres et parents, à longueur de journée, comme seul horizon de sa vie, je me demande combien d’entre eux, aimeraient se glisser entre le tableau et le mur, pour voir si cet espace ne serait pas plus grand que ce qu’on leur dessine comme avenir.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès