• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Disparition de Jean-Paul Belmondo : Itinéraire d’un éternel enfant qui nous a (...)

Disparition de Jean-Paul Belmondo : Itinéraire d’un éternel enfant qui nous a gâtés !

Triste nouvelle : Le Magnifique vient de tirer sa révérence comme lassé par cette époque qui n'est décidément plus la sienne. Notre Bebel national vient de nous quitter à l'âge de 88 ans. 

Celui qui incarnait à l'écran le héros français dans la plus pure tradition d'un D'artagnan ou d'un Cyrano s'en est allé rejoindre ses pairs, Jean Gabin, Lino Ventura et tous ces géants partis bien trop tôt et nul doute que ces derniers accueilleront leur talentueux cadet à bras ouverts dans l'autre monde dont on imagine aisément qu'il sera moins médiocre que ce morne présent terrestre. 

Tout un symbole. Malgré la pluie d'hommages (justifiés) que ne manqueront pas de clamer toutes les belles âmes qui nous gouvernent envers l'acteur, n'oublions pas que Belmondo représentait pourtant au-travers de ses personnages l'exact opposé des valeurs véhiculées aujourd'hui par lesdites belles âmes : le courage, la virilité, la joie de vivre alliée avec cette touche d'espièglerie à la française, qualités que l'on pourrait résumer en une seule et qui fait si cruellement défaut aujourd'hui parmi notre frileuse société : le panache !

Voici pour mémoire un des plus fameux coups de gueule "patriote" de Belmondo en 1995 contre les distributeurs français faisant si peu de cas des films français, déjà à cette époque, leur préférant le cinéma américain...

 

Voici une des scènes du Professionnel où l'on se dit que la "méthode Bebel", franche et virile, est peut-être plus efficace que les discours des néoféministes contre les violences faites aux femmes

 

Le Professionnel toujours avec ce duel d'anthologie entre Belmondo et Robert Hossein

 

Scène culte de Borsalino entre Belmondo et Delon

 

Le Voleur, film dans lequel Belmondo incarne un personnage aux méthodes proches d'un célèbre gentleman cambrioleur sur une musique de Jacques Dutronc

 

Enfin quelques extraits des répliques cultes de Belmondo à l'écran

Tags : Cinéma




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • 3 votes
    sls0 sls0 7 septembre 11:50

    Un acteur de ma jeunesse, avec mes yeux de jeune c’était l’homme de Rio et Cartouche.

    Avec l’âge j’ai plus aprécié un singe en hiver.


    • 2 votes
      mac1 7 septembre 19:27

      @sls0
      L’homme de Rio reste quand même un must. Hergé pensait, si je ne m’abuse que c’était ce qui se rapprochait le plus de Tintin et Spielberg ne s’est pas caché pour dire qu’il s’était inspiré de Belmondo dans l’homme de Rio pour son personnage d’Idiana Jones, rien que ça...


    • 4 votes
      Norman Bates Norman Bates 7 septembre 13:35

      "Magnifique" aussi le texte de présentation de cet article...ce n’est pas seulement un immense acteur qui tire sa révérence, c’est aussi une certaine image de la France lorsqu’elle était encore (un peu) la France avec sa flamboyance, son énergie créatrice, son "exception culturelle"...

      Le fameux coup de gueule de Belmondo aura hélas été vain..."l’industrie du rêve" (et de la propagande) n’aura cessé de s’imposer partout à grands coups d’effets spéciaux (ou spécieux) parce que bien souvent, au milieu de quelques pépites concoctés par de vrais génies, la montagne de dollars remplace le scénario et a terminé de vampiriser un cinéma français tenu par une poignée de nababs bien connus qui ne distribuent plus que des films idéologiques "dans l’air du temps" pour dépressifs suicidaires et des "superproductions" creuses sur le "modèle" US...c’est moins du divertissement que de la diversion...

      Gamin, j’ai découvert Belmondo à la téloche dans "L’homme de Rio"...puis dans tant d’autres œuvres où, de comédies en drames, il y avait toujours cette présence, cet indéfinissable charisme...incarnation réjouissante de la liberté avant l’invasion du politiquement correct, d’un cinéma formaté selon la charte de convenances imposées par une tripotée de terroristes intellectuels...

      Jean Dujardin et Tomer Sisley sont fréquemment cités comme successeurs de Belmondo...édifiant reflet d’une époque où tout se galvaude...

      Bebel restera inégalable dans les mémoires de nos jeunes années...et irremplaçable, quoi qu’en dise un dicton...


      • vote
        yoananda2 7 septembre 22:48

        @micnet
        bahlors c’est quoi ce débat ? je ne vais pas continuer à passer ici. Je le fais pour toi parce que tu sais discuter normalement.



      • vote
        Scalpa Scalpa 10 septembre 13:39

        https://www.youtube.com/watch?v=3i3vRyyMdEc

        Jean-Paul Belmondo - Rixe avec des policiers ! (1963)

        • vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 12 septembre 00:30

          @Scalpa

          Excellent ! Le gars semble aussi sympa et vif d’esprit dans la réalité que les personnages qu’il a incarnés. 


        • vote
          alanhorus alanhorus 10 septembre 13:41

          https://www.youtube.com/watch?v=Kw_2Hfnyfvg

          6 février 1945, la mort de Robert Brasillach

          Pourquoi cette vidéo ?
          Parceque deux poids deux mesures.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Collaboration
          Section artistique subdivisée en trois : art dramatique, dirigée par l’auteur dramatique Jean Sarment ; musique, dirigée par Max d’Ollone, directeur de l’Opéra-comique, et avec comme présidents d’honneur les compositeurs Florent Schmitt et Alfred Bachelet ; arts plastiques, dirigée par Georges Grappe, conservateur au musée Rodin, avec comme vice-présidents Othon Friesz et Paul Belmondo.


          • vote
            Serge ULESKI Serge ULESKI 10 septembre 16:15

            Si les cinéphiles que nous sommes peuvent avoir quelques réserves à propos de la filmographie de J.P Belmondo, en revanche on ne saurait avoir le moindre doute au sujet des qualités humaines qui étaient les siennes… de son souci de l’autre en particulier.

             

            Précisons toutefois et contrairement à ce que des médias moutonniers ne cessent d’affirmer, bêtement qui plus est, ceci : J.P. Belmondo n’était pas LA France, toute la France… il était bien plutôt une certaine France à une certaine époque car enfin… ceux qui ne lui ressemblaient pas et ceux qui aujourd’hui ne lui ressemblent toujours pas, seraient alors la non-France ?

             

            Il faut vraiment peser ses mots plus particulièrement quand on se paie de mots.


            • vote
              alanhorus alanhorus 10 septembre 20:55

              @Serge ULESKI
              Tout à fait.
              N’est pas l’air étonné quand je te parle :
              Ton père était collabo !
              Je ne ne sais pas si Dieu va lui faire le coup ?


            • 6 votes
              Hijack ... Hijack ... 11 septembre 02:06

              Je n’avais pas vu ce topic, le confondant avec d’autres publiés sur Avox.Fr ; mais excellents extraits ici, qui nous rappellent qui était ce bonhomme, avec ses défauts et qualités, mais ses qualités étaient uniques et toutes chez une même personne.

              .

              Adieu Bebel ... d’autres que tu aimais t’attendent les bras ouverts, là-haut ...

              Repose en paix.

              .

              Je trouve marrant que d’aucuns, se permettent de juger de la qualité de certains de ses films jugés "trop populaires" ... En effet, Bebel a tout joué et plus que parfaitement, du léger et du lourd, du marrant et du très sérieux. En plus, il ajoute à son art, des cascades que les cascadeurs pros admirent tjrs.

              Bien sûr que ce gars devait vraiment aimer la vie ...


              • vote
                totof totof 12 septembre 00:09

                Je trouve que ce ne sont pas les meilleurs extraits que l’on pouvait trouvé dans la carrière de Belmondo. Ce Belmondo là, c’est celui de films commerciaux qui ne valent pas Un Singe en hivers ou Le corps de mon ennemi. Dommage pour un hommage...


                • vote
                  micnet micnet 12 septembre 00:20

                  @totof

                  Difficile de résumer en un seul article la carrière de Belmondo mais j’aurais effectivement pu intégrer un extrait du corps de mon ennemi d’autant que c’est un de mes films préférés dans lequel on retrouve aussi l’excellent Bernard Blier.
                  https://www.youtube.com/watch?v=7BjUBKc1qs4


                • vote
                  Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 12 septembre 00:25

                  @micnet

                  Merci pour cet extrait qui nous permet de découvrir la doublure voix serbo-croate de Jean-Paul Belmondo. 


                • vote
                  totof totof 13 septembre 00:36

                  @micnet
                  Ha oui, c’est vraiment un grand film ! Belmondo a eu cette phrase que je trouve parlante. En gros, il a dit qu’alors que la France de sa jeunesse était un pays joyeux, il trouvait qu’aujourd’hui, nous étions tristes. C’était pas un intellectuel, Bébel, mais il sentait bien les choses et c’était une bonne nature. Avec lui, c’est un peu de cette France qu’on nous a volé qui disparaît. Adieu, le combat ne fait que commencer.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

micnet

micnet
Voir ses articles


Publicité





Palmarès