• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


Commentaire de Jean Robin contre Fantômette

sur Danse Avec Les Loups de Kevin Costner - Critique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Cependant : pour être tout à fait cohérent, le film aurait dû se terminer par un acte de désertion final du lieutenant Dunbar, accompagné de sa femme à moitié indienne. Puisque la société américaine n’use que de la violence dans sa conquête irrésistible et que lui avait découvert une autre civilisation, il aurait dû rompre avec la première, quitter l’armée et changer d’identité, se faire fermier ou chercheur d’or. La version la plus héroïque aurait été qu’il combatte auprès des Indiens mais ça n’est pas un foudre de guerre. Il quitte la tribu indienne justement pour ne pas leur attirer d’ennuis. La fin est proprette, patriotique comme vous avez dit et contredit le propos du film puisque Dunbar, après avoir été capturé par les siens et libéré par les Indiens, fait tout de même confiance aux valeurs américaines et espère, à l’aide de son précieux Journal, faire reconnaître la droiture de sa conduite et l’injustice des soldats américains. Il ne trahit pas le drapeau et cela ne pouvait que plaire au public évidemment. Le juridisme moral, l’idéalisme américain prend alors le pas sur la tolérance et la curiosité inter-culturelle ; les valeurs américaines sont sauves. 

Ca n’est pas tout à fait nouveau puisqu’on avait déjà la même chose dans la Flèche brisée (The broken Arrow, 1950), avec James Stewart placé entre les blancs et les Indiens (Cochise).


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès