• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Prenons l’antenne : un mouvement Citoyen

Prenons l’antenne : un mouvement Citoyen

Les journalistes sont ils réellement indépendants ?

Quelle est leur part d’objectivité ?

Quel média-sceptique êtes-vous ?

 

Ce mouvement a débuté début mai et doit s'inscrire dans la continuité comme d'autres mouvements citoyens.

Tous les samedis de 14h à 20h, nous appelons tous les Français à tenir un siège historique face à la maison de la Radio à Paris. Nous vous notifierons des prochaines dates pour un rassemblement.

 

Nos objectifs

 

Lorsque la fabrique du consentement va jusqu’à nous faire accepter le prix du sang financé par nos impôts et notre honneur, il est du devoir de tout citoyen disposant encore de bon sens et de cœur, de s’opposer à ces pratiques journalistiques délétères.

 

Notre objectif sur place

 

Communiquer

Mégaphone Du 4 au 9 mai, nous communiquerons publiquement et à plusieurs reprises à l’intention du peuple et des médias notre analyse du système médiatique ainsi que les revendications qui en découlent.
Nous les retransmettrons via les réseaux sociaux, certains médias indépendants, mais aussi, et c’est notre objectif, depuis une ou plusieurs stations du Groupe Radio France (France Inter, France Info, France Culture, Mouv’, et/ou FIP).
Nous profiterons de ce temps d’exposition médiatique pour appeler la population à nous rejoindre toujours plus massivement et, si non entendus, à initier une grève générale.

Initier une réflexion citoyenne

Nous instituerons des assemblées générales pour animer des débats publics sur une partie des revendications exposées plus loin dans ce document.
En lien avec une plateforme internet, nous établirons un calendrier, des débats et des retransmissions audiovisuelles dans le but de rédiger la ligne éditoriale d’un programme d’éducation populaire portant sur des grandes questions politiques qui se posent aux Français.
Nous assumons vouloir livrer notre regard sur l’actualité et les questions économiques, géopolitiques et démocratiques dans le but d’apporter une tonalité très différente de celle claironnée par l’establishment politico-médiatique s’accordant actuellement l’exclusivité du temps d’antenne dans l’ensemble des grands médias publics et privés.
Aussi exiger du temps d’antenne sur une station de radio du service public, pour faire connaître un autre regard sur l’information, est une bien modeste revendication face à la multiplicité des canaux de propagande anti-sociale et anti-nationale dont disposent les classes dominantes.
Notre objectif est de redonner au peuple du temps d’antenne sur le Groupe Radio France, afin de rééquilibrer le débat politique dans sa réalité, et assainir au moins dans le service public la pratique du journalisme sur les plans éthiques et déontologiques.

 

 

Nos revendications

 

Lors de nos prises de parole publiques, nous présenterons clairement nos deux revendications auprès du gouvernement et de Radio France :

  1. La mise en place du référendum d’initiative populaire

    Mégaphone Nous considérons qu’une séparation claire des pouvoirs doit permettre au peuple de s’auto-saisir pour initier, modifier et abroger les lois ; de même, révoquer des mandataires félons sans avoir à requérir le consentement du Gouvernement ou du Parlement nous semble indispensable.
    Nous exigeons à ce titre, l’introduction dans la Constitution, au moyen d’un référendum organisé au plus tard le 11 mars 2018, un article introduisant la procédure du référendum d’initiative populaire respectant les modalités édictées précédemment.
    Cet ajout constitutionnel consacrera la Municipalité comme la garante de l’ouverture des salles pour la tenue des débats publics et la mise à disposition des matériels de scrutin à des fins de vote.

  2. Du temps d’antenne dédié à l’éducation populaire

    Mégaphone Dans un premier temps, qu'il nous soit accordé une tranche horaire sur France Inter définie en Assemblée Populaire le 5 mai prochain, afin de pouvoir présenter au peuple des personnalités et points de vue politiques que nous considérons avoir été trop largement censurés ou diffamés contre l'intérêt public.
    Nous souhaitons apporter durant quelques mois un rééquilibrage éditorial sur au moins une station du service public de l’information afin de présenter des éclairages importants à la population française sur des grandes questions de démocratie, de paix et de progrès social qui la concernent directement.
    Ce temps d’audience sera aussi l’occasion de formaliser une critique générale des médias et d'asseoir le respect du pluralisme des opinions politiques dans la rigueur éthique et déontologique attendue de la part de nos journalistes.
    Nous mettons d’ores et déjà un outil web à la disposition des internautes, permettant à chacun de proposer des sources d’informations alternatives ou étrangères sérieuses, que nous aimerions faire connaître au grand public.

 

Pour aller plus loin

Mégaphone Ces deux revendications sont la clé permettant d’acter la reconnaissance du IVème pouvoir, celui des médias, et y établir les garde-fous démocratiques nécessaires.
Dans le cadre d’un projet de loi à portée constitutionnelle, nous souhaitons soumettre à la réflexion collective les mesures suivantes :

  • Le pouvoir médiatique doit être reconnu dans la Constitution, et, que la Charte d’éthique professionnelle des journalistes doit devenir un texte légal et contraignant dans le droit français pour l’ensemble des professionnels du secteur.
  • Nous proposons que la CNIL et le CSA soient fusionnés en une même institution indépendante et compétente pour juger les questions relatives aux médias, aux technologies numériques et à la protection des données.
    Y siégeraient des professionnels, ainsi qu’un jury populaire régulièrement renouvelé par tirage au sort pour recevoir et traiter les plaintes et requêtes reçues. Cette Cour disposerait de pouvoirs contraignants et pourrait condamner un journaliste ayant jeté le discrédit sur son corps de métier du fait d’informations fausses, partielles et partiales répétées, ou encore pour des crimes de propagande de guerre.
    Les condamnations pourraient s’étendre du retrait de la carte de journaliste et l’interdiction d’exercer, — si ce n’est librement sur des blogs personnels ou sur les réseaux sociaux — jusqu’à des peines de prison pour les crimes les plus graves.
    Nous rappelons à ce titre que l’article 211-2 du Code Pénal dispose que la provocation publique et directe, par tous les moyens, à commettre un génocide, est punie de la réclusion criminelle à perpétuité si cette provocation a été suivie d’effets.
  • Nous ajoutons que l’ensemble des grands médias privés doit être nationalisé provisoirement, avant d’être transformé en sociétés de rédacteurs (sociétés commerciales à but non-lucratif) ou de coopératives de journalistes, dont le capital ne pourra être détenu que par les salariés et souscripteurs extérieurs individuels jusqu’à un certain montant (lois anti-concentration).
    Les actuels actionnaires de grands médias que sont Dassault, Boloré, Bouygues, Altice, Bertelsmann, etc. doivent être évincés du capital de tous les organes de presse qu’ils dirigent, et cela, sans contrepartie financière.
  • Nous exigeons que l’ensemble des médias privés ayant obtenu des subventions publiques, rembourse le peuple des fonds perçus ces dix dernières années, ou, par contrat, s’oblige à donner un temps de parole substantiel à l’ensemble des intellectuels, personnalités politiques, collectifs et associations dont nous réclamons une réelle exposition médiatique.
  • Nous livrons au bon sens de chacun, le fait qu’il n’y ait nul changement possible si les responsabilités humaines ne sont pas clairement désignées. A ce titre, nous exigeons que l’ensemble des directeurs éditoriaux de chaînes de télévision ou radios publiques d’information, ainsi que les journalistes vedettes (présentateurs du journal) soient licenciés ou rétrogradés.
    Nous souhaitons que des journalistes réellement intègres, professionnels et disposant d’une très grande culture générale et politique soient promus pour les postes libérés.
    Nous nous déclarons prêts à contribuer à l’institution d’une commission populaire et assistée d’experts pour satisfaire à ces nécessités de salubrité médiatique.
  • Nous déplorons de constater que l’actualité impose son diktat sur le traitement de l’information. Nous pensons que le temps qui lui est imparti doit être minoré au profit d’entrevues longues ou émissions thématiques exigeant une préparation rigoureuse. Nous appelons à ce que la qualité critique de ces émissions soit irréprochable.
    Pour cela nous attendons des journalistes qu’ils exposent des points de vue contraires ou divergents sur chaque thématique et qu’ils s’abstiennent de véhiculer des propos anxiogènes ou infamants sur les personnalités ou sujets traités. Nous rappelons que leur cœur de métier est de donner de l’information brute, objective et vérifiable, et non leur avis personnel.
    En particulier les journalistes exerçant dans le service public de l’information dont les standards éthiques et déontologiques se doivent d’être les plus élevés.

 

 

Nous avons recueillis quelques témoignages de citoyens de divers horizons.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce mouvement a débuté début mai. C'est un bon point de départ pour vouloir du changement dans notre pays..Ce mouvement est A-politique, A-syndicat et A-hiérarchique.

Chaque citoyen peut y participer et y apporter sa pierre à l'édifice. C'est un collectif qui a crée ce mouvement au départ, puis par la suite, ce sont les citoyens qui se le réapproprient.

Maintenant, nous avons besoin de vous citoyens pour montrer au gouvernement le réel contre-pouvoir légitime qui est le peuple français éveillé. Balayons ensemble dans notre pays pour plus de justice économique et sociale. Souvenez vous des luttes passées de nos aïeuls.

Nous avons contacté quelques personnalités publics et censurées dans le but premier de relayer l'information puis en fonction de chacun d'apporter sa contribution. A toute un chacun de choisir maintenant.

L'heure est venue que les citoyens s'implique de leur devoir de vie en société dans les mouvements cityens de manière directe ou non et de se fédérer pour former un bloc critique, structuturé, et discipliné. Les mouvements citoyens doivent se fédérer.

Nous citoyen(ne)s comptons sur vous citoyen(ne)s pour au moins relayer l'info et/ou au plus devenir un "gentil virus" et répandre l'information telle une pandémie.

 

 

Pour plus d'infos,

https://www.prenons-l-antenne.fr

https://www.facebook.com/groups/prenonslantenne/

https://www.youtube.com/channel/UCguWs1TW-1zNeXVqJ7-Bb3g

 

 

Bonne chance à tous et vive la France.

 

Tags : Constitution européenne Politique Information et Médias Société Education Journalisme Citoyenneté Activisme Liberté d’expression




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vote
    La mouche du coche La mouche du coche 2 juillet 20:29

    ça sort d’où, ce truc là ?


    • vote
      Belenos Belenos 3 juillet 00:21

      @La mouche du coche
      D’où ça sort ? Après avoir essayé d’écouter malgré le souffle qui arrache les oreilles, je dirais : "Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va."  smiley


    • vote
      Belenos Belenos 3 juillet 00:17

      Si nous prenons l’antenne, apprenons aussi à prendre le son correctement, tant qu’à faire. 


      • 1 vote
        R0M. R0M. 3 juillet 13:07

        Bonjour désolé pour le son c’est réalisé avec un simple smartphone. Puis ce mouvement n’a pas les mêmes moyens qu un parti politique.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès