• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alain Soral à Hong Kong : "Je suis un anti-démocrate assumé"

Alain Soral à Hong Kong : "Je suis un anti-démocrate assumé"

Alain Soral était à Hong Kong le 28 novembre 2012. Il y a donné une conférence dans le café-pétanque « Les Boules », puis, le 30 novembre, a participé à une rencontre-discussion dans la librairie « Parenthèses ».

 

Conférence au café « Les Boules », partie 1 :

 

 

Conférence au café « Les Boules », partie 2 :

 

 

Rencontre-discussion à la librairie Parenthèses :

 

 

C’est à la fin des questions-réponses, dans la 2e vidéo, qu’Alain Soral dit son opposition à la démocratie représentative (de marché et d’opinion), qui est nécessairement, selon lui, le pouvoir des plus riches, manipulant par les mass media la population inculte. Il se fait alors le partisan d’une sorte de despotisme éclairé, où il s’agirait pour lui de faire le bonheur du peuple à son insu : "J’estime que je suis mieux formé que vous, moi je veux passer par un processus révolutionnaire, et faire votre bien malgré vous, parce que souvent vous ne savez pas ce qui est bien pour vous", lance-t-il à son public (51 min 50). "Et je suis authentiquement un anti-démocrate assumé, et je le revendique clairement", renchérit-il.

 

Plus loin il dit, sans se rendre compte de la contradiction manifeste : "Je suis beaucoup trop démocrate pour être démocrate", précisant qu’il aime beaucoup Etienne Chouard et son idée de tirage au sort ; c’est au nom de la "vraie démocratie" que Soral rejetterait la "fausse démocratie" actuelle ? Mais non, car même dans une vraie démocratie, si l’on éviterait sans doute le pouvoir de l’argent, on n’éviterait pas le pouvoir des incompétents, qui est manifestement sa hantise. Or, la démocratie, c’est précisément le régime politique où le pouvoir revient à ceux qui n’ont aucun titre à gouverner - en particulier la compétence.

 

Démocrate malgré lui

 

Soral propose alors étrangement de dissoudre la démocratie pour mieux la reconstruire : "Il faudrait d’abord abolir la démocratie, refaire un vrai travail de formation citoyenne pour pouvoir la relancer derrière, car ma dimension démocratique elle est celle-là, c’est que je dis que le seul moyen que les gens ne votent pas trop mal, c’est qu’ils soient cultivés politiquement, c’est de leur donner le maximum d’information, de formation historique, économique, etc., et c’est le seul travail que je fais, et c’est en cela que je suis un démocrate malgré moi, c’est que je pense qu’un citoyen bien formé ne vote pas trop mal". Un citoyen éclairé vaut certes mieux qu’un citoyen ignorant, en proie à toutes les manipulations. Mais Soral semble suggérer que le citoyen éclairé votera "bien" ou "pas trop mal", autrement dit plus ou moins comme lui... ce qui revient à nier la démocratie, dans laquelle il faut admettre que des citoyens, même éclairés, puissent avoir des opinions très différentes. Les cadres de l’UMP et du PS ne sont-ils pas éclairés ? Comme ceux des autres partis d’ailleurs ? Que nous soyons éclairés ne signifie pas que nous atteignions l’unanimité, et c’est ce que Soral ne semble pas comprendre.

 

Soral manifeste ainsi les mêmes hésitations que nombre de personnes qui assistent aux conférences d’Etienne Chouard : tous démocrates, à condition que leurs semblables prennent les "bonnes décisions", c’est-à-dire les leurs. Et Chouard ne manque jamais de faire remarquer à ces personnes (souvent de gauche) qu’en disant cela elles ne sont pas démocrates. Etre démocrate, c’est accepter que la majorité prenne de "mauvaises décisions" (de notre point de vue). Sinon, en effet, comme le dit Soral, il ne reste que le coup de force pour faire le "bien" à la place du peuple, parce que soi-même on prétend savoir ce qu’est le bien. Il faudrait que Soral comprenne que même un homme éclairé - aussi aberrant que cela puisse lui apparaître - peut voter Copé, Aubry, Duflot ou Besancenot... être ultra-libéral, pour le mariage gay, le communautarisme et le sionisme... et ne soit pas tenté par le survivalisme.

 

Puisque Soral aime bien Chouard, celui-ci pourrait lui donner quelques leçons de démocratie. Ils tomberont sûrement d’accord pour reconnaître le caractère assez insupportable de ce régime, où les idiots peuvent s’exprimer et parfois diriger ; mais c’est aussi le seul régime où le peuple n’est pas totalement à la merci d’un chef, et ne doit pas compter, impuissant, sur sa bienveillance. Vaste question en tout cas... Alors à quand le débat tant attendu entre Etienne Chouard et Alain Soral ?

Tags : Politique Démocratie Citoyenneté Alain Soral Etienne Chouard




Réagissez à l'article

128 réactions à cet article    


  • 31 votes
    Hijack ... Hijack 27 décembre 2012 01:33

    Je les ai écouté en travaillant ( il y a 2 jours) ... Que dire, à part que c’est du Soral tout compris !!!
    .
    Je propose qu’on les diffuse dans toutes les bonnes écoles et universités !!!

    .
    Merci pour le partage.


    • 10 votes
      Erwanet Erwanet 27 décembre 2012 01:37

      Hijack : "Je les ai écouté en travaillant"
      ¨
      Tiens tiens... ça sent le fonctionnaire. Tu es dans quelle administration ? ^^
      ¨
      Sérieux, il y a encore des gens qui écoutent Soral ?


    • 13 votes
      Hijack ... Hijack 27 décembre 2012 10:31

      Mais crois-tu vraiment que l’on peut bosser dans une admininistration et naviguer sur la toile ??? J’en doute !!!

      Je bricolais tranquillement chez moi ... en ces périodes de fêtes !!! ... bricoler c’est bien travailler ...

      Et ... en plus, il y avait de la musique ... en toile de fond ! (sans compter comme déjà dit mille fois, que je suis -ce que l’on appelle un hyperactif- que je fais tjrs plusieurs choses à la fois, sans que cela perturbe ce que je fais ...
      .
      Dis-mois ??? crois tu vraiment que l’on peut écouter ce site dans une administration  ???
      Il fautt être toi ... pour le croire !!!
      .
      Sinon ... évidemment que je bosse dans le privé, jamais de ma vie je n’ai bossé dans l’aministration ... (j’y avais fait de courtes pérides d’intérim dans mes premières années ... et je te garantis ... que je bossais trop vite ... pour eux).


    • 2 votes
      Erwanet Erwanet 27 décembre 2012 12:15

      Ouf, j’ai eu peur...
      ¨
      Hijack : "j’y avais fait de courtes pérides d’intérim dans mes premières années ."
      ¨
      T’as peut-être chopé une saloperie lors de cette période, un truc larvant qui s’est incrusté à vie dans ton SNC, non ? T’as fait des tests pour être sûr ? Car ces saloperies, ça peut couver des années et ressortir tout d’un coup. Style un méchant Syndicoccus fainéans passé inaperçu qui ressurgit après des années... Fais quand même gaffe, hein. ^^


    • 9 votes
      Hijack ... Hijack 27 décembre 2012 12:29

      Erwanet,
      .

      Désolé, mais ... je crois que t’as un blème de compréhension ...
      .
      N’importe qui .... en lisant un ou deux de mes posts ... peut comprendre que je suis tout ... absolument tout ... sauf un fonctionnaire.
      J’avais dit que j’y ai travaillé très peu de temps en intérim ... et j’avais vite constaté le décalage ...
      Non, j’ai tjrs été libre ... bossant notamment dans de très petites structures privées ... en plus d’avoir été musicien ...
      .
      Quand je suis au bureau ... je peux, quand je suis au téléphone, écrire 2/3 posts sur Avox ou ailleurs ... et faisant trjs mon boulot, rien ni personne ne m’empêche d’aller sur le net ...
      Dans mon job, je sais ce que j’ai à faire ... donc, je n’ai aucune instruction comme dans une administration.
      J’oubliais ... dans les années 90 j’avais aussi monté ma propre boîte ... j’avais dû arrêter après 2 sans (sans dettes) ... devine grâce à qui : l’administration.
      .
      Conclusion, avant de parler de quelqu’un que tu ne connais pas ... réfléchis ... ou informe toi !


    • 10 votes
      Machiavel 27 décembre 2012 16:00

      Egalité et Réconciliation avec les idées du FHaine , ça va de soi et la multitude de gogos tombe dans le panneau prête à se gratter les aisselles .....


    • 3 votes
      la mouche du coche 27 décembre 2012 20:35

      Effectivement M. Soral a du mal avec la démocratie. Sur le fond il est trop intelligent pour ne pas voir que M. Chouard a raison, mais comme il rêve du retour d’un De Gaulle, il n’en veut pas. Le Suisse se bat contre le français en lui. smiley


    • 1 vote
      maQiavel machiavel1983 27 décembre 2012 21:07

      Une bataille de Marignan en lui meme ? smiley


    • 5 votes
      QaviQeQuarQo davideduardo 27 décembre 2012 21:19

      Sérieux, il y a encore des gens qui écoutent Soral ?



      aparament plus que ceux qui écoutent les libertariens :



    • vote
      la mouche du coche 27 décembre 2012 22:49

      Vi.... smiley


    • 3 votes
      la mouche du coche 28 décembre 2012 11:22

      En fait M. Soral voit très bien que la démocratie chouardesque résoudrait la majeure partie des problèmes que ces vidéos évoquent les unes après les autres. Il a dut écouter M. Chouard et l’a sans doute très bien compris. Il voit très bien que remplacer un politique par un autre ne changera rien, qu’il soit juif ou non. Mais il se refuse à l’admettre parce que la démocratie, c’est le pouvoir des gens simples et droits, et cela, c’est juste ennuyeux.


    • 18 votes
      Erca 27 décembre 2012 02:09

      Dans l’extrait dont est tiré la citation, son discours ressemble franchement à celui de Lénine sur l’avant-garde. Il avait déjà exprimé ces idées de façon un peu plus floue lors de sa première conférence avec Piero San Giorgio, mais là il peut difficilement être plus clair. En fait il a la même conception du public que ceux qu’il dénonce : des masses obscures et confuses qu’il faut mener au bâton... D’ailleurs, il ne se gêne pas pour traiter son public de sous-merde.


      Bref, s’il faut faire la révolution, je la ferai sûrement pas avec ce sinistre individu.

      • 4 votes
        ffi 27 décembre 2012 17:07

        Pour moi, le juste peut être infailliblement déterminé par la raison.
        Voir par exemple à déontique.
        Donc pas besoin de passer par une computation des voeux pour le déterminer.
         
        Et si éventuellement il faut une protection contre la raison qui déraille, je ferais plus confiance à l’intelligence d’un homme bon et plein de bon sens qu’à une computation des opinions, moyenne entre les savant et les ignorants, les gentils et les salopards...


      • 5 votes
        maQiavel machiavel1983 27 décembre 2012 18:59

        C’ est le fort qui dit ce qui est juste ou non. On peut le déplorer mais c’ est comme ça ...


      • 4 votes
        ffi 27 décembre 2012 19:27

        C’est pour cela que l’on a fait l’État de droit : pour que le fort suive le droit.


      • 2 votes
        maQiavel machiavel1983 27 décembre 2012 19:32

        Le fort suit le droit que parce qu’ il est contraint de le faire par une force qu’ il ne peut subjuger , ça découle aussi d’ un rapport de force.


      • 1 vote
        ffi 27 décembre 2012 21:30

        Mais cela ne peut-il pas être aussi parce que le fort croit en la justice ?
         
        Sais-tu, les gens ne sont pas des automates déterministes...


      • vote
        maQiavel machiavel1983 27 décembre 2012 21:37

        Les forts appellent leur force justice. Mais effectivement il y’ a des plus forts qui croient en une justice qui les dépassent , on ne peux le nier. Mais c’ est très très rare. Et je poursuivrai en disant que même si c’ est rare c’ est souvent le cas pour le peuple qui ne désire en général que ne pas être opprimé. Lorsqu’ il use de sa force c’ est souvent au nom d’ une justice qui le dépasse ...


      • 2 votes
        ffi 28 décembre 2012 08:49

        Oui, mais le peuple n’est pas une personne.
        Or ce sera toujours une personne qui appliquera une loi, jamais le peuple.
         
        Pourquoi peines-tu autant à te départir de ce sophisme ?
        Parce que c’est ici qu’il est le sophisme, et que je te l’ai indiqué il y a déjà quelques temps.
         
        Le peuple n’est pas une personne, tu ne peux utiliser cette notion dans un contexte qui implique une personne en chair et en os !


      • vote
        maQiavel machiavel1983 28 décembre 2012 14:29

        - Oui, mais le peuple n’est pas une personne.Or ce sera toujours une personne qui appliquera une loi, jamais le peuple.
        R / Ce qur tu n’ arrive pas à comprendre , c’ est que le peuple peut déléguer une personne pour appliquer des lois auquels ce peuple aura lui meme consenti. Lorsque les Athéniens se sont révolté contre 
        Isagoras, un aristocrate réactionnaire soutenu par Sparte , il a lui meme délégué Clisthène qui a instauré l’ isonomie. S’ il ne l’ avait pas fait le peuple l’ aurait renversé lui aussi. 

        C’ est que pour toi le peuple est une masse incohérente qui ne pense pas , c’ est faux l’ histoire montre bien le contraire , le peuple peut avoir des aspirations et imposer des rapports de force au pouvoir en place et quand il le fait c’ est au nom d’ une justice qui le dépasse.

        - Le peuple n’est pas une personne, tu ne peux utiliser cette notion dans un contexte qui implique une personne en chair et en os !

        R / C’ est toute la différence entre nous ffi. Philosophiquement et en théorie ce n’ est pas le cas. Dans la réalité politique pratique , le peuple est une force politique que tous les gouvernants ont toujours essayé de dompter par plusieurs manières et quand il n’ y parviennent pas ils sont renversé.

        Plus je t’ ai parlé de la révolution d’ Athènes et de la réforme de clisthène il y’ a des milliers d’ exemples de révoltes populaire , dont une des plus célèbre fut la sécession de la plèbe dans l’ antiquité.

        Faut parfois laisser la philosophie et le monde des idées de coté pour regarder avec ses propre yeux la réalité des choses ...

         


      • 2 votes
        iakin 28 décembre 2012 16:04

        "Dans l’extrait dont est tiré la citation, son discours ressemble franchement à celui de Lénine sur l’avant-garde."

         
        Sauf que la théorisation du parti d’avant-garde de Lénine date du début du XXème siècle, et que la Russie, qui allait sortir violemment du tsarisme, n’avait à l’époque quasiment pas d’industrie, pas d’école pour tous, pas de médias de masse, etc. Et le peuple russe voulait surtout la fin de la guerre, la très grande majorité n’était pas du tout politisée.
        Lénine pensait pourtant qu’il était possible de passer de la monarchie directement au socialisme en évitant le libéralisme et le capitalisme, même si au fur et à mesure de la révolution il a défendu des réformes temporaires qui peuvent s’y apparenter (la N.E.P par exemple).
         
        Pas grand chose à voir avec Soral donc...
         
        Vers la fin de sa vie, constatant la bureaucratisation de la Russie, il était même clairement pour une démocratisation du parti et de la société.

      • vote
        ffi 28 décembre 2012 16:34

        Mach,
        Faut parfois laisser la philosophie et le monde des idées de coté pour regarder avec ses propre yeux la réalité des choses ...
         
        Et bien présente-moi donc ce Mr Peuple dans la réalité des choses...
        J’ai beau ouvrir les yeux, je ne vois personne de réel qui porte ce nom...


      • vote
        maQiavel machiavel1983 28 décembre 2012 17:17

        @ffi

        Et bien présente-moi donc ce Mr Peuple dans la réalité des choses...J’ai beau ouvrir les yeux, je ne vois personne de réel qui porte ce nom... 
        D’ accord. 

         - A Rome , je te présente la plèbe qui a fait quelques fois sécession : http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_s%C3%A9cession_de_la_pl%C3%A8be
        - A Athènes je te présente le peuple qui s’ est révolté contre Isagoras :http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9formes_clisth%C3%A9niennes
        Si tu veux des exemples plus récent :
        - Voici le peuple Vénézuelien qui rétablit Chavez au pouvoir : http://www.youtube.com/watch?v=ElCkAgUx7og
        - Voici le peuple Tunisien qui se soulève : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_tunisienne_de_2010-2011
        Je ne prends que quelques exemples alors que l’ histoire en regorge mais il faudrait des pages et des pages. En politique , la catégorie politique " le peuple " existe et on la voit se mouvoir le long de l’ histoire humaine tantôt manipulée tantôt autonome.

      • vote
        ffi 28 décembre 2012 18:23

        Je sais très bien qu’il existe des peuples, je connais cette notion.
         
        En revanche, ce Monsieur le peuple, je ne l’ai jamais rencontré (hormis dans la bouche des démagos, bien-sûr).
        Le peuple est une collectivité. Donc il ne doit pas être envisagé comme une seule personne, mais comme un ensemble de personnes (voire même un ensemble d’ensembles de personnes).
         
        Par conséquent, on ne peut prêter au peuple des attributs personnels comme le font les démocrates, sous peine de sophisme radical (voire racialiste...) : Le peuple n’a ni intelligence, ni volonté, ni opinion, il ne peut ni rien décider, ni rien gouverner...


      • vote
        maQiavel machiavel1983 28 décembre 2012 19:00
        Je ne parle pas des peuples comme  communauté charnelle qui a eu un passé à travers les ancêtres et aura un avenir à travers les descendants , je parle de peuple comme catégorie politique et les exemples que je donne y font référence : des peuples avec des revendications politiques.Le voilà le monsieur peuple qui quitte Rome à cause de l’ oppression des patriciens et qui ne revient que lorsqu ’ il a gagné le rapport de force , le voilà à Athène qui se révolte contre une oligarchie et délègue Clisthène pour instaurer l’ isonomie, le voilà en Tunisie qui descend dans la rue pour chasser Ben ali , le voilà au Vénézuela qui se rue au palais présidentiel pour réinstaller Chavez au pouvoir alors qu’ il vient de subir un coup d’ Etat et des centaines d’ autres exemples , le voilà le monsieur peuple qui a une volonté , une intelligence , une opinion et qui se lève .
        Je ne comprends pas qu’ on puisse nier ces faits ... l’ histoire ... l’ histoire ... pour comprendre la politique toujours consulter l’ histoire et se fier aux faits , aux évènements , en déduire des lois. La philosophie c’ est beau mais ce ne sont pas les Aristote , Platon ou Socrate qui font mouvoir le monde mais bien les Alcibiade , Epamonidas ou Thémistocle. L’ histoire ...

      • vote
        ffi 28 décembre 2012 20:08

        Je ne dis pas que la catégorie politique "peuple" n’existe pas.
        Je dis que tu te trompes dans les propriétés que tu lui attribues.
         
        Regarde aujourd’hui comme "le peuple" Egyptien se divise face aux réformes de Morsi.
        Regarde aujourd’hui comme "le peuple" Tunisien se divise face à la pente suivie.
         
        Je ne dis pas qu’il n’y pas des foules qui tombent d’accord et s’unissent parfois, suffisamment pour obtenir des réformes politiques.
        Je dis que ces foules ne sont jamais "le peuple".
        Je dis que leur accord est toujours très momentané, fragile, superficiel et instable, et qu’il ne résiste pas dès que des questions de fonds sont abordées.
        Je dis aussi que cet accord n’a jamais la nature d’une opinion (chose personnelle), mais est toujours de la nature de l’accord (chose interpersonnelle)

        En fait, tu veux réduire tous les gens du peuple à n’avoir qu’une seule opinion, une seule intelligence, une seule volonté. Tu les réduis à un troupeau de mouton, à un égrégore...
         
        Donc cela n’a rien à voir avec l’histoire, mais cela a à voir avec une compréhension très superficielle de l’histoire...
        Comme si 2000 agitateurs politiques dans la rue, c’était le peuple...
        Comme si les "révolutions colorées", c’était le peuple...

        Ben non, c’est souvent des bons bougres manipulés, comme sous la révolution Française lorsque le duc d’Orléans payait les parisiens pour les faire manifester...


      • vote
        maQiavel machiavel1983 28 décembre 2012 20:26

        En fait, tu veux réduire tous les gens du peuple à n’avoir qu’une seule opinion, une seule intelligence, une seule volonté

        Non , je te dis que ponctuellement le peuple comme catégorie politique peut être mu par une seule opinion et un seul projet. 
        Une fois ce but atteint , il se divise , c’ est évident. Mais en démocratie , le peuple a des opinions divergente ce n’ est pas la question.
        Je ne dis pas que la catégorie politique "peuple" n’existe pas.Je dis que tu te trompes dans les propriétés que tu lui attribues.
        R / Mais si tu penses que la catégorie politique" peuple" existe on est d’ accord. Et une catégorie politique a par définition certaines propriétés.
         - Sur la manipulation 
        Plus haut j e t’ ai écris  : "  En politique , la catégorie politique " le peuple " existe et on la voit se mouvoir le long de l’ histoire humaine tantôt manipulée tantôt autonome" donc je ne nie pas la manipulation. Mais on ne peut pas non plus dire qu’ il y’ a tout le temps manipulation. Mais à ce que je sache les monarques aussi se font manipuler ... cet argument de la manipulation ne veut rien dire.


      • 2 votes
        ffi 28 décembre 2012 20:43

        Je ne dis pas qu’il y a tout le temps manipulation.
         
        Je dis que si deux personnes sont d’accord pour faire quelque chose, cela n’est pas de la nature d’une opinion (qui est chose personnelle), mais de la nature de l’accord, qui est une concordance ponctuelle d’au moins deux opinions.
         
        Si tel n’était pas le cas, la formule "diviser pour mieux régner" ne s’appliquerait pas...
        En effet, cette division consiste à semer la zizanie afin d’empêcher que les gens s’accordent. Pour s’unir, il faut d’abord surmonter les désaccords.
         
        D’ailleurs, justement, le système actuel ne permet pas de surmonter les désaccords, mais les conservent, en les polarisant selon des partis inconciliables puisque mis en compétitions.


      • vote
        maQiavel machiavel1983 28 décembre 2012 20:49

        D’ailleurs, justement, le système actuel ne permet pas de surmonter les désaccords, mais les conservent, en les polarisant selon des partis inconciliables puisque mis en compétitions.

        R / Oui mais le régime actuel n’ est pas une démocratie mais une forme d’ aristocratie dans l’ idéal.


      • 2 votes
        ffi 28 décembre 2012 21:45

        C’est très commode de jouer ainsi sur le flou des définitions...
        Je sais que l’URSS de Staline n’était pas le communisme...
         
        M’enfin, même dans ton modèle antique, inapplicable dans la situation présente à l’échelle de la France, cela n’a jamais été "Le peuple" qui a gouverné...
         
        Mais bref.
        Cette polarisation est consubstantielle à la démocratie, car la computation des voeux pour désigner une "opinion" générale, n’a jamais la nature d’un accord, mais toujours celle d’une computation. Cela fait qu’en démocratie, les gens ne s’accordent jamais, ils campent tous sur leurs opinions, d’où l’instabilité politique des démocraties, en général croissante avec le temps, et donc leur effondrement récurrent.


      • vote
        maQiavel machiavel1983 28 décembre 2012 21:55

        Critiquer la démocratie c’ est facile. Qu’ a tu de moins mauvais dans le réel ( pas en philosophie car dans les idées on trouve toujours de bons systèmes ).


      • 1 vote
        la mouche du coche 28 décembre 2012 21:57

        Heureux ffi qui n’a rien compris à la démocratie réelle et qui va passer le plus beau week-end de sa vie en l’écoutant. Je l’envie. smiley


      • 17 votes
        ffi 27 décembre 2012 07:16

        Je ne vois pas à quel titre il faudrait obligatoirement être pour la démocratie...
         
        Par exemple, un homme éclairé peut très bien être contre la démocratie...
        Ce fut d’ailleurs le cas en Grèce, après le court épisode de la démocratie Athénienne.
        Cette période ayant engendré une tragédie, l’auto-destruction de la Grèce dans la guerre du Péloponnèse, les gens éclairés de l’époque se sont éveillés les yeux en larmes : Socrate, Platon, Aristote étaient contre la démocratie.
         
        Les aventures de Socrate sont à ce sujet fort éclairantes. Socrate se promène dans les rues et passe son temps à interroger ses contemporains pour en extirper les sophismes.
         
        C’est tout-à-fait logique : En démocratie, la bataille pour convaincre l’opinion contraint tous les discours à se formater selon une rhétorique markétisante, d’abord soucieuse des apparences, selon une perspective de plaisir immédiat, pour mieux nous les vendre.
         
        La démocratie est à la politique ce que le marché est à l’économie.
        C’est la politique des boutiquiers car fondée sur l’intelligence des sophistes.
         
        Mettre un bulletin dans l’urne pour élire le candidat d’un parti, c’est comme mettre un billet dans la caisse pour acheter le produit d’une marque...
         
        Plus profondément, le mot démocratie est en lui-même un faux mot, lequel contient un sophisme expresse. En effet, tout pouvoir s’incarne dans une personne réelle. Tout État est toujours une chaine de commandement hiérarchisée et unitaire à sa tête. Sinon, il souffrirait d’ambigüité dans sa prise de décision, ce qui se traduirait par des guerres de factions en son sein. Or le peuple n’est pas une personne.
         
        Jamais le peuple ne gouvernera lui-même, car, d’une part, il lui manque l’unité d’une personne et, d’autre part, il n’en a pas le temps : le peuple sera toujours dirigé par un gouvernement. Le peuple ne peut pas être au fait des secrets d’état...
         
        Donc la démocratie est impossible, c’est une illusion, un sophisme.
        Il s’agit d’en faire son deuil.
         
        Maintenant que l’illusion démocratique est abandonnée grâce aux lumières de la raison, cela ne signifie pas que tous les dispositifs actuels doivent être remis en cause.
         
        Par exemple, il ne me gênerait pas du tout que les prétentions actuelles à la pseudo-démocratie soient mise au rencart, tant que nos droits sociaux sont assurés :
        - droit au travail, droit à la santé, droit à la retraite, droit au soutien des familles, droit à l’instruction,...etc
         
        Je mets tous ces droits bien au-dessus de tout le baratin démocratique qui leur sert de décorum. Si notre pseudo-démocratie ne parvient pas à assurer la réalisation effective de ces droits, je crois qu’il vaut mieux oublier ce pseudo-système pour en venir à un système qui sait les mettre en pratique.


        • 2 votes
          Erca 27 décembre 2012 15:46

          "Je ne vois pas à quel titre il faudrait obligatoirement être pour la démocratie..."

          => Le propre du démocrate est d’accepter qu’on puisse prôner un autre régime que la démocratie.

          "Mettre un bulletin dans l’urne pour élire le candidat d’un parti, c’est comme mettre un billet dans la caisse pour acheter le produit d’une marque..."
          => Vous confondez gouvernement représentatif et démocratie.

          "En effet, tout pouvoir s’incarne dans une personne réelle."
          => Qu’en était-il selon vous durant la démocratie athénienne ?

          "Jamais le peuple ne gouvernera lui-même, car, d’une part, il lui manque l’unité d’une personne et, d’autre part, il n’en a pas le temps : le peuple sera toujours dirigé par un gouvernement."
          => Dans la séparation des pouvoirs classique, le gouvernement est l’exécutif : il exécute les volontés du législatif. Bien entendu, il doit demeurer un minimum de marge d’initiative mais il n’est pas condamné à gouverner.

        • 4 votes
          ffi 27 décembre 2012 16:59

          "Je ne vois pas à quel titre il faudrait obligatoirement être pour la démocratie..."
          => Le propre du démocrate est d’accepter qu’on puisse prôner un autre régime que la démocratie.
          Vu que personne ne sait définir ce qu’est la démocratie, ce n’est guère étonnant. Cependant, nous avons vu fleurir récemment quelques guerres au nom de la "démocratie".
           

          "Mettre un bulletin dans l’urne pour élire le candidat d’un parti, c’est comme mettre un billet dans la caisse pour acheter le produit d’une marque..."
          => Vous confondez gouvernement représentatif et démocratie.
          C’est justement très commode cette absence de définition, chacun définit le mot à sa sauce, donc personne ne peut se comprendre.
          J’utilise le mot tel qu’il est utilisé aujourd’hui par tout le monde.
          Je vous assure que la constitution de 1958 définit le régime de gouvernement actuel comme une démocratie.
           
          "En effet, tout pouvoir s’incarne dans une personne réelle."
          => Qu’en était-il selon vous durant la démocratie athénienne ?
          Le pouvoir était à celui qui subjuguait les esprits par son baratin (ex : le stratège Périclès).

          "Jamais le peuple ne gouvernera lui-même, car, d’une part, il lui manque l’unité d’une personne et, d’autre part, il n’en a pas le temps : le peuple sera toujours dirigé par un gouvernement."
          => Dans la séparation des pouvoirs classique, le gouvernement est l’exécutif : il exécute les volontés du législatif. Bien entendu, il doit demeurer un minimum de marge d’initiative mais il n’est pas condamné à gouverner.
          Par définition, le gouvernement est toujours l’exécutif : il est chargé d’exécuter les lois.
          Si pour vous le gouvernement ne gouverne pas, c’est carrément que vous avez un problème de langage...

        • 2 votes
          Erca 28 décembre 2012 01:28

          "C’est justement très commode cette absence de définition, chacun définit le mot à sa sauce, donc personne ne peut se comprendre. J’utilise le mot tel qu’il est utilisé aujourd’hui par tout le monde."

          => Permettez que je l’utilise tel qu’il a été utilisé sans ambiguïté pendant 23 siècles (du -Vème au XVIIIème) et que je ne trouve pas probante la définition moderne, qui a cours depuis tout juste 200 ans.

          "Le pouvoir était à celui qui subjuguait les esprits par son baratin."
          => ... ou par la force de conviction de ses arguments, qui sait ? Personne n’est capable de mettre une limite objective entre démagogie et conviction.

          "Par définition, le gouvernement est toujours l’exécutif : il est chargé d’exécuter les lois. 
          Si pour vous le gouvernement ne gouverne pas, c’est carrément que vous avez un problème de langage..."

          => Il se trouve que le mot de gouvernement est polysémique et peut être confondu avec celui de "régime" : on entendra alors par "gouverner" le fait de dominer le système des pouvoirs.

        • 2 votes
          dom y loulou dom y loulou 28 décembre 2012 14:26

          "Le peuple ne peut pas être au fait des secrets d’état..."


          et bien c’est précisément là où le bât blesse de votre diatribe ridicule

          un gouvernement qui agit en secret contre ses citoyens on n’en veut pas, des gouvernances qui se concertent entre elles, au-dessus de nos têtes, prétendant régir jusque dans nos chiottes on n’en veut pas

          c’est précisément ce qui CORROMPT une société et les tribus n’ont de chefs que de porte-parole et savent très bien se mouvoir autour d’un conseil de sages, 

          mais quand des fous reprennent ces mêmes termes et appellent à trucider des pays entiers "par humanisme" on sort les couteaux pour nos enfants et on vous fait bouffer votre veulerie et le sadisme sans fn que les médas distillent en permanence comme une pute hirsute blasphémant contre la vie et l’humanité, réduisant les filles aux prostituées et les garçons aux soldats

          l’humanité est plus riche que cela, la vie n’est PAS un champ de bataille perpétuel, ceci est la vision entretenue par les empereurs marchands d’armes qui ont bouffé nos démocraties et dont vous vous faites le porte-parole wall streetien, qui défonce tous ses alliés pour prétendre à la continuation de son épopée sanglante contre l’humanité, déjà un milliard de victimes !! démocratie !! quelle démocratie ? unanimenment les citoyens de ce monde sont contre cette folie de guerre contre le terrorisme sans fin et nonobstant les baillifs continuent de bouffer du caviar en paravent devant les massacres inouis de l’OTAN

          NOUS NE VOULONS PAS ETRE REGIS PAR LES MILITAIRES DE L’OTAN

          CECI EST LA DESTRUCTION DE NOS SOCIETES, CETTE BETE ABRUTISSANTE QUI VOCIFERE CONTRE TOUTE FOREM DE LOGIQUE BASIQUE, PETRIE DE MYSTIFCATIONA OUTRANCIERES

          d’abord les lumières n’ont pas démontré que la démocratie n’existe pas, seulement qu’elle n’existe plus de nos jours, NUANCE, colonisée qu’elle est par une bande de malins, des de soi-disant démocrates qui se plient devant une couronne britanique comme si c’était une déesse mère on les appelle simplement une bande de menteurs invétérés

          la honte

          deuxio la démocratie a une définition claire qui ne souffre pas vos réécritures constantes des concepts et des notions, la définition est on ne peut plus claire : le pouvoir par le peuple pour le peuple

          les lumières de la raison nous montrent que nous sommes en dictature et pas en démocratie et elles indiquent donc d’APPROFONDIR, d’élargir les droits des citoyens afin de REINSTAURER une réelle démocratie

          comme elle l’était quand les élus l’étaient au sein de leur corporation de métier et non de prétendus partis idéologiques qui ne soignent que des apparences extérieures d’opposiiton et bouffent tous aux rateliers de wall street et de Londres en même temps qu’ils encaissent les coups de ces chers alliés

          soignant tous le même agenda de dépopulation appliqué par de dociles spécialistes ricanants de gens pas éclairés du tout, non, ils affectionnent les salles obscures et les rituels bouhouhou pour justifier des sacrifices et je ne sais quoi e brandir des épées au temples solaires francs maçons, on dirait des gamins qui croient aux fantômes, rien qui ne soit digne d’être même rapproché du terme civilization

          mais une clique de pervers qui vouent un culte à une déesse qui fut folle et tuait ses amants

          on nage en plein délire, la démocratie a besoin de raison et de logique, pas de magie noire ni de mystifications bibliques

          et c’est un fait que tout l’appareillage médiatique nous montre sa folie vaudoue

          très très loin de toute notion de société que nous portons en europe

          ce n’est pas notre culture ce fatras pornographique et nous le vivons comme une colonisation de nos esprits et sa folie gagne les enfants a point que de les éduquer devient de plus en plus difficile

          on est à des années lumières de la démocratie et ce n’est pas une raison pour s’en éloigner encore d’avantage comme vous le suggérez

          nous ne sommes PAS vos moutons, mais ceux du seul roi que nous pouvons adopter : AMOUR

          et si cela ne vous plait pas vous accepterez notre point de vue en bon démocrate comme nous devons subir vos diatribes pro-tyrannie

          en fait vous dites n’importe quoi pour tenter d’inverser les notions, vous avez appris cela au berceau ? Car le peuple n’est pas tyranique quand il veut DECIDER DES PERSPECTIVES DANS LESQUELLES IL VIT ET CHOISIR LA DIRECTION QU’ENTREPREND SA SOCIETE

          ce qui nous est précisément refusé depuis douze ans, quand des outils simples, existants, parfaitement opérants existent qui permettraient de remttre le POUVOIR DE DECISION aux peuples

          et que la commission européenne fait semblant depuis douze ans de ne pas comprendre pour nous imposer des familles royales incapables de s’adapter à leur temps et que malheureusement trop nombreux prennent pour des jolis spectacles folkloriques, mais qui en coulisses se prennent pour nos empereurs

          "in Copenhagen the common wealth retakes control of the planet" disait la madame aux chapeaux... on a bien rigolé

          la mauvaise foi de tyrans vise à culpabiliser les hommes de bonne volonté, nous aurions les gouvernants que nous méritons, mais les palestiniens n’ont pas mérité des fous qui leur marchent sur la tête

          aucun d’entre nous de vrais êtres humains qui peuplent encore ce monde

          apprenez à utiliser votre téléphone mental et raccrochez avec vos niaiseries voodoo

          comme nous apprenons à raccrocher des écrans lobotomisants

          là pour sûr on est non-seulement très loin des consciences des lumières, mais on navigue en pleine inquisition qui voudrait nous faire avaler que les chefs y a que cela de vrais, mais les tribus elles n’ont pas votre problème, elles savent se concerter et travailler ENSEMBLE, loin de vos paranos d’humanités vengeresses qui voudraient absolument vous faire la peau

          ces délires amènent à construire une prison qui en fin de compte VOUS étrangle

          les tribus n’admettent pas que l’un groupe ou l’autre se hisse au-dessus des aom pour leur expliquer qu’ils sont des chèvres et que c’est leur plus grand bien d’être mené comme un bon troupeau

          aux abattoirs rothschild 
          et être mis en rangs serrés pour s’entretuer

          nous avons d’autres aspirations avec la vie que de vouloir régenter les autres et n’acceptons pas que d’autres se le permettent avec nous, capice ?

          c’est amusant finalement comme vous ne dites jamais rien de précis et comme vous nous montrez sur les écrans ce que vous avez fait avec nos têtes depuis 6000 ans, ô petits dieux superbes des olympes ricanants, maintenant nous pouvons l’observer sur ces écrans votre maltraitance constante, permanente et nous en détacher définitivement de vos mystifications perpétuelles et de vos embrouilles, merci bien encore.

          Bon séjour dans votre petite élite Habsbourg du machinerie-club réservé, c’est amusant pour nous de vous regarder, maintenant que vous avez évincé tout le monde des dialogues, sauf rares alibis comme moi, de vous voir enfermés entre vous, aveugles finalement aux pensées des chèvres que vous prétendez régir.

          bon courage dans vos efforts de nous malmener, cela doit être très fatigant de tenir vos édifices de mensonges millénaires, on vous plaint. 


        • vote
          dom y loulou dom y loulou 28 décembre 2012 14:35

          veuillez entendre : 


          la CIVlLIZATION, la SOCIETE, la COMMUNAUTE DES AOM a besoin de raison et de logique, d’affection, d’entraide, pas de magie noire ni de guerres justifiées par des mystifications bibliques

        • vote
          ffi 28 décembre 2012 16:44

          "Le peuple ne peut pas être au fait des secrets d’état..."

          et bien c’est précisément là où le bât blesse de votre diatribe ridicule. Un gouvernement qui agit en secret contre ses citoyens on n’en veut pas.
           
          Notez que je prenais l’exemple d’un criminel que la police est sur le point d’arrêter : Entre la décision et son application, il est normal de faire qu’il n’y ait pas de fuite, sinon, le criminel, informé, risquerait de s’enfuir.
           
          Je suis d’accord pour dire que l’Etat doit généralement agir dans la transparence, mais il reste des cas, comme celui que j’ai cité, où il doit agir en secret. Cela implique que l’Etat doit être en capacité de garder un secret, quand c’est nécessaire.
           
          Je pourrais aussi citer l’exemple du code pour déclencher le feu nucléaire.
          A-ton avis, ce code doit-il être révélé au peuple, pour des raisons de transparence ?
           
          Par exemple, es-tu partisan d’un référendum au suffrage universel pour le changer ?
          Comme ça, on sera bien sûr que le monde entier le connait...

        • vote
          dom y loulou dom y loulou 28 décembre 2012 14:46

          une machinerie où des gens se permettent de ne plus penser, parce que des hauts parleurs braillent et des fous impriment des fleuves de fictions sensées remplacer la vie réelle, toute la journée, chaque année, toutes les années... 

          est absolument c a t a s t r o p h i q u e et n’est plus DU TOUT une société digne de ce nom

          on ne peut l’appeler autrement que syndrome hypnotique, une machination, une obamination.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès