• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Base Jump Sauvage

Base Jump Sauvage

Le poussin d'une oie sauvage artique saute une falaise de près de 200 mètres de haut, sans ailes et sans parachute.

C'est un terrible exemple donné par ses parents. Cependant, il trouvera le moyen de survivre aux impacts, puis terminera le travail avec une ligne de freeride enroulée pour parvenir au bas de la montagne, le tout pieds nus, et parviendra enfin finalement à la rivière avec papa et maman, où il aura droit au premier repas de sa vie. Et vous pensiez avoir eu une dure journée ? Voici un poulet qui semble être un dur à cuire. 

Tags : Animaux




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Norman Bates Norman Bates 20 août 22:51

    Mike Brand (l’inventeur du saut à l’élastique sans élastique) s’est réincarné en oie...


    • 3 votes
      Norman Bates Norman Bates 21 août 00:15

      @Norman Bates

      C’est Mike Brant, pardon pour cet acte dyslexiquantisémite...
      Il parait qu’il a été enterré avec une panoplie de Superman...


    • vote
      joelim joelim 21 août 15:04

      Iindiana jones n’a rien inventé (le zodiac volant).

      Ou alors c’est l’oisillon qui s’est inspiré des ’aventuriers de l’arche perdue’.

      L’arrivée en bas c’est mieux l’hiver, Indie (neige vs torrent).


      • 1 vote
        joelim joelim 21 août 15:38

        Le règne végétal n’est pas en reste.

        Des graines qui volent

        alsomitra macrocarpa

        Pour nous humains c’est Just Cause 4.

        Ou en vrai, pour les risque-tout car on n’a pas le duvet et la souplesse osseuse de l’oiseau.


        • vote
          louis 22 août 11:14

          @joelim
          Exact , un duvet qui lui sert d’amortisseur de choc et de parachute , la nature a tout prévu , bon d’accort il y a des accidents mais cela fait partis de la sélection puisque seuls les plus fort survivent .


        • vote
          llsalv 24 août 17:32

          @louis

          Le duvet n’y est quasiment pour rien. Tout au plus il contribue à notre saisissement devant l’exploit car l’animal parait plus gros et plus lourd qu’il n’est.
          Si on le voyait déplumé, on apprécierait mieux son faible poid qui, allié à une souplesse et une bonne résistance mécanique de ses os et articulations (merveille de l’adaptation), font qu’il supporte l’exercice relativement bien dès lors qu’il ne fait pas, comme on dit, de mauvaise chute.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Larry Bird

Larry Bird
Voir ses articles







Palmarès