• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Arnaud Desjardins : Entretien avec Frédéric Lenoir

Arnaud Desjardins : Entretien avec Frédéric Lenoir

Entretien entre Lenoir et Desjardins qui date de 2010.

Arnaud Desjardins nous parle de la transformation intérieure, objet des différentes traditions religieuses.

Notamment chrétienne, musulmane (soufisme), hindoue.

Il fut le disciple de Swâmi Prâjnânpad.

Un peu de sérénité et de sagesse ne fera pas de mal dans une époque où les tensions et clivages s'accumulent.

Tags : Religions Spiritualité




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • 3 votes
    ZardoZ ZardoZ 16 juin 18:07

    Il s’est payé Dalida, ce vieux cochon quand même et ce vers la fin des années 60...

     smiley


    • vote
      Ozi Ozi 16 juin 19:51

      @ZardoZ
      Pourquoi vieux et pourquoi cochon ? Il avait la quarantaine à l’époque, la transformation ou plutôt transmutation passe inévitablement par l’épreuve, l’erreur et la souffrance.. Connais-tu des êtres humains qui soient maîtres de leurs émotions, de leurs désirs dès leurs plus jeunes âges, qui soient libres du despotisme égotique qui crée la dualité ? La réponse est évidente de part leurs simples naissances en ce monde et leurs simples expérimentations de la vie..
      On ne naît pas libre mais on peut le devenir, même si rares sont les élus à l’échelle d’une existence.. Et ce n’est pas grave en soi, l’expérimentation n’est pas éphémère.. smiley


    • 1 vote
      Laconicus Laconicus 17 juin 06:45

      @Ozi

      "La transformation ou plutôt transmutation passe inévitablement par l’épreuve, l’erreur et la souffrance."

      Je ne suis pas un grand fan de Dalida en tant que chanteuse, mais il peut-être exagéré de supposer qu’une relation amoureuse avec cette femme était forcément une épreuve, une erreur et une souffrance. Bon, c’est vrai que si elle se mettait à chanter sans prévenir, je comprends...  smiley

    • vote
      Ozi Ozi 17 juin 20:38

      @Laconicus : peut-être exagéré de supposer qu’une relation amoureuse avec cette femme était forcément une épreuve


      Une épreuve dans le sens où déjà marié il a fait le choix de ne pas faire souffrir sa femme pour finalement expérimenter la maîtrise de ses désirs et pulsions..
      Je ne dis pas que cela soit bon ou mauvais, moral ou immorale, simplement que ce choix a probablement été vécu comme une épreuve pour lui, et cela se ressent dans son témoignage dans cette vidéo.. smiley


    • vote
      Laconicus Laconicus 18 juin 03:10

      @Ozi
      "Une épreuve dans le sens où déjà marié il a fait le choix de ne pas faire souffrir sa femme"

      Ah oui, c’est autre chose, ça. Surtout si ses pulsions le conduisait à passer des disques de Dalida au domicile conjugal. Bon, je suis taquin, mais j’ai beaucoup de sympathie et d’estime pour Arnaud qui a donné l’occasion à de nombreuses personnes de s’ouvrir à une dimension spirituelle. À une époque où régnait une idéologie très matérialiste, il était de ceux qui apportaient une vibration plus subtile aux âmes chercheuses. Et qui leur permettaient de se rencontrer "en esprit", de partager un idéal commun. Avec le recul on pourrait critiquer tel ou tel point particulier de ses propos si l’on voulait en faire un système à critiquer, mais ce n’est pas le plus important. 


    • vote
      Laconicus Laconicus 19 juin 04:25

      "le conduisaient"


    • 2 votes
      gaijin gaijin 16 juin 19:28

      transformation intérieure ok

      mais si on fait des ouvertures faut demander un permis à la mairie ....


      • vote
        ergdor 16 juin 20:55

        @gaijin
        je commente rarement mais là...
        trop drôle !!!


      • vote
        Laconicus Laconicus 17 juin 06:47

        @ergdor

        Bon, en même temps, c’est pas vraiment un commentaire.  smiley


      • vote
        gaijin gaijin 17 juin 09:49

        @Laconicus
        et pourtant si .....


      • vote
        Laconicus Laconicus 17 juin 09:52

        @gaijin
        do ré mi...



      • vote
        Ozi Ozi 16 juin 21:26

        Les Orientaux et les Occidentaux fonctionnent différemment, pour nous Occidentaux la contemplation est la voie royale, cela ne veut pas dire que la méditation soit inopérante mais simplement que la voie contemplative correspond le mieux à notre psychisme..

        Le sens de la vue, qui comme chaque sens est une porte de sortie, est prédominant chez nous Occidentaux alors que le sens de l’ouïe est prépondérant chez les Orientaux.. Naturellement ce sont des généralités effectives et chacun comprendra que les cinq sens sont des voies, donc des portes de sorties potentielles.. 

        En fait, par la contemplation, on peut trouver l’éveil en 15 minutes chrono, c’est naturellement provocateur du simple fait que je ne sois pas moi-même éveillé (dans sa véritable profondeur et signification) et pourtant ..

        La recette est simple, elle ne demande aucune connaissance au préalable, aucune exaltation intellectuelle, aucune richesse matérielle.. Simplement l’unique chose que nous offre la vie, c’est à dire un certain laps de temps et une simple volonté d’expérimenter.

        1/ Première phase : Vous vous posez dans un endroit que vous trouvez beau, merveilleux, cela peut-être dans la nature ou devant une oeuvre d’art.. Vous commencez à contempler cette beauté et très rapidement la première épreuve arrive avec son flot de pensées et d’émotions incessantes : Mais qu’est-ce que je fais là, j’ai froid, j’ai chaud, j’attends un appel, est-ce-que j’ai bien fermé la porte de la maison, qu’est-ce que je vais faire et manger ce soir, ect.. Vous allez observer ces pensées et émotions et vous rendre compte que vous êtes d’accords ou pas du tout avec elles, vous allez alors comprendre que vous n’êtes pas vos pensées et émotions, vous êtes un observateur de ces pensées et émotions.. Mais alors qui êtes vous vraiment ? Manifestement pas votre égo..

        Si vous restez concentrer sur la contemplation de la beauté qui s’offre vous, alors ce flot de pensées et d’émotions va progressivement s’atténuer jusqu’à disparaître, vous allez rentrer dans la deuxième phase de l’expérience..

        2/ Deuxième phase : Tout ce que vous contemplez va soudainement et physiquement changer d’intensité et de couleur, tout vas devenir plus lumineux, plus vif, encore plus beau, comme si de la lumière émanait de chaque formes que vous contemplez, à tel point que l’égo se manifeste encore une foi inexorablement : Mais qu’est-ce qu’il se passe, pourquoi un tel changement de couleur et d’intensité dans mon champs de vision, houlaaa  "je" deviens fou...

        Si vous restez concentrer sur la contemplation de la beauté qui s’offre vous, alors ce flot de pensées et d’émotions va progressivement s’atténuer jusqu’à disparaître, vous allez rentrer dans la troisième phase de l’expérience..

        3/ Troisième phase : Vous n’êtes plus seulement un observateur de la beauté qui se manifeste devant vos yeux, vous devenez ce que vous observez, vous ressentez intimement, physiquement et profondément la brise légère sur les feuilles de l’arbre, la douce volupté de l’eau caressant les pierres dans la rivière, vous voyez le panorama qu’offre la vision de l’oiseau haut perché au dessus de vous.. Et là cela devient intenable pour l’égo, qui se manifeste à nouveau violemment, lui qui est le fruit de la séparation, de l’expérience de l’individualité, il n’ose comprendre qu’il n’est qu’une illusion, aussi éphémère qu’essentielle, un simple moyen qu’à l’observateur de s’observer..

        Que ceux qui ont été plus loin dans l’expérience prennent parole ou se taise à jamais.. smiley

         


        • vote
          Laconicus Laconicus 17 juin 06:50

          @Ozi

          "Les Orientaux et les Occidentaux fonctionnent différemment"

           smiley RACISTE !!!!!!!!!!  smiley

          Et pourquoi pas dire que les hommes et les femmes fonctionnent différemment aussi pendant que vous y êtes, espèce de salaud, esclavagiste ! 


        • vote
          Laconicus Laconicus 17 juin 09:25

          @Ozi

          "La recette est simple, elle ne demande aucune connaissance au préalable, aucune exaltation intellectuelle, aucune richesse matérielle.. Simplement l’unique chose que nous offre la vie, c’est à dire un certain laps de temps et une simple volonté d’expérimenter."


          Dans la pratique de l’immédiateté, c’est différent. Je vais reprendre votre recette en soulignant les différences (je devrais dire "en graissant" les différences).

          Il n’y a qu’une seule phase. Je me pose dans un endroit, qu’il soit beau ou laid, et j’accueille avec une intense lucidité tout ce qui s’offre à ma perception. Sans privilégier ni négliger aucun sens, je veille à ne pas me concentrer sur quoi que ce soit car se concentrer sur quelque chose, c’est exclure tout le reste. Très rapidement, arrive un flot de pensées et d’émotions incessantes : "Mais qu’est-ce que je fais là, j’ai froid, j’ai chaud, j’attends un appel, est-ce-que j’ai bien fermé la porte de la maison, qu’est-ce que je vais faire et manger ce soir, etc.". Ce flot intérieur fait partie de l’expérience tout autant que les couleurs, les parfums et les sons du paysage extérieur. En observant ces pensées et ces émotions, je me rends compte qu’il ne s’agit pas d’événements venant troubler un ego qui pourrait les mettre à distance et s’en départir, mais des éléments proprement constitutifs de cet ego ; de même que le vent, la végétation et la lumière ne sont pas des événements qui surviennent dans le paysage mais le paysage lui-même. Si je pousse l’expérience jusqu’à une certaine intensité, je comprends qu’il n’y a pas plus « d’observateur » en soi que de « paysage » en soi. Cela ne signifie pas qu’il n’y a « rien ». Au contraire : la réalité n’a jamais été aussi intensément réelle qu’à cet instant où je ne cherche pas à l’atteindre par le langage et la mémoire. Qu’est-ce qui existe réellement en ce moment précis et qui n’a besoin ni du nom ni du souvenir pour exister ? La réponse est : l’observation de l’univers par lui-même. Acte pur et singulier, infiniment présent, qui se renouvelle de nanoseconde en nanoseconde. C’est « ça » que Je suis, en dehors du temps.


        • vote
          Stupeur Stupeur 17 juin 15:36

          Une autre approche... ou pas... smiley
           

          Sri Ramana Maharshi - JNANI

           

          40:24
          Pour prendre connaissance de ce que le soi est réellement, nous devons l’étudier.
          C’est ce qu’Il appelait Atma Vichara, l’investigation du Soi, ou l’enquête "Qui suis-je ?"
          Il disait : en questionnant : "Qui suis-je ?"
          J’ai vu celui qui perçoit disparaitre laissant seul ce qui existe, la réalité immuable.
          Aucune pensée ne s’est élevée pour dire "j’ai vu" ; comment donc des pensées pourraient s’élever pour dire "je ne vois pas."
          Pour lui l’essence de cette expérience est que la personne qui perçoit ces choses disparaît définitivement.
          Pour mener à bien l’investigation de ce que ce soi est réellement, nous devons tourner notre attention vers l’intérieur, vers l’être.
          La seule façon d’isoler l’être de tout le reste, est de concentrer notre attention exclusivement sur le soi.
          Parce que plus nous nous concentrons sur une seule chose, plus les autres choses seront exclues de nos perceptions.
          Ainsi, plus nous concentrons notre attention sur le soi, plus nous essayons d’expérimenter uniquement le soi, plus les autres choses seront exclues de notre expérience.
          Le seul moyen d’expérimenter le soi est de l’isoler complètement de tout le reste.
          Nous l’expérimentons tel qu’il est réellement.
          Il disait que l’investigation est totalement et complètement dirigée sur l’être" en s’absorbant dans les profondeurs intérieures de l’être.
          Toutes les autres pratiques vous éloignent de l’être vers un objet extérieur que vous contemplez.
          Ainsi il disait, dans ce sens, que s’agripper au soi est la méthode directe, là où toutes les autres méthodes sont indirectes parce qu’elles vous éloignent du Soi au lieu de vous en rapprocher.
          Ainsi l’enseignement du Maharshi, peut être résumé par le mot "Attention".
          Prêtez attention à la Vérité qui se trouve à l’intérieur de vous.
          Chacun de nous doit rechercher en lui-même pour découvrir "Que suis-je ?"
          Qu’est-ce que ce "je" est vraiment ?
          42:25
          Bhagavan disait :
          "fixez-vous sur ce "je", regardez-le disparaître, et vous serez ébahi de voir ce qui disparaît avec lui.
          Tout d’abord l’idée qu’il y a un monde séparé de vous disparaîtra.
          Deuxièmement, le concept du temps et d’espace n’apparaît que dans le mental de l’individu pour placer le monde dans un contexte.
          Lorsque votre "moi" disparait, le monde en tant qu’objet disparaît, le temps et l’espace disparaissent.


        • vote
          Ozi Ozi 17 juin 20:41

          @Laconicus : RACISTE  !!!
          Je ne parle que du psychisme, pas d’une éventuelle remise en question sur le génome homo sapiens des orientaux.. smiley


        • vote
          Ozi Ozi 17 juin 21:08

          @Laconicus et Stupeur,
          Vos retouches, arrangements, ou approches me parle forcément, au moins autant que ma tentative dérisoire d’exprimer par des mots une expérience intime qui ne peut être figurée par une langue, aussi subtile et et complexe soit-elle..
          Ceci dit je ne suis pas d’accord sur tout comme par exemple quand Laconicus parle de privilégier ou négliger aucuns sens, c’est beau, mais c’est faux, la contemplation privilégie le sens de la vue tout en abaissant considérablement la dominance des autres sens, de la même manière qu’un aveugle développe ses autres sens pour compenser la perte de la vue.. C’est même pour cela que la contemplation est faite pour les Occidentaux, la deuxième phase est primordiale, héritiers de Saint Thomas..  smiley


        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 17 juin 22:08

          @Ozi
          "c’est beau, mais c’est faux"
          Ce que j’ai écrit est vrai, même si c’est différent de ce que vous décrivez et que vous appelez "contemplation" (terme qui peut avoir des sens bien différents selon les auteurs et les traditions). 

          "la contemplation privilégie le sens de la vue tout en abaissant considérablement la dominance des autres sens, de la même manière qu’un aveugle développe ses autres sens pour compenser la perte de la vue."

          Donc votre recette n’est donc pas praticable pour les aveugles et les mal-voyants ? C’est triste. Heureusement pour eux, il existe d’autres voies d’éveil, comme celle que je décris et dont ils ne sont pas exclus. 

          "C’est même pour cela que la contemplation est faite pour les Occidentaux."

          D’où tenez-vous cette certitude ? Vous avez vérifié cette formule sur combien d’Occidentaux et d’Orientaux ? Et les Africains, les Australiens, les Mexicains, les Russes, vous les placez dans la catégorie des Occidentaux contemplatifs ou dans celles des Orientaux méditatifs ? Ce que je décris, pour ma part, est praticable par tous les êtres humains. 



        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 17 juin 22:09

          @Ozi
          "Je ne parle que du psychisme"

          RACISTE PSYCHIQUE, alors !  smiley


        • vote
          Laconicus Laconicus 17 juin 22:11

          "Donc votre recette n’est donc"   smiley


        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 02:30

          @Stupeur

          "La seule façon d’isoler l’être de tout le reste, est de concentrer notre attention exclusivement sur le soi. Parce que plus nous nous concentrons sur une seule chose, plus les autres choses seront exclues de nos perceptions."

          La concentration est donc bien une exclusion. 

          "Ainsi l’enseignement du Maharshi, peut être résumé par le mot "Attention"."

          Là, il y a une contradiction majeure : il est impossible d’être attentif si l’on est concentré. Il ne s’agit pas pour celui qui emprunte la voie de l’Attention de commencer par exclure quoi que ce soit ! Il s’agit au contraire d’être intensément attentif à la totalité qui se présente (ce qui est fort différent de se laisser distraire par tout ce qui passe). Si vous commencez par exclure quelque chose (et comment savoir quoi exclure, puisque vous n’êtes pas encore éveillé ?) pour vous concentrer sur un prétendu "soi" (comment le reconnaître, puisque vous n’êtes pas encore éveillé ?) vous ne sortez à aucun moment de la dualité. Or, dans la dualité, l’ego reste maître du jeu et disposera toujours tout à son seul profit : il se fera passer pour le "soi" à ses propres yeux, il exclura tout ce qui menace son règne absolu, il se concentrera sur lui-même pour se barricader contre le "soi" (tout en se jouant la comédie de sa libération spirituelle et de ses efforts héroïques pour atteindre l’illumination.) 

        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 02:41

          @Stupeur
          "Ainsi il disait, dans ce sens, que s’agripper au soi est la méthode directe, là où toutes les autres méthodes sont indirectes parce qu’elles vous éloignent du Soi au lieu de vous en rapprocher."

          Laconicus répond que ce qui se laisse agripper n’est pas le "soi". Laconicus ajoute qu’il est impossible de se rapprocher du "soi". Car, qu’est-ce qui pourrait bien s’agripper au soi ou se rapprocher du "soi" ? Ces descriptions dualistes sont contradictoires et absurdes. Elles sont comiques, en fait.  


        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 02:49

          @Stupeur
          "Pour mener à bien l’investigation de ce que ce soi est réellement, nous devons tourner notre attention vers l’intérieur, vers l’être. 

          Pourquoi "l’être" serait-il davantage à l’intérieur (de quoi ?) qu’à l’extérieur (de quoi ?) ? Et pourquoi s’être incarné ? 


        • vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 03:27

          @Stupeur

          Voici quelques paroles rendant mieux compte de l’enseignement de Ramana Maharshi, il me semble :

          "Il n’y a pas plus grand mystère que celui-ci : étant la réalité, nous cherchons à atteindre la réalité. Nous pensons que quelque chose nous cache cette réalité
          et que cela doit être détruit pour pouvoir l’atteindre. C’est ridicule ! Un jour viendra où vous rirez de vos efforts passés et ce qui sera présent ce jour-là l’est déjà complètement ici et maintenant."

          "Vous imposez des limites à votre véritable nature d’être infini, puis vous vous désolez de n’être qu’une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes. Mais si votre pratique même implique l’existence de ces limites, comment pourraient-elles vous permettre de les transcender ?"

          https://www.babelio.com/auteur/Ramana-Maharshi/60437/citations


        • 1 vote
          Gollum Gollum 18 juin 09:26

          Bon je sens qu’il va falloir que je sorte une vidéo sur Ramana... smiley


        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 09:42

          @Gollum

          Peut-être, oui, parce que le problème est qu’on lui fait parfois dire des choses qu’il n’a pas dites, puisqu’il a peu écrit et que les propos qu’on lui attribue ont été, pour la plupart, rapportés par des témoins (qui ont rapporté ce qu’ils ont compris, eux...) 


        • vote
          Gollum Gollum 18 juin 10:11

          @Laconicus

          Je crois même qu’il n’a rien écrit du tout si je ne me trompe pas. C’est d’ailleurs une quasi règle chez ces maîtres qui n’ont jamais rien écrit...

          Hormis les tempéraments intellectuels : Shankara, Nagarjuna, etc..


        • vote
          Gollum Gollum 18 juin 10:16

          @Laconicus

          Vous imposez des limites à votre véritable nature d’être infini, puis vous vous désolez de n’être qu’une créature limitée, ensuite vous mettez en œuvre des pratiques spirituelles pour transcender ces limites inexistantes.

          Il y a aussi ce conte du gars qui se souvient vaguement d’avoir eu un inestimable trésor autrefois et qui l’a perdu pense-t-il et qui parcoure la terre entière à sa recherche, pour vieillir, et finalement se fixer, puis regardant sa poitrine, s’aperçoit que le trésor il le portait en pendentif autour de son cou, et avait parcouru la terre entière avec lui le cherchant partout, pour rien... smiley

          Mais l’histoire se finit bien finalement. smiley


        • vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 10:25

          @Gollum

          "Je crois même qu’il n’a rien écrit du tout si je ne me trompe pas."

          Il est cependant possible qu’il ait dicté certaines phrases ou bien qu’elles aient été notées immédiatement et de manière littérale. Enfin, j’espère ! Wikipedia nous dit quand même : "Ramana Maharshi a publié plusieurs traités doctrinaux en tamoul. Un seul a été traduit en sanscrit : Upadesha-sâram. Recevant de nombreuses personnes, les réponses aux questions posées ont été publiées dans différents livres."

        • 1 vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 11:24

          @Gollum

          "Il y a aussi ce conte du gars qui se souvient vaguement d’avoir eu un inestimable trésor autrefois"

          Je la connaissais sous une autre forme :

          Un jeune homme a dans l’idée qu’il est destiné à trouver un trésor. Alors à 16 ans, il fait ses adieux à ses parents et quitte la petite chaumière sans prétention de sa famille, et part à travers le monde à la poursuite de son grand rêve. Oubliant parents et amis d’enfance, l’ambitieux s’engage à travers des sentiers montagneux et risque sa vie sur des océans tempétueux. Il manque de périr plusieurs fois sous la dent de fauves affamés, échappe de justesse à des marchands d’esclaves, mais trouve finalement une piste qui le conduit à une carte au trésor qu’il passe encore plusieurs longues années difficiles et douloureuses à déchiffrer. Enfin, à force d’efforts incessants, il peut à présent localiser le trésor tant convoité, qui se situe à l’autre bout du monde !! Il arrive donc sur le lieu indiqué à un âge très avancé, presque centenaire. Il est terriblement fatigué, le corps brisé par cette existence aventureuse mais il a encore la force de trouver le trésor qui était caché sous une pierre dans la cave d’une vieille masure, abandonnée depuis longtemps. Ah, quelle joie ! Mais il a épuisé ses dernières énergies vitales et il réalise à présent qu’il est temps pour lui de mourir. C’est alors qu’il lui semble reconnaître l’endroit où il se trouve. Juste avant de s’éteindre, il comprend qu’il se trouve dans ce qui reste de la petite chaumière de son enfance. 


        • vote
          Gollum Gollum 18 juin 11:41

          @Laconicus

          Je préfère mon histoire, elle me semble plus conforme avec ce que dit Ramana, à savoir que le Soi est toujours avec nous. On ne s’en éloigne pas..

          M’enfin bon, c’est un détail..


        • vote
          Gollum Gollum 18 juin 11:46

          Je rajoute que la même idée se trouve dans le christianisme avec la parabole du fils prodigue...

          Ce dernier quitte son père (le Soi) pour aller chercher ailleurs ce qu’il ne trouvera jamais pour finalement revenir à la maison (notons ici que la lettre Beith qui veut dire maison se trouve au Centre de la sphère des Séphiroth Bélimah dans le Sepher Yetzirah) et retrouver ses privilèges de naissance...


        • vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 11:55

          @Gollum

          Oui, c’est vrai que ce n’est pas tout à fait la même histoire et qu’on n’en retire pas la même leçon de sagesse, même si le ressort narratif semble être le même. La mienne est mélancolique, voire tragique, très marquée par Saturne (le retour, la vieillesse, la mort, le regret, la vanité). 


        • vote
          Laconicus Laconicus 18 juin 11:58

          @Gollum

          "Je rajoute que la même idée se trouve dans le christianisme avec la parabole du fils prodigue..."

          Certes. 


        • vote
          Ozi Ozi 18 juin 18:28

          @Laconicus : Donc votre recette n’est donc pas praticable pour les aveugles, heureusement pour eux, il existe d’autres voies d’éveil..
          J’aimerais revenir là-dessus, que l’on ce comprenne bien :
          J’ai bien précisé dans mon premier commentaire que j’employais les termes "voies" ou "éveil" d’une manière naturellement provocatrice puisque je ne sais absolument pas si l’expérience que je schématise en 3 phases est une voie d’éveil n’étant moi-même pas éveillé et n’ayant jamais dépassé la 3ème phase..
          Je tente de décrire simplement par des mots une recette facilement expérimentable qui permet à tout un chacun d’observer et de vivre différents phénomènes..
          Bien sur qu’il existe d’autres expériences et voies d’éveil pour les aveugles, c’est une évidence..
          .
          Quand je dis que la contemplation (observer attentivement) est plus accessible aux Occidentaux (héritiers de la civilisation gréco-romaine et Chrétienne) que la méditation, c’est qu’elle permet de voir concrètement une transformation de la matière que l’on observe (décrit dans la phase 2) ou bien de transformer notre regard et percevoir ce qui est vraiment (ce que je privilégie).. Le "je ne crois que ce que je vois" de Saint Thomas provient de la bible, et l’on ne peut nier l’influence de cette formule sur le monde Occidental, c’est pas vraiment Chinois ou Indien à l’origine..
          .
          "Ce que je décris, pour ma part, est praticable par tous les êtres humains."
          Mais je n’en doute pas, il me semble même que nos expériences sont plutôt proches même si les mots pour l’exprimer sont sensiblement différents, et la question que je posais à la fin du premier commentaire était simplement : Est-ce que quelqu’un à été plus loin que ce que je nomme pour schématiser l’expérience : 3ème phase ? .. smiley


        • vote
          gaijin gaijin 18 juin 19:15

          @Ozi
          si on veut s’amuser avec des histoires de phases il y a un classique :
          https://terebess.hu/english/oxherd36.html


        • vote
          Ozi Ozi 18 juin 19:51

          @gaijin
          Voila, c’est ce que je voulais représenter derrière le mot "phase", je ne connaissais pas cette histoire spécifiquement mais j’en ai lu bien d’autres similaires, mais il y a une différence entre savoir et connaître car pour connaître il faut impérativement expérimenter..
          Mon premier commentaire où je livre tant bien mal les ressenties, la méthode et les "phases" d’une expérimentation intime, est un appel au pragmatisme, c’est à dire qui a réellement expérimenté ce que je livre (même si les ressenties sont sensiblement différents) mais également qui à dépassé le stade que je n’ai pu pour l’instant franchir dans l’éventualité qu’un autre stade existe ? Si cette personne existe, qu’elle se manifeste.. smiley


        • vote
          gaijin gaijin 18 juin 20:01

          @Ozi
          j’ai jamais vu pour de vrai de progression marcher de manière linéaire comme ça
          ç’ est une invention du mental ( qui peut malgré tout être porteuse d’un certain sens )


        • vote
          Ozi Ozi 18 juin 20:11

          @gaijin
          L’expérience que je livre n’est linéaire que dans la schématisation "provocante" que j’en fait aujourd’hui, combien de chutes inévitables et par la suite nécessaires dès la première phase..



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gollum

Gollum
Voir ses articles







Palmarès