• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et si la mort n’existait pas
#97 des Tendances

Et si la mort n’existait pas

Où en est la science sur la vie après la mort ?

Réalisation : Valérie Seguin et Dominic Bachy

Présentation : Aurélie Godefroy – Narration : François-Eric Gendron

Ce film présente les études scientifiques et les différents phénomènes observés autour de la mort (EMI, décorporations, contacts avec les défunts, visions des mourants, ...) et réunit pour la première fois un grand nombre de scientifiques réputés sur ce sujet : Le Pr. Steven Laureys, plusieurs médecins et neurologues : Mario Beauregard, Thierry Janssen, Raymond Moody, François Lallier, Pim Van Lommel, Jean-Jacques Charbonier, Constance Yver-Elleaume, Olivier Chambon, etc..

Des biologistes et des physiciens : Sylvie Dethiollaz, Philippe Guillemant et Trinh Xuan Thuan. Mais aussi des personnalités notamment l’écrivain Didier van Cauwelaert. Quelles sont leurs conclusions ?

 

Lien du financement participatif : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/et-si-l-ame-existait-vraiment

Tags : Etonnant




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • vote
    louis 21 septembre 13:48

    l’homme fait de chaire et d’os , après sa mort devient l’homme invisible ,tout le monde en parlent mais personne ne la jamais revu , il est devenu une arlésienne .


    • 3 votes
      La mouche du coche La mouche du coche 21 septembre 16:59

      Conscient de leur nullité intellectuelle, les athées singent les catholiques en affirmant comme eux la vie éternelle. 

      Le diable n’est pas l’opposé de Dieu, le diable est le singe de Dieu. smiley


    • 3 votes
      Le Celte Le Celte 21 septembre 17:06

      @La mouche du coche
      Les voies du Seigneur deviendraient-elles pénétrables ?! smiley


    • 4 votes
      Heimskringla Heimskringla 21 septembre 18:07

      @La mouche du coche

      Ou Dieu le singe du Diable. 


    • 1 vote
      Belenos Belenos 21 septembre 20:57

      @Heimskringla
      Ou Dieu le Diable du Singe. 

      Non c’est con, ça.  smiley


    • 1 vote
      medialter medialter 22 septembre 10:51

      @Belenos
      C’est con de dire : "non c’est con, ça"

      *

      Dans certaines doctrines, comme l’alchimie, c’est l’élément vil, le diable, qui est considéré comme l’exclusif support de l’oeuvre dans son intégralité. Dieu, s’il est considéré comme le créateur, peut parfaitement être vu comme un démiurge, comme dans la gnose. Plus exactement, si l’on considère la matrice comme une oeuvre divine, dans le sens démiurgien, alors que le véritable support est le diable, on est parfaitement en droit que dire que Dieu est le singe du diable. Une croyance n’étant, à priori, pas plus conne qu’une autre croyance, la remarque de Heimskringla, que j’ai plussé, est autant défendable que l’assertion contraire. Attention, je ne défends pas plus l’idée "Le diable est le singe de Dieu" que "Dieu est le singe du Diable", je dis que théologiquement parlant, et selon les définitions subjectives que chacun y voit, l’une n’est pas plus conne que l’autre


    • 2 votes
      gaijin gaijin 21 septembre 13:51
      bien sur que la mort n’existe pas 
      mais peut importe que la science le prouve ou pas parce que ça ne changera rien a l’état d’inconscience de l’humanité

      • vote
        Ozi Ozi 21 septembre 22:28

        @gaijin

        Je te sens dans une période optimiste en ce moment.. smiley smiley


      • vote
        gaijin gaijin 22 septembre 07:29

        @Ozi
         smiley

        j’avance .....je suis de plus en plus lucide ........ce qui ne m’empêche pas de bien vivre au contraire

        y a un type qui a dit " laissez les morts enterrer les morts " il savait ce qu’il disait : ceux qui croient être vivant sont morts alors peut importe, ce qui ne change rien de toute façon pour ceux qui savent que la mort n’existe pas .....


      • 2 votes
        JL 21 septembre 14:01
         "ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’on fait"
         
        Si je comprends bien, nous ne savons pas que la mort n’existe pas, alors nous mourons !
         
         smiley

        • 2 votes
          JL 21 septembre 18:51
          « Et si la mort n’existait pas »

          Ce titre est stupide.

           

          Pas plus que la "rencontre" qui est le début de la vie, la mort n’est pas le contraire de la vie, mais sa fin. Tout a une fin : la vie aussi ; donc la mort existe !

           

          CQFD.


        • vote
          Ozi Ozi 21 septembre 22:35

          @JL

          Oui JL, la mort (qui est un évènement comme la naissance) ne peut être contraire à cet état d’être (entre ces deux évènements) que l’on appel la vie..

          Mais ce titre semble destiné à un large public qui n’a pas encore intégré cette subtilité.. Donc..

           smiley


        • 1 vote
          louis 21 septembre 23:55

          @Ozi
          il est vrai que le fait de naître nous condamne a mourir , c’est pour cela qu’il ne faut pas gâcher sa vie .


        • 1 vote
          gaijin gaijin 22 septembre 07:31

          @JL
          " « Et si la mort n’existait pas » Ce titre est stupide. "

          la vraie question est : " y a t’il une vie avant la mort ? "


        • vote
          Étirév 21 septembre 14:37

          Y-a-t-il une Vie après la mort ?

          À vous de voir d’après ce point de vue scientifique (résumé).

          Entre les corps bruts et les corps organisés il existe une différence qui réside dans la manière d’être des éléments, dans leur état physique.

          L’état qui engendre cette différence et produit toutes les facultés qui distinguent les corps organisés des corps bruts dure et se renouvelle tant que le corps vit : aussitôt que cet état disparaît le corps meurt.

          Cet état particulier est la manifestation des propriétés fondamentales de l’atome, c’est l’état « naissant » ou « radiant », c’est-à-dire le courant électrique, état que possède la matière au sortir d’une combinaison, mais qu’elle perd, soit en rentrant dans une autre combinaison, soit en se trouvant arrêtée dans son mouvement de propagation par un corps placé devant elle.

          Un peu plus tôt (dans le blog), il a été posé en principe que le courant électrique est une radiation d’oxygène, que le rayonnement d’un foyer terrestre de combustion est une radiation d’oxygène (si l’élément comburant de ce foyer a été ce métalloïde), que le rayon solaire est une radiation d’oxygène.

          Si le courant électrique peut être porté au loin, en d’autres termes si l’état « naissant » peut être maintenu longtemps c’est parce que la radiation d’oxygène née de la décomposition des oxydes métalliques d’une pile, ou de tout autre réaction dans laquelle l’oxygène a été mis en liberté, est restée isolée par un fil conducteur. Mais cet état ne dure pas toujours ; là où le courant est arrêté il y a production de chaleur, action chimique, c’est-à-dire oxydation, ou phénomène lumineux.

          La première condition à réaliser pour faire passer la matière inorganique à l’état organisé c’est de la prendre à l’état « naissant » car la vie est la conservation de cet état actif de l’oxygène au sein d’un plasma qui est incessamment modifié par une incessante oxydation. Vouloir produire la vie en dehors de ces conditions c’est méconnaître, pour commencer, le principe fondamental du phénomène, sa cause première.

          C’est en vain que nous prendrions de l’oxygène, de l’hydrogène, du carbone et de l’azote pour les réunir dans des proportions quelconques, si nous ne donnons pas à l’oxygène, qui est le principe même de la vie à « l’état naissant », c’est-à-dire si nous ne le prenons pas à l’état atomique avec toutes les propriétés actives qu’il possède alors, nous n’arriverons jamais à produire ce que la Nature ne produit que dans ce cas.

          Le courant nerveux, qui résume toute la puissance vitale de l’individu, qui est l’essence même de la vie, a pour agent, un courant d’atomes d’oxygène incessamment renouvelé. Comme dans le courant électrique il reste à l’état naissant et se propage par le « cylindre axe » autour duquel les atomes restent libres parce qu’ils sont isolés de l’organisme par la « myéline » avec laquelle ils ne peuvent pas se combiner ; s’ils se combinaient ils perdraient leur activité et la circulation nerveuse s’arrêterait. C’est à l’extrémité des nerfs seulement que le courant s’arrête et, alors, on voit apparaître, comme dans les phénomènes électriques qui se produisent en dehors de l’organisme, des actions thermiques, mécaniques et chimiques. Si le courant d’atomes radiants d’oxygène n’est pas incessamment renouvelé la vie s’arrête.

          Ajoutons à cela l’extrait de l’ouvrage « De l’état social de l’homme » dans lequel Fabre d’Olivet nous dit :
          « Dans la secte des pasteurs phéniciens, on enseigne que, dès l’origine des choses, il existait deux êtres, l’amour (Hébé) et le chaos (Caïn). L’amour principe féminin spirituel, le chaos principe masculin matériel.  »
          Cette cosmogonie se rapprochait de celle des anciens Celtes et fut générale.

          Fabre d’Olivet ajoute : « Le mot liebe (amour) a la même racine que le mot phénicien hébeh et il est également du genre féminin. »
          Cette analogie est remarquable.
          « Le mot chaos, opposé à celui de Hébé, développe l’idée de tout ce qui sert de base aux choses, comme le marc, l’excrément, le caput mortuum. C’est, en général, tout ce qui demeure d’un être après que l’esprit en est sorti. »

          La Vie


          • vote
            pegase pegase 21 septembre 20:58

            @Étirév

            C’est à l’extrémité des nerfs seulement que le courant s’arrête et, alors, on voit apparaître, comme dans les phénomènes électriques qui se produisent en dehors de l’organisme, des actions thermiques, mécaniques et chimiques. Si le courant d’atomes radiants d’oxygène n’est pas incessamment renouvelé la vie s’arrête.


            Il ne s’arrête pas aux extrémités, il retourne à la masse (le corps de l’individu), comme le 220V de votre réseau (qui n’est qu’une seule phase avec un neutre) retourne à la terre au transformateur EDF ...



          • 1 vote
            Heimskringla Heimskringla 21 septembre 17:59

            Pour ma part y’a strictement rien, ça recommence avec des autres et c’est pas très grave.


            J’ai autant d’utilité qu’un globule rouge dans un corps. Nécessaire à un moment donné pour un dessin plus grand que moi (L’histoire humaine) puis je vais être remplacé par d’autres et ainsi de suite jusqu’au néant. En ce sens, on a déjà eu une vie avant et encore une après...

            Souvent quand je dis ça les gens sont horrifiés, je pige pas pourquoi. 

            Je trouve rien de terrible à se dire que y’a rien après. Par contre l’inverse je trouve un peu mégalomane. 

            • vote
              Heimskringla Heimskringla 21 septembre 18:01

              @Heimskringla

              "Je trouve ça"


            • 1 vote
              Belenos Belenos 21 septembre 23:05

              @Heimskringla
              "Je trouve ça"

              A moins que Ça ne vous trouve avant !



            • vote
              Tuco Tuco 21 septembre 19:00

              La mort...


              Pour commencer, le terme "mort", est un nom commun. Comme tous les noms communs, c’est aussi un terme universel, et, comme le démontre Karl Popper dans "La logique de la découverte scientifique", les termes universels ne peuvent être constitués, autrement dit "finis", puisqu’ils ne peuvent être limités dans le temps... Pourquoi ?

              Tous les termes universels, (tous les noms communs), représentent des classes d’éléments, eux-mêmes regroupés selon des caractéristiques propres qui répondent à une ou plusieurs lois, donc, des caractéristiques légales, ou quasi-légales.

              Par exemple : 

              Sous le terme "pomme", sont envisagées, "toutes les pommes". Celles que l’on peut observer sur des toiles de maîtres d’il y a quelques siècles, et qui ont vu, eux aussi, des "pommes", celles d’aujourd’hui, et celles que l’on reconnaîtra demain comme appartenant bien à la classe des "pommes". L’on voit tout de suite qu’un terme universel ne peut être limité dans le temps, sans quoi nous en pourrions pas même réaliser un projet de description sur une quelconque pomme...

              Par conséquent, tous les noms communs, donc, tous les termes universels, impliquent un énoncé universel au sens strict, et non au sens numérique. (Voir Popper, dans l’ouvrage cité au début). 

              Par exemple, le terme "pomme" implique l’énoncé : "toutes les fois (...) que je me trouverait en face de quelque chose (...) qui présente telle ou telle autre caractéristique, je pourrai dire "pomme", et non "poire", ou employer tout autre terme pour désigner la chose en question".

              C’est évidemment la même chose pour le terme "mort". Ce terme est un terme aussi un terme universel qui implique l’énoncés universel suivant : 

              "Toutes les fois que (...) je me trouverai devant une créature qui présente telle ou telle autre caractéristique, (par exemple des caractéristiques cliniques), je pourrai dire que cette créature est morte".

              Mais la chose importante à remarquer, c’est que, puisque tous les termes universels impliquent des énoncés universels au sens strict, lesquels sont tous logiquement invérifiables et logiquement réfutables, (l’énoncé universel sur les pommes et ce comment elles sont reconnues aujourd’hui pourrait être réfuté si demain ou plus tard (...), l’on observait une nouvelle caractéristique inédite qui obligerait à réviser, en la complétant, la théorie à partir de laquelle nous désignons des pommes).

              Dans le cas de la mort, les critères d’observation clinique de la mort ont évolués au fil de l’histoire, et les progrès de critères d’observation clinique dépendent des progrès scientifiques dans plusieurs domaines. Par exemple, il est fort probable que, il y a 1000 ans, l’on qualifiait une personne de "morte" sur la base d’un "simple" arrêt cardiaque, etc. C’est-à-dire que les connaissances scientifiques de l’époque, ne permettaient pas d’envisager les moyens technologiques et les observations cliniques qui auraient permis de sauver beaucoup de personnes considérées jadis, comme "mortes". De ce fait, il est tout aussi probable, que d’ici, disons, 1000 ans, l’Humanité ait pu accéder à un niveau de connaissance scientifique et à des moyens technologiques consécutifs qui fassent regarder le passé avec effroi, en songeant aux critères cliniques à partir desquels ont décide qu’une personne est "morte", aujourd’hui !...

              Ainsi, puisque la "mort" implique un énoncé universel au sens strict, toujours invérifiable en totalité dans le temps, (et donc toujours potentiellement réfutable), alors...... la "mort" ne peut être certaine ! Nous devons comprendre et accepter que nous enterrons des personnes que nous avons évaluées comme "mortes", que sur la base de certaines observations cliniques (aussi sophistiquées soient-elles), mais qui dépendent de connaissances scientifiques, (aussi corroborées soient-elles), donc de connaissances qui ne peuvent qu’être que réfutables par l’expérience, c’est-à-dire sur la base de l’observation de faits inédits grâce à de nouveaux tests.

              La "mort", (son observation clinique la plus évoluée aujourd’hui), dépend de nos connaissances scientifiques et technologiques d’aujourd’hui. 

              Ajoutons à cela que toute connaissance scientifique est scientifique, si et seulement si, elle demeure réfutable à trois niveaux : 1. Logique ; 2. Empirique ; 3. Méthodologique. (Karl Popper). Ce qui veut dire qu’une théorie scientifique, ne pouvant jamais refléter aucune certitude empirique sur aucun type de fait, quel qu’il soit, est donc toujours .... fausse, mais fausse par rapport à la Vérité certaine, toute théorie authentiquement scientifique est donc toujours, .... fausse, (ou nécessairement incomplète), par rapport à la Vérité certaine, laquelle restera à jamais inaccessible, pour des raisons indiscutables de logique, démontrées par Karl Popper. (Voir, à ce sujet, dans "La logique de la découverte scientifique". La section 37 : "Domaines logique. Notes sur la théorie de la mesure").

              Conclusion : 

              Nous pouvons être certains, pour toujours, (parce que c’est imposé par la logique), que : 

              1. Nous ne serons jamais absolument certains d’aucune mesure empirique, (l’accès à la précision absolue dans toute mesure empirique est, à jamais, interdite pas la logique), donc d’aucune connaissance sur le monde des faits, donc d’aucune connaissance scientifique.

              2. Donc, ne nous ne serons jamais absolument sûrs et certains qu’une créature est "morte". La "mort" ne sera jamais absolument certaine.

              3. Mais aussi, l’immortalité restera à jamais, inconnaissable pour toute créature vivante, quelle qu’elle soit. Pourquoi ? Parce que l’immortalité renvoie à l’infini dans le temps, bien sûr. Or, il est indiscutable qu’aucune créature ne pourra vivre assez longtemps pour prétendument vérifier jusqu’à quel point (...) une personne est "immortelle". Et l’on voit tout de suite ce qu’il y a de contradictoire dans un tel projet...contradiction qui démontre l’impossibilité d’avoir accès à la connaissance de l’immortalité.







              • vote
                gaijin gaijin 22 septembre 07:44

                @Tuco
                " quand on tire on tire on raconte pas sa vie " smiley

                ne confondez donc pas la sémantique et le réel ...........


              • 2 votes
                medialter medialter 22 septembre 11:35

                @Tuco
                "... qui démontre l’impossibilité d’avoir accès à la connaissance de l’immortalité"

                *

                Assertion réduite à la conscience limitée d’un mortel. Donc sans objet pour ce qu’elle prétend englober smiley


              • vote
                harry stot 22 septembre 22:04

                @Tuco
                Popper ça dilate l’anus mais pas le cerveau.


              • 1 vote
                Belenos Belenos 21 septembre 20:58

                Question plus intéressante formulée de cette manière : Et si la naissance n’existait pas ?


                • vote
                  Ozi Ozi 21 septembre 22:38

                  @Belenos

                  Ah ...

                   smiley


                • 2 votes
                  Belenos Belenos 21 septembre 23:00

                  @Ozi
                  Parce que l’égo est toujours ravi d’apprendre qu’il pourrait être immortel. l’immortalisme est la destination finale de tous les fantasmes transhumanismes. Donc il est plus intéressant de poser la question de l’éternité dans l’autre sens, du point de vue de l’esprit en quête de sa propre source et non du point de vue de l’ego coincé dans le rêve de sa propre permanence. C’est donc la question de l’innatalité (de l’esprit) et non celle de l’immortalité (de l’ego) qui est cruciale et réellement subversive. 


                • 1 vote
                  gaijin gaijin 22 septembre 07:41

                  @Belenos
                  " Parce que l’égo est toujours ravi d’apprendre qu’il pourrait être immortel."

                  oui parce que l’égo va mourir mais l’immortalité est une perspective bien plus effrayante


                • vote
                  Le Celte Le Celte 22 septembre 08:26

                  @Belenos
                  Vous êtes un brouilleur de pistes ! smiley


                • vote
                  Ozi Ozi 22 septembre 20:44

                  @Belenos  :"C’est donc la question de l’innatalité (de l’esprit) et non celle de l’immortalité (de l’ego) qui est cruciale et réellement subversive. "

                   smiley ..

                  La cible de ce docu est grand public, l’escalier a sa raison d’être..


                • vote
                  Belenos Belenos 22 septembre 20:49

                  @Ozi
                  Je suis plutôt un disciple de la voie abrupte. 


                • vote
                  Ozi Ozi 22 septembre 21:05

                  @Belenos

                  Tout le monde n’est pas Belenos..


                • vote
                  gaijin gaijin 22 septembre 21:17

                  @Belenos
                  y en a comme ça qui aiment se compliquer la vie smiley smiley

                  moi je préfère l’ ascenseur

                  " tout corps branché sur le secteur étant appelé a s’émouvoir "

                  a moins que bien sur :

                  " Tes militants parcourent les foires
                  Tournant leur orgue à rédemption
                  Mais coincés dans cette vieille histoire
                  A quoi nous servent tant d’illusions
                  Moïse qui a perdu la foi
                  Joue le veau d’or au strip-poker
                  Et Jésus descend de sa croix

                  En faisant claquer sa portière"


                • 1 vote
                  Belenos Belenos 23 septembre 05:43

                  @gaijin

                  La "censeure", c’est la pensée qui nous fait croire que la liberté est au bout du chemin alors qu’elle est au commencement. 


                • vote
                  gaijin gaijin 23 septembre 07:54

                  @Belenos
                  en ma fin est mon commencement


                • vote
                  gaijin gaijin 23 septembre 07:56

                  @gaijin
                  pour ceux qui n’auraient pas saisit la référence a l’ ascenseur :

                  https://www.youtube.com/watch?v=ozwjpkHb0wI


                • vote
                  troletbuse 21 septembre 23:00
                  Et si la mort n’existait pas ?
                  C’est une horreur : Quand je pense que le Nabot, Hollandouille et Macronimbus ne mourront pas, c’est un coup à se flinguer.

                  • vote
                    Belenos Belenos 21 septembre 23:02

                    @troletbuse
                    "C’’est un coup à se flinguer."

                    Mais justement, vous ne pourrez pas, étant vous-même immortel ! Le voilà donc, l’enfer éternel. 


                  • vote
                    troletbuse 21 septembre 23:26

                    @Belenos
                    Très juste. C’est pour cela que je dis que c’est une horreur. A moins que seuls, les tarlouzes meurent.



                    • vote
                      Scalpa Scalpa 21 septembre 23:41

                      Le vivant survie sa vie de mourant.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Heron

Heron
Voir ses articles







Palmarès