• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le prix Nobel de physique attribué à trois chercheurs dont un (...)

Le prix Nobel de physique attribué à trois chercheurs dont un Français

Décidément, on ne trouve plus.

Le physicien Alain Aspect, directeur de recherche CNRS au Laboratoire Charles Fabry de l'Institut d'optique d'Orsay, a reçu la Médaille d'or du CNRS en 2005 pour ses travaux dans le domaine de l'optique quantique et de la physique atomique. Il raconte son parcours et décrit ses travaux. Il est à l'origine d'une très célèbre expérience qui a montré la non-validité des inégalités de Bell.
La mécanique quantique date du début du 20ème siècle. En 1935, Albert Einstein montre que les lois de la mécanique quantique autorisent la formation de particules intriquées. Deux photons, par exemple, qui ont interagit entre eux dans le passé puis se sont éloignés l'un de l'autre, conserveraient la possibilité d'échanger des informations. Toute modification d'une propriété d'un des photons est immédiatement transmise à l'autre photon. C'est l'intrication quantique. Pour Einstein, aucune information ne peut se transmettre plus vite que la lumière, et donc le formalisme quantique doit être rejeté. Niels Bohr conteste cette position.
Mais aucune expérience n'est à l'époque capable de prouver l'existence ou l'absence de l'intrication (ou non-localité).
En 1964, le physicien John Bell montre que les points de vue d'Einstein et de Bohr conduisent à des prédictions différentes et il formalise ce résultat par les célèbres inégalités de Bell.
Alain Aspect et son équipe (Philippe Grangier, Gérard Roger et Jean Dalibard) vont réussir à fabriquer une source produisant des paires de photons intriqués, puis à étudier leurs propriétés. Les résultats obtenus (1982) violent les inégalités de Bell, ce qui veut dire que la physique quantique à raison. Il existe bel et bien des paires de particules intriquées, c'est-à-dire des particules dont les propriétés restent liées quelle que soit la distance qui les sépare. Les deux particules même distantes de plusieurs kilomètres se comportent comme un système unique.
Ces phénomènes ont des applications dans le domaine de la cryptographie et de l'informatique (ordinateur quantique).

Tags : Informatique Nanotechnologies Science et techno Prix Nobel




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • vote
    Djam Djam 5 octobre 12:53

    Les anciens savaient déjà cela. La télépathie, phénomène avéré et que des millions d’individus dans le monde expérimentent dans leur vie courante, démontre l’intrication.

    Deux esprits séparés, même à très longue distance, interagissent au même moment et de façon parfois similaire. 

    La totalité du vivant agit en intrication. Le niveau quantique est le seul plan accessible aux scientifiques modernes. Ils auront donc mis des décennies pour démontrer un fait que d’autres avaient empiriquement constaté.

    Quand on vous dit que c’est le pognon qui mène notre pathétique monde... suivi, bien sûr, de la notion de notoriété (staritude quand tu nous tiens !)


    • vote
      Jean Ducoin 6 octobre 15:06

      @Djam
      Vous sautez vite aux conclusions.

      2 phénomènes constatés, mais ce ne signifie point, qu’une mécanique identique soit les rouages.

      Il peut y avoir un lien, ou pas, mais il n’y a pas d’équivalence stricte.

      On peut aussi dire : synchronicité=miracle sorti des quantums, ou est-ce juste du déterminisme bien huilé, ou du hasard si il existe ? Ou une logique à la fois plus éclatée et plus simple ?

      Ouais, y a des questions à se poser à propos de constats à priori très personnels, et qui constituent notre propre réalité, mais pas toujours celle d’un ensemble plus large.


    • vote
      Djam Djam 8 octobre 11:51

      @Jean Ducoin

      Bien sûr, je ne peux que partager votre pensée...

      N’empêche que nous avons un sacré problème inhérente à la modernitude, laquelle étant persuadée d’être la point, le nec plus ultra de la Connaissance en marche. 

      La quasi totalité de ce que nous assurons avoir compris (sans rire) tient à un système d’information basée sur du superlatif, des effets d’annonces, des titres ronflants, des mise en scène spectaculaire pour le moindre iota avancé dans le monde de la recherche, fut-elle médicale ou physique quantique...

      L’obtention de subventions très grasses tient à cette gestion médiatique. Cela réduit souvent à des pets de mouches la plupart des "avancées" annoncées dans tel ou tel domaine.

      La physique quantique est le nom donné par nos "chercheurs" rarement trouveurs à une compréhension des phénomènes non matériels observés et compris depuis en réalité des siècles... pour ne pas dire plus.

      Simplement, dans la modernité en phase terminale, ce sont les annonces qui comptent et non la vérité. Cette étrange discipline est l’une des caractéristiques de notre pathétique époque, elle s’ajoute à la fascination technologique. 

      Une chose semble échapper à ces esprits vaniteux : c’est que notre civilisation n’est certainement pas le top de l’humanité et que la technologisation intégrale du monde indique plus vraisemblablement la fin d’une civilisation.

      Le dernier "Nobelisé" français — Mr Aspect — a été "couronné" avant tout pour son adhésion quasi parfaite à la doxa en cours en France. Ni lui ni ses collègues n’ont "découvert" et encore moins démontré quoi que ce soit de nouveau. Ils ont juste mis en équation une expérience faite, de surcroit, en laboratoire ! Et le bon sens sait que toute expérience réalisée en labo ne reflète jamais la réalité qui, elle, est si complexe et mystérieuse qu’elle continue d’échapper à ces vaniteux.


    • vote
      Jean Ducoin 8 octobre 18:09

      @Djam


      Alors.

      Vous associez encore 2 choses qui n’ont pas à l’être.

      D’abord les dérives apparentes de notre monde occidental, perdant ses repères, ses valeurs phares n’étant plus que celles renvoyées par une société du spectacle qui vaut son pesant en cocaïne, où le prestige se met en scène, et d’autre part, la légitimité de la science, vue en deçà de la corruption qui ronge tous les domaines, celle-ci étant bien plus visible et choquante que le vol de carottes dans un champ de lapins.

      Mais, vous n’avez pas de vraie idée de ce qu’est la physique quantique, et il y a quelques personnes qui peuvent être prises au sérieux dans cette aire. Enfin, je crois.

      Actuellement, on va caractériser la physique quantique, en parlant d’intrication, de décohérence, et de superposition. Mais ces 3 points sont la même chose, et rejoint ce qui se dit dans les cercles ésotériques, anciens, ou d’aujourd’hui. Mais si c’est resté ésotérique, c’est parce que raconter cette histoire à tout le monde, quel que soit l’angle de présentation, ça va rester hermétique pour une majorité. Voire, ça va énerver plein de gens.

      Pour Aspect Alain, ce n’est pas un théoricien, c’est un expérimentateur. Il doit pouvoir lire quelques équations, mais ce n’est pas ce qu’il a réalisé là. Il a fabriqué un bidule, avec le budget existant dans son lab, et sans savoir quel allait en être le résultat. Résumé brouillon, mais bon.

      Il a inventé une manip, pour intriquer "spéculativement" des particules, des photons, dans ce cas, et à la sortie, il a vérifié si c’était bien intriqué, ou pas.

      L’idée originale, ou l’espoir de gloire si vous préférez le lui prêter, était de trancher à propos d’un échange épistolaire entre Niels Bohr, et Albert Einstein, dans les années 30. Comment Bohr a t-il eu cette intuition ? Rêve, auto-hypnose, méditation, fréquentation de club bizarroïde, ça sortait tellement du cadre de la pensée de la physique "classique" … gravitationnelle ... qu’il faudrait qu’il soit là pour expliquer d’où lui est tombée la foudre sur la tête.


      Il y a une expérience connue (et reproductible) réalisée par Thomas Young au début du XIXème siècle, et qui met en évidence la nature ondulatoire de la lumière. Or, plus tard, quand on associe photon et lumière, on se retrouve avec quelque chose qui est à la fois onde et particule. Comment est-ce possible ? Eh ben comme vous dites, ça va pas être tous les anciens, mais quelques-uns le savaient déjà. En même temps, et caricaturalement, la physique quantique, c’est un peu le décodeur canal+ de ce qui se passe entre l’intérieur et l’extérieur de la caverne de Platon. C’est donc pas comme si c’était un nouveau truc qu’on venait de découvrir pour se rendre intéressant.

      Et en particulier à propos de particules intriquées, on a déjà des applications industrielles, avec les clés de cryptage quantique.

      Pour les ordinateurs quantiques, je ne sais pas où on en est, d’autant que ça pourrait être classifié dans le domaine de confidentialité des militaires, mais il s’agit d’intriquer le plus de particules possibles pour rajouter à chaque fois un niveau de calcul, or, pour 2 photons, c’est relativement fastoche à réaliser, pour toute une couvée, that’s something else coming.


    • vote
      jacqcroquant 5 octobre 14:04

      Ce Alain Aspect a en plus le langage qui va bien. A peine nobélisé il s’en prend à la Chloroquine. https://www.huffingtonpost.fr/science/article/alain-aspect-nobel-de-physique-s-en-prend-a-didier-raoult-qui-l-atterre_208579.html


      • 1 vote
        jacqcroquant 5 octobre 14:16

        @jacqcroquant
        Il existait une chance sur 10 pour que la France ait un prix Nobel de Physique et une chance sur l’infini que ce prix Nobel soit nommé au moment où une plainte est déposé par le gouvernement Français contre Didier Raoult. Certainement un phénomène d’intrication aura révélé l’Aspect louche d’un confrère Out. Momentanément. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès