• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Démontage du mythe des "100 Millions de morts du Communisme" par Yacine (...)

Démontage du mythe des "100 Millions de morts du Communisme" par Yacine Chibane

En s'appuyant sur "L'anti-livre noir du communisme", Yacine Chibane démonte le mythe entretenu des "100 Millions de morts du Communisme" du livre noir du communisme de Stéphane Courtois.

Tags : Histoire Polémique




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Emma Joritaire 3 novembre 17:15

    Chibane n’est pas le premier, ne sera pas le dernier, et l’image de marque du communisme restera toujours aussi détestable avec ses fleurons que sont le Goulag, le Mur de Berlin, la révolution culturelle et Pol Pot.


    • 1 vote
      sahb 5 novembre 17:48

      @Emma Joritaire
      ce ne sont pas de "fleurons" ce sont des rayons tétanisants duchnoc qui t’empêchent de penser depuis ta naissance !!!


    • vote
      ezechiel 5 novembre 23:56

      @Emma Joritaire "Chibane n’est pas le premier, ne sera pas le dernier, et l’image de marque du communisme restera toujours aussi détestable avec ses fleurons que sont le Goulag, le Mur de Berlin, la révolution culturelle et Pol Pot."

      La révolution communiste de 1917 marque le début de la plus grande catastrophe de l’Humanité, avec plus de 100 millions de morts en moins d’un siècle, par exécution, extermination et génocide de masse dans des camps de concentration, de millions de femmes, enfants, vieillards, paysans, civils, religieux, militaires.
      https://youtu.be/wCRnR5vGWgM
      http://www.youtube.com/watch?v=3pzMHD0F4yQ

      La Vierge Marie dans son Message de 1917 aux enfants bergers Portugais, avait prévénu des conséquences désastreuses du communisme.


    • vote
      jeanpiètre jeanpiètre 6 novembre 13:58

      @ezechiel
      amusant que la vierge marie se mèle de politique à 3000 kilometres des faits , tout en condamnant un régime dont les affinités idéologiques sont bien plus proches du christianisme primal que les régimes occidentaux s’en réclamant.

      Ca ressemble plus au magicien d’Oz qu’à une extraordinaire apparition pseudo divine.

      Marie n’a aucun rôle dans le bestiaire chrétien , juste une résurgence de la déesse de la fécondité , si centrale dans les cultes néolythiques et antiques


    • vote
      sahb 6 novembre 17:26

      @ezechiel
      des liens des liens comme s’il en pleuvait ! et on est cotancotan avec ça !? il y a aussi des vidéos de la cia qui racontent les mêmes sornettes issues de la même source (mémé la vierge) sans doute ...

      encore une tentative de "rayon tétanisant" !! depuis 100 ans ça ne marche pas : la vérité ressort tout le temps ! 

      changez votre vieux disque usé et allez aux nouvelles !

      Staline l’avait bien dit : "le vent de l’histoire balayera tout ça" ! ouvrez les yeux on y est !!


    • 7 votes
      maQiavel maQiavel 3 novembre 17:23

      Je ne me suis jamais vraiment intéressé au livre noir du communisme mais j’ai déjà vu circuler le chiffre de 100 millions de mort. Le fait qu’il attribue les morts de la guerre civile en Russie, de la guerre de Corée ou la guerre d’indépendance angolaise au communisme, relève de la farce. Ce livre manque affreusement de rigueur. Merci pour cette vidéo qui est réussie sur le fond ( mais peut etre moins sur la forme). 


      • vote
        Belle & Rebelle Belle & Rebelle 4 novembre 00:36

        @maQiavel
        C’est vrai je lui ai fait cette remarque il m’avait répondu qu’il n’avait pas encore l’habitude de s’exprimer face caméra pendant plusieurs minutes d’affilée mais "l’anti-livre noir" sur lequel il sappuie est excellent ! smiley


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 4 novembre 10:26

        @Belle & Rebelle
        J’avais parcouru l’anti livre noir du communisme et effectivement il est bien fait. Ce qui m’étonne , c’est le terrible manque de rigueur méthodologique des auteurs du livre noir ,on dirait de la vulgaire propagande anti-communiste primaire des USA des années 60  ...


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 4 novembre 10:45

        Sinon, il existe aussi un livre noir du capitalisme publié par un collectif quelques mois après le livre noir du communisme : 100 millions de morts rien que le siècle passé !!! smiley

        Voilà ce qu’il en est : propagande contre propagande. smiley


      • 2 votes
        gerfaut 4 novembre 20:33

        @maQiavel
        Quand il s’agit de défendre le gauchisme, t’es toujours là maQ. Les gauchistes ont même encore plus tué que les nazis. 

        Et bien ce n’est pas fini. Courtois (un ex-gauchiste d’ailleurs) dans un nouveau livre met en l’air un autre mythe, celui de Lénine. Les gauchistes mettent tout sur le dos de Staline et disent que ce n’est pas la gauche pour sauver la révolution russe... Or dès le départ cela a été la dictature et l’horreur avec Lénine.

        Sinon, Chibane est une nullité, le communisme est une utopie, on ne peut pas abolir les différences entre les gens, l’argent, l’état, la propriété privée, "et vivre selon ses besoins", cela ne marche pas, donc il est idiot de dire que l’URSS, la Corée du nord n’ont pas appliqué le communisme. Ils ont tenté de le faire, le socialisme était une phase transitoire qui devait y mener. Une utopie est toujours inapplicable mais les équipes dirigeantes en place ont endormi les gens avec les belles phrases de l’utopie. 

        C’est en cela qu’elle est néfaste, qu’elle est encore plus dangereuse qu’un régime politique qui a été tenté totalement, là on veut faire un lavage de cerveau aux gens avec des choses inapplicables. 

        Des régimes encore plus terribles ont été mis en place par les gauchistes et leurs utopies. et jamais ils ne l’admettent, ils ont déconné encore plus que les nazis.



      • 1 vote
        maQiavel maQiavel 4 novembre 22:04

        @gerfaut
        Oui oui, c’est bien ça, je suis un gauchiste qui défend le gauchisme. 

        Sinon, blague à part, tu te relâche : dans ton com, aucune mention de la lutte des classes, dans le genre anti -gauchisme obsessionnel tu m’avais habitué à mieux... smiley


      • 1 vote
        gerfaut 4 novembre 23:58

        @maQiavel
        La lutte des classes est ton obsession, pas la mienne, toi tu y crois, inversion classique.


      • 7 votes
        Joe Chip Joe Chip 5 novembre 01:13

        @gerfaut

        C’est un peu maladroit de confondre communisme et gauchisme en mêlant Lénine à l’affaire puisque ce dernier a écrit un violent pamphlet contre... le gauchisme, qu’il qualifiait de "maladie infantile du communisme" en visant les communistes européens ("social-traîtres") auxquels il reprochait de se séparer du mouvement ouvrier par idéalisme révolutionnaire. 

        Sous Staline le terme prendra un sens plus politique, désignant progressivement toutes les mouvances communistes non alignées sur l’orthodoxie soviétique. Ainsi, pour le PCF de l’époque, les étudiants de mai 68 sont des petits bourgeois "gauchistes" dont l’aventurisme est contraire aux intérêts de la classe ouvrière.  


      • vote
        gerfaut 5 novembre 13:09

        @Joe Chip
        Tout dépend ce que tu mets derrière le mot ’gauchiste’. Je le fais sans nuance, c’est vrai, mais j’agis ainsi aussi pour rejeter les querelles byzantines entre les différents courants dont tu parles. 

        Accepter la définition des mots donnée par tes adversaires est déjà perdre.

        On se fait traiter de fascistes à toutes les sauces et pour n’importe quoi, cela leur fait un peu de bien de se faire traiter de la même façon en retour. Ils ont été ignobles assez longtemps.


      • 1 vote
        Joe Chip Joe Chip 6 novembre 00:07

        @gerfaut

        Je ne mets rien derrière, je rappelle simplement la signification du mot qui reste pertinente même si l’usage en est devenu plus générique, au point de perdre toute signifiance (au même titre que le mot "fasciste"). 


      • 2 votes
        CoolDude 3 novembre 20:27

        Je suis d’accord avec maQiavel.

        Il va falloir envoyer le grand Yacine Chibane au Geek Fearise.

        Le fond est très bon, 100% sourcé. Rien à dire, etc... La FORME !

        Prend de la drogue comme Squeezie, Merde !

        Et tout dans la défense ! 100 Millions de morts par les communistes... Mais combien par les Capitalistes ! La blague !!!

        Quelle est la difference entre un communiste et un capitaliste.

        Pour un communiste : Si t’es pas content.e... C’est le goulag.
        Pour un capitaliste : Si t’es pas content.e... C’est le caniveau.

        Je ne parle pas Russe, mais bon, la difference est subtile. Il doit y avoir une difference quand même niveau taux de survie.


        • vote
          CoolDude 3 novembre 20:58

          @CoolDude

          Le pire dans cette histoire, c’est que ça a dû lui coûter un temps dingue à YC (York City) et une vrai volonté (je rigole, ca se voit que c’est sa passion. Quand on aime)... Et qui ne sera pas réellement récompensé. Mais bon, ce genre d’idée, c’est mort. No Business !

          Personnellement, j’encourage a ce youtuBeure de se railler à une communauté. Pour que les idées grandisses... Ainsi que la Rébellion !


        • 2 votes
          Belle & Rebelle Belle & Rebelle 4 novembre 00:54

          La chaîne YT de YC est assez intéressante (même si toutes les vidéos ne sont pas en français).
          Il fait une bonne vidéo où il parle d’Aldo Sterone et montre du doigt ses contradictions et les faussetés que raconte ce dernier. Même s’il discrédite un peu le reste quand il va jusqu’à dire que l’Algérie n’est pas dirigée par les généraux ou encore quand il défend la VO du 11 septembre et traite Aldo de conspi parce qu’il remet en doute la VO, il est allé un peu loin quand-même smiley


          • vote
            pegase pegase 4 novembre 02:55

            @Belle & Rebelle

            Là où ça coince c’est qu’il est un fan inconditionnel de Caroline Fourest smiley

            Qu’est ce qu’on a pu rigoler ...


          • vote
            L'autre émission L’autre émission 4 novembre 07:30

            @Belle & Rebelle
            Effectivement, je l’ai vu cette vidéo. C’est intéressant ?


          • vote
            Belle & Rebelle Belle & Rebelle 4 novembre 11:07

            @pegase

            Ah bon ? smiley

            @L’autre émission

            Plutôt intéressante mais y a à prendre et à laisser sur les deux points que j’ai cités plus haut. smiley


          • vote
            alanhorus alanhorus 4 novembre 00:55
            A lire et à traduire pour ceux qui ne connaissent pas :

            • 1 vote
              cathy cathy 4 novembre 05:37

              Le communisme n’a pas fini son histoire, un puits sans fond pour son lot de morts, et l’Afrique espère en lui, et elle arrive par millions.


              • 27 votes
                Joe Chip Joe Chip 4 novembre 09:28

                L’ouvrage de Stéphane Courtois pâtit un peu de son titre racoleur mais il ne faut pas oublier que c’est un ouvrage collectif sur lequel ont travaillé des historiens spécialistes de tous les pays concernés. On peut aussi évoquer l’idéologie personnelle du directeur de l’ouvrage comme un facteur rédhibitoire, ou dire que l’ouvrage s’inscrit dans un contexte de "triomphe" du capitalisme, ou en constitue un symptôme, mais à ce titre on devrait écarter dogmatiquement sa thèse sur le génocide vendéen (que je ne partage pas forcément mais qui est légitime) et aussi bon nombre de travaux d’historiens sous prétexte qu’ils chercheraient à véhiculer une idéologie sous le paravent de l’analyse historique. Que cela soit avéré ou non, on ne peut pas se dispenser d’une lecture neutre et attentive. 

                Mais encore une fois, il faudrait pour cela lire les livres au lieu de se contenter de se faire une opinion à partir de fiches de lectures et d’analyses glanées sur le web. 

                Il faut rappeler aussi que l’ouvrage a été accueilli favorablement par un trop grand nombre d’historiens à travers le monde pour être qualifié de peu rigoureux ou trop subjectif. Près de 1000 pages contenant les travaux d’historiens qui ont parfois consacré des années à leur sujet, on ne peut pas simplement les écarter d’un revers de la main en s’arrêtant arbitrairement sur ce chiffre de 100 millions qui par lui-même ne veut pas dire grand-chose et vise surtout à marquer les consciences.   

                Par exemple, l’apport des travaux minutieux de Nicolas Werth sur les archives du système soviétique et en particulier sur la période révolutionnaire (démontrant que la terreur était l’objet d’une programmation politique et dogmatique bien avant la guerre civile) ont été reconnus dans le monde entier, même par les historiens ne souscrivant pas à la thèse générale de l’ouvrage. 

                Sur le fond, on ne peut pas nier dans chacun des pays concerné l’influence de l’idéologie communiste au sens large, tant sur le plan théorique (terreur, homme nouveau, messianisme... ) que concret (autoritarisme politique, aspects totalitaires liés au collectivisme). Le rapprochement avec le nazisme, très discutable, n’est pas complètement illégitime. Courtois fait remarquer que dans les régimes communistes le racisme de classe excluant et diabolisant une partie de la population produit des effets similaires au racisme dans l’idéologie nazie.
                  
                On ne peut surtout pas exonérer d’un bloc l’idéologie marxiste-léniniste des dévoiements tragiques qu’elle a provoqués ou inspirés, auxquelles elle a donné lieu ou dont elle a été le prétexte. Il faut se demander pourquoi autant d’autocrates sanguinaires ont pu se saisir de ce paradigme pour mener des "révolutions" qui ont terminé en bains de sang ou ont été récupéré à des fins strictement politiques. Il y a là un élément irréfragable, irrécusable, qui résiste à toute tentative de dénégation schématique du type "le communisme n’a rien à voir avec tout ça, ce chiffre est absurde, délirant, etc.". Ce qui est étonnant, c’est que les mêmes qui refusent d’envisager ce lien sont en général les premiers à réduire le capitalisme à des aspects simplistes et caricaturaux et à en faire la cause de tous les maux sur terre. 
                  
                On pourrait dire exactement la même chose de la révolution française : on ne peut pas faire comme si il n’y avait pas eu la Terreur ou les guerres napoléoniennes et en rester au programme "idéaliste" de 1789. C’est en refusant de mener cette réflexion critique qu’on ouvre justement la porte à ceux qui veulent faire de l’histoire une matière politique et binaire en soutenant des thèses aussi simplistes que celles qu’ils prétendent combattre (ex : passer de l’angélisme révolutionnaire robespierriste d’un Mélenchon au révisionnisme néo-traditionnaliste intégral de Sigaut). 

                Il faudrait à ce titre passer un long moment à analyser l’aveuglement grotesque et jusqu’au-boutiste des "intellectuels" français qui se sont soit emmurés dans le 
                déni, maintenant une fidélité fictive et passionnelle aux objectifs généraux du communisme et/ou aux régimes qui s’en réclamaient, quand ils n’effectuaient pas un aggiornamento radical - et en soi intellectuellement suspect - en passant du maoïsme intransigeant des années 70 à l’anti-communisme primaire des années 80, c’est à dire de Mao à Reagan, représentant les deux impérialismes qui se font aujourd’hui face.

                • 13 votes
                  Joe Chip Joe Chip 4 novembre 09:50

                  J’ajoute que quand on a connu une aussi longue phase d’aveuglement - comme ce fut le cas en France par rapport au communisme entre la fin de la guerre et la fin des années 70, pour des raisons historiques et politiques - il y a toujours une violence partisane et dogmatique qui s’enclenche chez ceux qui cherchent à y mettre fin : la raison s’en trouve évidemment dans l’aveuglement initial et non dans le caractère excessif des réactions qu’il va susciter à plus ou moins long terme. C’est comme un élastique tiré au maximum et trop longtemps retenu ; à un moment ou à un autre l’énergie emmagasinée doit être libérée. 


                • 21 votes
                  Haze Haze 4 novembre 09:59

                  C’est assez drôle de voir les néo-communistes vouloir défendre le communisme.
                  Or, soyons clair, tout changement historique se réalise dans le sang, déjà au néolithique.
                  Quand l’on a affaire à une idéologique tel le communisme, plus qu’à la normale, le nombre de morts n’est pas important. Je crois bien que les communistes auraient signé pour voir la réalisation de leur idéal partout sur Terre au prix d’1 ou 2 milliards de mort ; et on ne peut pas leur en vouloir, c’est le but même de l’idéologie, elle est supérieure aux hommes.

                  Avec des raisonnements fallacieux de comptage de mort pour juger d’une idée, on entre dans les cavernes intellectuelles. Comme les royalistes qui combattent la Révolution et Napoléon en dénonçant le nombre de morts provoqués par ces évènements. Ce n’est pas la bonne façon.

                  Avec un tel prisme, on devrait juger les États-Unis sur le génocide des amérindiens, la colonisation sur les désastres de la variole.
                  Encore mieux, l’on pourrait juger l’humanité même sur le nombre de morts humain qu’elle a provoqué ; et même plus, animaux et végétaux. Aussi, on en arrive à une posture nihiliste étant de dire que l’humanité est cause de tant de morts qu’elle devrait disparaitre. Or, tous les pires désastres écologiques que l’on peut provoquer ne nous rend absolument pas "mauvais". Notre génocide de centaines d’espèces animales depuis la nuit des temps ne nous a pas entaché plus que nous l’étions d’un "mal".
                  Nous sommes une espèce qui a absolument besoin de détruire certaines choses pour en construire d’autres, voilà tout.

                  Nietzsche écrivait que le fait de mourir pour une cause ne la rend pas meilleure ; et bien l’on peut ajouter que le nombre de morts provoqués par une idée ne la rend pas pire.

                  Que le communisme ait provoqué 1 million ou 100 millions de mort ne change rien à sa substance, d’allure putride.


                  • 21 votes
                    childéric childéric 4 novembre 14:53

                    C’est ubuesque qu’il y ait encore des gens pour défendre le communisme encore aujourd’hui !!!


                    • vote
                      Mahler 4 novembre 19:22

                      @childéric

                      Peut être parce que des gens ont lu marx vraiment dont tous les livres du Capital et qu’ils ont vu que l’URSS et la chine communiste étaient d’un point de vue économique bien capitaliste(en se référant notamment aux livres du Capital de Marx) ou que la philosophie de Mao qui se base sur une philosophie qui pense que les connaissances humaines sont le fruit de l’expérience, avec des implications qui sont à la fois agnostiques provenant de Locke, ou alors subjectives venant de Hume, ainsi qu’un matérialistes métaphysiques( s’opposant au marxisme qui lui est un matérialiste dialectique) et un idéalisme naif tiré doit des philosophie des Lumières. Rien de marxiste chez Mao, je ne parle même pas de Staline qui a condamné à mort David Riazanov pour motif d’avoir publié l’idéologie allemande en 1932 car cella venait justement mettre à mal la pensée Staline, sa mise en pratique par rapport à la philosophie de Marx.


                    • 6 votes
                      childéric childéric 4 novembre 21:57

                      @Mahler
                      Oui oui absolument !!! ça n’a pas marché car il fallait mettre encore plus de communisme, c’est évident ! smiley


                    • 1 vote
                      Nainconnu 4 novembre 15:18

                      L’avantage du communisme par rapport au capitalisme c’est , qu’au moins , on peut faire les comptes , on reste dans des proportions quantifiables et "finies" .


                      • 3 votes
                        maître soucoupiste 4 novembre 19:38

                        Ce sont les hommes qui tuent pas les idéologies, c’est le genre de polémique qui permet aux pros et aux antis de se détester encore plus, absolument sans intérêt comme débat.

                        Résumé : 

                        Intervenant 1 : Ouais d’façon les cocos c’est cent vingt d’seize millions de morts !

                        Intervenant 2 : Pffff et le capitalisme alors ? C’est minimum le double alors hein !

                        Intervenant 3 : Hipsss remet moi la même chose patron, burrrppp !


                        • 2 votes
                          Zatara Zatara 4 novembre 20:14

                          @maître soucoupiste
                          Ce sont les hommes qui tuent pas les idéologies

                          Certaines idéologies sont des rampes de lancement pour meurtrier, mais aussi pour des gens qui n’ont pas de pulsion guerrière.... Donc les idéologies sont aussi des armes, puisqu’ "elles" sont capables de transformer des esprits à priori équilibré en tueurs....


                        • 2 votes
                          maître soucoupiste 4 novembre 20:47

                          @Zatara

                          Non je ne suis pas d’accord, une idéologie ce n’est pas une incantation magique qui transforme un gentil bonhomme en serial killer, quelqu’un qui tue par idéologie le fait par conditionnement et soumission à l’autorité, ou alors c’est juste un assassin opportuniste.


                        • 1 vote
                          Zatara Zatara 4 novembre 20:58

                          @maître soucoupiste
                          Non je ne suis pas d’accord, une idéologie ce n’est pas une incantation magique qui transforme un gentil bonhomme en serial killer,

                          C’est ce que vous avez compris de mon post ?

                          quelqu’un qui tue par idéologie le fait par conditionnement et soumission à l’autorité, ou alors c’est juste un assassin opportuniste.

                          Non, il le fait par idéologie, et l’autorité est secondaire....D’ailleurs, l’autorité seul ne peut suffire à imposer cette volonté... c’est l’idéologie,le façonnage de l’esprit quant à la création de la figure, de l’archétype de l’ennemi.... L’autorité surf la dessus en réalité.


                        • 1 vote
                          maître soucoupiste 5 novembre 12:26

                          @Zatara

                          Ok il le fait par idéologie, si vous l’dite c’est que ça doit être vrai.


                        • 1 vote
                          Zatara Zatara 5 novembre 14:56

                          @maître soucoupiste
                          on s’en fout de ce que je pense personnellement. Une idéologie permet un état d’absolu à celui qui y souscrit. C’est une forme de parasitisme mentale qui implique une forme d’absolutisme. Une autorité ne peut existé et être reconnu comme telle que grâce à une idéologie (son "clergé" s’en porte garant). Par conséquent, et sans parler de cas ou certains ont de toute façon des pulsions de meurtre, oui, comme vous l’avez dit, ce sont les hommes qui tuent, mais des hommes dont l’état de conscience a été/est parasité. Certaines idéologies ne sont pas dangereuses, d’autres le sont, et d’autres sont tout simplement assimilables à des armes.


                        • 1 vote
                          Zatara Zatara 5 novembre 15:06

                          @maître soucoupiste
                          Non je ne suis pas d’accord, une idéologie ce n’est pas une incantation magique qui transforme un gentil bonhomme en serial killer

                          ce n’est pas une incantation, c’est une "éducation".....


                        • 1 vote
                          Zatara Zatara 5 novembre 15:12

                          @maître soucoupiste
                          je vais simplifier :

                          Disons que c’est bien l’homme qui appuie sur la détente de l’arme

                          mais c’est l’idéologie qui pré-fabrique la détente de l’homme (et l’autorité qui lui commande de s’en servir à l’instant t)


                        • vote
                          gerfaut 4 novembre 20:51

                          Le nouveau livre de Courtois sur l’invention du totalitarisme, un cadeau des gauchistes. Déjà sous Lénine c’était l’horreur.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès