• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Discours de Kennedy avant son assassinat en 63

Discours de Kennedy avant son assassinat en 63

Discours de Kennedy avant son assassinat en 63.

Discours sur l'état profond et des sociétés secrètes qui avaient déjà insidieusement infiltré le gouvernement, les institutions et l'état profond en 1963. Près de 60 ans plus tard, il est là pour nous rappeler qu'il fût un véritable brulot prédictif.

Tags : Etats-Unis Complot




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • 5 votes
    Tchakpoum Tchakpoum 23 novembre 2020 17:33

    A mettre en écho, alors, avec le dernier discours, connu, du président Dwight Eisenhower.

    https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/histoires-d-info/histoire-d-infos-dans-son-discours-d-adieu-eisenhower-denonce-le-complexe-militaro-industriel-et-semble-nous-parler_1999673.html

    Ledit président qui a été pourtant général, commandant en chef des opérations américaines pendant la seconde guerre mondiale (très apprécié par de Gaulle qui détestait Franklin Roosevelt, alors président US pendant cette même guerre et initiateur de la Pax Americana).


    • 3 votes
      ZardoZ ZardoZ 23 novembre 2020 17:56

      @Tchakpoum

      Oui et l’écho s’est amplifié d’une façon exponentielle tout au long de ses 57 dernières années.
      Dire qu’il y a toujours de plus en plus de laineux malgré tous ces avertissements.
      Celui de l’article vient du président des états-unis d’Amérique, d’une époque où il existait encore de véritables chefs d’états avec tous les risques inhérent à la fonction. 


    • 1 vote
      rinbeau rinbeau 23 novembre 2020 18:03

      hou ! l’affreux complotiste ! il devait être parano le bougre !

      On élit donc des malades mentaux aux USA ?

      Sont fous ces romricains !


      • vote
        ZardoZ ZardoZ 23 novembre 2020 18:15

        @rinbeau

        Bien pour ça qu’il s’est fait flinguer, il fallait absolument faire taire cet odieux complotiste.


      • 2 votes
        rinbeau rinbeau 23 novembre 2020 18:19

        @ZardoZ

        Pour la petite anecdote, il en avait parlé me semble t-il à son père qui lui aurait répondu "si tu dis ça, tu es mort" ! 


      • 3 votes
        berry 23 novembre 2020 19:39

        Si tout va bien, Trump sera élu pour un deuxième mandat le 14 décembre et pourra commencer le grand nettoyage qui s’impose.

        Kennedy sera vengé.


        • vote
          ZardoZ ZardoZ 23 novembre 2020 20:12

          @berry

          L’espoir fait vivre, Trump même si est réélu, vengera personne, il continuera à bosser (peu) et faire du golf (beaucoup) pour le bien être ou pas des ricains avant tout. 


        • vote
          Français du futur Français du futur 23 novembre 2020 23:15

          @ZardoZ
          Que voulez vous, Poutine et Trump sont des opposants au système pour certains. Rien n’est moins sûr pour ces présidents qui ne remettent aucunement en cause la création monétaire privée.
          Leur seule action vraiment antisystème est le sur place imposé aux sujets sociétaux, et encore, en Russie oui, aux US cela va être plus difficile.
          Pour les complotistes qui douteraient encore, sachez que sous Trump et Poutine des chemtrails sont abondamment pulvérisés. On a vu mieux comme opposants.


        • 4 votes
          Sentero Sentero 23 novembre 2020 19:50

          D’abord c’est un discours du 27 avril 1961 (pas de 1963... oui ça fait tout de suite beaucoup moins dramatique, ce discours n’a rien à voir avec son assassinat)

          .

          Deuxièmement il faut le contextualiser... le discours est fait au Waldorf-Astoria Hotel, à New York, devant l’association des éditeurs de la presse américaine, il est donc destiné surtout à un public de professionnels de l’information. On est en pleine Guerre froide dure et ce discours intervient juste après l’échec de la Baie des cochons avec des soupçons de fuites (venant de sympathisants communistes) qui auraient permis aux Cubains d’être informés de l’opération de la CIA... 

          .

          Troisièmement quand on lit bien TOUT le discours et non des extraits piochés ça et là et réagencés il est évident qu’il parle sans arrêt de la propagande et de la subversion communistes... et non pas d’hypothétiques sociétés secrètes...

          .

          Lisez le discours original intégralement et on en reparle. 

          .

          .


          • 6 votes
            ZardoZ ZardoZ 23 novembre 2020 20:08

            @Sentero l’adjudant laineux,

            61 ou 63 ça change pas grand chose à l’affaire, dans l’extrait ci dessus, JFK parle bien de sociétés secrètes et non pas de propagande de je ne sais quoi à la sauce Santero.

            Le sieur Santero va se faire un plaisir de venir nous raconter que LHO est le seul tireur sur Dealey Plaza et que Jack Ruby est l’assassin éploré du même LHO, qui par grandeur d’âme s’est sacrifié pour éviter un procès pénible à Jacky.

            Et puis il viendra nous expliquer doctement que les complots n’existent point et les sociétés secrètes encore moins.


          • 4 votes
            rinbeau rinbeau 23 novembre 2020 20:54

            @Sentero

            Le discourt a bien eu lieu en 1961.. Mais 10 jours avant sa mort il avait révélé devant les membres de son bureau qu’il avait l’intention de dire la vérité sur le complot à l’œuvre à ce moment là ! Il en avait informé son père qui lui avait répondu que s’il faisait ça il était mort !


          • vote
            rogal 23 novembre 2020 21:18

            @Sentero
            Bien d’accord. Déjà dans cet extrait : une conspiration (qu’est-ce que ça veut dire chez les Anlo-Saxons ?) tout autour du monde. Etc.


          • 1 vote
            Sentero Sentero 23 novembre 2020 22:34

            @rinbeau

            Ca ne n’en sais rien (quelles sont vos sources ?)... mais moi ce que je sais c’est qu’on trouve souvent sur le web le discours d’avril 1961 comme un discours prononcé "10 jours avant sa mort" (comme votre histoire...)  ...comme si ce chiffre 10 était utilisé comme un chiffre rond frappant les esprits...


          • 1 vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 novembre 2020 22:36

            @ZardoZ

            "dans l’extrait ci dessus, JFK parle bien de sociétés secrètes et non pas de propagande de je ne sais quoi"


            C’est un discours où il explique qu’il ne s’oppose pas à la liberté de la presse, car son administration n’a rien à cacher au peuple américain, mais où il demande en contrepartie à la presse de travailler avec le gouvernement pour la sécurité du pays comme cela doit se faire en temp de guerre, quand bien même cette guerre serait une "guerre froide".

            C’est parfaitement clair dans la partie ci-dessous (et dans la totalité du discours que j’ai publiée plus bas en deux parties). 

            "Et aucun officiel de mon administration, quelque soit son rang, civil ou militaire, ne devrait interpréter mes paroles ici ce soir comme une justification pour censurer la presse, étouffer la dissidence, cacher nos erreurs ou taire au public et à la presse les faits qu’ils méritent de savoir.

            Mais je demande à tout publiciste, tout éditeur, tout journaliste dans ce pays de réexaminer ses propres principes moraux et de reconnaître la nature du péril qui menace notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse ont traditionnellement mis en commun leurs efforts reposant largement sur l’autodiscipline, pour empêcher la divulgation d’informations non-autorisées à l’ennemi. En temps de danger « clair et présent », les tribunaux ont maintenu que même les droits privilégiés du premier amendement doivent céder devant le besoin commun de sécurité nationale.

            Aujourd’hui, aucune guerre n’a été déclarée, et aussi féroce le combat puisse t’il être, elle pourrait bien ne jamais se déclarer à la façon habituelle. Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se veulent nos ennemis progressent partout dans le monde."



          • 1 vote
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 novembre 2020 23:15

            @Sentero
             

            "quand on lit bien TOUT le discours et non des extraits piochés ça et là et réagencés il est évident qu’il parle sans arrêt de la propagande et de la subversion communistes... et non pas d’hypothétiques sociétés secrètes..."

            Il est absolument clair qu’il parle effectivement des fourberies du bloc soviétique, dans le contexte de la "guerre froide". C’est l’essentiel de ce discours adressé aux professionnels de la presse : ne faites pas le jeu des ennemis de notre nation. 

            Néanmoins il parle aussi des "sociétés secrètes" et autres clubs d’influence qui cherchent constamment à orienter le processus décisionnel de manière obscure, pour bien préciser que ce n’est pas sa manière à lui de concevoir la politique. Kennedy (comme tout chef politique) était évidemment entouré de militaires, d’industriels et de hauts fonctionnaires qui, eux, étaient partisans d’une gouvernance par la dissimulation. 

            En résumé, le message de Kennedy à la presse de son pays est donc en substance celui-ci : ne croyez pas être des journalistes intelligents et consciencieux dévoilant les complots de ce gouvernement, quand vous êtes en réalité manipulés par nos ennemis, qui eux sont les vrais dissimulateurs sournois. 

            C’est donc plutôt un discours "anti-complotiste", (dirait-on aujourd’hui). 


          • 5 votes
            maQiavel maQiavel 23 novembre 2020 23:30

            @Sentero

            Ça fait 1000 fois qu’on répète la même chose sur ce discours, encore et encore mais rien n’y fait car on fait manifestement face à une croyance pseudo-religieuse profondément ancré avec ces histoires de grand complot des sociétés secrètes sionisto- illuminati satanistes des seigneurs des ombres de l’énergie corrompue qui contrôlent déjà totalement le monde mais qui continuent néanmoins de conspirer juste pour le plaisir de faire le mal. Est-ce que la réfutation rationnelle a encore la moindre pertinence ? Est-ce qu’en rediscuter sert encore à quelque chose ? 

            En tous cas, je vous souhaite bon courage. 


          • 1 vote
            rogal 24 novembre 2020 08:10

            @Qaspard Delanuit
            Votre interprétation m’apparaît tout à fait juste.


          • 4 votes
            Sentero Sentero 24 novembre 2020 08:54

            @maQiavel
            .
            Merci... si je fais ce petit effort d’information c’est pour que certains qui interprètent mal ce discours de bonne foi (il y a parfois des nouveaux venus sur Agoravoxtv) car ne le connaissant pas vraiment ne le fassent plus ensuite...
            .
            ou si vous préférez s’ils continuent à le faire ensuite ce sera, je crois, de mauvaise foi et là je n’y peux plus rien...


          • 2 votes
            pegase pegase 24 novembre 2020 13:20

            @maQiavel
            on fait manifestement face à une croyance pseudo-religieuse profondément ancré avec ces histoires de grand complot des sociétés secrètes sionisto- illuminati satanistes des seigneurs des ombres de l’énergie corrompue qui contrôlent déjà totalement le monde mais qui continuent néanmoins de conspirer juste pour le plaisir de faire le mal.

            Les anglois abominatifs n’ont jamais comploté contre nous ? smiley

            Sérieux, vous en êtes sûr ?

            Mers el Kébir (1300 français morts) ?

            Le traité germano-britannique en 1935 ?

            Marie Stuart Reine de France, passée maitre dans l’art de la cryptographie pour communiquer avec l’écosse smiley

            avec plusieurs cuisiniers "gouteurs" morts empoisonnés smiley


          • 1 vote
            pegase pegase 24 novembre 2020 13:26

            @maQiavel
            -
            Ils ont poussé l’ignominie jusqu’à utiliser une hache toute rouillée même pas aiguisée pour lui couper la tête smiley

            Vous êtes marrant vous alors smiley


          • 1 vote
            pegase pegase 24 novembre 2020 13:40

            Je passe Jeanne d’Arc brûlée vive ... smiley

            Tout récemment, on retrouve sa bague, une vulgaire bague en laiton, ils auraient pu nous la redonner avec leurs plus plates excuses dans un beau discours fraternel et rassembleur, NON, les anglois nous ont vendu, une bague qu’ils nous avaient volé, 400 000 euros smiley


          • 3 votes
            Sentero Sentero 23 novembre 2020 20:52

            @Zardoz

            .

            Tiens... vous détournez le sujet... technique un peu rudimentaire quand même...

            .

            Le sujet c’est JFK parle-t-il ou pas de sociétés secrètes dans ce discours ? ...cela n’a rien à voir avec J Ruby ou LHO...

            .

            Et si vous n’avez pas lu son discours intégralement (il n’est pas très long) vous ne savez pas de quoi vous parlez... 

            .

            Bonne lecture smiley


            • vote
              microf 23 novembre 2020 21:12

              @Sentero

              Pourriez-vous nous transmettre ce Discours ?


            • 2 votes
              Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 novembre 2020 22:14

              Discours de John F. Kennedy, le 27 avril 1961

              "Je voudrais vous parler de notre responsabilité commune face à un danger qui nous concerne tous. Les événements des dernières semaines nous ont amené à percevoir cet enjeu. Mais les dimensions du problème sont apparues de manière imminente à l’horizon des prochaines années. Quels que soit nos espérances pour le futur, s’agissant de réduire une menace ou de vivre avec elle, il est impossible d’éviter l’actuel défi qui concerne notre sécurité et notre survie, un défi qui se présente de manière inhabituelle dans toutes les sphères de l’activité humaine. La question de la survie de notre société font apparaître deux nécessités, qui concernent à la fois le Président et la presse, deux gageures qui peuvent sembler contradictoires mais qui peuvent être conjugués et remplies si nous nous groupons face à ce péril national. Je me réfère ici à l’importance d’informer largement le public et à la nécessité de refuser la politique officielle du secret. Le simple mot de secret est inacceptable dans une société libre et ouverte. Et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets, aux réunions secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents dépassent de loin les dangers que l’on cite pour les justifier. Même aujourd’hui il est peu justifié de résister à la menace d’un société fermée (totalitaire ?) tout en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui, il est peu justifié d’assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il y a un danger très grave qu’un besoin annoncé de sécurité accrue soit l’opportunité que saisiront ceux soucieux d’étendre sa portée aux limites extrêmes de la dissimulation et de la censure officielle. Voilà ce que je n’ai pas l’intention de laisser faire dans la mesure où j’en ai le contrôle. Et aucun officiel de mon administration, quelque soit son rang, civil ou militaire, ne devrait interpréter mes paroles ici ce soir comme une justification pour censurer la presse, étouffer la dissidence, cacher nos erreurs ou taire au public et à la presse les faits qu’ils méritent de savoir.

              Mais je demande à tout publiciste, tout éditeur, tout journaliste dans ce pays de réexaminer ses propres principes moraux et de reconnaître la nature du péril qui menace notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse ont traditionnellement mis en commun leurs efforts reposant largement sur l’auto-discipline, pour empêcher la divulgation d’informations non-autorisées à l’ennemi. En temps de danger « clair et présent », les tribunaux ont maintenu que même les droits privilégiés du premier amendement doivent céder devant le besoin commun de sécurité nationale.

              Aujourd’hui, aucune guerre n’a été déclarée, et aussi féroce le combat puisse t’il être, elle pourrait bien ne jamais se déclarer à la façon habituelle. Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se veulent nos ennemis progressent partout dans le monde. LA survie de nos amis est menacée. Et pourtant, aucune guerre n’a été déclarée, aucune frontière n’a été franchie par des troupes en marche, aucun missile n’a été tiré.

              Si la presse attend une déclaration de guerre avant d’imposer l’auto-discipline qui s’impose dans ces conditions, alors peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais autant menacé notre sécurité. Si vous attendez une situation de « danger clair et actuel », alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été aussi clair et sa présence plus imminente.

              Cela requiert un changement de perspective, un changement de tactique, un changement de missions, par le gouvernement, par le peuple, par tout homme d’affaire ou chef d’entreprise et par tout journaliste. Car nous sommes confrontés dans le monde à une conspiration monolithique et implacable qui repose essentiellement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence (de l’infiltration plutôt que de l’invasion, de la subversion plutôt que des élections, de l’intimidation plutôt que du choix libre, des guérillas de nuit plutôt que des armées en plein jour).

              C’est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machinerie très efficace et au maillage très serré qui combine opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques.

              Ses plans sont dissimulés, non publiés. Ses erreurs sont cachées, non affichées. Ses dissidents sont réduits au silence, pas complimentés. Aucune dépense n’est mise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret révélé. Il conduit la guerre froide, bref, avec une discipline de temps de guerre aucune démocratie ne pourrait jamais espérer ou désirer bien se porter.

              Cependant, toute démocratie reconnait les restrictions nécessaires liées à la sécurité nationale (et la question demeure de savoir si ces restrictions doivent être plus strictement observées si nous devons faire face à ce genre d’attaque et d’incontestable invasion).

              A vrai dire, c’est un fait que les ennemis de cette nation se sont ouvertement vantés d’acquérir dans nos journaux les informations qu’ils auraient du obtenir dans le cas contraire en engageant des agents, par le vol, la corruption et l’espionnage ; que les détails des plans secrets de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l’ennemi ont été mis à la portée de chaque lecteur de journal, ami autant qu’ennemi ; que les effectifs, la puissance, l’emplacement et la nature de nos forces et armes, et nos plans et stratégie pour leur utilisation ont tous été précisés dans la presse et autres médias à un degré suffisant pour satisfaire n’importe quelle puissance étrangère ; Et que dans au moins un cas, la publication de détails concernant un mécanisme secret par lequel les satellites étaient suivis, a demandé son altération au prix de beaucoup de temps et d’argent.

              Les journaux qui ont imprimés ces histoires étaient loyaux, patriotiques, responsables et de bonne volonté. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n’auraient sans aucun doute pas publiés ces faits. Mais en l’absence de guerre ouverte, ils ne reconnaissaient que les contrôles du journalisme et non ceux de la sécurité nationale. Et la question que je pose ce soir est de savoir si des contrôles additionnels ne devraient pas être adoptés maintenant.

              A vous seuls d’y répondre. Aucun officiel ne devrait le faire à votre place. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir envers la nation, considérant toutes les responsabilités que nous assumons maintenant et tous les moyens dont nous disposons pour remplir ces responsabilités, si je n’attirais pas votre attention sur ce problème et ne conseillais vivement sa considération réfléchie.

              En de nombreuses occasions auparavant, j’ai dit (et vos journaux ont constamment dit) que nous sommes en des temps qui font appel au sens du sacrifice et à l’auto-discipline de chaque citoyen. Ils demandent que chaque citoyen mette en balance ses droits et son confort avec ses obligations au bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que ces citoyens qui travaillent dans le journalisme se considèrent non concernés par cet appel.

              je n’ai pas l’intention de mettre en place un nouveau bureau de l’information sur la guerre pour canaliser le flot des nouvelles. Je ne suggère pas de quelconque nouvelles formes de censure ou quelconque nouveau types de classification pour le secret. Je n’ai pas de réponse évidente au dilemme que j’ai soulevé, et ne chercherais pas à l’imposer si j’en avais une. Mais je demande aux membres de la profession journalistique et de l’industrie dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du danger présent, et de respecter le devoir d’auto-restriction que ce danger nous impose à tous.

              Tout journal maintenant se demande, par rapport à chaque histoire : « S’agit-il de nouvelles informations ? ». Tout ce que je suggère est que vous ajoutiez la question : « Est-ce dans l’intérêt de la sécurité nationale ». Et j’espère que tout groupe en Amérique (associations et hommes d’affaire et officiels à tous niveaux) poseront la même question des efforts à accomplir, et soumettront leurs actions aux mêmes justes contrôles.

              Et si la presse américaine considérait et recommandait la mise en place volontaire de nouveaux éléments spécifiques dans les rouages du gouvernement, je peux vous assurer que nous coopérerons de tout cœur et prendrons en considération ces recommandations.

              (Suite ci-dessous)


              • 1 vote
                Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 novembre 2020 22:14

                Peut être n’y aura t’il pas de recommandations. Peut être n’y a t’il pas de réponse au dilemme auquel se trouve confrontée une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et inédites. Mais nous vivons un temps de paix et de péril tel qu’on n’en connu pas de précédent dans l’histoire.

                C’est la nature sans précédent de ce défi qui aussi exige de vous de répondre à une deuxième obligation, une obligation que je partage, et c’est celle d’informer et d’alerter le peuple américain, de s’assurer qu’il possède tous les éléments d’information nécessaires et qu’il les comprenne également (les périls, les perspectives, les objectifs, de notre programme et les choix qui se présentent à nous).

                Aucun président ne devrait craindre que le public ne scrute son programme. Car cet examen approfondi permet la compréhension. Et la compréhension autorise le soutien ou l’opposition. Les deux sont nécessaires. Je ne demande pas à vos journaux de soutenir l’administration mais je demande votre aide dans la tâche énorme d’informer et d’alerter le peuple américain. Car j’ai toute confiance en la réponse et le dévouement de nos citoyens dès qu’ils sont pleinement informés.

                Non seulement je ne pourrais pas réprimer la controverse entre vos lecteurs, mais je dis qu’elle est la bienvenue. Cette administration a l’intention d’être franche concernant ses erreurs car comme un homme sage a dit un jour : « une erreur ne devient une faute que lorsqu’on refuse de la corriger ». Nous avons l’intention de prendre la pleine responsabilité de nos erreurs. Et nous attendons de vous que vous les pointiez du doigt quand nous manquerons à cet engagement.

                Sans débat, sans critique, aucune administration et aucun pays ne peuvent réussir, et aucune république ne peut survivre. c’est pourquoi Solon le législateur Athénien décréta que c’était un crime qu’un citoyen se dérobe à la controverse. Et c’est pourquoi notre presse fut protégée par le premier amendement (le seul business en amérique spécifiquement protégé par la constitution) pas en premier lieu pour amuser ou divertir, pas pour exacerber le trivial et le sentimental, pas pour simplement « donner au public ce qu’il veut », mais pour informer, stimuler, réfléchir, faire état des dangers et opportunités, montrer nos crises et nos choix pour mener, façonner, éduquer et parfois même provoquer la colère de l’opinion publique.

                Cela signifie une plus vaste couverture et analyse des nouvelles internationales (car elle n’est plus lointaine et étrangère mais à portée de main et locale). Cela signifie une attention accrue à une compréhension améliorée des actualités autant qu’une meilleure transmission. Et cela signifie, enfin, que le gouvernement à tous les niveaux, doit remplir son obligation de vous fournir l’information la plus complète possible en dehors des limites les plus étroites de la sécurité nationale (et nous avons l’intention de le faire). C’est au tout début du 17ème siècle que Francis Bacon remarqua trois inventions récentes qui étaient déjà en train de transformer le monde : la boussole (compas ?), la poudre à canon et la machine à imprimer. Maintenant le lien entre les nations qui a été d’abord accompli par la boussole a fait de nous tous des citoyens du monde les espoirs et les craintes d’un seul devenant les espoirs et les craintes de tous. Tandis que les efforts se poursuivent pour vivre ensemble dans ce monde unique, l’évolution de la poudre à canon jusqu’à ses limites ultimes a mis en garde l’humanité contre les terribles conséquences d’un dérapage.

                C’est donc de la machine à imprimer (de la mémoire des actions des hommes, la gardienne de leurs consciences, la messagère de leurs nouvelles) que nous attendons de la force et de l’assistance, qu’elle nous donne confiance qu’avec votre aide l’homme sera ce pourquoi il est né : libre et indépendant."

                J.F.Kennedy


                • 3 votes
                  Sentero Sentero 23 novembre 2020 22:25

                  @Qaspard Delanuit

                  Merci d’avoir posté le texte du discours smiley


                • 1 vote
                  Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 novembre 2020 22:39

                  @Sentero

                  Je voulais mettre juste le lien, mais il était inactif (sans doute saboté par des agents de l’état profond smiley



                • 1 vote
                  pegase pegase 24 novembre 2020 14:15

                  @Qaspard Delanuit
                  -
                  Il expliquait que les machines à imprimer sont tout autant dangereuses que les canons ... En gros il essaie de rallier à sa cause la presse !

                  C’était pas nouveau, je l’ai déjà dit ici des dizaines de fois, les communications, toutes formes de communications confondues, y compris leurs vecteurs, sont d’importances stratégiques depuis la nuit des temps ...

                  Ce n’est pas pour rien que les imprimantes, même celles de votre PC, sont toutes tracées avec du codage invisible.... 

                  https://www.01net.com/actualites/comment-les-codes-invisibles-des-copieurs-et-imprimantes-peuvent-trahir-les-lanceurs-d-alerte-1181338.html



                  • 1 vote
                    Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 novembre 2020 23:18

                    @alanhorus

                    "kennedy est un illuminatis

                     trans"


                    Kennedy est un illuminati transsexuel, c’est ça ?   smiley



                    • vote
                      Scalpa Scalpa 23 novembre 2020 23:53

                      Queen break free.


                      • 4 votes
                        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 novembre 2020 00:40
                        "Discours de Kennedy avant son assassinat"


                        Tous les discours de Kennedy ont été prononcés avant son assassinat. 

                        Comme par hasard.

                        C’est quand même une étrange coïncidence.

                        Et le fait que personne n’en parle jamais en dit long. 


                        • 2 votes
                          Tchakpoum Tchakpoum 24 novembre 2020 01:43

                          Oui, c’est dommage d’avoir ainsi tronqué et instrumentalisé son discours. On n’a pas besoin de cela.

                          Je remets le discours in extenso, car il manque une première partie à ce qui a été traduit sur ce fil. Kennedy fait allusion notamment à Karl Marx.

                          http://jeanderoquefort.free.fr/discours_jfk_societes_secretes.html

                          Ce discours date de 10 jours après l’échec du débarquement de la Baie des Cochons, pour renverser Fidel Castro.

                          Kennedy tentait donc d’éteindre l’incendie médiatique causé par cette pantalonnade. Ont été critiqués à la fois la CIA pour son amateurisme, à la fois le président pour le pas avoir su éviter cet échec. Son discours était : ok, j’ai merdé, vous avez le droit de me critiquer, mais attention à ne pas donner pour autant raison à l’idéologie communiste.

                          Concernant les sociétés secrètes, c’était la thèse à l’époque qui disait que les société ouvertes, transparentes et honnêtes étaient vulnérables (les US) devant des régimes fermés qui pouvait manipuler les infos et les jeux d’influences à leur guise (l’URSS et son satellite cubain).

                          En France, durant les années 80 on parlait de "ventre mou" des démocraties face au régime tyrannique qui manigançait derrière le rideau de fer. La suite a donné tort à cette thèse : le régime soviétique n’a pas tenu, puisqu’il s’est effondré, et les "démocraties libérales" ne sont pas si transparentes car elles peuvent devenir à leur tour tyranniques, voire totalitaires.

                          On peut constater que Kennedy a été pris à son propre piège, s’il a bien été tué deux ans après par la CIA, devenu justement une société secrète hors de contrôle des élus politiques.


                          • vote
                            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 novembre 2020 16:54

                            @Tchakpoum

                            Effectivement, cette recontextualisation est essentielle. Et l’introduction du discours montre bien qu’il parle de l’opposition avec le bloc marxiste dans le cadre de la guerre froide (et non d’un complot contre le peuple interne aux États-Unis).


                          • vote
                            microf 24 novembre 2020 11:13

                            @Qaspard Delanuit

                            Merci beaucoup pour la transmision de ce Discours qui, je dirais est plus que d´actualité.

                            Lorsqu´on analyse les évènements d´aujourd´hui, on voit que le Président JFK avait raison.

                            Il a prononcé ce discours un peu avant le temps, car ce qu´il dénonce dans ce discours, est ce que nous vivons aujourd´hui en direct pourrait-on dire, aujourd´hui oú le Communisme oú la guerre froide n´existent plus, du moins n´existent plus dans cette forme des annés 60.



                              • 1 vote
                                maQiavel maQiavel 24 novembre 2020 12:10

                                Evidemment, il fallait que ce soit la faute des juifs. 


                              • vote
                                yoananda2 24 novembre 2020 12:50

                                @maQiavel
                                ton idéologie est en train de perdre face au consensus scientifique qui monte, tout comme le christianisme à perdu face au darwinisme.
                                Bon débarras, même si ça va encore prendre quelques décennies à passer dans les mœurs.
                                Ne t’en fais pas, tu le verras pas de ton vivant.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ZardoZ

ZardoZ

Nettoyeur


Voir ses articles


Publicité





Palmarès