• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Discours d’Eric Guéguen - Référendum sur le frexit

Discours d’Eric Guéguen - Référendum sur le frexit

Voici le discours qu'Eric Guéguen a prononcé lors de la fête de la démocratie. Il est question de militer pour l'organisation d'un référendum sur notre appartenance à l'UE.

 

Tags : Démocratie Union européenne Souveraineté FREXIT




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • 6 votes
    micnet micnet 25 juin 11:07

    Il a l’air en forme le père Eric, est-ce parce qu’il vient de prendre un an de plus ? Serait-ce, non pas l’album, mais le discours de la maturité ? smiley

    Sérieusement, je lui dis bravo, son discours est net, carré, comme à son habitude !


    • 2 votes
      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 26 juin 23:52

      @micnet
      Ne nous mentons pas ; ne lui mentons pas

       : du rechauffé, que du rechauffé, encore du rechauffé  !

      Quand ma grand-mère avait 15 ans -sur le fond tout au moins elle entendait déjà cette musique... du censé grand stratège de la politique... qui clamait sa vérité au populo déjà blasé de formules toutes faites qui sentent encore la naphtaline...

      Epouicétout !

      CQFD


    • 6 votes
      Carmela Carmela 25 juin 12:22

      Ben voilà, c’est de nouveau dit et bien dit ! smiley Souhaitons que les nouveaux informés soient de plus en plus nombreux et puissent agir de concert avec l’esprit de souveraineté démocratique qui nous unit et reconquérir ensemble nos capacités d’autodétermination dans une France libre.


      • 5 votes
        Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 26 juin 01:45

        Très bonne intervention, courte et claire. 


        • 1 vote
          yoananda2 26 juin 11:06

          percutant

          mais ...


          • vote
            Sentero Sentero 27 juin 11:41

            Bof... il pose comme principe que l’échelle nationale est la plus adaptée à une véritable démocratie mais c’est un parti pris tout à fait discutable... la nation a été une construction idéologique séculaire qui s’est imposée sur des échelles locales ou régionales... il peut donc tout à fait en être de même pour une démocratie à une échelle continentale mais à condition de lui laisser le temps de se mettre en place en dépassant ses défauts technocratiques...


            • vote
              yoananda2 27 juin 11:48

              @Sentero
              oui et c’est même peut etre la notion territoriale qui est a revoir


            • 3 votes
              micnet micnet 27 juin 13:13

              @Sentero

              « Il peut donc tout à fait en être de même pour une démocratie à une échelle continentale mais à condition de lui laisser le temps de se mettre en place en dépassant ses défauts technocratiques »

              Non car le « peuple européen « n’existe pas.


            • vote
              yoananda2 27 juin 13:23

              @micnet

              Non car le « peuple européen « n’existe pas.

              Un peuple ça se fabrique. Le peuple français n’existe plus, et il n’a pas toujours existé non plus, il a été fabriqué


            • 3 votes
              micnet micnet 27 juin 14:39

              @yoananda2

              Non un peuple ne « se fabrique pas », un peuple de caracterise d’une part par une langue et un territoire communs mais aussi, et avant tout, par une volonté de vivre ensemble. On ne peut donc pas forcer des populations à vivre ensemble sans que cela finisse par mal tourner. En revanche ce qui est vrai, c’est qu’il y a un désintérêt complet des français pour la « chose publique « mais ça c’est encore un autre débat...


            • 2 votes
              Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 juin 14:45

              @yoananda2

              "Le peuple français n’existe plus, et il n’a pas toujours existé non plus, il a été fabriqué."

              C’est exagéré de dire ça. Rien n’a toujours existé (à part le présent intemporel) mais cela ne signifie pas que tout est artificiellement construit de l’extérieur par ingénierie. 

            • 4 votes
              Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 juin 14:59

              @Sentero

              "il peut donc tout à fait en être de même pour une démocratie à une échelle continentale"


              En théorie ce serait possible, et d’ailleurs même à un niveau planétaire, mais dans le faits il se trouve que ce n’est pas le cas. Il n’y a pas de peuple européen et il ne peut par conséquent pas y avoir de démocratie européenne. Il existe seulement un avorton d’empire technocratique européen. Le fait de n’avoir pu représenter aucun personnage ni aucun lieu réel sur les billets de la monnaie européenne est très significatif du caractère factice et totalement abstrait de cette pseudo union : c’est une chimère, un monstre abstrait. 

            • vote
              yoananda2 27 juin 16:33

              @Gaspard Delanuit
              tout à fait, mais c’est le cas du "peuple" français : construit par la république, à coup de terreur, de langue française, de prénoms, d’école républicaine, de manuel d’histoire.
              Avant la république il y avait DES peuples du royaume de France. Et avant encore des peuples gaulois.


            • vote
              yoananda2 27 juin 16:37

              @micnet
              ça PEUT se fabriquer, je l’entendais dans ce sens. Cf ma réponse à Delanuit.
              Aujourd’hui, selon moi, il n’y a plus de peuple français. Le désintérêt de la "chose publique" n’est qu’un symptome parmi d’autres.
              Disons que allez, j’ai biais d’anticipation, et que le peuple français est seulement en VOIE de dissolution.
              Mais de mon point de vue, c’est comme dire d’un animal dont le coeur vient d’arrêter de battre qu’il ne serait pas encore mort parce qu’il n’a pas encore été réduit à l’état d’ossements. Le peuple français est mort, le processus de décomposition (irréversible) est en cours.


            • 2 votes
              Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 juin 16:44

              @yoananda2

              Le peuple français n’a pas été construit par la république, il existait avant. Il a lui-même créé la Révolution, la Terreur, la république française, la langue française, les prénoms, l’école républicaine, ses manuel d’histoire. C’est aussi le peuple français qui a choisi pour présidents de sa république une floppée d’individus médiocres ces dernières années. Tout cela n’a pas été imposé de l’extérieur par des aliens. Et ce qui résulte de cette histoire faite de gloire et de médiocrité, c’est quand même toujours actuellement le peuple français. Cette entité cherche en ce moment à redéfinir ses contours spirituels, mais ce n’est pas la première fois. 

              Il n’y a jamais rien eu de comparable pour un "peuple européen".


            • 3 votes
              Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 juin 16:47

              @yoananda2

              "Le peuple français est mort, le processus de décomposition (irréversible) est en cours."


              Si vous aviez vécu 1000 ans dans la peau d’un Français, vous auriez pu vous dire la même chose plusieurs dizaines de fois. Alors peut-être que vous avez raison cette fois, mais rien n’est sûr. 

            • 3 votes
              micnet micnet 27 juin 16:54

              @yoananda2

              « Avant la république il y avait DES peuples du royaume de France. Et avant encore des peuples gaulois. « 

              Non la république n’a fait qu’officialiser ce qui existait déjà dans les faits : un peuple uni par une religion commune attachée à un état centralisateur avec un roi qui incarne ce qui ne s’appelait pas encore la Nation mais Dieu sur terre. La République n’a fait que remplacer le concept de Dieu par celui de souveraineté populaire et/ou nationale mais l’attachement des français à l’Etat ne date pas de la République. D’ailleurs la plupart des historiens et des constitutionnalistes admettent que la 5e république est en réalité une « monarchie républicaine ». Ajoutons à cela que si la notion de peuple n’etait qu’une construction résultant d’une ingénierie sociale, les français accepteraient l’immigration de masse ainsi que l’islamisation sur notre sol sans rechigner au vu du matraquage médiatique subi depuis 40 ans or 100% des sondages sur ce sujet montrent un rejet systématique des français envers cette immigration.


            • vote
              yoananda2 27 juin 17:05

              @Gaspard Delanuit
              je comprends le raisonnement, et mon premier réflexe a été de dire "oui" et de changer d’avis, mais à la réflexion, c’est plus compliqué, je crois, que ça, et donc à priori je ne suis pas trop d’accord.


            • vote
              yoananda2 27 juin 17:08

              @micnet

              si la notion de peuple n’etait qu’une construction résultant d’une ingénierie sociale, les français accepteraient l’immigration de masse ainsi que l’islamisation sur notre sol sans rechigner

              précisément, et c’est bien ce qui se passe. (j’ai votre affirmation sur les sondages)


            • 2 votes
              micnet micnet 27 juin 17:18

              @yoananda2

              Voici https://www.google.com/amp/s/www.europe1.fr/societe/selon-un-sondage-ifop-pour-le-journal-du-dimanche-78-des-francais-jugent-la-laicite-menacee-3927717.amp

              Autre élément indiscutable : la montée inexorable du FN devenue RN depuis plus de 30 ans malgré la diabolisation incroyable que ce parti a subi (et continue de subir). Même si, à titre personnel je ne crois pas à une victoire de Marine Le Pen (les français étant effectivement des veaux) l’an prochain, il est clair que les thèmes qu’elles portent sont clairement partagés par une majorité de français !


            • vote
              micnet micnet 27 juin 17:20

              @micnet

              « il est clair que les thèmes qu’ELLE (Marine Le Pen) porte... »


            • vote
              yoananda2 27 juin 17:36

              @micnet
              pour moi le RN est aussi la preuve que les français ont décidé de disparaître sans moufter. Je ne dis pas ça par esprit de contradiction, ça fait un paquet d’années que je le répète.


            • 2 votes
              micnet micnet 27 juin 17:46

              @yoananda2

              Juste une remarque : le fait que la majorité de nos concitoyens soient passifs ne signifient pas pour autant qu’ils n’aient pas conscience d’appartenir à un même peuple.
              Donc plutôt que de dire que les français n’ont plus le sentiment d’appartenir à un même peuple, moi je dirais plutôt que les français n’ont plus le sentiment d’être des CITOYENS. Et d’ailleurs, ça se comprend en partie puisque lors du dernier référendum sur l’Union Européenne, leur vote négatif n’a pas été pris en compte (et c’est d’ailleurs tout l’objet du discours d’E Gueguen).


            • vote
              Sentero Sentero 27 juin 18:43

              @Gaspard Delanuit

              Cet argument pouvait tout à fait être valable pendant la période monarchique quand une nation a été construite sans aucunement demander à la population ce qu’elle en pensait... à ce moment là on pouvait donc dire que c’était une chimère, un monstre abstrait...

              Tout est une question d’échelle mais aussi de temps... combien de temps (siècles) a-t-il fallu pour qu’on puisse dire qu’il y avait réellement un "peuple" français... peut-être autant de temps qu’il faudrait pour qu’on puisse dire qu’il y a un "peuple" européen... donc puisqu’on a laissé le temps à un peuple français d’émerger (sans lui demander son avis d’ailleurs ni lui laisser le choix) je ne vois pas pourquoi on ne laisserai pas à un peuple européen le temps d’apparaitre aussi.


            • 2 votes
              micnet micnet 27 juin 18:58

              @Sentero

              je ne vois pas pourquoi on ne laisserai pas à un peuple européen le temps d’apparaitre aussi.

              Sauf que, pour l’instant, les français (et sans doute une majorité de peuples européens) ne le souhaitent pas et la crise du Covid n’a fait que renforcer ce sentiment anti-européen

              https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/sondage-exclusif-la-defiance-des-francais-vis-a-vis-de-leurope-saccentue-avec-la-crise-du-coronavirus-1201025


            • vote
              yoananda2 27 juin 19:08

              @micnet

              le fait que la majorité de nos concitoyens soient passifs ne signifient pas pour autant qu’ils n’aient pas conscience d’appartenir à un même peuple.

              bien entendu, ce n’est pas moi qui ai parlé de passivité ;

              Donc plutôt que de dire que les français n’ont plus le sentiment d’appartenir à un même peuple, moi je dirais plutôt que les français n’ont plus le sentiment d’être des CITOYENS.

              Oui oui, je fais bien la différence entre les 2, et je penses que le "peuple" n’existe plus.


            • 2 votes
              micnet micnet 27 juin 19:09

              @Sentero

              puisqu’on a laissé le temps à un peuple français d’émerger (sans lui demander son avis d’ailleurs ni lui laisser le choix) 

              Juste par curiosité, sur quelles sources historiques vous basez-vous pour affirmer que le peuple français a "émergé sans qu’on lui demande son avis" ?


            • 2 votes
              micnet micnet 27 juin 19:17

              @yoananda2

              Oui oui, je fais bien la différence entre les 2, et je penses que le "peuple" n’existe plus.

              Et moi je pense que c’est le désintérêt du peuple français pour la politique (donc de l’abandon volontaire de son rôle de citoyen) qui pourrait effectivement entraîner sa désagrégation. Tu vas sans doute me répondre que ça revient au même à la fin et moi je rétorque à cela que tout va dépendre des combats politiques qui se joueront dans les prochaines années.
              Je suis pour ma part convaincu que ce sont les minorités actives qui font l’Histoire (la majorité étant passive, elle suivra les vainqueurs) qui détermineront la suite du "destin français"


            • vote
              yoananda2 27 juin 20:10

              @micnet

              Je suis pour ma part convaincu que ce sont les minorités actives qui font l’Histoire

              Tout à fait.

              Tu vas sans doute me répondre que ça revient au même à la fin

              Non smiley Je vais te répondre que je m’en fiche de ce "désintérêt", il n’intervient quasiment pas dans mon analyse en fait.


            • 2 votes
              Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 juin 20:28

              @Sentero

              "je ne vois pas pourquoi on ne laisserai pas à un peuple européen le temps d’apparaitre aussi."

              Aucun problème. Et puis quand il sera apparu dans quelques siècles ou quelques millénaires, il pourra s’organiser en une véritable union européenne démocratique (ou sous une autre modalité d’organisation politique de son choix). En attendant, il n’existe pas. 

            • vote
              Sentero Sentero 27 juin 21:47

              @micnet

              "pour l’instant, les français (et sans doute une majorité de peuples européens) ne le souhaitent pas"

              ... les sondages... j’aurai bien aimé qu’il y ai eu des sondages au XV ou au XVII siècle pour savoir ce que les Français pensaient alors de la construction d’un "peuple" français... sauf qu’il n’y avait alors ni sondage d’opinion ni médias pour permettre l’émergence d’une opinion publique... et pourtant une construction technocratique et complètement non démocratique de la nation française a bien été menée sans que cela semble vous déranger puisque vous en légitimez l’existence à posteriori...


            • 2 votes
              micnet micnet 27 juin 22:00

              @Sentero

              « et pourtant une construction technocratique et complètement non démocratique de la nation française a bien été menée sans que cela semble vous déranger puisque vous en légitimez l’existence à posteriori... »

              Pourquoi partez-vous du postulat que le peuple serait issu d’une « construction technocratique « ?


            • vote
              Sentero Sentero 28 juin 22:02

              @micnet

              Je ne comprends pas... l’émergence du "peuple français" a progressivement commencé probablement au début du Moyen age... quelle source historique montreraient que qui que se soit ai demandé son avis au "peuple" pour le début de cette construction (et ce au moins jusqu’à la Révolution française) ???...

              Si vous avez une source montrant que le peuple a été consulté et associé à un moment de cette très longue émergence je suis preneur...


            • vote
              Sentero Sentero 27 juin 22:12

              L’absolutisme qui a joué un rôle important dans la construction du peuple français est nettement technocratique... idem pour la période napoléonienne ou la III république (et le gaullisme aussi d’ailleurs)...


              • 3 votes
                micnet micnet 27 juin 22:46

                @Sentero

                Que ce soit sous l’Ancien régime ou en république, on retrouve certaines constantes en France que l’on ne retrouve pas ailleurs :
                 un état centralisateur : l’Histoire montre que sous l’ancien régime, les feodalites ont fait place progressivement à un état de plus en plus centralisé jusqu’à l’absolutisme royal qui n’est au fond que la consécration d’un mouvement progressif. Nous sommes de ce point de vue très différents de la plupart des autres pays démocratiques, notamment anglo-saxons qui sont eux très méfiants vis-à-vis de l’Etat. Ainsi Vous ne ferez jamais des français devenir des libéraux comme les anglais (et vice versa).
                 un état laïc de culture chrétienne : contrairement à ce que certains pensent, la laïcité, ou la séparation du pouvoir temporel et spirituel fut également une constante de l’etat français y compris sous l’ancien régime : beaucoup de rois ont cherché très vite à s’émanciper de l’église et des papes (cas de Philippe Le Bel ou encore des papes en Avignon). La laïcité n’est pas une « invention ex nihilo » de la république, elle est inhérente aux evangiles et elle a également été progressive dans l’Histoire de France.
                 un état multiethnique avec une volonté assimilationniste : les Français n’ont jamais eu la « culture du multiculturalisme » affiché dans l’espace public et sont attachés à une certaine neutralité et à une certaine discrétion.
                 un état soucieux de la justice sociale

                Voilà donc égrenés quelques caractéristiques typiques du peuple français sur lesquelles s’accordent la plupart des historiens, me semble-t-il. Si donc ce peuple français résulte d’une construction technocratique comme vous le suggérez, force est de constater que cette construction est particulièrement pérenne et solide. Je souhaite bien du plaisir aux technocrates européens pour réussir à obtenir la même chose à l’échelle Européenne smiley


              • vote
                Sentero Sentero 28 juin 16:44

                @micnet

                Je souhaite bien du plaisir aux technocrates européens pour réussir à obtenir la même chose à l’échelle Européenne...

                De même que l’on pouvait souhaiter bien du plaisir aux rois empereurs et républiques qui ont finalement réussi à le faire à l’échelle nationale...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jojotv

jojotv
Voir ses articles


Publicité





Palmarès