• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Culture du viol

Culture du viol

Quatres vidéos de témoignages publics qui interpellent le gouvernement.

Face au mépris du gouvernement, la parole se libère

Chaîne "La mule du pape"

Chaine "non pas ça".

Tags : Justice Discriminations Violence Pédocriminalité Emmanuel Macron Féminisme Criminalité




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    



    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 27 septembre 22:25

      @alanhorus

      Le viol est un viol, point barre. Tout le monde sait très bien ce que c’est. 


    • 6 votes
      micnet micnet 26 septembre 15:22

      Le viol est effectivement un crime et une saloperie, j’imagine (du moins je l’espère) qu’il n’y a même pas de débat à avoir là-dessus.

      Mais l’accusation à tort de viol envers quelqu’un est tout aussi dégueulasse et, sauf erreur de ma part, Darmanin n’a pour le moment pas été condamné ni même jugé ou je me trompe ? Mais pour certains (ou certaines) néoféministes d’aujourd’hui, pas besoin d’aller plus loin qu’une simple accusation : le mec est FORCEMENT coupable ! S’il s’avère qu’effectivement il est coupable, qu’on le balance en tôle à vie, voire qu’on lui crache à la gueule et qu’on lui coupe les balloches en public, peu me chaut, mais imaginons ne serait-ce que quelques secondes que, ô desespoir, Darmanin ne soit coupable de rien, est-ce que ses accusateurs(trices) seront condamnés à quoi que ce soit ? 

      Tiens prenons l’exemple du premier "porc" qui a été balancé sur internet par la créatrice du mouvement féministe qui est l’équivalent de "me too" en France. Pour avoir lors d’une soirée un peu arrosé dit à sa collègue qu’elle "avait de gros seins", un type, dont le nom a été balancé sur internet par sa "victime", s’est retrouvé du jour au lendemain sans emploi, divorcé et en froid avec sa propre fille, sans compter les menaces physiques qu’il a subi pendant plus d’un an. Et tout ça pour qu’au final, la justice finisse par lui donner raison

      https://www.youtube.com/watch?v=dhCPGscepSk

      Ah qu’elle est belle notre société d’aujourd’hui faite de délation, de communautarisme, de flicage de la pensée et de guerres civiles (et même raciales) qui commencent à se multiplier. Y a pas à dire, la France est vraiment prête pour la dictature...


      • vote
        micnet micnet 26 septembre 15:28

        @micnet

        "qu’on le balance en ’taule"..."


      • 2 votes
        Gollum Gollum 26 septembre 16:30

        @micnet

        Ah qu’elle est belle notre société d’aujourd’hui faite de délation, de communautarisme, de flicage de la pensée et de guerres civiles (et même raciales) qui commencent à se multiplier.

        Je plussoie. Et je ne peux m’empêcher ici de penser à tous les Avoxiens du genre boule-dogue qui ont sévi ici (ils se reconnaitront) et qui ont participé à ce climat délétère de moralisme de pacotille consistant, dans le fond, en diabolisant l’autre à se blanchir soi-même...

        J’imagine que vous voyez à qui je fais allusion. smiley


      • vote
        pegase pegase 26 septembre 17:30

        @micnet
        -
        Il n’avait qu’à porter plainte pour harcèlement et aussi discrimination contre son employeur, le motif de harcèlement marche aussi dans l’autre sens, et concernant l’employeur c’est stipulé en toutes lettres sur l’Affichage obligatoire des entreprises ...

        Ce qu’il dénonce est une faute très grave pour un employeur, donc j’ai un peu des doutes concernant sa bonne foi smiley

         — Article 225-1

        Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de leur situation économique, apparente ou connue de son auteur, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur perte d’autonomie, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée.

        Constitue également une discrimination toute distinction opérée entre les personnes morales sur le fondement de l’origine, du sexe, de la situation de famille, de la grossesse, de l’apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de la situation économique, apparente ou connue de son auteur, du patronyme, du lieu de résidence, de l’état de santé, de la perte d’autonomie, du handicap, des caractéristiques génétiques, des mœurs, de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre, de l’âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de la capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français, de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales.

         — Article 225-2

        La discrimination définie aux articles 225-1 et 225-1-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende lorsqu’elle consiste :

        1° A refuser la fourniture d’un bien ou d’un service ;

        2° A entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque ;

        3° A refuser d’embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne ;

        4° A subordonner la fourniture d’un bien ou d’un service à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ou prévue à l’article 225-1-1 ;

        5° A subordonner une offre d’emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ou prévue à l’article 225-1-1 ;

        6° A refuser d’accepter une personne à l’un des stages visés par le 2° de l’article L. 412-8 du code de la sécurité sociale.

        Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1° est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d’en interdire l’accès, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.


      • vote
        pegase pegase 26 septembre 17:35

        @micnet
        -
        En France les employés sont sur-protégés ....


      • vote
        alanhorus alanhorus 27 septembre 10:24

        @micnet
        https://news.sen360.sn/people/accuse-de-viol-gerald-darmanin-evoque-les-avances-de-la-plaignante-qui-avait-un-comportement-dominant-1015073.html
        https://www.lefigaro.fr/flash-actu/darmanin-accuse-de-viol-les-avocates-de-la-plaignante-denoncent-un-soutien-du-gouvernement-20200612
        Je ne crois pas qu’il soit aisé d’accusé un ministre en France, surtout que nous savons que toute dénonciation calomnieuse est sanctionnée.
        En bref si la plaignante ose le faire : on peut penser que c’est vrai.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès