• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > " Churchill et Louis XIV " ? Mes deux coups de coeur de l’année (...)

" Churchill et Louis XIV " ? Mes deux coups de coeur de l’année 2020

 

 

Chronique littéraire consacrée à Churchill d’Andrew Roberts :

 

http://franckabed.unblog.fr/2020/12/09/churchill-par-andrew-roberts/

 

Site de l’éditeur :

 

https://www.lisez.com/perrin/26

 

Chronique littéraire consacrée à Louis XIV de Philip Mansel :

 

http://franckabed.unblog.fr/2020/11/11/louis-xiv-par-philip-mansel-franck-abed/

 

Site de l’éditeur :

 

https://passes-composes.com

Tags : Livres - Littérature Histoire Culture




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • vote
    Étirév 5 janvier 16:36

    Churchill était un poivrot et le pantin, comme beaucoup d’autres et à toutes les époques, de la main occulte séculaire qui le nourrissait et qui est derrière tous les malheurs du monde et de l’humanité. 

    Louis XIV, lui, n’avait ni but, ni plan, ni connaissances étendues. Pas non plus un ministre capable de le seconder. Il faisait la guerre par goût et ses conquêtes par vanité. Il avait des ministres adulateurs ou faibles de conceptions : Louvois, Colbert, qu’on cite, étaient des médiocres, ils auraient pu, tout au plus, servir de secrétaires à un premier ministre.

    Mme de Maintenon domina son âme, fit naître une atmosphère de moralité, et des formes élégantes dans une cour voluptueuse. Le roi suivait ses inspirations parce qu’il les savait solides et prudentes.

    Sa vie fut partagée en deux parties : l’une ténébreuse et misérable pendant laquelle il fait des sottises, telle la révocation de l’Édit de Nantes, l’autre choisie et brillante, celle pendant laquelle il écoute les conseils de la raison froide d’Une femme intelligente.

    Après la mort de Mme de Maintenon, qui pendant sa vie avait comprimé les abus, empêché les excès, forcé la cour et la ville à s’envelopper d’une haute moralité, tout cela s’évanouit et le monde fut envahi par une licence audacieuse qui bientôt ne connut plus de bornes. Le duc d’Orléans, régent de France, pressé par des besoins de finance, adopta le système de Law sur le papier-monnaie ; les billets de banque se multiplièrent au-delà de toute imagination, ce fut un bouleversement financier et des ruines formidables.

    Le moyen Âge



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès