• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > HEGEL - Le sens de l’histoire

HEGEL - Le sens de l’histoire

L'histoire a-t-elle un sens ? Répondre par oui à cette question, c'est sous-entendre que les événements qui jalonnent notre histoire ne seraient pas le fruit du hasard. Autrement dit qu'il existerait une force ou un principe qui conduirait les événements, et donc l'action des hommes, dans une certaine direction. Cela a-t-il un sens ? C'est ce que nous allons voir dans cet épisode.

Tags : Histoire Philosophie Culture




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 1 vote
    jack Mandon jack Mandon 30 avril 17:22

    Inspirateur de K.Marx, Hegel est un immense phare de l’humanité.

    En concret dans notre pays livré à la pire espèce d’idéologues et d’escrocs, à cause de notre méconnaissance de Hegel, entre autre, on n’évite pas le pire macronavirus

    Nous pardonnons aux personnes âgées, vivant dans la peur, manipulées à outrance par les putes médiatiques...mais les nantis, les riches, les artistes ressemblent étrangement à ceux que K. Marx fustigeait au XIXe. siècle : la classe bourgeoise :


    Elle a supprimé la dignité de l’individu devenu simple valeur d’échange ; aux innombrables libertés dûment garanties et si chèrement conquises, elle a substitué l’unique et impitoyable liberté de commerce. En un mot, à l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a substitué une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale. La bourgeoisie a dépouillé de leur auréole toutes les activités considérées jusqu’alors, avec un saint respect, comme vénérables. Le médecin, le juriste, le prêtre, le poète, l’homme de science, elle en a fait des salariés à ses gages. La bourgeoisie a déchiré le voile de sentimentalité touchante qui recouvrait les rapports familiaux et les a réduits à de simples rapports d’argent. »

    Voilà par quoi est porté Macron. La racaille d’en haut qui ressemble finalement à la racaille d’en bas. Mais ce n’est pas la France, celle ci est muselée voire même empêchée de s’exprimer, le pire c’est qu’elle est majoritaire. Par un tour de passe-passe, la médiocratie, depuis plusieurs décennies est au pouvoir.


    • vote
      Djam Djam 1er mai 13:33

      Si Hegel n’avait pas étudié les Sages (les vrais pour le coup !) grecs il n’aurait jamais pondu ces réflexions assez discutables au demeurant.

      L’homo économicus de notre pathétique "post-démocratie" adore citer les "penseurs" classiques, ça lui donne l’impression d’avoir inventé la modernité et pire, "l’intelligence". Ces philosophes de salon (dont Hegel était) ont passé leur temps à conceptualiser les pensées... en regard du bon sens d’un authentique paysan, les Hegel et consort ressemblent à des enfileurs de mouche...


      • vote
        jack Mandon jack Mandon 2 mai 10:35

        @Djam

        Tentons le réel.
        La philosophie, quel qu’en soit son auteur est un outil de travail, je vous l’accorde, chez Hegel c’est un outil très sophistiqué et difficilement abordable.
        Cependant l’important réside dans ce que l’on découvre et que l’on développe à travers un outil.
        Je m’explique : 
        Avec une puissante libido, une personne dangereuse égarée dans une société hostile, utilisera un couteau pour massacrer son détracteur.
        Un paysan habile et solitaire, avec la même libido et le même outil, passera un long moment à sculpter un bâton de berger en surveillant son troupeau en alpage.
        Un médecin authentique en situation imprévisible et précaire, utilisera son couteau en improvisant une intervention désespérée pour sauver une vie.
        L’équilibre ou non, la créativité, l’intelligence, le courage et toutes les facultés qui sommeillent dans l’être humain évoluent en multiples expressions entre l’existence et l’essence. Voilà ce qui me paraît respectable.
        Merci de votre intervention.


      • vote
        jack Mandon jack Mandon 2 mai 10:42

        @Djam

        J’ai utilisé une des composantes humaine la plus spectaculaire, le sadisme.

        L’état de santé physique et mental, la culture, l’intelligence, le contexte etc, conditionnent les humains dans leurs interactions.


      • vote
        jack Mandon jack Mandon 2 mai 11:42

        @Djam

        Il me vient en cascade des idées.

        Comparons quatre célébrités qui naquirent dans le même contexte historique.
        Mes appuis sont métaphysiques, voire ontologiques, clin d’oeil à Parménide, Héraclite et surtout au plus original et sulfureux Empédocle.
        Vous évoquiez Hegel, il naquit en 1770, la même année, je passe volontairement sur les précisions, Napoléon, Beethoven et Hölderlin partagèrent avec le philosophe des particularités caractérologiques. Hegel eut pour Hölderlin de la compassion, pour Napoléon, plutôt pour Bonaparte, de l’admiration et un certain dédain pour Beethoven. Ces trois personnages célèbres mais très différents furent tous concernés par la maladie bipolaire, Hegel en fut épargné semble-t-il.
        La philosophie que je fais mienne me permet de me passionner pour les quatre personnages en des moments divers. La curiosité ouvre des perspectives. Je m’adresse à votre esprit critique que j’apprécie, c’est tellement rare. 


      • vote
        Djam Djam 2 mai 13:54

        @jack Mandon

        Oui, j’aime bien votre démonstration. Elle reste pertinente. Permettez-moi juste de vous conter un courte histoire :

        Il y a quelques années j’ai eu quelques passionnantes discussions avec un jeune peintre japonais, ancien moine venu passé quelques mois en Europe. Il étaiti calligraphe et exposait des œuvres éblouissantes mêlant tradition calligraphique chinoise et modernité occidentale. 

        Lors d’une de nos discussions nous évoquions les sagesses anciennes, la philosophie occidentale et orientale, etc. A un moment, il m’a regardée avec une grande tendresse et m’a dit ceci :
        "Il est étonnant de constater la quantité impressionnante de livres de philosophie, de sagesse, de réflexions intellectuelles qu’à produit l’occident et pourtant.... très peu d’occidentaux pratiquent ses sagesses au quotidien. A quoi servent donc ces millions de pages de concepts ?".

        Cette remarque m’est apparue tellement vraie que depuis j’ai appris à faire dans le bon sens empirique, les pensées simples et applicables. 

        Bonne journée smiley


      • vote
        jack Mandon jack Mandon 2 mai 21:31

        @Djam

        Vos interventions traversent votre icône, sa couleur, sa fraicheur et sa délicatesse.
        La composante yin est manifeste, en vigile, l’esprit critique structuré se trouve renforcé par l’effet yang. En vous le Tao accomplit ses volutes harmonieusement.

        Dans mon solipsisme helvétique, les montagnes imposantes qui m’entourent au quotidien me nourrissent au moins autant que les poésies (celles des autres) que je déclame en pratiquant des exercices physiques à la manière spartiate. J’ai beaucoup de tendresse pour Edgar Morin. Chez lui, la santé du corps et de l’esprit flirtent avec l’éternité, il perdit sa maman dans l’enfance et cela m’émeut beacoup.
        Je vis en moi avec la citation de Pythagore : "le nombre est au coeur de la création" En bon phocéen, il se réfugia à Crotrone, en Calabre au VIe.av JC. bousculé et délogé par les hordes Perses qui repoussaient les colons grecs en mer Egée. Les prémisses ancestrales des heurts, entre croyance et dialectique.
        Pour tenter une réponse à la double interrogation, la vôtre et celle du peintre japonais. L’Europe se perd dans l’angoisse existentielle de la société de l’avoir. Depuis l’époque archaïque, entre paléolithique et révolution néolithique, l’angoisse existentielle a poussé les plus chanceux à l’écriture, ils s’interrogent à perdre la raison. Les autres, et ils sont légion, penchent vers la déraison.
        D’où votre intérêt pour les penseurs matinaux qui semblent retenir leur souffle en libérant, créatifs, leur inspiration ancestrale. Une exception ambivalente, Socrate, le shakespearien qui dans (son être et n’être pas, to eon esti homérique ou parménidien) va sombrer dans la ciguë et entrer définitivement dans une postérité flamboyante à la Salvador Dali. Avant lui, un de ses enseignants, Anaxagore, connut le même sort mais eut envie de survivre pour entrer dans l’exil.
        "Ces penseurs matinaux venus de l’orient, entre poésie et sagesse, habités par le nombre, ces fragments inachevés, ces papyrus de marbre, dont la lumière, comme celle des étoiles mortes, nous vient d’un autre temps"

        Heureux de vous découvrir dans un ailleurs qui m’est familier.
        Le romantisme, un état projectif qui m’est coutumier, je vis mon rêve et rêve ma vie. Attention, Goethe prétend que les romantiques sont des classiques malades. Venant de ce faustien, c’est du sérieux. A chacun ses névroses.

        Toute ma bienveillance et bonne nuit.


      • vote
        Djam Djam 6 mai 00:06

        @jack Mandon

        Je crois bien que pour ce soir je vais avant retenir de votre longue et poétique réponse le goût des exercices un peu spartiates que vous pratiquez... si je vous ai bien lu !

        Je pratique quelque chose de similaire mais en fin de journée, dans un square oublié des hommes mais pas des adventices qui tentent en cette saison de noyer les quelques matériels d’entraînement sportif dans leur exubérance printanière.

        Proust a écrit (entre autres pensées aiguisées) : "il faut vivre sa vie et non pas la rêver, bien que la rêver soit aussi la vivre". J’ai la faiblesse de trouver cette remarque pertinente et je l’ai adoptée sous forme d’un Carpe Diem à mes modestes mesures.

        Aimant et pratiquant discrètement la poésie, ce sont in fine les haïkus qui m’apparaissent comme le summum de la simplicité alors même qu’ils s’avèrent terriblement difficiles à écrire quand on s’y aventure ! 

        L’Occident et sa Raison envahissante a engendré un monde de bla bla sans fin. L’abstraction, le concept, la théorie, l’efficacité, le pragmatisme, tout cela à tué la simplicité dont on ne pourra jamais dépouiller de son véritable génie. Le parcours d’une pensée humaine qui vise l’Essentiel est le chemin neuronal le plus court que le cerveau fabrique. Un algorithme ne l’égalera jamais car le cerveau ne compte pas en nano secondes mais en fulgurance. Il est hors temps...

        C’est pourquoi pour atteindre l’Essence du Ciel, le chemin le plus court est toujours le plus simple... 


      • vote
        ged252 2 mai 21:02

        Le mec qui fait ces vidéos est insupportable, c’est le professeur, le maitre qui instruit ses petits élèves que nous sommes.

        .

        Le ton sur lequel il s’exprime ne convient pas,.

        .

        En tant que philosophe il devrait savoir que la première chose pour être écouté ( ou pour être convaincant), c’est d’être, (ou de paraître c’est suffisant) modeste, humble.

        .

        Je le zappe systématiquement


        • vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 2 mai 21:43

          @ged252

          "Le mec qui fait ces vidéos est insupportable, c’est le professeur, le maitre qui instruit ses petits élèves que nous sommes."

          Ben oui, normal, c’est "le précepteur" ! Il annonce bien le style en se présentant ainsi. De plus, il s’adresse effectivement en grande partie à des étudiants et il est apprécié pour sa didactique. Vous avez peut-être gardé de mauvais souvenirs de vos profs. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès