• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Elizabeth Holmes : la menteuse devenue milliardaire

Elizabeth Holmes : la menteuse devenue milliardaire

Paul vous raconte l'histoire d'Elizabeth Holmes, connue pour avoir fondé et dirigé l'entreprise américaine Theranos, une société spécialisée dans les services médicaux. Elle est accusée de fraudes sur les preuves des technologies mises en œuvre par cette entreprise, et sur les résultats financiers de cette société.

 

Elle est la fille de Noel Anne et Christian Holmes, qui fit carrière à l'Agence des États-Unis pour le développement international. En 2002, alors agée de 19 ans, Elizabeth Holmes entre à l'université de Stanford pour étudier la chimie. Dès la première année, elle est major de sa promotion et reçoit une bourse de 3 000 $ pour un projet de recherche. Elle fait un stage au Genome Institute de Singapour où elle travaille sur la détection du coronavirus SRAS dans le sang.

En 2003, elle dépose un brevet pour un appareil de suivi et de dosage de médicament intégré dans un téléphone portable. Elle abandonne ses études et crée la société Theranos. Les allégations de l'entreprise sont centrées sur une méthode d'analyse sanguine entièrement automatisée, soi-disant rapide et peu coûteuse, qui permettrait de réaliser plus de 1 000 analyses en quelques heures à partir d'une goutte de sang.

En , un article d'investigation de John Carreyrou paru dans le Wall Street Journal affirme que Theranos avait probablement exagéré la qualité et la fiabilité de sa technologie. Par la suite, plusieurs experts médicaux ainsi que l'administration américaine expriment leur scepticisme à propos de la technologie de Theranos, notant que celle-ci n'a jamais été évaluée par des experts indépendants, et que Theranos n'a en outre jamais apporté de preuves que sa technologie est fiable et précise

En , elle conclut une transaction à l'amiable avec la Security and Exchange Commission en échange de l'abandon d'une partie des poursuites engagées contre elle, elle paye une pénalité de 500 000 $ et cède une partie du capital de son entreprise, de manière à abandonner sa majorité de contrôle. Elle s'engage aussi à ne diriger aucun groupe coté en Bourse jusqu'en 2028. Elle reste toutefois poursuivie pour fraude par le département américain de la justice. Après son inculpation dans cette affaire, elle quitte son poste de chief executive officer (directrice générale) de Theranos en , demeurant toutefois présidente du conseil d'administration. Le nouveau CEO de Theranos annonce la dissolution de la société en . (source wikipédia)

 

Sources principales du montage vidéo :

Bad Blood, John CARREYROU.

The inventor - Out for blood in Silicon Valley.

Archives du Wall Street Journal, de Fortune et du New Yorker.

 

Chapitrage de la vidéo :

Introduction : 00:00 - 04:09

Carreyrou commence son enquête : 04:10 - 06:34

La mythologie de la Silicon Valley : 06:35 - 08:23

Qui est Elizabeth Holmes ? : 08:24 - 12:55

Carreyrou publie son enquête : 12:56 - 18:12

Le scandale Theranos : 18:13 - 22:45

Conclusion : 22:46 - 29:03

 

Tags : High-tech Scandale Science et techno Femmes Industrie pharmaceutique Industrie Médecine




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 15 janvier 19:08

    Faire perdre du fric à des investisseurs qui ont gagné leur fric en spoliant généralement est-ce immoral ?

    Je ne crois pas avoir entendu parler d’argent public.

    Tesla à produit 500000 voitures en un an et vaut 616 milliards, il y a quelque chose d’anormal dans ces chiffres. J’ai comme l’impression que des investisseurs ou spéculateurs vont y laisser beaucoup plus de plumes qu’avec la miss.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès