• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sacrifice paysan

Sacrifice paysan

Le 20 mai 2017, Jérôme Laronze, éleveur bovin de 37 ans, est abattu par les gendarmes au terme d’une cavale de neuf jours. En conflit avec les services de l’État, l’exploitant bio, porte-parole de la Confédération paysanne de Saône-et-Loire, s’est soustrait à un énième contrôle sanitaire et a tenté d’alerter, au cours de sa fuite, sur le malaise de sa profession.

"Ce jour-là, j’ai été pris de la colère du juste. […] Mon cas est anecdotique, mais il illustre l’ultraréglementation qui conduit à une destruction des paysans", dira-t-il au Journal de Saône-et-Loire. La nouvelle de son décès fait l’effet d’une bombe dans un monde agricole déjà endeuillé par une vague de suicides. Comment en est-on arrivé là ? Alors que leurs revenus dépendent quasi exclusivement des subventions européennes – lesquelles favorisent les grandes exploitations –, les paysans doivent se soumettre, en contrepartie, à des normes très strictes, d’autant plus difficiles à respecter pour les éleveurs en plein air. Isolés, souvent lancés dans une course à l’agrandissement, certains se retrouvent broyés par les dettes, la fatigue, le stress et la dépression. D’abord épinglé pour des retards d’identification de ses bêtes, Jérôme Laronze s’était engagé dans un bras de fer avec l’administration : refusant de pratiquer les tests ADN demandés pour garantir leur traçabilité, il avait été sanctionné par une interdiction de vendre ses bovins. Cette immobilisation avait entraîné une surmortalité qui devait conduire à la saisie de son troupeau pour maltraitance animale…

Tags : Précarité Police Agriculture Crise financière Polémique




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 30 juin 17:04

    Vu que la rencontre de l’administration qui travaille pour L’UE peut être mortel, ça va finir par des réactions violentes vis à vis de cette administration, ils plaideront la légitime défense.

    Je suis plutôt circuit court, la ferme qui me fournit en lait, en viande, pommes de terre et en oeufs à vue la tonne de bouffe pour ses poules et poulets se prendre 200€. 


    • vote
      christophe nicolas christophe nicolas 2 juillet 18:13

      Notez que ce n’est pas la faute de l’herbe et des vaches car Dieu met les ressources de la vie gratuitement à disposition de l’homme contrairement à l’état qui fait payer des impôts pour pourrir la vie des gens... :(

      Dieu serait méchant et source de conflit dit l’état pour sortir Dieu de la vie publique... Non, je pense que c’est totalement l’inverse.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès