• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ariège : Un commando a décidé de rouvrir la chasse à l’ours et menace l’état (...)

Ariège : Un commando a décidé de rouvrir la chasse à l’ours et menace l’état ...

Un commando encagoulé digne des nationalistes corses menace l'état !

"Nous, montagnards d'Ariège, éleveurs, randonneurs, chasseurs, avons décidés de ré-ouvir la chasse à l'ours en Ariège, et de mener une résistance active face aux agents de l'état " ...

Une ourse slovène a été relâchée jeudi 4 octobre "aux alentours de 9h" dans le Béarn, a confirmé ce midi le cabinet du ministre de la Transition écologique à franceinfo. L'animal est en "parfaite santé", a-t-il précisé. Dans un premier temps, des sources proches du dossier avaient confié à franceinfo que deux ourses avaient été lâchées. "L'opération de réintroduction va se poursuivre dans les prochains jours avec pour unique priorité de garantir la santé des deux ourses femelle", a pour sa part précisé le ministère.

Le ministère de la transition énergétique a publié ce vendredi des images du lâcher de l'ourse slovène Claverina dans le Béarn jeudi. Elles sont signées par l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

 

Tags : Environnement Animaux Nature Polémique




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • vote
    larhetorique 11 octobre 09:53

    Faut avouer qu’il y a de quoi perdre son latin. On repousse l’interdiction de certains pesticides hyper dangereux, mais on introduit des ours en ariège et on embrasse les chasseurs sur la bouche, mais on veut punir les bergers, ouaaahhhh de quoi écrire un roman !


    • 3 votes
      pegase pegase 11 octobre 12:47

      @larhetorique
      mais on veut punir les bergers


      Le problème numéro 1 c’est qu’il n’y a justement plus de berger, ils empochent les subventions et laissent les troupeaux vaquer dans la montagne sans surveillance, sans barbelés ni barrières (pas toujours mais souvent), avec la complicité du maire de la commune qui loue les communaux pour rien ... Je l’ai vu de mes yeux plusieurs fois à de nombreux endroits dans les Pyrénées, notamment vers le col de la Pierre saint Martin et en Ariège, ce ne sont pas des ragots de comptoir ...


    • 5 votes
      La mouche du coche La mouche du coche 11 octobre 13:39

      Ces groupes feraient mieux d’ouvrir la chasse au macron, cela serait plus efficace pour redresser la France. smiley


    • 2 votes
      PumTchak PumTchak 11 octobre 12:42
      Je reste ouvert sur le sujet, mais je ne vois pas trop l’intérêt à la réintroduction de l’ours.

      On regrette la disparition de l’ours des Pyrénéennes, avec Cannelle, son dernier représentant tué en 2004. Il faut savoir aussi si on s’attache, ou non, à l’activité pastorale.

      Les arguments pour sont essentiellement symboliques : patrimoine, emblème, symbole, reconnaissance de la vie sauvage. C’est vrai, encore faut-il que ces symboles soient effectif pour le maintient de l’écosystème. Quant-au gain écologique, il n’est pas significatif : frugivore, le bilan écologique est nul, charognard, son activité de nettoyeur doit-être peu significative, prédateur, il y a peu de ruminants sauvages en montagne (et ils sont véloces).

      En face, on a l’activité pastorale et sa manière dont l’homme habite la montagne, son économie basée sur un élevage à vie semi libre. Et le tourisme de randonnée est quand même plus sain que celui des quads, motos cross ou des villages-vacances qui s’installerait à la place de l’activité pastorale. Ou alors l’activité forestière prendrait de l’ampleur, avec les grands abattages et grandes plantations, qui appauvrissent l’écosystème.

      On démoralise les bergers, on pousse aussi les autres agriculteurs à des cultures toujours plus intensives qui coûtent la vie d’un paysan tous les 2 jours et la destruction de vaste écosystèmes. 

      Alors l’ours, c’est quoi aujourd’hui ? Un caprice de citadin qui confond romantisme et écologie ?

      • vote
        pegase pegase 11 octobre 13:08

        @PumTchak


        Les arguments pour sont essentiellement symboliques : patrimoine, emblème, symbole, reconnaissance de la vie sauvage. C’est vrai, encore faut-il que ces symboles soient effectif pour le maintient de l’écosystème. Quant-au gain écologique, il n’est pas significatif : frugivore, le bilan écologique est nul, charognard, son activité de nettoyeur doit-être peu significative, prédateur, il y a peu de ruminants sauvages en montagne (et ils sont véloces).



        Il l’est avec le loup, le loup est un puissant régulateur de la faune sauvage, entre autre la prolifération des rongeurs, les loups chassent les rongeurs à longueur de journée comme les renards, voir l’excellent film "Un homme parmi les loups" qui relate ce fait...

        Film complet en VF, "Never Cry Wolf de Carrol Ballard, d’après le roman de Farley Mowat inspiré d’une histoire vraie, le film qui explique le mieux canis lupus ...

        Par contre pour l’ours je suis de votre avis, ça me semble moins évident, le seul avantage que je vois, au delà de la préservation de l’espèce, c’est une attraction touristique, les ours attirent les touristes, randonneurs, photographes animaliers, bien que la plupart ne veulent pas les voir de près smiley

      • 1 vote
        La mouche du coche La mouche du coche 11 octobre 13:38

        @PumTchak
        Non. L’ours est comme tous les animaux un élément important de la nature. Il n’est pas bon de détruire tout ce qui nous gêne sous prétexte qu’il nous gêne. 


      • vote
        CoolDude 11 octobre 13:58

        @pegase

        Il y aussi l’exemple de la réintroduction de loup dans le parc de Yellowstone :

        https://www.qwant.com/?q=R%C3%A9introduction%20du%20loup%20Yellowstone&t=web

        Et pour l’ours, ça doit être pareil, il doit créer une niche écologique qui lui est propre mais dont les impactes sont inconnues et imprévisibles.

        Il va peut être mettre une pression sur les loups sur son territoire, etc...

        Et les Pyrénées... Ça n’a pas la taille du Parc Nationale de Yellowstone, donc la concurrence et le stress doit être féroce.

        De toutes façons la gestion des reverses naturelles en France, c’est un peu... !? L’activité économique n’est pas développé dans ce domaine et la stratégie à la / de Cousteau de Réserve protégé et Zone reversé pour le tourisme à l’approche Réserve n’est pas ou peu connu et donc pas développé, même pas appliqué.

        Allez plongé à la Réserve Cousteau en Guadeloupe, c’est extraordinaire... Les animaux, les poisons dans ce cas, sont tellement habitués à la présence humaine qu’ils se baladent à coté de vous et s’en foutent royalement. En gros, on en prend plein les yeux !

        Mieux qu’un Zoo ou qu’un aquarium...

        Voir aussi les Films "Jurassic World" !


      • vote
        louis 11 octobre 14:07

        ils sont pour la préservation des espèces , en Afrique ... , enfin dans les pays du monde mais ... bien sur pas en France ou tout au moins pas devant chez eux .


        • vote
          V_Parlier V_Parlier 11 octobre 18:53

          @louis
          Ben... faut dire que s’il ne reste plus que des petits bouts de forêt disséminés, il n’y a plus tellement de place pour que ça se passe bien avec les ours (que je plains d’ailleurs plutôt).


        • 1 vote
          Le Celte Le Celte 11 octobre 18:58

          Ils n’arrivent pas à gérer 300 bestioles alors qu’en Roumanie (Carpates) on en au moins 9000 !... Devraient p’t’être faire un stage là-bas !



          "Les paysans et les bergers roumains font preuve de tolérance envers les espèces sauvages des Carpates. « Les ours et les loups sont un danger pour nos troupeaux, mais on sait faire, assure le berger Dumitru Andries, fier de ses 500 moutons qu’il élève dans les Carpates dans le centre de la Roumanie. Ils ont leur place dans la forêt, ils mènent leur vie et, nous, on mène la nôtre. » "


          • 3 votes
            PLACIDE2 12 octobre 09:04

            Les écolos sont des citadins qui disent aux ruraux comment vivre, beaucoup de ces écolos ont une vision idéalisée ,figée,voir numérisée , de la nature ; il y a quelques années je le promenai en Ariège dans une vallée ou l’ours avait été réintroduit, je n’en menai pas large .Dans cette vallée sauvage il y avait un hameau, pouvaient-ils laisser les enfants jouer dehors ?


            • 2 votes
              gaijin gaijin 12 octobre 09:24
              ils ont sans doute tord de s’en prendre aux ours mais voir des français reprendre en main leur destin est réjouissant ...
              le terrorisme fleuri dans les banlieues
              le désespoir et maintenant la révolte gronde dans les campagnes
              demain quoi ?


              • 1 vote
                PumTchak PumTchak 13 octobre 10:48

                J’ignorais qu’il y avait autant d’ours en Europe. Ils ont failli disparaître plusieurs fois, dès 1930. Les réservoirs naturels sont la Russie européenne, la Suède, et la chaîne des Carpates. La France a été particulièrement hostile aux grands prédateurs qu’il a éradiqués : le loup, l’ours et le lynx, (même un animal comme le bouquetin…) contrairement à l’Italie et l’Espagne, qui rapprovisionne naturellement ces animaux vers notre pays.
                Ici un état des lieux (qui date de 2010), à partir d’un ouvrage de Jean Paul Mercier.
                http://www.paysdelours.com/fr/ours/lours-en-europe/
                Ici l’évolution des attaques d’ours sur les ovins.
                http://paysdelours.com/fr/la-mortalite-des-brebis-dans-les-pyrenees-et-l-incidence-de-l-ours-brun.html?cmp_id=50&news_id=1053

                De toute façon, l’activité ovine est en baisse structurelle et continue depuis des décennies : de moins en moins d’exploitations, en commençant par celles de petites tailles. Il faut un cheptel de plus de cinquante têtes pour avoir droit aux subventions agricoles. La politique agricole renforce, on le sait, la distorsion de concurrence : subventionner les gros, ne rien donner aux petits. Et chaque bête tuée rapporte une indemnisation. La politique ne sélectionne pas une population agricole soucieuse de ses bêtes et de l’organisation de son économie, mais celle qui cherche l’optimisation des gains par l’accroissement de têtes pour fournir des « débouchés ».

                Donc bon…


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès