• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Extraits Stupéfiants #01 : Jean-Paul Dubois explique sa méthode pour écrire (...)

Extraits Stupéfiants #01 : Jean-Paul Dubois explique sa méthode pour écrire des livres et réussir sa vie

1er épisode des Extraits Stupéfiants : quand l'écrivain Jean-Paul Dubois explique sa méthode "pas si folle" pour écrire des livres et s'acheter du temps pour réussir sa vie...

 

Sommaire

Le principe (des Extraits Stupéfiants)
Le média (le support des Extraits)
Contexte
Protagonistes
L'Extrait / les Extraits
Commentaire & prolongement
Post Scriptum
Bonus (facultatif)

 

Le principe (des Extraits Stupéfiants) 

Trouver un extrait dans un des nombreux supports à notre disposition (un livre, un article, une vidéo...) ayant comme premier mérite d'avoir attiré notre attention. Ensuite, au-delà de sa signification première, chercher les interrogations stupéfiantes que cet extrait pourrait cacher.

 

Le média (le support des Extraits) 

Une vidéo mise en ligne sur la chaîne YouTube La Grande Librairie, le 16 septembre 2016.

 

Contexte 

Au cours de l'émission La Grande Libraire, diffusée sur france 5, Jean-Paul Dubois présente son dernier livre : La Succession. (voir l'émission dans son intégralité)

 

Protagonistes 

François Busnel (FB) : animateur de l'émission La Grande Librairie (également journaliste, critique littéraire, producteur... )

Jean-Paul Dubois (JPD) : écrivain ("Kennedy et moi", 1996 ; "Une vie française", 2004, "La succession", 2016...) ancien journaliste et grand reporter.

 

L'Extrait / les Extraits 

"Jean-Paul Dubois nous présente son dernier livre : La succession" (durée 16:28)

JPD (11:55) : La seule chose qui m'intéresse c'est de vivre...

FB : C'est un métier ça.

JPD : Ah c'est un vrai métier ! C'est le pire des métiers, c'est le meilleur des métiers... ça demande un temps... C'est d'acheter du temps ! Je suis fait pour acheter du temps. Pour être propriétaire de mon temps... par tous les subterfuges ; essayer de ne pas gagner ma vie, mais de faire de la rapine en permanence...

FB (12:29) : Vous écrivez toujours, Jean-Paul, vos livres, en un mois ? Vous m'aviez dit ça un jour, ça m'avait frappé. Un livre tous les quatre ans, mais en un mois...

JPD : Si vous voulez que je vous réponde, il faut que je vous explique.

FB : Ah beh, allez-y !

JPD (12:41) : C'est une méthode ; ça tient à ce que je vous expliquais auparavant. J'ai besoin de coercition pour écrire. Ecrire n'est pas naturel. Ecrire, pour moi est facile, parce que ça fait quarante ans que j'écris, donc je n'ai pas de problème d'écriture. Ce dont j'ai besoin, c'est de m'emprisonner à me dire : tu dois faire ça entre le 1er et le 31 mars. J'ai fait tous mes livres entre le 1er et le 31 mars (sauf Une vie française, où il m'en a fallu deux, j'ai travaillé en avril). Je travaille de 10h00 du matin à 3-4h00 du matin, tous les jours, avec l'obligation de faire a minima 8 pages. Et je ne me lève pas tant que je ne les ai pas écrites. 3 fois 8 = 24 ; 30 fois 8 ça fait 240 pages, et je garde le dernier jour, au cas où... voilà ! Et, depuis, j'ai fait vingt et quelques livres... Moi, c'est ma méthode. C'est lié à ce que disait Lionel Duroy : la pratique sportive et la pratique de l'écriture, pour moi sont exactement identiques. C'est-à-dire que si vous ne vous forcez pas à faire... Vous forcez votre esprit exactement comme vous forcez votre corps.

FB (13:50) : Mais c'est un plaisir ? Pardonnez-moi... c'est un plaisir quand même ?

JPD : C'est pas un plaisir ; c'est un travail qui doit être fait. Et qui doit être fait avec toutes les capacités que l'on a au meilleur moment, et que vous mobilisez par cette méthode. Parce que avec cette méthode vous avez un esprit qui pendant 30 jours est aiguisé comme une lame. Je ne veux pas dire que vous êtes malin à ce moment-là, mais vous vous donnez toutes les capacités de travailler. C'est comme si je vous racontais une histoire pendant 30 jours. Vous vous asseyez, et si vous avez la patience, c'est ma voix off qui pendant 30 jours va vous raconter une histoire, sans arrêt. Et même en dormant, je dors très peu, je me remets au boulot le matin, il n'y a pas de... Volià... Je ne sais faire que ça ; ce n'est pas une pause, mais je sais pas faire autrement. Si je m'arrête, le livre s'arrête. Voilà, c'est comme l'oiseau qui doit absolument remuer des ailes pour avancer ; moi je dois ne pas m'arrêter. Et le type qui s'arrête de pédaler tombe... [...]

JPD (14:45) : Voilà, je suis désolé..

FB : Soyez surtout pas désolé, moi je trouve ça formidable d'avoir comme ça une explication de l'écriture, qui nous semble mais alors tellement puissante et tellement forte... Franchement.

JPD : Vous pouvez même, grâce à ce travail, comprendre pourquoi vous avez fait ce livre et pas un autre ; le déconstruire ensuite. C'est exactement comme un meccano ; l'esprit s'éduque à ça, et je suis persuadé que c'est pas si fou, je vous assure. C'est pas universel...

FB : Ah non, ça c'est pas universel du tout ! C'est même très très très singulier... Et pourquoi une fois tous les 4 ou 5 ans ? Y a pas des moments où vous avez envie d'écrire ?

JPD : Nécessité fait loi... Mais si, il y a des moments où j'ai envie d'écrire, mais la vie vous pousse à autre chose... La vie vous transporte, ou vous paralyse. Et on ne peut écrire que quand vous avez un esprit qui est totalement mobilisé par votre travail et non pas par des chagrins ou du bonheur, qui sont des parasites fondamentaux pour l'écriture. [...] Oui, vous ne pouvez pas, quand vous êtes fondamentalement heureux, vous ne pouvez pas écrire... ni quand vous êtes fondamentalement malheureux... Les deux sont trop importants pour se consacrer à l'écriture... (15:56)

 

 

Commentaire & prolongement

Dans cet extrait stupéfiant, Jean-Paul Dubois répond à deux interrogations imbriquées :

1) Comment écrit-il ses livres ?

Tous les 4 ou 5 ans, il écrit un livre pendant 1 mois, du 1er au 31 mars ; commençant chaque matin à partir de 10h00, jusqu'à 3h00 ou 4h00 du matin. A minima, 8 pages doivent être écrites chaque jour.

2) Pourquoi utilise-t-il cette méthode "très très très singulière" ?

Pour se gagner du temps. Pour ne pas donner trop de son temps à un employeur. Pour avoir le temps de vivre. Pour être propriétaire de son temps...

 

Il prolonge son explication dans cet extrait d'une interview donnée sur France Inter (1er septembre 2016 - durée 1:27) :

« La seule chose pour laquelle j'ai travaillé dans la vie, c'est pour gagner du temps et revendiquer le droit à la paresse. Obtenir du temps pour vivre... le gaspiller, en faire quoi que ce soit, mais être propriétaire de son temps, et ne pas trop devoir de temps à ses employeurs. [...] J'ai réussi ma vie en gagnant du temps. Et l'écriture fait partie de ce processus... »

 

Si Jean-Paul Dubois estime avoir réussi sa vie, en employant sa méthode si singulière, qu'en est-il de ses livres ? Eh bien je ne jugerai pas ici de la qualité des livres de Jean-Paul Dubois, pour n'en avoir lu aucun jusqu'à présent (ce sera fait bientôt ; mea culpa)... On peut toutefois écouter un extrait de son livre La Succession dans cette vidéo de L'Actu Littéraire (5 octobre 2016 - durée 3:09) :

 

Post-Scriptum

Voilà, c'était le premier épisode des Extraits Stupéfiants ! Où s'entrecroisent un projet littéraire (comment écrire des livres, selon Jean-Paul Dubois) et un projet de vie (comment bien vivre, comment disposer au mieux de son temps... toujours selon Jean-Paul Dubois), qui interrogent non seulement la fonction d'écrire, mais surtout la fonction de vivre. Et ceci concerne chacun de nous : nos vies sont-elles réussies ? Nos vies sont-elles bien vécues ? (interrogations stupéfiantes, qui devraient nous occuper pour une vie entière, voire plusieurs...)

 

Tags : Livres - Littérature Culture Etonnant



Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • vote
    Stupeur Stupeur 23 septembre 15:10

    Vous pouvez également regarder cette vidéo : Interview de Jean-Paul Dubois pour son nouveau roman La Succession (L’Actu Littéraire, 5 oct 2016, durée 3:28)
     smiley


    • vote
      Stupeur Stupeur 23 septembre 15:17

      Il répond aux questions :
      Que raconte ce roman ?
      Quelles sont vos sources d’inspirations ?
      Comment vous documentez-vous avant d’écrire ?


    • 4 votes
      Stupeur Stupeur 24 septembre 09:27

      @La mouche du coche
      Tout est louche pour la mouche smiley


    • 1 vote
      matthius matthius 24 septembre 18:14

      @Stupeur
      Des romans, toujours des romans. Il y a mieux : S’épanouir plutôt que se divertir.


    • 1 vote
      Stupeur Stupeur 24 septembre 19:38

      @matthius
      Merci, je vois que tu as bien saisi la portée des interrogations évoquées dans l’article... smiley


    • 1 vote
      Djam Djam 25 septembre 13:02

      @La mouche du coche
      Oui, on peut effectivement se poser cette question pertinente, car... si JP Dubois a réussi ce tour de force de notre époque d’aliénation généralisée à vivre le plus clair de son temps sans cette aliénation "travail", il faut aussi prendre en considération l’exigence d’un réel talent d’’écriture et d’imaginaire au-delà de la "méthode pour pondre un livre en un mois".

      Je n’ai jamais lu du JP Dubois et pour me répondre à cette question, je vais lire son dernier livre... bien que d’une façon générale je pense aussi que de lire la presse et les romans et fictions modernes est, pour le coup, une vraie perte de temps de vie !

      Cet homme me plaît bien dans sa revendication à être "paresseux" car, pour ma part, j’ai compris l’urgence de ne jamais travailler 5 jours sur 7, voire aujourd’hui bien davantage, pour un quelconque patron. J’ai mis au point une méthode qui a très bien fonctionné toute ma vie. On dira que le mois de travail d’écriture de Dubois est chez moi tout simplement morcelé en toutes petites tranches de temps...

      Vivre sa vie c’est effectivement disposer de tout son temps pour ça. L’aliénation que la presque totalité des humains réclame pour simplement avoir le droit de survivre ne cesse d’étonner. Le système à réussi ce tour de force inouï en confisquant étape après étape tous les moyens normaux et directs permettant à un homme de subvenir seul à sa vie. L’objectif était de rendre tout homme sur cette planète isolé, fragile, sans ressource personnelle disponible et donc obligé de devenir l’esclave de cette ultra minorité qui ne fout rien hormis surveiller les courbes de ses profits virtuels.

      Il n’est pas normal "d’aller travailler chaque jour" dans un bureau, une usine, une institution ou un labo quelconque. Le travail est la plus grosse arnaque de tous les temps modernes, sachant que l’idéologie de la modernité et de son corollaire religieux le "Progrès", n’ont pas été entamé hier ni à l’ère industrielle mais bien longtemps aux temps antiques...


    • 2 votes
      llsalv 25 septembre 03:20

      Excellent ! Le plus stupéfiant, c’est que tout ça, je le savais mais de là à le mettre en oeuvre... Rien ne vaut un bon modèle pour se décider à passer à l’acte ! Merci pour cette découverte.


      • 2 votes
        Stupeur Stupeur 25 septembre 10:51

        @llsalv
        Merci smiley

        Oui, cette intuition est probablement partagée par de nombreuses personnes : que leur vie pourrait (devrait) être vécue différemment (se trouver du temps et mieux l’occuper), et peu se décident à franchir le pas... par manque de temps sûrement smiley


      • vote
        Simple citoyenne Simple citoyenne 16 octobre 08:31
        Hello Stupeur ; Fictions en podcast natif : France Culture et la SACD lancent un appel à projets

        Vous êtes auteur et vous avez des idées de fiction plein la tête, sous forme de série ? Alors présentez votre projet pour peut-être recevoir une aide à l’écriture attribuée par France Culture et la SACD, afin d’élaborer une fiction radiophonique destinée uniquement au podcast.


        • vote
          Stupeur Stupeur 17 octobre 15:16

          @Simple citoyenne
          Hello smiley

          Pour 2017 c’est trop tard : envoi des dossiers avant le 20 septembre. Merci quand même ! Nous aurons le temps de nous préparer pour l’année prochaine smiley

           

          "Le projet :
           
          - doit être le synopsis complet d’une série avec un 1er épisode entier de 10 à 15 minutes,
          - doit être d’expression originale française (les adaptations ne sont pas recevables),
          - doit relever du genre feuilletonnant,
          - doit s’inscrire dans les genres fictionnels suivants : politique, historique, fantastique, suspense, policier, espionnage, science-fiction,
          - doit comprendre 10 à 12 épisodes minimum d’une durée de 10 à 15 minutes chacun"



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès