• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alain Juillet : Vers un bouleversement des équilibres économiques (...)

Alain Juillet : Vers un bouleversement des équilibres économiques mondiaux

Les raisons de la construction Européenne ?

Tags : Economie International




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • vote
    Zatara Zatara 26 octobre 11:11

    Cette conférence s’articule bien avec celle d’Hervé Juvin. A voir.


    • vote
      ged252 26 octobre 13:23

      @Zatara

      Merci pour les encouragements smiley

      .

      Je mettrai la suite ce soir, je dois sortir, et ça prend du temps à rédige pour être lisible.

      .

      C’est une soutenance de thèse, une paradoxa, contre l’opinion dominante, toute le monde ne sera pas d’accord, comme d’hab, bizness as usual smiley


    • vote
      ged252 26 octobre 12:02

      C’est une conférence très importante, parce qu’elle explique les raisons de la construction européenne.
      .
      Nos zélites se voient larguées, elles voient qu’elles vont bientôt perdre le leader ship mondial, et elles s’inquiètent, c’est pour conserver, tant bien que mal, ce leader ship, qu’elles sont OBLIGEES de mettre en place la construction européenne.


      • vote
        ged252 26 octobre 12:09

        Je vais expliquer tout cela, mais d’abord il faut faire le point sur la situation actuelle. Il y a deux zones économiques qui comptent dans la monde et qui le domine depuis 1500 ans pour l’une et 200 ans pour l’autre  : L’Europe et les USA.
        .
        Leur niveau, leur compétition, se mesure avec L EURUSD, elles sont pratiquement à égalité, (elles font jeu égal économiquement) depuis l’an 2000, avec un EURUSD qui se maintient aux alentours de 1.3 EURUSD.
        .


        • vote
          ged252 26 octobre 12:35

          En 2008 a éclaté aux USA la crise dite "des subprimes", au départ c’est une crise immobilière, les pouvoirs publics américains ont voulu que les pauvres puissent être propriétaires de leurs logements, et ont fait voter des lois le leur permettant.
          .
          Cela, c’était au début des années 2000, alors que les taux d’intérêt étaient très faibles, le taux de la FED, le FDD, était autour de 1.25% ; mais par la suite Greenspan qui était le président de la FED a fait monter les taux jusqu’à 5.5% pour contrer la montée de l’inflation, je pense, mais le résultat a été ... que les gens qui avaient acheté des maisons avec des prêts subprimes, (plus cher), et surtout à taux variables, n’ont plus pu rembourser leurs mensualités, et ont dû ou revendre leurs maisons, ou se déclarer en faillite.

          C’est ce qui a initié la crise immobilière aux USA, (la revente des maisons des prêts subprime a taux variable), les prix de l’immobilier ont commencé à baisser, puis ça a fait boule de neige, et les prix de l’immobilier se sont effondré en 2008.

          .

          Ca, ne n’était que la crise immobiliaire, mais du fait que les prêts subprime avaient été titrisé, c’est-à-dire découpé en petits morceaux, mis dans des obligations, et revendu à qui en voulait, lorsque les ménages ont commencé à faire faillite, personne, parmi les banquiers, ne savait qui détenait des prêts subprime, ce qui a déclenché la méfiance entre les banques.... qui ont refusé de se préter de l’argent au jour le jour comme elles sont l’habitude de le faire en temps normal. C’est ce qui a déclenché la crise financière.

          .

          C’est l’intervention de la FED qui a mis fin à cette crise, en renflouant les banques.

          La FED a renfloué quasiment toutes les banques coté au Dow Jones, il suffisait qu’elles en fasse la demande. Mais la FED posait ses conditions, elle exigeait des garanties pour renflouer les banques, et une seule banque n’a pas pû fournir de garanties et a donc fait faillite, c’est la Lehman brothers. Ce n’était pas pour la punir d’avoir déclencher la crise et faire un exemple qu’elle a été laissé faire faillite, mais uniquement parce qu’elle ne pouvait donner de garanties.

          C’est Bernanke qui raconte tout cela dans le livre "mémoires de crise"


          • vote
            yoananda yoananda 26 octobre 12:59

            @ged252
            bon résumé sur la crise. J’apporte quelques compléments.

            Greenspan à baissé exagérément les taux parce que la bulle dotcom venait d’éclater et qu’il voulait éviter une (grosse) récession.

            La titrisation à permis la dilution du risque. Les banques s’en sont débarrassées et ont donc prêtés sans freins.

            L’american dream s’est branché dessus : j’achète une maison, même si je n’ai pas les moyens de la payer, mais, vu que le marché est haussier, je revends avec plus-value, et je m’enrichis. Ca à créé un ponzi (une bulle tout bêtement) immobilière : j’achète parce que les prix montent, et les prix montent parce que les gens achètent !

            Sauf que les arbres ne montent pas au ciel, et que ... il arrive un moment ou tout le monde acheté et que le ponzi s’inverse.

            En effet après Leman, les banques, ne sachant pas qui allait faire faillite (leurs bilans étaient calamiteux, et par exemple Fannie Mae & Freddie Mac étaient super mal, mais, comme leur client était surtout la Chine, le gouvernement fédéral n’a pas laissé faire la faillite). Beaucoup de petites banques sont mortes. Les prêts interbancaires étaient bloqués.

            La FED est intervenue "no matter what it cost" pour rétablir la situation, en, non pas créant de la monnaie, mais en la faisant circuler. (les US sont monétaristes et ils tiennent à garder un argent sain, contrairement à l’Europe qui se prépare une sale crise).

            J’ai passé des années à étudier cette crise (et notamment sa composante pétrolière), et j’ai même fait partie de ceux qui l’ont annoncées en 2007/2008. Les réactions des politiciens étaient risible : "il n’y a pas de crise" "la crise est derrière nous" ... à les écouter sur le moment, il ne se passait rien ! lol

            C’est comme le nuage de tchernobyl qui s’arrête aux frontières, ou comme les déséquilibrés. Quand ils ne peuvent résoudre un problème, ils le nient.

            Ensuite cette même crise est arrivée en Europe par le biais de la Grèce et elle est loin d’être finie chez nous. Elle s’est muée en crise politique ... pour l’instant.

            Au départ, je pensais que ça allait faire exploser l’Europe. Mais j’ai été surpris (je me suis planté grave sur ce point) par les réactions des peuples : des moutons. J’ai pris un claque. Depuis, j’ai révisé mes positions et les élections de Macron / Merkel et les autres confirment jusqu’ici ...


          • vote
            ged252 26 octobre 18:55

            @yoananda

            C’est ça oui, mais le plupart des gens n’ont pas compris ce qu’était les QE, c’est pour ça que leurs prédictions ne sont pas juste aujourd’hui.

            Le mec de la BCE ; Benoit coeuré a expliqué que ce qui fait la BCE est quelque chose de totalement nouveau, qui n’a jamais été fait auparavant.

            Je sais a peu près ce que sont les QE, mais je ne comprend pas complétement leur fonctionnement.


          • vote
            ged252 26 octobre 12:51

            Les USA ont démarré leurs QE en 2008, il y a déjà eut trois QE, et aujourd’hui, après tout ce temps, il n’y a toujours pas d’inflation aux USA, toujours pas de croissance.
            .
            L’Europe a démarré son QE en juin 2014, et aujourd’hui, après trois ans de QE, selon Draghi, l’Europe est sorti de la déflation et est sur le point de connaitre une nouvelle phase de croissance, il ne s’agit plus selon Draghi que d’une question de patience, quelques trimestres peut-être.
            .
            Pourquoi cette différence ente l’europe et les USA ?
            .
            C’est qu’il n’y a pas eut de crise immobilière en Europe, il n’y a pas des millions de personnes qui rembourse leurs prêts immobiliers et qui ne peuvent plus consommer.
            ..
            Aux USA, 69 % des gens étaient propriétaires de leur logement en 2005, aujourd’hui, il ne sont plus que 63.5 %, ce qui veut dire que 4.5% des ménages ont fait faillite et perdu leurs maisons, à cause de cette crise.
            .
            C’est ce qui fait la différence avec l’Europe, pas de crise immo, elle est dans une situation économique bien meilleure que les USA aujourd’hui, et ça se verra, si je ne me trompe pas, dans une envolé du eurusd dans les mois / trimestres qui viennent.
            .
            Voilà, suite cette après midi smiley


            • vote
              yoananda yoananda 26 octobre 13:43

              @ged252
              pour le coup, j’ai une opinion très différente. La situation en europe n’est pas immobilière, c’est vrai, mais le bilan des banques est catastrophique. Les ratios d’endettements sur fond propre sont très alarmants. Sans parler de la menace target 2, ou du carcan technocratique.

              La croissance ne reviendra pas, nulle part, dans les pays riches. C’est structurel :

              * ça s’observe bien sur le long terme, on perds (de mémoire) 1 point de croissance par décennie

              * ça s’explique par la démographie (on est trop vieux)

              * ça s’explique aussi par l’absence de (vraie - c’est la dessus qu’on peut discuter) innovation (bien qu’il y ai pas mal de piste et qu’on va peut être démarrer un nouveau cycle de Kondratiev) due en partie à une sorte de courbe de Laffer administrative : trop de réglementations tue l’innovation.

              En Europe c’est justement le soucis, cette croissance n’est que monétaire et artificielle. Quand on regarde la conso d’énergie on décroît, et ce n’est pas parce qu’on est super bon en intensité énergétique, c’est parce qu’on s’effondre.

              Les USA ont le schiste, mais impossible de dire à ce stade si c’est un mirage ou une vraie révolution. [quand je dis impossible, ça fait des années que je creuse le sujet et il n’y a que des infos contradictoires]


            • vote
              ged252 26 octobre 20:15

              @yoananda

              J’ai répondu en parti plus bas, pour les banques je n’en sais rien, j’ai des doutes que la situation soit catastrophique.

              Pour le reste la croissance vient du progrès technique, et je pense au contraire que la croissance va revenir, d’ici je ne sais pas quand, quelques années au maximum.

              .

              l’avenir donnera la réponse. Toutes les mesures prises depuis 10 ans visent à faire repartir la croissance, ça finira par arriver.


            • vote
              Joe Chip Joe Chip 26 octobre 20:24

              http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Consumption_of_energy/fr

              En 2014, la consommation intérieure brute d’énergie, parfois appelée simplement consommation intérieure brute, correspond à la demande ..." gloss-idx="6" original-title="Glossary:Gross inland energy consumption/fr" style="box-sizing : border-box ; background-color : transparent ; color : rgb(40, 115, 230) ; text-decoration-line : none ;">consommation intérieure brute d’énergie au sein de l’UE-28 était de 1 606 milliard de tonne équivalent pétrole (tep) est une unité normalisée de mesure du pouvoir calorifique. Par convention, elle est, équivalente au ..." gloss-idx="7" original-title="Glossary:Tonnes of oil equivalent (toe)/fr" style="box-sizing : border-box ; background-color : transparent ; color : rgb(40, 115, 230) ; text-decoration-line : none ;">tonnes-équivalent pétrole (tep) — voir le tableau 1.Restée relativement stable entre 2003 et 2008, la consommation intérieure brute d’énergie a accusé une baisse de 5,8 % en 2009, davantage imputable à un ralentissement de l’activité économique lié à la crise économique et financière qu’à une évolution structurelle de la consommation énergétique. En 2010, la consommation intérieure brute d’énergie dans l’UE-28 est remontée de 3,7 %, mais cette hausse a été suivie d’une baisse d’ampleur similaire (- 3,7 %) en 2011. Après ces trois années de changements relativement importants, 2012 et 2013 ont enregistré des variations plus modestes, la consommation ayant baissé respectivement de 0,8 % et de 1,1 %. Ce mouvement s’est intensifié en 2014, la dernière évolution annuelle ayant fait état d’une baisse de la consommation intérieure brute de 3,6 % supplémentaires.

              Du fait de ce nouveau glissement, la consommation intérieure brute d’énergie dans l’UE-28 a atteint, en 2014, son niveau le plus bas depuis le début de la série chronologique existante (1990-2014), plus bas encore que le niveau de 1994. En 2014, le niveau de la consommation énergétique dans l’UE-28 était 12,7 % inférieur au niveau record atteint en 2006 (1 840 milliard de tep), soit une baisse moyenne annuelle de 1,7 %.


            • vote
              Joe Chip Joe Chip 26 octobre 20:29

              @ged252

              Pour le reste la croissance vient du progrès technique, et je pense au contraire que la croissance va revenir, d’ici je ne sais pas quand, quelques années au maximum. 

              La croissance est étroitement liée à la production d’énergie. Si les Américains refusent de sacrifier leur filière carbone c’est parce qu’ils savent que sans énergie bon marché disponible en abondance il est difficile de faire de la croissance.

              A terme les renouvelables permettront peut-être de découpler croissance et production d’énergie, mais nous n’en sommes pas là. 


            • vote
              yoananda yoananda 26 octobre 22:02

              @ged252
              "Pour le reste la croissance vient du progrès technique, et je pense au contraire que la croissance va revenir"

              Pas que. La démographie joue aussi un rôle. (en fait l’innovation dépends en partie de la démographie)

              Et le progrès technique ça ne fait pas toujours de la vraie croissance. Par exemple, je crois qu’environ 1/3 des brevets ou pas loin sont dans le pharma et ... bon, niveau "croissance", ça se pose la. Ensuite, il y a tout un tas d’investissement dans le nucléaire aussi qui (oui, c’est vrai il faut voir sur le long terme) ne donne pas grand chose (pense ITER).

              Les innovations qui peuvent booster la croissance c’est surtout dans le domaine énergétique et depuis des années, c’est un peu mort, en dehors (mais c’est controversé) du schiste.

              Mais, innovation ou pas, depuis la 2ème guerre mondiale, la croissance perds 1 points tous les 10 ans ... et ça, quelque soit les progrès techniques, c’est purement démographique. Rien ne dit que ça va repartir magiquement à priori.


            • vote
              ged252 27 octobre 10:28

              @yoananda

              Pour l’énergie, l’Europe veut favoriser les énergies renouvelables, c’était Ségolène Royal, qui en était chargé (ou en est chargé ?). Il veulent dévelloper toutes les possibilités de ce coté, en disant que c’est la nouvelle source d’emploi et de prospérité.

              .

              Je n’y crois pas, ça me fait penser au minitel des années 80, quand les américains étaient déjà au PC. Je pense qu’on trouvera toujours des matières énergétiques naturelles qui remplaceront le pétrole, par exemple le gaz, terrestres : il y a des immenses gisements, ou maritimes, sous formes de glaces, le nucléaire, les moteurs à hydrogène ect.

              .

              Dans les bilans donnés par Joe Chip, on n’a pas la part des différentes sources d’énergie, pétrole, gaz, bois, nucléaire, renouvelable, tout ceci évolue.

              .

              Le progrès technique ne s’est pas arrêté, on va passer à la robotisation maximale, toutes les tâches manuelles et répétitives seront faites par des robots, y compris les tâches domestiques : ouvertures des portes, portail, fermer volets, sortir les poubelles ect Il y a des sources importantes d’emploi de ce coté.

              .

              Le vieillissement des populations ce n’est qu’un problème économique, que les peuples connaissent des phases d’expansion et de diminution de leur population, c’est normal, il faut juste le gérer.

              C’est ce que font très bien les Japonais ; avec le choix de la robotisation humanoide.

              .

              Tout ça ça concerne l’avenir, on ne peut pas démontrer qu’il y aura ou qu’il n’y aura pas de retour de la croissance, parce que c’est un évènement qui est dans l’avenir, et que ce n’est pas encore arrivé.

              Ce ne sont que des suppositions, on en saura plus l’année prochaine. smiley


            • vote
              yoananda yoananda 27 octobre 10:48

              @ged252
              "Je pense qu’on trouvera toujours des matières énergétiques naturelles qui remplaceront le pétrole, par exemple le gaz, terrestres : il y a des immenses gisements, ou maritimes, sous formes de glaces, le nucléaire, les moteurs à hydrogène ect."

              Oui, les ressources sont infinies (hydrate de méthane par exemple), mais pas les ressources économiquement exploitables. C’est tout le problème et même s’il faut prendre de grosses pincettes tu devrais t’intéresser aux travaux de Jancovici qui a fait pas mal de vulgarisation sur cette question. 

              Par exemple, on pourrait aller chopper des milliards de tonnes d’hydrocarbures sur Vénus ou Jupiter mais ... pas de manière économiquement viable (pour l’instant).

              Toute la question est la, sur les technos d’extraction de l’énergie.

              "Le progrès technique ne s’est pas arrêté"

              J’ai jamais dit le contraire. Je dis que pour la croissance, tous les progrès ne servent pas forcément et qu’il faut cibler ceux qui concernent l’extraction d’énergie. Et la pour le moment, y a pas grand chose.

              "Le vieillissement des populations ce n’est qu’un problème économique, que les peuples connaissent des phases d’expansion et de diminution de leur population, c’est normal, il faut juste le gérer."

              On ne sait pas le gérer, c’est toute la question ! Ca s’explique (rapido) ainsi : les jeunes couples qui emprunte (et tirent la croissance), les familles qui dépensent beaucoup, les vieux qui touchent la rente. S’il y a trop de vieux et pas assez de jeunes, tu as trop de charges et pas assez d’emprunts et l’économie se "tasse", plus de croissance.

              De plus, après la guerre, fallait tout reconstruire ... maintenant, c’est fait. Depuis les années 80, la croissance endogène c’est fini, reste la croissance tirée par la démographie, et ça, ça se termine aussi.


            • vote
              Croa Croa 26 octobre 13:42

              Conférence très intéressante. Je la recommande !
              Ce, bien que le conférencier ait des choses une vision très droitière (dont on tiendra compte smiley ) et aussi très optimiste (en ce qui concerne l’ensemble du monde s’entend.) 
              Sa « prospective » notamment prêterait à sourire si les choses n’était pas aussi graves. S’il voit bien que tout s’automatise il ne voit pas par contre que les ressources fossiles auront une fin. Il ne voit pas non plus les effets néfastes de certains usages et évolutions. Pour lui un pays seul sera absent des développements à venir... La Suisse, c’est un miracle ?  smiley


              • vote
                ged252 26 octobre 19:03

                Bon Draghi vient de me contredire, conférence de aujourd’hui a 14h30
                /
                D’après ce que j’ai compris le QE est prolongé, de 60 milliards jusqu’à la fin de l’année comme prévu, puis de 30 milliard j’usqu’a sept 2018.
                .
                Donc pas de croissance avant 6 mois/1 an.
                .
                Le scénario est changé, ce sera une course de vitesse entre les QE européen et américain, pour savoir lequel des deux produira ses effets le premier. Si c’est le QE américain qui produit la croissance le premier, on aura un effondrement de l’euro, si c’est le QE européen, on aura une envolée de l’euro.
                Personne ne sait quand va revenir la croissance, même pas Draghi.


                • vote
                  ged252 26 octobre 19:11

                  Voilà ci dessous l’opinion de Draghi à propos des hommes politiques, en gros ils sont incompétents, ils ne pensent qu’à leur élection et leur réélection, ils mentent et nie qu’ils ont menti ensuite : "they renege", et Draghi conclu que : la crédibilité d’une banque centrale avec un mandat clair de stabilité des prix est mieux assuré par une banque centrale  :

                  .

                  http://www.ecb.europa.eu/press/key/date/2017/html/ecb.sp170823.en.html

                  .

                  In the 1970s governments attempted to maximise social welfare, in the form of low unemployment and inflation, by trying to exploit the short-run trade-off between the two. They engineered surprise booms “just once” before promising to revert to a policy of low inflation in future, especially when motivated by the electoral cycle. The insights of a number of Nobel laureates showed how these policies were bound to fail and why they were time inconsistent.[2] The same incentive to renege remains in the future, and promises to do otherwise lack credibility. Rational wage and price setters will not believe in a policy that policymakers will find it optimal to renege on, making it difficult for policymakers to achieve price stability without a recession.

                  It is hard to overestimate the enormous impact that the Lucas critique and the problem of time inconsistency have had on the conduct of monetary policy over the past 40 years. In the 1970s, most central banks were under political control and obliged to follow more or less short-term oriented policies. During the 1990s and 2000s, the importance of credibility was increasingly appreciated and evidence mounted that operationally independent central banks with a clear mandate to maintain price stability delivered much better economic outcomes than those under direct government control.


                  • vote
                    ged252 26 octobre 19:25

                    Voilà le résumé des recommandations européennes pour la France

                    .
                    C’est le programme économique du Front national des années 1990/2000 ; le programme libéral de bon sens de JMLP.
                    .
                    C’est un programme qui consiste dans une simplification des formalités administratives, de la fiscalité, une réduction des impôts. Des réformes visant à rendre plus efficientes les recherches d’emploi, des réformes touchant l’orientation professionnelle et la formation continue, (jugée peu efficcace). enfin toute une série de réforme touchant l’Etat lui-même, dans son fonctionnement et son administration.
                    Des baisses du nombre de fonctionnaires sont surement prévues, ça a déjà commencé avec la fin du service des cartes grises en préfecture.
                     Personne ne parlera jamais la réduction du nombre de fonctionnaire, ça se fera, mais ne sera jamais dite, pour éviter les manifestations et grèves.
                    .
                    Si les pouvoir publics se décident à mettre en place de telles réformes, que personne depuis des dizaines d’années n’a eut le courage de mettre en place, c’est que la situation est sérieuse, oui le moment est grave.
                    Ces réformes sont imposées par l’union européenne, et non mise en place par le personnel politique, elles lui sont imposées .... pour une raison simple, les target2 : les économies divergent, et mettent en danger la survie de l’Euro.

                    Le choix pour les zélites, c’est soit de faire converger les économies, soit la fin de l’Euro.
                    .
                    L’Europe se divise en pays riches, les pays du nord : Allemagne, France, Autriche, Pays bas, Belgique, Finlande ; et en pays pauvre : pays du sud et de l’est. Le problème c’est que l’Euro ne peut pas convenir au pays riche et aux pays pauvres en même temps. Il est trop bas pour les pays riches, et les favorise, et trop élevé pour les pays pauvres, et les appauvrit encore plus.
                    .
                    Pour éviter l’explosion de l’euro il faut donc égaliser les économies, il faut "upgrader" l’industrie des pays pauvres.
                    .

                    Cette mise à niveau va ressembler à ce qu’a fait l’Allemagne avec sa réunification, qui lui a coùté des milliards. Il faut donc de l’argent, beaucoup d’argent, et les mesures pour la france, vise d’abord à rendre plus efficiente l’économie française, afin de dégager des fonds qui iront s’investir dans les pays du sud et de l’est.
                     ;

                    Parmi les premières mesures connues, on peut citer la directive travailleurs détachés, qui va profiter aux pays pauvres, leur travailleurs travailleront dans les pays riches au salaire des pays riche, mais avec les charges sociales des pays pauvres. C’est typiquement le genre de mesure qui visent à égaliser les économies. Autre mesure la possibilité donnée aux retraités français de s’installer au Portugal sans y payer d’impôts.
                    .

                    Dans les années qui viennent les mesures de ce genre vont se multiplier, avec toutes le même objectif, et les mêmes conséquences, d’un coté un enrichissement des pays pauvres, et de l’autre coté un appauvrissement (provisoire) des habitants des pays riches. Nous ne sommes qu’au début d’un processus qui va se prolonger sur plusieurs décennies.
                    .

                     Si les hommes politique veulent construire l’europe, ils sont obligé d’en passer par là.
                    Mais maintenant pourquoi construire l’europe ?


                    • vote
                      yoananda yoananda 26 octobre 20:06

                      @ged252
                      si l’Europe parvient à dégraisser notre mamouth administratif, ça serait énorme, mais je n’y crois pas, cette caste de privilégiés préfère parasiter la France jusqu’à la mort (la tiers-mondisation) du moment qu’ils continuent à avoir les avantages indus et leurs grasses retraites sur le dos des autres, tout va bien.

                      Mais si on touche un cheveux de leurs privilèges, ils sont prompt à sortir les larmes de crocodile avec toujours un exemple de fonctionnaire mal payé sous la main (les moyennes ils s’en foutent), ou un fonctionnaire plus dévoué que Mère Thérésa, ou alors la menace ridicule du "et sans hopitaux ou prof ou flic comment vous allez faire"...

                      dans le genre mauvaise fois chaque fois que j’ai discuté avec un fonctionnaire, ça c’est posé la.

                      Le soucis, c’est qu’avant il y avait la dévaluation pour les enfumer (vu que ces brêles sont nulles en math), mais maintenant, on ne peut plus utiliser cette ruse à cause de l’Euro. Et ça, ça (et pas les autres trucs souvent avancés) est un vrai problème politique, notamment en France.


                    • vote
                      Croa Croa 26 octobre 23:24

                      À ged252,

                      Mais qui sont ces ENCULÉS qui se permettent de dicter aux français leur politique financière ?


                    • vote
                      ged252 26 octobre 19:40

                      Mais maintenant pourquoi construire l’europe ?
                      .

                      C’est la vidéo de Alain Juillet qui l’explique. Les pays autrefois du tiers monde, ont compris l’intérêt du dévellopement économique. La chine aujourd’hui est devenu la deuxième puissance économique mondiale, elle sera suivi dans quelques décennies par des zone économiques regroupant plusieurs pays, autour de l’Asie du sud est, de l’Indonésie, de l’Iran, de la Chine, de la Corée, de l’Inde, de l’Amérique latine ... peut être de l’argentine ect
                      .

                      Ces pays ont compris que "money est power", et que s’ils veulent être libre, non soumis aux pressions et dictats des USA et de l’Europe, ils doivent s’enrichir.
                       Ces zones ressemblent aux 8 civilisations décrites par Hungtington dans son "choc des civilisations", dans lequel il explique que la civilisation dominante actuelle : l’Occident, c’est à dire au départ l’Europe blanche et chrétienne, à laquelle sont venu s’ajouter ses satellites : Australie, Nouvelle Zélande, Canada, Guyane, et peut être Nouvelle Calédonie ; Cette civilisation occidentale et ses valeurs ne sont pas universelles, contrairement à ce que nous rabache nos hommes politiques et nos journalistes depuis la nuit des temps.
                      Nos valeurs de droits de l’homme, de générosités, d’altruisme, de welfare, de volonté de bienveillance à l’égard du monde, ces valeurs ne sont pas universelles, et ne sont pas partagé par les autres civilisations.
                      .

                      Et cela entraine surtout des points de vue contradictoires et opposés sur "les fins" du monde.
                      Les fins du monde (l’eschatologie), sont le but finale auquel l’humanité doit parvenir.
                      Par exemple, pour prendre des fins du monde connues : celle des juifs voudraient que le peuple juif soit au sommet de l’humanité, et que les autres peuple soient leurs serfs, que Jérusalem soit la capitale mondiale de l’humanité, (comme dit jacques Attali) ; ou encore la fin du monde de l’islam, c’est que le monde entier devienne musulman, on voit que les fins du monde, sont totalement différentes.
                      .

                      De ce seul fait les civilisations vont entrer en conflit les unes avec les autres, et défendre chacune leurs intérêts et leurs valeurs.
                      Dans ce jeu mondial, l’économie c’est le pouvoir, nos pseudo élites, se voient déjà larguées, devenues les laissées pour compte du monde. des paysans, et cette perspective ne les réjouit pas : passer de super puissance à rien du tout, quel déclassement !

                      .
                      Et voilà la raison pourquoi nos zélites s’empressent, à marche forcé, de construire l’Euro : pour pouvoir compter encore un petit peu dans la marche du monde. lol
                      .

                      Autant dire que l’Euro se fera "whatever it take", quoi qu’il en coute, comme le dit Draghi.


                      • vote
                        ged252 26 octobre 19:51

                        La conséquence de tout cela, c’est que l’Europe doit s’enrichir si elle veut continuer à compter pour quelque chose. Or le meilleur moyen pour des pays de s’enrichir, c’est le libéralisme à l’américaine, c’est la carotte de l’argent, la récompense qui pousse tout un chacun à produire des efforts, pour être libre et avoir une vie aisée.
                        .
                        Car si l’argent c’est le mal, c’est de là d’où vient toute la misère et les problèmes du monde, c’est ce qui met en esclavage les prolos du monde entier en échange d’un salaire de misère ;
                        Et bien si l’argent c’est le problème, c’est aussi la solution, car celui qui en a ; de l’argent, est libre vis à vis de l’argent .... et ... des chefs , des petits chefs et des patrons .. et oui smiley
                        .
                        Et maintenant ces ordures d’élites qui ont tout fait depuis des dizaines d’années pour nous pourrir la vie : pour se débarrasser de l’homme blanc, que se soit par une éducation qui n’est qu’une singerie d’éducation, par la guerre des sexes destinée à pourrir les relations hommes- femmes, par le féminisme qui visent à perdre les français dans des identités sexuelles délirantes, par la télévision et ses programmes abrutissants, ou le matraquage incessant de la propagande, rien ne nous aura été épargnés.
                        .
                        ..... mais voilà ! voilà l’euro !
                        .

                        Et voilà que les zélites sont maintenant BESOIN su peuple français, et d’un peuple français éduqués, compétent, et qui puisse s’enrichir, et ça change tout.


                        • vote
                          Croa Croa 26 octobre 23:41

                          À ged252
                          FAUX, le libéralisme n’enrichi que les riches, pas les pays et en tout cas pas les états. De plus cet enrichissement des seuls riches passe par un certain parasitisme. Comme l’accumulation de valeurs (même bidons) des riches entrent dans les comptes des nations certaines illusions persistent mais...

                          Ça ne tiendra que tant que les états et les entreprises arriveront encore à (sur)vivre mais tout ça finira dans un mur.


                        • vote
                          Croa Croa 26 octobre 23:48

                          À ged252 (suite) Même le libéralisme « à l’américaine » qui n’est qu’une forme de propagande pour laisser les cons la tête dans le guidon pendant que l’élite se sert.


                        • vote
                          ged252 27 octobre 11:07

                          @Croa

                          .

                          Je ne pense pas, tu confond capitalisme et libéralisme.

                          Le capitalisme c’est l’accumulation des richesses, la concentration, c’est le fait de vouloir avoir des rentes de situations, de l’argent qui tombe automatiquement chaque mois, sans avoir à travailler.

                          .

                          Le libéralisme c’est le contraire, c’est la possibilité de créer des entreprises pour concurrencer des gens : les capitalistes ayant des situations de MONOPOLE, pour offrir des biens et services moins cher, et gagner sa vie de cette façon.


                        • 1 vote
                          ged252 26 octobre 20:05

                          Voilà pourquoi je ne suis plus contre l’Euro et l’Europe, les Français dans un avenir proche, auront intérêt à créer des entreprises, car ils n’auront plus ces tracasseries administratives, les obstacles et la confiscations fiscale qui existent aujourd’hui, au contraire la vie leur sera facilité.
                          .
                          La BCE ne s’occupe normalement que de l’Euro, et elle est compétente dans son domaine, il faudra attendre la reprise économique pour en avoir confirmation ; et elle ne se mêle pas de politique, elle se réfugie derrière sa neutralité politique, pour refuser de se mêler de politique, (d’immigration quoi ! comme la FED) les immigrés, pour la BCE ne sont qu’une donnée économique dont ils doivent tenir compte, ce n’est pas elle qui impose l’immigration.
                          .
                          Mais la BCE ne peut pas ne s’occuper que de l’Euro, elle s’est attaqué maintenant à la politique budgétaire, (Hollande n’a pas tenu ses engagements, c’est très mal), et elle sera obligé de s’occuper de tout le reste afin de faire converger les économies.
                          .
                          Dans ces hypothéses les immigrés et l’immigration ne sont pas vraiment des chances pour l’Europe, ni des richesses, à mon avis plutôt des boulets, ils ne vont pas favoriser la reprise économique, plutôt la retarder.


                          • 1 vote
                            yoananda yoananda 26 octobre 22:40

                            J’ai écouté la conf.
                            Bon, il faut mettre de coté pas mal de choses, c’est un discours purement entrepreneurial, managérial, commercial, bien profond dans la matière (compétition économique comme seul prisme de lecture du monde).
                            Si on oublie "tout le reste", qu’on s’en tient à l’homo œconomicus uniquement, alors oui, c’est intéressant, ça montre les mutations de notre époque :
                            * mondialisation des transports
                            * mondialisation de l’information
                            * mondialisation des flux financiers
                            Mais pour moi, il manque pas mal de points importants qui ne sont pas abordés (sans "sortir de la matière", sinon il y aurait trop à dire) :
                            * la sur-information, qui est le mal de ce siècle
                            * la division du travail internationale (et donc les atouts et faiblesses de chacun) (bon c’est peut-être sous-entendu pour lui)
                            * les ressources (qui ne sont pas infinies sans être finies non plus) et leur épuisement
                            Sinon, aparté, La Sibérie qui jaunie, oui, je confirme avoir lu ça ailleurs moi aussi.


                            • vote
                              Zatara Zatara 27 octobre 12:40

                              @yoananda
                              de mon côté, c’est bien plus le remplacement d’une main d’œuvre humaine par les robots et surtout les IA (exemple des secrétaires ou des conducteurs de camion), impliquant la mise au chômage de toute une partie de la population non négligeable (800 000 secrétaires, 600 000 chauffeurs routiers).. à l’image de ce qu’annonce un Hervé Juvin, ou un Laurent Alexandre... C’est une troisième révolution industriel qui arrive pour les métiers liés aux connaissances et aux services, et ça va faire mal. Et les gens iront faire la grève devant le fait accompli grâce aussi à des politiques toujours en avance sur leur temps....


                            • vote
                              Zatara Zatara 27 octobre 12:42

                              @yoananda
                              ...sinon, un énième discours sur le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale.... décrépitude occidentale qui ne touchera, évidemment qu’une partie de la population (grosse) et pas une autre....



                            • 1 vote
                              yoananda yoananda 27 octobre 12:50

                              @Zatara
                              Oui l’IA commence à changer pas mal de choses, et la blockchain aussi.

                              Les libéraux nous disent "pas de soucis, d’autres métiers apparaîtront"... oui, comme toiletteur de chien pour cadre google, lécheur de pieds des silicon’s califes, etc...

                              Ils ont sûrement raison du moins pour partie. C’est le même processus que pour les premières révolutions industrielles (la "destruction créatrice de schumpeter).

                              Mais ...

                              La ou je te rejoint, c’est que cette fois, personne ne sait quel genre de jobs on va pouvoir créer, ni si on va pouvoir en inventer, puisque les machines vont presque tout prendre en charge. Si le secteur première et secondaires ont diminués en proportion pour le tertiaire, on va devoir inventer un "quaternaire" cette fois, et ... la, c’est pas dit qu’on y arrive.

                              D’ou les 2 grandes pistes : le revenu de base, et les services de base (au lieu de filer de la thune, on donne des services gratos).

                              Le 2ème à largement ma préférence, mais ils ne sont pas sans poser de nombreux problèmes, notamment avec une démographie hors de contrôle et la tendance larvaire de l’humain s’il n’est pas poussé au cul ...

                              Bref, ce sont des vraies questions que peu de monde se pose trouve, surtout ici, tous qu’ils sont obnubilés par leurs conspirations de tout ordre.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ged252


Voir ses articles







Palmarès