• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile


En réponse à :


4 votes
Conférençovore Conférençovore 24 septembre 2019 15:13

Autre élément qui n’est pas donné dans la seconde vidéo : il faudrait vérifier pour Calvi lui-même (il me semble qu’il est listé parmi ces journalistes qui en croquent dans le docu "les nouveaux chiens de garde") mais ce qui est certain c’est que nombre de ses consultants pour cdansl’air sont également rémunérés par de grandes formes pour des conférences, séminaires et autres, mais ne sont jamais présentés comme tels. Ce qui st détestable chez Calvi c’est qu’il se présente comme un Français moyen, posant simplement les questions de Monsieur tout-le-monde. En France, seuls 1% de la population gagne plus de 10k/mois. Calvi et ses 80k doit figurer parmi les 0,1%. Sur certains ronds-points, son salaire était à lui seul celui de l’ensemble des participants à la goule desquels il a allègrement craché.

Extraits d’une entrevue qu’il a donnée il y a qq années : "

Sentez-vous la défiance des Français vis-à-vis de la presse ?

Bien sûr. Et que les journalistes puissent contribuer à la désespérance qu’il y a dans notre pays, m’atteint, me perturbe et j’espère en partie pouvoir y échapper. Depuis quelques années, un certain nombre de personnes préfèrent s’informer sur des réseaux parallèles, notamment sur Internet. Ce choix est un questionnement renvoyé à chaque journaliste. Je pense, pourtant, faire mon travail proprement, tout comme ceux avec qui je collabore et j’aimerais que les gens s’en rendent compte. A RTL, nous sommes une rédaction libre, qui essaie d’être mesurée dans ses appréciations.

Le traitement de l’info n’est-il pas un peu trop "vu de Paris" ?

A Sciences-Po, j’ai côtoyé des élèves aujourd’hui ministres. On avait le même mode de vie, on mangeait aux mêmes endroits et, si on allait au bout de la logique, je dirais qu’on était susceptibles de partir en vacances vers les mêmes destinations. Ce qui m’inquiète le plus, c’est l’entre-soi permanent. On n’a pas à se renier, à s’inventer une vie qu’on n’a pas. Inutile d’habiter une cité pour évoquer ce qui s’y passe, d’être musulman pour aborder la question de l’Islam en France ou artiste pour juger de la qualité d’une œuvre. Mais un journaliste doit garder à l’esprit qu’il travaille pour un public plus large que celui qu’il représente.

Georges Marchais traitait les journalistes de "cumulards". Ca ne vous semble problématique de retrouver les mêmes têtes aux commandes d’émissions influentes ?

Je dois m’inclure dans le lot puisque je pratique ce cumul. Je suis omniprésent ; c’est un choix de ma part, des maisons qui m’emploient et du public qui me suis. Si vous voulez suggérer qu’il faudrait qu’on change un peu les binettes, que ça ferait un peu d’air frais, je ne peux pas vous dire l’inverse. Je suis obligé d’affronter des réalités et sentiments contradictoires là-dessus. Car, en même temps, j’ai envie de garder ma place et je crois que je sers à quelque chose. Aujourd’hui, il y a pléthore de supports d’information. Si vous êtes toujours là face à une offre aussi importante, c’est que vous apportez quelque chose en plus."

Pleine vie - 2015




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON