• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Des races et des Hommes : le point de vue de la génétique

Des races et des Hommes : le point de vue de la génétique

Par rapport aux discussions sur les différents forums à propos des espéces et des races....

On ne peut pas parler d'espèces sans parler du genre auquel appartiennent ces espèces, et sans parler de la façon dont on distingue ces espèces entre elles : les différences spécifiques.

Lorsque les scientifiques du XIXeme siècle ont classifié les animaux, c'est-à-dire : les bêtes, ils l'on fait en distinguant les différences biologiques et physiques entre ces bêtes.

Ainsi, aussi longtemps qu'on ne sait pas quelles différences spécifiques ont été utilisées pour opérer ces classifications, on ne sait pas à quoi correspondent les hommes de Néandarthal, les hommes de Tautavel, l'Homo Firensis ou l'Homo Erectus, etc. Et on ne sait pas plus à quoi correspondent les différences de couleur entre les hommes, les différences craniennes, ou l'importance de l'inter fécondité.

Même si la conférencière affirme à 30 min qu'il n'y a pas assez de différences génétiques entre les hommes pour parler de races humaines, cette affirmation contredit la méthode scientifique du XIXeme siècle. Lorsque ces scientiques ont classifié les chiens, et qu'ils n'ont plus trouvé de diffférences biologiques, ils ont distingué les différents groupes de chiens ayant des caractéristiques physiques différentes, en races de chien. De même pour les chevaux, et par la suite de même pour les hommes.

Tout ceci n'étant principalement que des conventions de langage, néanmoins on ne peut pas se passer d'une notion qui distinguerait les différences entre les groupes de chiens ou de chevaux.

Tags : Génétique




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • 2 votes
    La mouche du coche 1er septembre 13:00

    Les généticiens sont dans la mouise parce que l’idéologie dominante leur impose de croire en l’évolutionnisme et de ne pas parler de races humaines. Cette vidéo est ainsi d’un grand plaisir de voir leurs contorsions intellectuelles pour agencer ces mensonges. Merci pour le partage. smiley


    • 3 votes
      ezechiel 1er septembre 13:17

      La doctrine totalitaire socialiste progressiste des années 1980 et ses multitudes d’associations anti-racistes ont lobotomisé les cerveaux des français en leur expliquant ce qu’ils devaient penser, leur faisant croire que la France est un pays multiculturel, sans race, sans religion.
      Avant cette période, les ouvrages décrivaient parfaitement les races. Le Larousse (1971-1976) décrivait scientifiquement la notion de races humaines.
      http://www.larousse.fr/archives/grande-encyclopedie/page/11394


      • vote
        ged252 1er septembre 14:08

        @ezechiel

        Merci, je vais regarder  :

        .



      • 1 vote
        ged252 1er septembre 18:46

        @ezechiel

        Tu as bien fait, je vais lire ces pages après.


      • 1 vote
        ged252 1er septembre 18:56
        Ceux qui disent :
        - il n’y qu’une espèce humaine, une seule unique
        ou
        - il n’y a qu’une race humaine,
        Ne s’exprime pas correctement
        .
        On ne peut pas dire : il n’y a qu’un espèce humaine, sans dire à quel genre cette espèce appartient : c’est le genre animal.
        On ne peut pas dire qu’il y a une espèce unique, car toutes les espèces sont uniques ; et il n’y a jamais une seule espèce dans un genre, mais il faut au moins deux espèces, par définition.
        .
        Ensuite on ne peut pas parler d’espèce sans donner et le genre et les différence spécifiques.
        .
        Il y a deux espèce animales : l’homme et la bête.
        L’homme est l’espèce animale rationnelle.
        La bête est l’espèce animale irrationnelle.
        /
        Ensuite il faut dire selon quelle catégorie on s’exprime ; ici c’est une classification selon la substance.
        .
        Ensuite il faut encore dire que l’homme et la bête sont les espèces spécialissimes ; c’est-à-dire les dernière espèces avant les individus.
        .
        C’est à dire que selon la substance, il n’y a pas de différences entre Mamadou, Farid ou Jean Pierre ; mais il n’y a pas non plus de différences, selon la substance entre un éléphant, une souris ou un moustique.


        • 1 vote
          ged252 1er septembre 19:04

          J’ai oublié, ça c’est une classification selon Aristote ;

           ;

          On ne peut pas dire non plus ; il y a une seule race humaine ; car dans le meilleur des cas c’est une simple hypothèse ; et dans le pire : c’est faux


        • vote
          tobor tobor 3 septembre 03:14

          @ged252
          de "Ceux qui disent :
          - il n’y qu’une espèce humaine, une seule etc..
          ."
          à " ... une souris ou un moustique.",
          tout me semble dit ( :


        • 1 vote
          ged252 1er septembre 19:01
          On ne peut pas parler de genre ou d’espèce, sans connaître l’arbre de Porphyre.
          .Il y a des dizaines d’image sur le net.
          .


          ici au milieu de la page :


          • vote
            ged252 3 septembre 08:23

            @ged252

            La substance c’est ce dont on parle, ce qui est toujours sujet et jamais attribut.

            .

            on ne dit jamais bla bla est homme, mais on parle de l’homme, tel homme est comme ci, tel homme a fait ceci cela ect ..... sauf dans trois cas :

            1) quand on dit Jean-pierre est un homme (homme est attribut) ou Jean Pierre est un animal.

            et pour la définition et le propre :

            2) L’animal sur deux pattes (bipède) et rationnel est un homme.

            3) L’animal doté d’un langage articulé est un homme

            .

            Def Aristote ; la substance c’est ce qui n’est ni affirmé d’un sujet ( ce qui n’est pas attribut) ni dans un sujet (ce qui n’est pas une partie d’un sujet)

            . (voyez l’arbre de porphyre)

            .


          • vote
            ged252 1er septembre 19:12
            Maintenant qu’on sait à quoi corresponde genre et espèce (arbre de porphyre) ; j’ai fait une recherche sur le net, ily a une heure et voila ce que j’ai trouvé :
            .
            .......
            Homo est le genre qui réunit l’Homo sapiens et les espèces apparentées.
            .

            .
            Si homo ça veut dire homme en latin, alors ça veut dire qu’il n’y a pas une seule espèce humaine, mais une dizaine, néanderthal, denisova, sapiens ect ect :
            .
            Toutes les espèces du genre Homo sont aujourd’hui éteintes sauf Homo sapiens. Les dernières espèces apparentées, Homo floresiensis, Homo denisovensis, et Homo neanderthalensis, ont disparu il y a entre 45 000 et 28 000 ans.
            .............
            Si on s’exprimait correctement on ne devrait pas parler d’homme pour parler de l’homme moderne, mais de sapiens sapiens, mais comme tous les autres ont disparu on se comprend.quand même.

            • vote
              ged252 1er septembre 19:20
              Donc officiellement l’homme moderne appartient au genre homo, nous sommes une espèce d’homo ; scientifiquement.


              Maintenant je vais vous donner mon opinion personnelle sur tout ça, ce n’est pas scientifique, mais pas besoin

              • vote
                ged252 1er septembre 19:23

                Aux XVIII et XIX eme siècles, les Européens ont été en contact avec des populations qui vivaient encore à l’âge de pierre, l’arc et les flèches ; Il était alors légitime de se demander combien de millénaires d’évolution séparaient ces hommes primitifs de l’homme occidental ; Ainsi que de se poser la question de savoir si ces hommes appartenaient à la même race qu’eux ; ou s’il existaient des races d’hommes différentes.

                .

                Après que les scientifiques aient classifié les animaux ; comme expliqué dans la présentation ; ils sont voulu classifier les hommes. 

                .

                Lorsque les gens du XIX siècle ont commencé leur classification, ils ont simplement regarder s’il existait des différences physiques entre des groupes d’hommes, et la première différence physique trouvé c’est la couleur de la peau.
                Il y a trois grands groupes humains présentant des différences physiques entre eux  : les noirs, les blancs et les jaunes.

                .

                .A quoi il faut ajouter les groupes humains n’appartenant à aucun de ces trois groupes ; et qui sont peut-être le produit de croisement entre ces trois groupes ; ce sont les gens de couleur basané, jaunâtre, caca d’oie et marron ; Pour simplifier les choses, nous les appellerons : les colorés.


                • 1 vote
                  ged252 1er septembre 19:33

                  Mais ensuite les gens du XIX eme siècle ne sont pas pas arrêté là ; ils ont regardé à nouveau s’il existait des différences entre des groupes humains appartenant à ces trois couleurs. Par exemple existe-t-il des différences entre des groupes humains de couleur noire ?

                  .

                  Evidemment oui, car d’abord nous avons des bantous, vers le golf de Guinée, mais aussi des Koisans en Afrique du sud, qui sont très différents physiquement des bantous, puis on a des pygmées, pois on a les gens de la corne de l ’Afrique : les Somaliens ou les Ethiopiens, qui se reconnaissent au premier coup d’oeil ; ainsi que d’autres groupes comme les Massaî et peut-être d’autres encore ; En dehors de l’Afrique, on a les aborigènes d’Australie ou les Papous de Nouvelle Guinée.

                   ;

                  Ensuite le même examen à été fait pour la race blanche : existe-il-il des groupes humains de couleur blanche présentant des différences les uns par rapport aux autres ? Et là on trouve que non, il n’existe que de légère différences de couleur ou de taille ; ces différences ne sont pas assez importantes pour parler de différentes races blanches ;. Il n’y a donc qu’une seule race blanche.

                  .

                  La même chose a été faites pour le groupe humain de couleur jaune, et à nouveau on constate qu’il existe des groupes humains de couleur jaune très différents les uns des autres et facilement reconnaissables : les Mongols, les Chinois : les Hans, les japonais, les Coréens, ect. Il existe donc des races jaunes.

                  .
                  Pour désigner ces différents groupes humains ; comme pour les animaux, les chercheurs les ont appelés races.

                  .
                  Définition race  : différences physiques subsistant entre groupes, dans l’espèce spécialissime.


                  • vote
                    ged252 1er septembre 19:56
                    Selon l’Encyclopédie universalis, que je viens de lire, il y a " quatre grandes races, (noir, blanc, jaune, australienne) qui constituent les divisions fondamentales de l’espèce humaine."
                    .

                    Ensuite à l’intérieur de ces quatre grandes races, il y a des "races secondaires [...]. éléments distinctifs qui sont moins accusés que ceux des grandes races. [...]. ce sont elles que les anthropologistes nomment couramment des « races  ».
                    ..
                    "À l’intérieur de ces races secondaires, un examen approfondi permet souvent de détecter .... des sous-races"
                    .
                    .*
                    Donc voilà officiellement (encyclopédie universelle) On a 4 grandes races, selon les couleurs, et ensuite à l’intérieur de ces couleurs des sous-races, appelées couramment races humaines. - soit donc des dizaines de races humaines.
                    .

                    .
                    Mais par exemple, selon De Lesquen, s’appuyant sur des scientifiques prenant pour différence spécifique la forme du crâne ; il existe que 5 races humaines. (il contredit l’encyclopédie)
                     Rien ne nous dit que la forme du crâne est le critère déterminant les races. Rien ne nous dit non plus que l’absence de différences physique entre groupes humains signe l’appartenance à la même race.
                    ..
                    .
                    Tous ces problèmes d’espèces et de races dépendent des différences spécifiques choisies. Et c’est arbitraire, et non scientifique, à moins qu’on ne nous explique quelles différences spécifiques ont été choisies.


                    • vote
                      ged252 1er septembre 20:15

                      Ce qui est intéressant vers le milieu de la vidéo c’est la carte de l’Afrique représentant la diversité génétique au moment ou les homos sapiens vont quitter l’Afrique. La conférencière dit qu’un groupe humain parmi toute cette diversité va quitter l’Afrique, faire escale, et à nouveau un groupe va se détacher, pour continuer sa marche.

                      .
                      wiki :

                      ."Certains scientifiques pensent que seules quelques personnes ont quitté l’Afrique dans le cadre d’une unique migration et qu’elles ont peuplé le reste du monde. On estime qu’à partir d’une population de 2 000 à 5 000 personnes présentes en Afrique, seul un petit groupe de près de 150 personnes a franchi la Mer Rouge."

                      .
                       Ce qui veut dire que dès les premiers millénaire après la sortie d’Afrique, les homos sapiens divergent des Africains ; Mais en fait les scientifiques ne savant pas exactement à quel moment s’est produit la mutation sapiens ; avant ou après la sortie d’Afrique.

                      .

                      Rien n’indique non plus que les Africains soit des descendants des homos sapiens. Mais peut-être sont-ils issu de la diversité génétique présente au moment de la sortie d’Afrique.

                      .

                      Pour les jaunes, comment expliquer les races, ça ne peut être par la rencontre et le métissage avec d’autres hominidés ?


                      • vote
                        ged252 2 septembre 09:56
                        Voilà reste à dire que la conférencière n’est pas vraiment une scientifique, parce que dans la dernière partie de la vidéo, elle récite la petite propagande apprise par coeur et que cette propagande est tellement débile, que ça dot tourner à 70 de QI
                        ..
                        Dans la pratique, elles serait plutôt une idéologue, mais c’est vrai qu’en tant que fonctionnaire, elles est obligée de raconter ce qu’on lui impose sous peine de perdre son emploi, et il faut bien manger .....
                        .

                        Définition idéologue : personne malhonnête, menteuse, truqueuse et falsificatrice, qui se sert de la science, pour donner une caution scientifique à ses propres idées.
                        .

                        Les idéologues ne veulent pas qu’on utilise le terme race selon sa définition ; Car l’idéologie nazie reposait sur ce concept de races humaines différentes les unes des autres ; et a servi à justifier la politique de Hitler.
                        .
                        Je pense que les idéologue trouveront des termes différents et politiquement correct pour en parler ; faisant disparaître leur contenu historique.

                        • 2 votes
                          Mr.Kout 2 septembre 19:11

                          Qu’une moralité toute idéologique plombe le débat c’est un fait, obligeant généticiens, entre autre, a des contorsions de langages (ça vaut pour d’autre "intouchables"). Mais les contorsions de ce post sont toutes autant malhonnêtes et idéologiques.



                          • vote
                            toofik 3 septembre 20:40

                            Bon j’ai pas vu la vidéo... mais par rapport au terme race il s’emploie normalement uniquement pour les animaux domestiques. Pour le reste on parle de variété et de sous-espèce.

                            Il n’est pas pertinent de faire des distinctions entre "sous-espèces" d’êtres humains car il existe plus de disparité entre individus au sein d’un groupe réputé "ethniquement homogène" qu’entre plusieurs groupes ethniques distincts.

                            On ne peut donc pas classifier les êtres humains en différentes "variétés" comme on le ferait avec les lémuriens, car au sein d’un même groupe, voir d’une même famille, la taille, le poids ou le faciès varient énormément d’un individu à l’autre.

                            En gros, si t’es roux élancé et mince et que ton frère est petit, trapu et qu’il semble venir d’Andalousie, on vous aurait classé dans deux groupes distincts sauf que ça n’aurait aucun sens.


                            • vote
                              ged252 3 septembre 22:16
                              par rapport au terme race il s’emploie normalement uniquement pour les animaux domestiques
                              .
                              Qui en a décidé ? Tout est arbitraire dans ce domaine..
                              .
                              il existe plus de disparité entre individus au sein d’un groupe réputé "ethniquement homogène"
                              .
                               C’est ce que disent les idéologues. Les Koisans ou les Somaliens, sont tous semblables les uns aux autres ; Ils se reconnaissent facilement et sans aucun risque d ’erreur, au premier coup d’oeil
                              .
                              Il y a une grande dispersion parmi les blancs, ce que vous souligniez, et j’ai dit que selon moi il n’y qu’un race blanche.
                              Parmi les blancs, il n’y a pas de ressemblance comme chez les Koisans par exemple , il y a des blancs petits, des blancs grands ; des blancs maigres, des blancs gros ; des clairs de peau, des bruns, des visages ronds, des visages allongés ; et cela dans tous les pays,

                              • vote
                                toofik 3 septembre 23:33

                                @ged252

                                Qui décide de la définition des mots ? Bonne question...

                                On peut citer l’Académie Française :

                                RACE n. f. XVe siècle, rasse. Emprunté de l’italien razza, de même sens, lui-même probablement issu, par aphérèse, du latin generatio, « génération, reproduction ».I. En parlant des animaux, notamment des animaux domestiques. Désigne, au sein d’une espèce, certaines catégories d’animaux distinguées par des caractéristiques communes, notamment morphologiques, qui sont constantes au cours des générations et souvent obtenues par des méthodes de sélection génétique

                                Ou encore le Larousse :
                                Population animale résultant, par sélection, de la subdivision d’une même espèce et possédant un certain nombre de caractères communs transmissibles d’une génération à la suivante.



                              • vote
                                ged252 4 septembre 10:35

                                @toofik

                                Oui on peut être d’accord avec ces définitions, mais le problème reste le même que celui que j’ai fait remarqué dans la présentation :

                                .

                                certaines catégories d’animaux distinguées par des caractéristiques communes, notamment morphologiques, qui sont constantes au cours des générations

                                .

                                catégories distinguées par des caractéristiques communes. Lesquelles ? Comment est-ce qu’on on opère la sélection des caractéristiques communes qui distinguent (différences spécifiques) les catégories.

                                Race : Subdivision d’une même espèce et possédant un certain nombre de caractères communs transmissibles d’une génération à la suivante.

                                .

                                Ces définitions sont exacts, ce sont celles que j’ai utilisé, que qui proviennent de la méthode scientifique elle-même de classification en genres et espèces. Mais on n’indique pas le principal, les différences spécifiques, ou on appelle ça comme on veut : les caractéristiques, les caractères, ou ce qu’on voudra, selon lesquels on opère ces distinctions.

                                .

                                Pour les uns c’est l’apparence physique qui compte, comme pour les scientifiques avant WWII, pour d’autres c’est la forme du crâne ; pour d’autre ce sont des caractéristiques mentales, ou intellectuelles, ou psychologique, comme le QI, et pour d’autre encore comme pour cette vidéo, c’est la génétique qui permet d’effectuer les distinctions nécessaires.



                              • vote
                                toofik 3 septembre 23:46

                                c’est vrai que les San on une tête caractéristique... Par contre je pense pas que les Somalien arrivent à se différencier des éthiopiens, des érythréens, des soudanais...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ged252


Voir ses articles







Palmarès