• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Présentation du livre "Sociologie du Hardeur" de Lounès Darbois (le piège de (...)

Présentation du livre "Sociologie du Hardeur" de Lounès Darbois (le piège de la pornographie)

"On asservit les peuples plus facilement avec la pornographie que par des miradors"

Alexandre Soljenitsyne

À l’aube de leurs trente ans, deux camarades se revoient autour d’un sujet qui a vampirisé leur vie d’adolescent : la pornographie. Au collège, Cyril était celui qui, ayant accès à la collection de cassettes porno de son père, organisait des séances de cinéma un peu particulières… Entre confessions et interrogations, les deux protagonistes explorent leur relation à la pornographie : rejet, dégoût, attirance, addiction même… et analysent un phénomène qui avec Internet est de plus en plus répandu, et accessible à des consommateurs de plus en plus jeunes.

Représentations biaisées de la femme, « performances » jetées à la face de jeunes qui ont de moins en moins accès à l’amour, pauvre substitut d’une sexualité de plus en plus agressive, mais également substitut du pauvre, dont le pouvoir d’achat et de séduction le réduit à ne pouvoir plus être que le spectateur de la consommation, la pornographie, pourvoyeuse aussi bien du fantasme que de son assouvissement insatisfait, engendre frustration et mal-être dans un cycle sans fin.

Il est temps alors pour nos deux amis en cours de guérison de faire le bilan. Humain, social, psychologique, mais aussi dans sa brutalité marchande : qui produit ? où va l’argent ? dans quel but laisse-t-on ainsi la laideur envahir l’imaginaire ? Quel rapport avec le métissage voulu de l’homme occidental ? avec la « société ouverte », le « progrès », le libéralisme ? Cet avilissement de l’homme, en même temps que celui de la femme, est-il un moyen de son asservissement ? Une étape dans sa disparition programmée ?

 

Lounès Darbois est né en 1982 en région parisienne. Entre études inachevées, petits boulots, débrouille et voyages, il a connu la pauvreté et la solitude. Mais ayant pu côtoyer, dans sa famille, les « derniers feux de la bourgeoisie classique », il était suffisamment armé intellectuellement pour ne pas assister passivement à son propre déclin et entreprendre, non seulement sa rédemption, mais également la mise en perspective de cette arme de destruction massive, ayant pris conscience, avec Soljenitsyne, qu’ « on asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu’avec des miradors ».

Tags : Sexe Sexualité Satanisme




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • 4 votes
    Giordano-Bruno 26 juillet 11:13
    S’il les relations entre les sexes étaient plus simples et plus harmonieuses, s’il était plus facile de développer une sexualité épanouissante, la pornographie perdrait son importance.

    Or, les médias (en particulier les magazines dits "féminins") font beaucoup pour opposer les sexes, pour créer des conflits et des représentations erronées de l’autre sexe. Ils contribuent aussi beaucoup à créer des objectifs inatteignables. Ils envoient sous diverses formes le message suivant : "Si votre partenaire potentiel n’a pas cette liste de qualités, passez votre chemin ; le prince charmant, l’être parfait, sinon rien." L’excès d’exigences contribue alors lui aussi à l’isolement. Et l’isolement enrichit la pornographie.

    Ne lisez pas de magazines "féminins", ne regardez pas la télé, ne parlez pas à des personnes via un écran, allez au contact de l’autre, baisez sans être inutilement exigeant, et la pornographie s’éteindra d’elle-même.

    • 1 vote
      ubikand 26 juillet 11:59

      "Sade imaginait une utopie sexuelle où chacun avait le droit de posséder n’importe qui ; des êtres humains réduits à leurs organes sexuels deviennent alors rigoureusement anonymes et interchangeables. 
      (...) Dans une société qui réduirait la raison à un simple calcul, celle ci ne saurait imposer aucune limite à la poursuite du plaisir, ni à la satisfaction immédiate de n’importe quel désir, aussi pervers, fou, criminel, ou simplement immoral qu’il fut." 

      Pas de moi. 

      • vote
        Belenos Belenos 27 juillet 10:40

        Vidéo bruyante et confuse. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès